vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Publicité Guyaweb

L’arrêté «tête de mule» du préfet, dans sa nouvelle mouture, contesté devant le tribunal administratif

L’arrêté «tête de mule» du préfet, dans sa nouvelle mouture, contesté devant le tribunal administratif
Information Guyaweb !

Le jeudi 12 décembre prochain, le tribunal administratif (TA) de Cayenne doit examiner une requête en annulation d’un arrêté nominatif du préfet de la Guyane ayant interdit à un passager de prendre l’avion pour Orly le 9 septembre dernier. Ce sera la première fois que l’arrêté anti-mules du préfet, dans sa nouvelle mouture, sera soumis à l’arbitrage de la justice administrative. Le 28 mai dernier, dans deux décisions devenue définitives (le préfet n’ayant pas fait appel), le tribunal avait souligné l’illégalité de ce type d’arrêté qui avait interdit à deux passagères de prendre leur avion pour Orly le 25 février…

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

18 commentaires

  • Donc on laisse repartir la mule “chargée” : non assistance à personne en danger ou complicité seront invoqués en cas de pépin.

  • Serenite

    Ce que dit le juge c’est que si une personne tombe sous le coup des faisceaux d’indices, il faut le fouiller ! et non simplement lui interdire de prendre l’avion. ..

  • FF

    Faute de moyens suffisants et vu l’ampleur du phénomène, les services de lutte sont saturés notamment à l’aéroport comprend-on de ce dossier (relire aussi l’arrêté initial).

  • GZ

    chgt de statut

  • FF

    L’architecture magique…

  • GZ

    L’unique chance pour en avoir la moindre…

  • FF

    Un changement de statut qui peut aboutir à un simple changement de statues…

  • GZ

    D’où l’importance de la qualité du travail. Comme tjs.

  • le Jaguar

    ce serait intéressant d’avoir des précisions sur ce statut magique qui va permettre de résoudre tous les problèmes et notamment d’éradiquer les mules !

  • FF
    01 décembre 2019

    Le Suriname va-t-il vers un changement de statue ? Enjeux importants pour la Guyane…

  • GZ
    01 décembre 2019

    Un statut politique n’est pas magique et n’éradique pas les mules. Une configuration institutionnelle peut tout juste être conforme à la réalité et tout juste créer un environnement favorable aux pans de la vie sociétale – ou le contraire. Le trafic de drogue et d’autres pb n’en sont que les reflets.

  • le Jaguar
    01 décembre 2019

    ce serait intéressant d’être un peu plus explicite sur ce changement statutaire car on parle un peu dans le vide là.

  • FF
    01 décembre 2019

    Effectivement, c’est un peu la formule magique. On ne la connaît pas. C’est un peu comme celui qui affirme que son action c’est « pour la Guyane ». Ca escamote le débat…

  • GZ
    02 décembre 2019

    Quelle explicitation ?
    Chgt statutaire signifie modifications profondes de la chose publique. Fonctionnement, responsabilités, règles, lois. Pas de formule magique mais une tentative de mise en adéquation. « On ne la connaît pas. » Ben oui, il faut encore l’inventer.
    Il me semble que tout un comité s’y adonne depuis 2017. Il me semble que le président de la CTG a, à son tour, promis une proposition – suite à l’invitation de EMacron, invitation dont l’importance échappe douloureusement au bon public. Proposition que l’on attend tjs… :-)
    certainement parce que les années écoulées depuis Catayée ont bien changé les neurones… Il doit se remuer dans sa tombe.
    Ce n’est pas l’idée qui devrait vous offusquer mais l’atonie lokal devant cette ouverture née de la soudaine prise de conscience parisienne du coût de l’assistanat à fonds perdus… V’là à quoi a servi 2017, il faut encore la saisir et la saisir à bon escient.
    Le chgt de statut n’est pas magique, il est ouvert au moins jusqu’aux propositions (après… ça se joue ailleurs) Et ce sont les élus dont l’action est garantie « pour la Guyane » – au point qu’un certain dorme mal dans la grande réflexion…
    Pas convaincu de l’utilité d’étaler des idées précises en public : elles risquent d’être reprises par les seconds couteaux aux postes et systématiquement mal utilisées… Ce qui est ennuyant. Je l’ai déjà vécu.
    Disons qu’il m’est amusant de voir nos compatriotes pétris dans l’espérance d’un « dvpt » après ces dernières décennies et devant le spectacle économico-social offert par la Métropole…
    Dans l’attente du Projet CTG-présidentiel, je suis tout aussi ouïe que vous.

  • le Jaguar
    02 décembre 2019

    Je pense que si le comité en question ne donnaient pas l’impression de confisquer le débat en ne s’adressant qu’à une partie de la population, que si certains de ses agitateurs notoires ne sombraient pas dans l’outrance verbale dès qu’ils s’expriment, la question du changement de statut serait certainement plus crédible et comprise par les guyanais. En 2009, les défenseurs du passage à l’article 74 de la constitution ont été incapables de justifier pédagogiquement les raisons de leur choix avec les résultats que l’on connait lors du référendum. Si les partisans du changement de statut veulent convaincre les guyanais du bien fondé de leur démarche, ils ont de gros efforts à fournir.

  • GZ
    03 décembre 2019

    Il paraît improbable à convaincre la majorité d’un bouleversement aussi gros qu’un chgt de statut qui vaille la peine. L’écart est tel… et le système actuel a fait ses ravages sur le terrain comme dans les têtes. Le quidam ne comprendrait pas les avantages et la plupart de ses élus n’y trouveraient que des inconvénients pour leurs personnes. Leur intérêt perso est pire que leur incompétence. RConfiant l’a résumé à façon. Pourtant, les Antilles sont bien plus homogènes que la Guyane, patchwork sans tonus, royaume de la « débrouille » formée par le système actuel aussi corrupteur qu’inapte à assurer un fonctionnement correct.
    On ne sort de ce genre de régime que par la déchéance.

  • le Jaguar
    04 décembre 2019

    Raphaël CONFIANT est souvent très pertinent dans ses analyses.

  • GZ
    04 décembre 2019

    Il l’est, et pourtant mis en minorité. Courbe de Gauss. Alors en Guyane…

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Le directeur de crise : «Devant vous il y a une équipe de la République»

Nommé directeur de crise et dépêché en urgence par le gouvernement, le préfet Patrice Latron,  arrivé mercredi en toute discrétion. reprend la main sur la gestion sanitaire du Covid-19. Il a ...

Affaire du jeune homme de Soula tué à Kourou : d’abord une altercation, l’auteur présumé du crime touché lui aussi par balle

L'affaire qui a abouti au meurtre présumé d'un jeune homme de 19 ans de Soula (Macouria), mardi, village Saramaca à Kourou, est moins simple que l'on aurait pu croire, en se fiant aux premières ...

La culture résiste au virus

Les arts vivants, le cinéma mais aussi la sculpture sont mis à mal par le confinement. Pourtant, les acteurs de la culture se montrent patients et espèrent retrouver très vite leurs habitudes ...

La Guyane en crise sanitaire : 23 décès à déplorer

Le bilan de la pandémie de Covid-19 est de 23 morts et 5704 cas confirmés depuis la détection des premiers cas en Guyane le 4 mars et la propagation du coronavirus concerne l'ensemble du ...

Meurtre au village saramaca de Kourou : la victime était du quartier de Soula

Un jeune homme de 19 ans de Kourou était toujours en garde à vue ce mercredi soir au sein des locaux de la gendarmerie de la ville spatiale suite au meurtre par arme à feu d'un jeune homme du même...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2020 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube