Vendredi 14 Juin

Publicité Guyaweb

Quatre morts en Nouvelle-Calédonie, l’état d’urgence décrété par le gouvernement

Quatre morts en Nouvelle-Calédonie, l’état d’urgence décrété par le gouvernement

Alors que l’archipel est sous tension depuis plusieurs jours dans le contexte de l’adoption d’une réforme constitutionnelle portant sur l’élargissement du corps électoral du Caillou, le bilan humain s’est alourdi dans la nuit de mardi à mercredi, malgré un couvre-feu instauré sur place. Quatre morts sont à déplorer, dont un gendarme mobile, ainsi que des centaines de blessés. L’Élysée a demandé au gouvernement la mise en place de l’état d’urgence ce mercredi 15 mai à l’issue d’un Conseil de défense et de sécurité nationale extraordinaire. 

Le vote des député(es), mardi peu après minuit, en faveur de l’élargissement du corps électoral de Nouvelle-Calédonie a attisé un peu plus les tensions dans l’archipel du Pacifique Sud, en proie à des émeutes depuis dimanche dans un contexte politique tendu entre indépendantistes et loyalistes, les partisans d’un maintien de la collectivité dans la République.

Après deux jours de violences urbaines lundi et mardi ayant conduit à 82 interpellations et généré 54 blessés parmi les forces de l’ordre, le bilan humain s’est alourdi dans la nuit de mardi à mercredi, malgré un couvre-feu décrété sur place par le haut-commissaire de la République, représentant de l’État en Nouvelle-Calédonie.

Ce mercredi, l’Élysée annonce un bilan humain de centaines de blessé et de quatre morts, dont un gendarme mobile touché par balle à la tête.

De nombreux incendies, pillages et échanges de tirs ont repris mardi dès la nuit tombée. Le représentant de l’État a évoqué ce mercredi une « situation insurrectionnelle » et fait état de plusieurs « échanges de tirs de chevrotine entre les émeutiers et les groupes de défense civile à Nouméa et Païta ». 65 000 armes seraient en circulation sur l’archipel qui compte 270 000 habitants, d’après le député calédonien Philippe Dunoyer (Renaissance).

Suite à un Conseil de défense ce mercredi matin, l’Élysée a décrété l’état d’urgence sur l’archipel calédonien où 1800 policiers et gendarmes sont sur place d’après France Info qui indique que 500 renforts supplémentaires sont en cours d’acheminement. « Toutes les violences sont intolérables et feront l’objet d’une réponse implacable pour assurer le retour de l’ordre républicain » a déclaré Emmanuel Macron à l’issue du Conseil de défense.

Ce régime d’exception, déclenché huit fois depuis 1955, permet des couvre-feux, une fermeture de bars ou de lieux de réunion, une dissolution de groupements, la remise des armes détenues légalement, l’interdiction des manifestations et l’interdiction de séjour dans tout ou partie du département pour certaines personnes. L’état d’urgence est fixé pour 12 jours, prolongeables par le vote d’une loi au Parlement.

Dans la foulée, le Premier ministre a annoncé le déploiement de l’armée pour sécuriser les ports et l’aéroport de Nouméa – La Tontouta. L’application TikTok a également été suspendue. En parallèle, le ministre de l’Intérieur a signé « les cinq premiers arrêtés d’assignation à résidence de responsables radicaux et violents » a-t-il fait savoir sur X. « Sur mon instruction, des perquisitions administratives seront menées par les forces de l’ordre immédiatement », a-t-il ajouté.

Ce mercredi, les principaux partis indépendantistes et non-indépendantistes de Nouvelle-Calédonie ont également lancé un appel commun « au calme et à la raison« .

Depuis plusieurs semaines, la Nouvelle-Calédonie et sous tension dans le contexte de l’examen d’un projet de loi du gouvernement visant à élargir le corps électoral du Caillou, gelé depuis l’Accord de Nouméa en 1998 pour permettre une meilleure représentation des Kanaks, peuple autochtone de l’archipel.

Le gel du corps électoral est jugé dépassé par le gouvernement alors que la Nouvelle-Calédonie doit définir un nouveau cadre institutionnel, l’Accord de Nouméa, prévu pour 20 ans, étant arrivé à échéance. Sa réforme est décriée par les indépendantistes craignant une « minorisation » du peuple kanak, qui représente 41% des habitants de l’archipel selon le dernier recensement de l’Insee en 2019.

Cette réforme constitutionnelle, permettant aux résidents installés depuis au moins dix ans de voter aux élections provinciales, a été adoptée hier par l’Assemblée nationale. Le texte a recueilli 351 voix pour et 153 contre. La gauche s’est opposée à son adoption. Ce vote fait suite à l’adoption du même texte en avril par le Sénat.

Pour être entérinée et inscrite dans la Constitution, cette réforme doit encore obtenir les trois cinquièmes des voix des parlementaires réunis en Congrès. L’Élysée a fait savoir dimanche que ce Congrès ne se déroulerait pas dans la foulée du vote des députés, laissant ainsi une opportunité au dialogue et à une solution concertée sur l’avenir de l’archipel entre le gouvernement, les indépendantistes et les loyalistes.

« Nous avons besoin d’un accord politique global avec les indépendantistes et les non-indépendantistes. Le Congrès ne sera pas convoqué immédiatement. Dans l’intervalle, j’invite les responsables politiques calédoniens à saisir la main tendue. Le plus important est l’apaisement et le dialogue afin de trouver une solution politique et globale, tout en respectant le droit à l’autodétermination » a déclaré hier le Premier ministre Gabriel Attal. Des propos insuffisants pour ramener le calme sur le Caillou.

Photo de Une : le calme n’est toujours pas revenu en Nouvelle-Calédonie où quatre morts sont à déplorer © capture d’écran vidéo amateur X (ex-Twitter)

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous


Lisez la suite pour 1€

Je m'abonne

29 commentaires

  • Morvandiau

    On voit mal comment les représentants du peuple Kanak pourrait tomber d’accord avec les loyalistes sur le dégel du corps électoral. Il est évident que la population autochtone de Calédonie fait bloc derrière eux, comme cela a été le cas pour le boycott du troisième référendum, parfaitement suivi. Macron et son gouvernement n’auraient jamais dû se féliciter du résultat totalement faussé du dernier référendum : ils ont posé les jalons de la révolte actuelle. Le fonctionnement Kanak est coutumier, ils veulent fonctionner ainsi comme le revendique d’ailleurs la majorité des peuples autochtones de la planète, chercher à y imposer les règles de la démocratie européenne restera une impasse.
    La France doit reformer sa constitution pour y intégrer des mécanismes conformes aux droits des peuples autochtones de l’ONU, au bénéfice des peuples autochtones colonisés par la France, amérindiens de Guyane et Kanaks de Nouvelle Calédonie.
    Il faut arrêter de rester sourd à ces demandes, même celles venant de ses propres institutions comme la CNCDH :
    « les membres des peuples kanak en Nouvelle-Calédonie et amérindiens en Guyane doivent faire l’objet d’une attention particulière. Afin que les mesures prises en faveur de ces deux peuples soient réellement efficaces, il est indispensable que l’Etat reconnaisse ces deux peuples comme des « peuples autochtones » en tant que tels sur le territoire de la République française. » *https://www.cncdh.fr/publications/avis-sur-la-place-des-peuples-autochtones-dans-les-territoires-doutre-mer-de-france*

  • Bello973

    Amen…Mais c’est quand même très mal barré vu ce vote de l’assemblée.
    L’un des prochains crash-test pour l’Etat nous concerne…Il devra valider à son tour (CE / CC) le principe d’une autorité autochtone disposant d’un réel droit de véto… Une grande première pour la république. En espérant… l’esprit jacobin local sachant se montrer tout aussi retord qu’au national, que l’opposition de la CTG ne foute pas le bordel d’ici là, en attaquant la résolution autochtone adoptée en avril dernier lors d’un vote local chaotique mais néanmoins historique, pour la cause autochtone en Guyane. Et ce serait d’ailleurs aussi une piste pour accroître les pouvoirs du sénat coutumier kanak uniquement consultatif à ce jour…une garantie en compensation de la perte d’hégémonie au niveau du congrès de NC…pour espérer tendre vers une résolution par le haut. En gros, ok pour un électorat élargi (les indépendantistes kanaks ni sont d’ailleurs pas farouchement hostiles, c’est plus la méthode irrespectueuse qui les heurte) mais on ne vote aucune loi pays sans l’accord des peuples premiers. Un esprit jacobin devrait être en mesure d’entendre ce principe basique, seule véritable preuve de rédemption un tant soit peu sincère, en réparation du méfait et du rapt colonial historique subis par ces peuples autochtones.

  • Bello973

    « L’État prétend renvoyer la balle à la fois aux indépendantistes et anti-indépendantistes, tous sommés de trouver une solution. Mais dans le même temps, en juillet 2022, le gouvernement a nommé la secrétaire d’État chargée de la citoyenneté, Sonia Backès, présidente de la province Sud de la Nouvelle-Calédonie, anti-indépendantiste. Quant au rapporteur de la loi sur la réforme constitutionnelle, il s’est agi d’un anti-indépendantiste particulièrement véhément dans ses déclarations publiques : Nicolas Metzdorf. En conséquence, la position d’équilibre qu’a cherché à incarner l’État depuis l’accord de Matignon, en vue d’une solution consensuelle, a en effet été perdue depuis 2021. La violence qui a malheureusement éclaté signe l’échec d’une telle stratégie politique à haut risque d’un État redevenu partial. » (Michel NAEPELS – Médiapart mai 2024 entretien A.PERRAUD)

    « L’anthropologue Michel Naepels est spécialiste de la violence en politique et de ce qui s’ensuit. Il a étudié, en Nouvelle-Calédonie, le passif colonial, les conflits fonciers, les rapports sociaux, mais également l’intelligence collégiale propre à la culture kanake. »

  • Frog

    Le Monde ce jour:
    « Ce jeudi matin, le ministre de l’intérieur et des outre-mer a effectivement accusé Bakou d’ingérence en Nouvelle-Calédonie, sans donner plus d’éléments. « Sur l’Azerbaïdjan, ce n’est pas un fantasme, c’est une réalité (…). Je regrette qu’une partie des leaders indépendantistes calédoniens aient fait un deal avec l’Azerbaïdjan, c’est incontestable. »

    Mi-avril, une élue indépendantiste de Nouvelle-Calédonie a signé, au nom du président de Congrès, un mémorandum de coopération entre celui-ci et le Parlement azerbaïdjanais, dirigé par l’autoritaire président Ilham Aliev. Cette initiative a été rejetée par les élus loyalistes, qui l’ont qualifiée de « honte » »
    Y aurait il un député à la manœuvre faisant jouer ses nouvelles accointances ? genre traitre a la nation ?

  • Bello973

    Dés éléments de langages sortis depuis trois jours et un réflexe impérialiste…selon l’anthropologue du CNRS Benoît Trépied, expert sur le contexte néo-calédonien.
    **http://iris.ehess.fr/index.php?2067

    « Si l’État français s’est tiré une balle dans le pied dans la Calédonie, je ne suis pas étonné que ses adversaires politiques en profitent, mais ce ne sont pas ses adversaires qui ont tiré ».

    https://x.com/franceinfo/status/1791010122430345420

  • Frog

    Nous parlons donc bien d’un adversaire à l’état Français; le député en crise de Bakou.
    En cas de guerre avec les russes faudra penser a l’enfermer celui la.

  • Bello973

    On croirait presque que tu espères une loi criminalisant les ong, les associations et la presse… «poursuivant les intérêts d’une puissance étrangère». Comme en Géorgie.

  • Bello973

    Au-delà du rideau de fumée de Darmanin sur l’ingérence étrangère, particulièrement repris et mis en exergue sur les plateaux d’extrême-droite de Cnews. Pour ceux qu’une parole indépendantiste kanak intéresse, aux fins de ne pas succomber totalement à la tentation de l’infantilisation condescendante, sous couvert de manipulation par des intérêts étrangers…Voilà ce qui s’entend à contrario sur un média qui est lui très clairement de gauche:

    https://www.mediapart.fr/journal/international/160524/nouvelle-caledonie-perdu-trente-cinq-ans-de-paix-en-trois-jours

  • Patoche

    Et c’est bien plus qualitatif que certains articles de ce site. De la vraie bonne information en ligne 100% indépendante où les commentaires sont les bienvenus. Et où ne regarde pas que son nombril de roi de nulle part.

  • Frog

    « rideau de fumée  » ? votre angélisme idéologique vous a emboucané.
    https://www.france.tv/france-5/c-dans-l-air/

  • Bello973

    Cet opportunisme sur fond de rivalité géopolitique bien réelle, reste très anecdotique au regard de la responsabilité du gouvernement et de Darmanin dans l’avènement de cette crise. Un peu comme si l’on rendait la Russie responsable de la montée du RN en France.

    D’ailleurs les intervenants de ton émission (excellente au demeurant) relativisent eux-mêmes:

    « Je pense qu’il faut faire attention à un piège qui serait de dire que ce qui se passe en Nouvelle Calédonie c’est de la faute de ces ingérence étrangères » (Pierre Haski, Chroniqueur international – France Inter et « L’Obs » )

    « Dans les année 80 le grand méchant c’était là Libye du colonel Khadafi, et il y avait quelques indépendantistes qui étaient allés s’entraîner en Libye. Il y a aussi de la part des indépendantistes un petit jeu de provocation, mais ça n’a jamais rien donné dans les faits ensuite. (Nathalie Nouzieres, Rédactrice en chef pôle Outre mer – France Televisions)

    Sur Cnews ces « ingérences » deviennent l’explication principale, mais dans ton émission ce n’est certainement pas l’explication de fond, mais plutôt une conséquence. L’accent ayant été surtout mis sur l’erreur de méthode du gouvernement, le passif colonial et plus brièvement les inégalités criardes dont sont victimes les populations kanaks sur ce territoire, comme causes premières des émeutes…

    « Je crois qu’on ne mesure pas, quand on fait un panorama de l’ensemble du territoire français, et des territoires ultramarins, les inégalités en Nouvelle Calédonie sont criantes. Abyssales. Y compris au sein des provinces. Et quand on compare entre les provinces c’est extrêmement profond… » (Martial Foucault Professeur à Sciences Po – Directeur de recherches au Cevipof )

    « Il a beaucoup de jeunes kanaks qui habitent maintenant en ville, c’est pour cela que cela devient des émeutes urbaines par rapport aux années 80 oú c’étaient des affrontements en brousse. Et ce sont souvent des jeunes qui eux-mêmes n’ont pas accès à cette société de consommation » (Nathalie Nouzieres).

    Clairement, si Darmanin met subitement en avant ces « ingérences étrangères » c’est pour minimiser sa responsabilité (et celle de Macron) énorme dans ce fiasco bien franco-français de politique intérieure. Ne joue pas les naïfs.

  • Bello973

    Les organisations autochtones locales réitèrent officiellement leur soutien au peuple Kanak… avec la solidarité du MDES.

    https://www.facebook.com/photo/?fbid=460634652992838&set=a.193751256347847

    Rapprochement de plus en plus prégnant entre les militants officiels de la cause autochtone et le MDES qui récolte aussi logiquement les fruits de sa solidarité politique, via notamment le soutien de la demande de commission vérité sur les homes indiens, ou le vote en faveur de la résolution autochtone. Et vu le comportement stupide (amateurisme et passage en force irresponsable et irrespectueux) de la macronie dans la crise néo-calédonienne actuelle, inutile de dire que les indépendantistes locaux jouent en ce moment sur du velours… Mais bon, on pourra toujours accuser l’ingérence russe.

  • Bello973

    « Le Front de libération nationale kanak et socialiste a pourtant fait preuve d’ouverture en acceptant de discuter d’un dégel partiel du corps électoral, fixé dans l’accord de Nouméa, à condition que ce point capital soit débattu au sein d’un accord global. Mais la réforme brutale imposée depuis Paris empêche tout dialogue serein sur l’avenir institutionnel de l’archipel. S’agit-il d’un aveuglement volontaire du gouvernement français ? Les premières réactions à l’explosion de violence qui secoue la Nouvelle-Calédonie depuis le 13 mai en disent long sur l’incapacité de nos dirigeants à comprendre et à mesurer ce qui se passe à 16 700 kilomètres de Paris.

    Pourquoi les dirigeants français actuels restent-ils myopes face à une situation sociale potentiellement explosive dans le Grand Nouméa, où vit désormais la moitié de la population kanak et où les inégalités sont criantes ? Pourquoi cette surdité face aux inquiétudes exprimées par trois anciens premiers ministres (Jean-Marc Ayrault, Manuels Valls et Edouard Philippe) quant à la méthode employée par le gouvernement ? Pourquoi une telle fin de non-recevoir opposée aux demandes de la majorité des élus du Congrès de Nouvelle-Calédonie de renoncer à la réforme du corps électoral afin d’éviter les risques de troubles à l’ordre public ? Tous les Calédoniens paient le prix aujourd’hui de ces choix politiques dangereux. »
    (Tribune Le Monde 18/05/2024)

    Christine Demmer, anthropologue au Centre national de recherche scientifique (CNRS) ; Christine Hamelin, sociologue à l’université Versailles-Saint-Quentin (Yvelines) ; Pierre-Yves Le Meur, anthropologue à l’Institut de recherche pour le développement ; Isabelle Merle, historienne au CNRS ; Michel Naepels, anthropologue au CNRS-Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) ; Marie Salaün, anthropologue à l’université Paris Cité ; Christine Salomon, anthropologue ; Eric Soriano, politiste à l’université Paul-Valéry-Montpellier ; Benoît Trépied, anthropologue au CNRS ; Eric Wittersheim, anthropologue à l’EHESS.

  • Patoche

    Sinon comme on dit aux enfants : t’as une opinion personnelle mon petit ?

  • Patoche

    « La culture, c’est comme la confiture, moins on en a, plus on l’étale. »
    Quel bel hommage à Françoise Sagan à coup de copier coller.

  • Bello973

    En parlant d’ingérence étrangère…Pendant que Darmanin et le parlement se fracassent politiquement sur le mur de l’aveuglement partisan et des considérations électorales boutiquières,…l’Australie dont on connaît pourtant le comportement vis-à-vis de sa propre population autochtone (refus par un référendum en 2023 de la reconnaissance des autochtones dans la constitution et rejet de la création d’une instance coutumière consultative) a maintenant beau jeu de faire la leçon à la France par la voix de son ex-consule:

    « Les manifestations kanak ont dégénéré en violents affrontements le jour où, à Paris, l’Assemblée nationale examinait le projet de révision constitutionnelle pour élargir le corps électoral unilatéralement faute d’un accord avant juin. L’ampleur des destructions perpétrées par la jeunesse kanak est un signe, non seulement pour la France et les loyalistes qu’elle a directement pris pour cibles, mais aussi pour les chefs kanak ainsi que les pays voisins, de la profonde détresse de cette nouvelle génération, laissée pour compte.

    Les pays voisins soutiennent de manière discrète mais soutenue les Kanak. En 1986, ils ont obtenu la réinscription de la Nouvelle-Calédonie sur la liste des territoires à décoloniser du comité spécial de la décolonisation des Nations unies. Depuis, l’ONU examine chaque année la situation de la France et de son territoire non autonome. Le Forum des îles du Pacifique y dépêche régulièrement des missions pour surveiller la mise en place de l’accord de Nouméa et observer chaque référendum ; il a d’ailleurs exprimé de sérieuses réserves quant au troisième.

    Emmanuel Macron a placé la Nouvelle-Calédonie au cœur de ses ambitions géopolitiques. Pour préserver son souhait de voir la France constituer une grande puissance dans la région Indo-Pacifique, il doit maintenant écouter la minorité kanak grandissante et les appels des gouvernements des îles de la région. Il doit le faire dans la perspective d’avancer, main dans la main, avec humilité et respect. ».

    (Denise Fisher, ancienne consule générale d’Australie en Nouvelle-Calédonie, Le Monde 18/05/2024 « Emmanuel Macron doit maintenant écouter le Kanaks »)
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2024/05/18/nouvelle-caledonie-emmanuel-macron-doit-maintenant-ecouter-les-kanak_6234025_3232.html

    Petit coup de pied de l’âne diplomatique, à la patrie des droits de l’homme qui se prenait pour le meilleur élève de la classe en matière de décolonisation dans la région… Manière de dire aux partenaires océaniens des alentours. Vous voyez ces froggies…finalement ils ne valent pas mieux que nous! Manière d’insinuer en direction de Macron et de la France…Vous voyez, vos têtes de ponts indo-pacifiques stratégiques, elles ne sont pas si solides au fond… Le leadership occidental dans le coin c’est nous.

  • Bello973

    Point de vue d’un néo-calédonien…

    « L’ensemble des Kanak plafonnent à un niveau de scolarité très bas alors que les classes sociales supérieures européennes excellent vers le haut. La culture négative de la dérive fait le quotidien de la majeure partie de ces jeunes Kanak. Les nantis vont pointer du doigt et poser en modèles de réussite les élites kanak. Le système sélectif ségrégatif fait réussir une minorité pour justifier la machine sélective scolaire puissamment et structurellement inégalitaire.

    Les médias ne cessent de nous marteler l’opposition binaire “Kanak”/”Caldoches”. On masque les histoires sociales des colonisations des peuplements et la grande histoire des civilisations kanak. On fait comme si la situation de déséquilibre démographique et les complexités ethnico-culturelles n’existaient pas et surtout comme si la mixité urbaine des gens n’existait pas. Les experts en sont restés aux analyses des années 80 et de son machin ou bidule appelé “les événements”. Or les jeunes que le préfet Le Franc (sans ajouter un “e” à son nom) désigne par émeutiers sont loin d’être si cons. Ils voient la criante inégalité structurelle. Ils ramassent les miettes du gâteau. La tension existe depuis 1989. Elle éclate au grand jour maintenant.

    Le Ministre de l’intérieur et des outre-mer de la République française et son Président, M. Macron, mettent en œuvre le « bordel » qu’appelait de ses vœux Madame Sonia Backès, ancienne secrétaire d’État à … la citoyenneté, actuelle présidente de la Province sud en Nouvelle-Calédonie. Les deux députés de la Nouvelle-Calédonie, des deux circonscriptions taillées sur mesure, Messieurs Nicolas Merzdoff et Philippe Dunoyer, rapporteurs du projet de loi constitutionnelle, ont fait en sorte qu’aucune citoyenneté ne soit rendue effective en Nouvelle-Calédonie. Leur géopolitique se calque sur celle de la France, dépeçage de la Nouvelle-Calédonie pour l’endetter et la soumettre à la puissance de tutelle, et faire de la Nouvelle-Calédonie un porte-avion de la route impériale de l’axe indo-pacifique. »

    (Hamid Mokaddem, Mai 2024 – Professeur agrégé de philosophie, docteur en anthropologie sociale et ethnologie (EHSS de Paris). En poste à l’Institut de la Formation des Maîtres de la Nouvelle-Calédonie (IFMNC). Il réside, vit, travaille et œuvre en Nouvelle-Calédonie depuis mars 1989.)

  • Frog

    Curieux tout de même cette bien pensante idéologie qui voudrait donner le droit de vote aux étrangers en métropole et le geler en NC.

  • Frog

    Idem pour les statistiques ethniques, c’est bien en NC et pas bien en métropole ou dans les autres DOM.

  • Bello973

    Frog, tu pourrais au moins citer les sources (Virginie Bastié de Cnews) et leurs éléments de langage, qui forgent ton opinion…ce serait beaucoup plus transparent.

    https://twitter.com/EugenieBastie/status/1791362939418534369

    Rappelons juste que les kanaks ont été colonisés et mis en situation de minorité au travers de politiques de peuplement avérées…

    « La présence française ne peut être menacée que par une revendication nationaliste de populations autochtones (…), l’immigration massive de citoyens français métropolitains ou originaires des DOM devrait permettre d’éviter ce danger (…). A long terme, la revendication nationaliste autochtone ne sera évitée que si les communautés non originaires du Pacifique représentent une masse démographique majoritaire. Il va de soi qu’on n’obtiendra aucun effet démographique à long terme sans immigration systématique de femmes et d’enfants (…). Sans qu’il soit besoin de textes, l’administration peut y veiller (…). Le succès de cette entreprise indispensable au maintien de positions françaises à l’est de Suez dépend de notre aptitude à réussir, enfin, après tant d’échecs dans notre histoire, une opération de peuplement outre-mer. » (Pierre Messmer, premier ministre en 1972, adressa à son secrétaire d’Etat aux Dom-Tom.)

    Les étrangers qui arrivent en France, eux ne s’inscrivent pas dans une logique de submersion démographique colonisatrice historique ,… « A long terme, la revendication nationaliste autochtone ne sera évitée que si les communautés non originaires du Pacifique représentent une masse démographique majoritaire. »… Ils ne constituent donc pas les rouages stratégiques d’une ex-puissance coloniale, qui ne fait même plus l’effort de dissimuler son jeu partisan (Backès au gouvernement, Metzdorf rapporteur de la loi).

    Le gèle du corps électoral, conclu dans l’accord de Nouméa, avait pour fondement de compenser et de mettre un terme à cette logique de submersion démographique délibérée…Les kanaks sont néanmoins prêts à y renoncer progressivement à la seule condition que leur souveraineté garantie par ce même accord, soit d’abord concrétisée et donc négociée. Faire mine de ne pas l’entendre, c’est continuer à faire du Messmer cinquante ans après… Ce qui reste au fond une attitude colonialiste. Et vu le comportement partisan actuel du gouvernement, l’extrême méfiance des autochtones de NC est donc plus que justifiée…

    « Il convient de faire mémoire de ces moments difficiles, de reconnaître les fautes, de restituer au peuple kanak son identité confisquée, ce qui équivaut pour lui à une reconnaissance de sa souveraineté, préalable à la fondation d’une nouvelle souveraineté, partagée dans un destin commun. » (Accords de Nouméa – 1998 )

    Si cette « reconnaissance de souveraineté » contenue dans les accords de Nouméa était finalement une arnaque, ou en tout cas puisqu’elle le devient dans l’attitude du gouvernement actuel…Alors normal que les kanaks ne se laissent pas faire.

    Quant au recensement ethnique en NC c’est effectivement la loi qui permet cette dérogation:
    https://www.legifrance.gouv.fr/loda/article_lc/LEGIARTI000049354724

    Une dérogation trouvant son fondement dans cet accord de Nouméa inscrit dans la constitution (article 77) afin d’en respecter les objectifs. C’est du moins ce qui est enseigné dans les universités de Nouvelle-Calédonie. https://hal.science/hal-02117059/document

  • Frog

    mais… mais… vous passez votre temps sur LCI et Cnews vous !

  • Frog

    Je ne vois aucune différence entre un « franchouillard » nationaliste effaré par la pression migratoire et craignant le  » grand remplacement » et un Kanak ayant peur de perdre son identité. Des êtres humains…

  • Frog

    Je ne vois aucune différence entre un « franchouillard » nationaliste effaré par la pression migratoire et craignant le  » grand remplacement » et un Kanak ayant peur de perdre son identité. Des êtres humains…
    Et merci de m’avoir fait découvrir Mme Bastié, vais pouvoir étoffer mon argumentaire.

  • Bello973

    Puisqu’il faut donc le radoter…Il y en a un, d’un côté, qui est dans le fantasme de l’invasion par l’immigration. Et de l’autre, il y en a un qui s’est effectivement mangé la politique de peuplement planifiée par la puissance colonisatrice…

    « La présence française ne peut être menacée que par une revendication nationaliste de populations autochtones (…), l’immigration massive de citoyens français métropolitains ou originaires des DOM devrait permettre d’éviter ce danger (…). A long terme, la revendication nationaliste autochtone ne sera évitée que si les communautés non originaires du Pacifique représentent une masse démographique majoritaire. Il va de soi qu’on n’obtiendra aucun effet démographique à long terme sans immigration systématique de femmes et d’enfants (…). Sans qu’il soit besoin de textes, l’administration peut y veiller (…). Le succès de cette entreprise indispensable au maintien de positions françaises à l’est de Suez dépend de notre aptitude à réussir, enfin, après tant d’échecs dans notre histoire, une opération de peuplement outre-mer. » (Pierre Messmer, premier ministre en 1972, adressa à son secrétaire d’Etat aux Dom-Tom.)

    La négation du fait colonial…tu es en plein dedans. C’est pour cela que tu n’arrives pas à faire la différence…

  • Frog

    Le fait colonial dites vous? mais c’est l’histoire de l’homme, c’est d’ailleurs ca qui nous a fait homme.
    Nous avons tous été colonisés a un moment ou un autre.
    Aucune négation dans mes propos.
    Une petite remarque tout de même, dans une chefferie Kanak d’avant kolonisation vous auriez été banni ou pire mangé !

  • Frog

    Il y en a un, d’un côté, qui est dans le fantasme de l’invasion par l’immigration. Et de l’autre, il y en a un qui s’est effectivement mangé la politique de peuplement planifiée par la puissance colonisatrice…

    Fantasme? ben on ne le saura jamais vu que les statistiques ethniques sont interdites !
    L’autre ? ben il a eu de la chance d’être colonisé par des Français, son peuple est passé de 20 000 au début du siècle a 100 000 de nos jours, éduqué et en bonne santé.
    Maintenant s’ils préfèrent les chinois, pourquoi pas ? C’est la marche du monde, c’est inéluctable, l’évolution de Darwin.
    Et puis un peu comme les Amerindiens, quand on revendique d’être des guerriers, ben faut pas s’étonner de parfois perdre la guerre.

  • Bello973

    Selon les historiens l’évolution en proportion de la population des kanaks, c’est:
    1866 96% / 1885 63% / 2014 39%

    https://www.lhistoire.fr/la-nouvelle-cal%C3%A9donie%25C2%25A0-%C2%AB%25C2%25A0une-colonisation-pas-comme-les-autres%25C2%25A0%C2%BB

    Par rapport au début du siècle cette proportion a donc nettement régressée… Messmer et d’autres avant lui ont bien bossé…

  • Patoche

    Une question reste intéressante à ce compte là : pourquoi avec autant de potentialités certaines régions du monde ont-elles évoluées ainsi ? Pourquoi et comment une telle domination possible fût-elle possible face à des atouts indéniables ? L’essai de Jared Diamond est intéressant de ce point de vue : « De l’inégalité parmi les sociétés : Essai sur l’homme et l’environnement dans l’histoire (Guns, Germs, and Steel: The Fates of Human Societies1) ». Car avec les mêmes potentialités, tous ne font pas la même chose.

  • Patoche

    Ceci étant, ces commentaires n’ont vraiment que peu d’utilité au vu des échanges et des retours sans intérêt. Chacun est dogmatique et dans un jugement permanent. L’abonnement étant mensuel, j’ai bien assez soutenu la presse indépendante. Bon courage à Guillaume Reuge dont les articles sont très bien écrits. Pour le reste, humilité et déontologie ne feraient pas de mal qu’on soit lecteurs ou autres !

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Dilhan Will 4ème du chrono avec arrivée en côte, Benjamin Le Ny 5ème, le champion du Rwanda du CLM, Moise Mugi Sha remporte la 1ère étape

Les deux coureurs de l'Union Sportive Lamentinois (USL) Dilhan Will 4ème et Benjamin Le Ny, 5ème, sont dans une position d'attente au classement général, à l'issue du contre la montre, alors que ...

À Saint-Laurent du Maroni, le défi du logement

En 2030, Saint-Laurent du Maroni, qui n’était encore qu’un bourg de quelques milliers d’habitants dans les années 1970, devrait devenir la ville la plus peuplée de Guyane avec près de 130 ...

[EN DIRECT – Législatives 2024] : Les candidats en lice : Boris Chong-Sit, Yvane Goua, Jean-Philippe Dolor, Jean-Victor Castor, Olivier Taoumi…

C'est officiel, le dépôt des candidatures en préfecture auprès du bureau des élections est du 12 au 16 juin 18h. A l’occasion des élections législatives anticipées organisées par ...

Championnat d’Europe : médaille d’argent pour Gémima Joseph au relais 4x100m

Elle l'a obtenue sa médaille en fin de soirée à Rome (fin d'après-midi en Guyane), l'équipe de France termine 2ème derrière la Grande-Bretagne. Gémina Joseph a pris son témoin avec un peu ...

Grand Prix de la Montagne Pelée : 4 arrivées au sommet, des Martiniquais, des Rwandais et des Vénézueliens attendent Dilhan Will

L'équipe de L'USL (Union sportive Lamentinois) de Dilhan Will s'envole aujourd'hui de Guadeloupe pour un saut de puce vers la Martinique voisine où a lieu, sur le papier, une sacrée épreuve : le ...

Carol Ostorero est entrée au conseil d’administration du Comité de l’eau malgré la triple condamnation de l’une de ses sociétés pour la pollution d’une crique

Bien que l'une de ses sociétés minières, Gold'Or, ait été condamnée par la justice pour la pollution d'envergure d'une crique sur la commune de Mana, Carol Ostorero, ex-présidente de la ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2024 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube