Mercredi 22 Mai

Mercure : sur le Haut-Maroni, des taux de contamination dix fois plus élevés que les seuils légaux fixés par les autorités sanitaires

Mercure : sur le Haut-Maroni, des taux de contamination dix fois plus élevés que les seuils légaux fixés par les autorités sanitaires

Les résultats de prélèvements de cheveux effectués en février auprès d’habitants de plusieurs villages du Haut-Maroni révèlent des taux de mercure dix fois plus élevés que les seuils légaux fixés par la Haute autorité de santé, annoncent plusieurs associations engagées dans un recours en justice contre l’État pour « carences fautives » dans la lutte contre l’orpaillage illégal. 

Le Haut-Maroni empoisonné. Suite à une campagne de dépistage effectuée en février par les associations Wild Legal, Solidarité Guyane et l’Association wayana des victimes du mercure Haut-Maroni auprès d’une soixantaine d’habitants de villages situés en amont de Maripasoula, les résultats des échantillons montrent une contamination au mercure importante.

Ces prélèvements ont été envoyés pour analyse dans un laboratoire japonais du ministère de l’Environnement, basé à Minamata et spécialisé dans la détection du mercure. C’est dans cette ville que la convention internationale éponyme d’éradication du mercure a été adoptée, notamment par la France, en 2013. Les échantillons analysés par des experts « possèdent des taux de mercure allant jusqu’à 22,41 microgrammes par gramme de cheveux au village de Kayodé et 22,82 μg/g de cheveux au village de Taluen » indiquent dans un communiqué les associations précédemment citées.

Ces taux sont dix fois supérieurs aux normes sanitaires françaises et mettent en évidence la contamination des habitants du Haut-Maroni, exposés à des « risques accrus de problèmes neurologiques, de troubles cognitifs et d’autres complications médicales graves« . L’European Food Safety Authority (EFSA), qui a revu à la baisse en 2004 le seuil à ne pas dépasser chez l’adulte, en a fixé la valeur à 4,4 µg/g de cheveux. Chez les enfants de moins de six ans, la Haute autorité de santé recommande depuis 2017 de ne pas dépasser 1,5 microgramme de mercure par gramme de cheveux. La concentration capillaire pour les femmes enceintes est fixée à 2,5 µg/g de cheveux.

Le coupable de cet empoisonnement est tout désigné : l’orpaillage illégal, qui sévit dans la région depuis plus de 30 ans. Le recours au mercure pour agglomérer les paillettes d’or est en effet une pratique courante parmi les opérateurs clandestins. Il faut 1,2 kg de mercure pour agglomérer 1 kg d’or alluvionnaire. Une fois dans le milieu naturel, le mercure est notamment assimilé par les poissons et s’insinue dans la chaîne alimentaire, contaminant les populations. Douze tonnes de ce métal lourd, interdit en France depuis 2006, seraient reversées chaque année dans le milieu naturel d’après l’ONG Wild Legal. Des chiffres corroborés par le directeur du Parc amazonien de Guyane lors d’un entretien réalisé en janvier.

« Face à cette situation critique, nous appelons les autorités locales et nationales à prendre des mesures urgentes pour mettre fin à l’orpaillage illégal dans la région du Haut-Maroni. Les associations alertent depuis des dizaines d’années et mènent avec leurs moyens des campagnes de dépistage pour informer la population sur leur exposition au mercure, il est donc édifiant qu’il faille attendre 2025, selon les annonces de l’ARS Guyane, pour la mise en place d’un programme pilote de dépistage systématique sur Maripasoula qui ne ciblera que les femmes enceintes et leurs jeunes enfants, alors que cette situation concerne tous les enfants » déplorent Wild Legal, Solidarité Guyane et l’Association des victimes du mercure Haut-Maroni, les Jeunesses autochtones et Maïouri Nature Guyane.

Un dépistage systématique de l’imprégnation au mercure des femmes enceintes et des enfants jusqu’à 7 ans vivant à Maripasoula a en effet été annoncé fin 2023 par l’Agence régionale de santé, mais jusqu’à présent peu d’actions d’envergure ont été menées sur le sujet par les autorités.

Depuis janvier, les cinq associations précédemment citées ainsi que la Coordination des organisations des peuples autochtones de Guyane (Copag) sont engagées dans une action en justice contre l’État pour carence fautive dans le dossier de l’orpaillage illégal. Elles accusent l’État de ne pas remplir ses obligations en matière de lutte contre les activités minières illégales et d’impacter en conséquence « les écosystèmes du Haut-Maroni et les citoyens qui y vivent« .

Deux plaintes, l’une au pénal et l’autre devant la justice administrative, ont déjà été déposées il y a dix ans pour dénoncer le manque de moyens alloués à la lutte contre l’orpaillage illégal. Mais toutes deux ont été déboutées par la justice.

Photo de Une : pollution due à l’orpaillage illégal sur le Haut-Maroni en 2017 © Archives Guyaweb

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous


Lisez la suite pour 1€

Je m'abonne

4 commentaires

  • Pagainnom

    Homicides et empoisonnements sur la population du Maroni de la part de l’état par inaction et négligence.
    Non assistance à population en danger.

  • DOMINO

    Une honte pour l’Etat français !
    Non seulement l’ARS ne remplit pas son rôle en organisant des dépistages systématiques et un suivi pour toute la population mais en plus ce sont les associations qui financent les tests.
    La situation sanitaire s’aggrave et se banalise toujours. Le mercure utilisé par les illégaux de manière anarchique ou maîtrisé par les légaux continue de polluer l’eau sans retour possible à une situation normale. Et que l’on ne nous dise pas que l’arsenic est la meilleure solution pour l’environnement et surtout la santé de la population.

  • amertume

    Hélas !

  • Ramphastos

    La creme du ru
    Est venue
    Nue
    Merci
    Parcourrue
    Les villages
    Sans toucher
    Mon toutou
    Accourue
    Aux sillages
    Des bouchers
    Matoutou

    Dans l’œil noir
    Une ombre ocre

    Atone

    Crique croque

    Dans l’autre œil noir
    Sombre l’ogre

    De l’Orénoque
    À l’Amazone.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Emmanuel Macron se rend en Nouvelle-Calédonie pour y installer « une mission de dialogue et de reconstruction économique »

Accompagné de trois ministres, le chef de l'Etat se rend ce mardi soir en Nouvelle-Calédonie pour y installer "une mission de dialogue et de reconstruction économique", une semaine après le début...

Nouvelle-Calédonie : la situation reste tendue une semaine après le déclenchement des émeutes

Sept jours après le déclenchement d'émeutes en Nouvelle-Calédonie, le calme n'est toujours pas revenu dans l'archipel du Pacifique-Sud malgré la réponse sécuritaire du gouvernement. Plusieurs ...

Dilhan Will joue l’équipier de luxe et lance son coéquipier Yannis Agricole aux championnats de Guadeloupe

Un groupe de 9 hommes s'est présenté à l'arrivée des championnats de Guadeloupe avec Dilhan Will qui s'est mué cette fois en équipier Il a pris la tête du groupe échappé durant les dix ...

Gémima Joseph sort encore un bon chrono en Martinique sur le 100 m en 11 s 07, fatiguée elle n’a pas doublé avec le 200 m

Gémima Joseph, 22 ans et demi, a réalisé ce soir au meeting international de la Martinique, son deuxième chrono sur 100 mètres en 11 s 07 (les minimas olympiques qu'elle avait déjà réalisés ...

Saint-Laurent du Maroni : les enjeux de la future ville la plus peuplée de Guyane

En 2030, Saint-Laurent du Maroni, qui n'était encore qu'un bourg de quelques milliers d'habitants dans les années 1970, devrait devenir la ville la plus peuplée de Guyane avec près de 130 000 ...

Epidémie de paludisme sur le littoral, du jamais-vu depuis 15 ans

Avec 340 cas en 2023 et 264 sur les quatre premiers mois de 2024, la Guyane n'avait pas connu d'épidémie de paludisme aussi intense depuis plusieurs années. Avec comme particularité la présence ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2024 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube