vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Publicité Guyaweb

Pour le contrôleur général des lieux de privation de liberté, la prison de Rémire, c’est le bagne, le travail en moins…

Pour le contrôleur général des lieux de privation de liberté, la prison de Rémire, c’est le bagne, le travail en moins…

Ceux qui ne se rendent jamais en promenade peuvent théoriquement utiliser les douches intérieures. Toutefois, l’accès leur en est régulièrement refusé par les surveillants au motif qu’il y a des douches en promenade

Au chapitre suivant intitulé : «L’hygiène désastreuse présente des risques pour la santé des personnes détenues et du personnel», le contrôleur dit avoir constaté que « les cellules, insalubres, sont dans un état de saleté inquiétant ; les sanitaires, que les moisissures altèrent, ne sont pas isolés du reste de la pièce et n’offrent de fait aucune intimité. Les hommes détenus se lavent dans les douches des cours de promenade alors même qu’elles sont dans un état déplorable et, sans séparation, les exposent à la vue de tous. ».

Les sanitaires, que les moisissures altèrent, ne sont pas isolés du reste de la pièce et n’offrent de fait aucune intimité, déplore le rapport

«Ceux qui ne se rendent jamais en promenade peuvent théoriquement utiliser les douches intérieures. Toutefois, l’accès leur en est régulièrement refusé par les surveillants au motif qu’il y a des douches en promenade, et l’état de saleté et de dégradation des douches intérieures est tel que les personnes détenues préfèrent se laver avec une bassine d’eau froide en cellule.», relate encore le rapport de cette atmosphère kafkaïenne.

Les personnes détenues ne peuvent ni acquérir ni louer de réfrigérateurs comme dans les autres établissements français.

«Malgré les températures élevées, les personnes détenues ne peuvent ni acquérir ni louer de réfrigérateurs comme dans les autres établissements français. Paradoxalement, des produits frais sont vendus en cantine, ce qui présente des risques pour la santé des consommateurs eu égard à l’impossibilité d’une conservation efficace. « , s’indigne encore Mme Hazan.

La MOM a commandé au prestataire Idex une étude du système électrique afin d’analyser la faisabilité technique du branchement de réfrigérateurs dans certaines cellules (Nicolle Belloubet, Garde des Sceaux, 29 janvier 2019)

Sur ce point, le Garde des Sceaux a cette réponse édifiante de type la Guyane personne ne vous croira : «Le centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly ne dispose pas d’une capacité électrique suffisante pour supporter l’installation en cellule de matériels nécessitant un certain niveau de puissance électrique».

Et la ministre de la Justice Belloubet de poursuivre sur le même registre : «La MOM (mission des services pénitentiaires pour l’Outre-Mer, ndlr) a commandé au prestataire Idex une étude du système électrique afin d’analyser la faisabilité technique du branchement de réfrigérateurs dans certaines cellules».

«Les rats, cafards et autres insectes évoluent dans les cellules et les cours de promenade, attirés par les aliments en décomposition», décrit encore, le rapport.

«La présence de 50 000 à 60 000 hirondelles d’avril à octobre provoque des dégradations et contraint personnel et détenus à subir leur nuisance sonore et olfactive. Ces oiseaux transmettent la ‘ fièvre Q ‘ à l’homme. Cette infection qui se contracte par inhalation peut provoquer une maladie du foie et du cœur et parfois évoluer vers une forme chronique grave, fatale en l’absence de traitement adéquat. Des personnes détenues et des membres du personnel en ont été atteints», poursuit le document

«C’est possible», commente un ancien médecin responsable de pôle à l’hôpital de Cayenne, sollicité par nos soins sur ce point, avant de préciser «la fièvre Q chez l’homme, c’est surtout une forme pulmonaire ».

La ministre ne réfute pas ces problèmes de santé dans son courrier du 29 janvier.

« Les efforts importants déployés par l’administration pour éloigner ces volatiles restent pour le moment sans effet, toutefois tous les moyens existants n’ont pas été mis en œuvre notamment la construction à distance d’un perchoir présentant le même éclairage et les mêmes abris que le centre pénitentiaire. », souligne, sur le sujet, le contrôleur.

«L’établissement a obtenu des crédits pour la rénovation des locaux d’hébergement mais la surpopulation ne permet de rénover les cellules qu’une à une. » déplore ensuite Adeline Hazan.

Avant de conclure sur ce volet : « La rénovation du centre pénitentiaire de Guyane est une urgence, notamment en ce qui concerne les locaux d’hébergement et les cours de promenade…».

Cet article est composé de plusieurs parties, lire la suite:

1 2 3 4 5

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Copinage médiatique et cécité : la pré-implantation rocambolesque de l’antenne à Cayenne de Drug-Free World, fondation financée par la scientologie

Article et reportages de complaisance, cécité durable des personnalités conviées, le «pré-lancement» de l'implantation en Guyane de l'antenne de Drug-Free-World, une fondation financée par la ...

« Si j’y vais c’est pour être hors-la-loi » (Mickaël Mancée)

A l'approche des élections municipales de mars 2020 Guyaweb a voulu savoir comment se situent les leaders du mouvement social de 2017 qui a mis en avant les manquements des élus. Le moment est-il ...

Un cas de tuberculose à l’hôpital de Cayenne

Une soignante exerçant auprès d’enfants au Centre Hospitalier de Cayenne a fait l’objet d’un diagnostic de tuberculose indique l’Agence Régionale de Santé (ARS). « Dès que le ...

Les partis ont beaucoup à perdre lors des prochaines Municipales

Guyaweb a interrogé des partis politiques de Guyane à l'approche des élections municipales de 2020. L'optimisme et la mobilisation ne sont pas vraiment au rendez-vous à six mois de l'échéance ...

Léon Bertrand n’a plus de bracelet électronique, il est en liberté conditionnelle…

Comme l'annonçait Guyaweb en avril dernier (voir cet article), au moment de la sortie de prison de Léon Bertrand, l'intéressé devait, à partir de là, porter un bracelet électronique à la ...

Suspicion de pollution environnementale : un procès en correctionnelle pour la société Gold’Or cogérée par trois membres de la famille Ostorero

Vendredi 13 septembre, un procès en correctionnelle aux enjeux non négligeables est programmé à Saint-Laurent du Maroni : une société minière légale, la SARL Gold'Or est dans la mire de la ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2019 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube