Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Publicité Guyaweb

3,4 Mds € de taxes pour la centrale au fioul au Larivot 

3,4 Mds € de taxes pour la centrale au fioul au Larivot 

La construction et le fonctionnement de la « centrale au fioul » au Larivot de EDF Pei nécessiteraient une compensation de 3,4 milliards d’euros de taxes prélevées auprès des producteurs et des consommateurs d’électricité dans les Outre-mer et dans l’Hexagone.

Une centrale au fioul à 111 MW au Larivot ne serait pas seulement polluante, mais aussi fortement coûteuse. 

La compensation que devraient apporter les clients Edf et les producteurs d’électricité dans les Outre-mer et en France aux « coûts d’investissement et d’exploitation » et à d’éventuels « aléas » liés à la construction et au fonctionnement pendant 25 ans d’une telle centrale surdimensionnée, telle qu’envisagée par Edf Pei, s’élèverait à « 3,4 milliards d’euros », dévoile la délibération du 15 décembre 2020 de la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

La CRE avait été saisie pour donner l’autorisation et pour calculer l’impact sur les charges de service public de l’énergie du contrat d’achat d’électricité qu’entendent conclure EDF (gestionnaire monopolistique de l’électricité en Guyane) et EDF PEI (filiale du groupe EDF dans les Outre-mer et porteuse du projet au Larivot).

Cette saisine ne prend pas en compte l’hypothèse de la construction d’une centrale aux agrocarburants voulue par Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique, qui s’était opposée en dernière minute au projet initial d’Edf (Guyaweb du 16/10/20 et du 17/10/20). En cas de mise en activité, non encore démontrée, d’une centrale aux agrocarburants, la CRE porterait un « avenant » à sa délibération du 15 décembre. 

Les coûts de construction (centrale avec 7 moteurs et 14 km d’oléoduc) et les frais de maîtrise d’œuvre chiffrés par Edf Pei et le groupement en charge du projet (Vinci Environnement et deux de ses filiales en Guyane : Nofrayane, dont le Pdg est Olivier Mantez, et Sogea Guyane dirigée par Jean-Paul Benedetti) n’amènent aucun commentaire de la part de la CRE. 

Néanmoins, celle-ci souligne que « les coûts d’acquisition du terrain du Larivot » se situent « dans la fourchette haute des estimations » produites notamment par la Direction régionale des impôts. En juin, nous révélions le montant de la transaction à 15 M€ entre la famille Seban et Edf Pei (Guyaweb du 15/06/20). Pour la CRE, ces coûts élevés « s’explique[nt] en partie par le pouvoir de marché important dont disposait le vendeur [la Société sucrière et agricole de la Guyane française, détenue majoritairement par la famille Seban, ndlr] du fait du peu d’opportunités foncières que présente la presqu’île de Cayenne ». 

Les coûts d’exploitation ont été calculés sur « la base d’une hypothèse de fonctionnement annuel de la centrale de 3 000 heures équivalent pleine puissance », ce qui représenterait schématiquement 125 jours de fonctionnement en continu…

Edf Pei a demandé à la CRE qu’elle accepte de déroger à sa méthodologie de calcul des compensations en acceptant d’intégrer des « risques d’aléas ». Ce que la Commission a accepté, justifiant cette exception par le « délai de développement et de construction restreint » pour une « mise en service rapide » de la centrale « au 21 décembre 2023 ». La CRE a accordé un « pourcentage d’aléas maximum de 8,2% du montant d’investissement ». A ce jour, on ne connaît pas officiellement le coût de l’investissement. Dans les documents versés à l’enquête publique, Edf Pei avait évoqué un « investissement total supérieur à 300 millions d’euros ». 

La délibération de la CRE ne concerne pas non plus une éventuelle compensation à apporter au projet annexe d’Edf Pei de « centrale photovoltaïque » à côté de la centrale thermique, caution « verte » qui avait été pensée en zone naturelle ! « Dans le cas où le producteur souhaiterait développer un projet photovoltaïque sur ce terrain » , et qu’il serait « lauréat d’un appel d’offre », « un avenant au contrat de la centrale thermique sera signé » rappelle la CRE.

Enfin pour la Commission de régulation de l’énergie (CRE), ce projet très controversé « constitue à ce jour le seul projet suffisamment avancé pour assurer la sécurité d’approvisionnement du territoire 

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

8 commentaires

  • bilo
    06 janvier 2021

    Tout ce fric pour rester dans les années 50 ou la majeur partie de la production d’électricité était produite au fioul. Car qu’on ne s’y trompe pas, jusqu’à preuve du contraire l’objectif « biocarburants » est un leurre visant à faire avaler la pilule et s’assurer que le rojet se fasse en l’état.
    Même si l’on s’orientait résolument vers de la biomasse liquide, cela renchérirais encore plus les coûts et les conséquences environnementales seraient monstrueuse. Car cette biomasse serait à terme fabriquée en Guyane en lieu et place de la forêt et de son stock carbone et de sa diversité biologique.
    Je crois que je vais avoir du mal à vivre dans un pays qui sera passé à coté de son temps avec autant de sottises car dans le même temps (et avec beaucoup de retard) des études sérieuses démontrent que la guyane peut être un modèle de mix énergétique fondés sur des sources renouvelables et moins carbonées.
    La fierté qu’auront nos successeurs à vivre dans un tel pays doit être le moteur de nos ambitions.
    Salutations
    PS: Bonne année à Guyaweb et surtout longue vie à un journalisme local, serieux et indépendant.

  • benoit
    06 janvier 2021

    15M € pour un marais 🙄🙄🙄
    A ce prix le desmoustiquage est compris ?? 🤣🤣🤣

  • sandralain
    06 janvier 2021

    15M € pour un marais 🙄🙄🙄
    A ce prix le desmoustiquage est compris ?? 🤣🤣🤣
    En effet la mangovre est chère et n´a pas de prix, vu le pouvoir de marché important dont disposait le vendeur, du fait du peu d’opportunités foncières que présente la presqu’île de Cayenne.
    Ce qui est rare est cher.
    Vous en avez la preuve.

  • Macanahan
    07 janvier 2021

    15 Meuros pour un terrain appartenant à une vieille famille coloniale, les clichés ont la vie dure! En absurdie, tout est possible, même le projet le plus farfelu du XXIe siècle. Nous allons à contre-courant des accords de Paris et de toute envie de sevrer notre société des énergies fossiles et centralisatrice du pouvoir. Quand bien même les signaux d’alerte ont été transmis par les ONG, une partie du pouvoir public local et national ainsi que par les entreprises du secteur des énergies renouvelables.

  • le Jaguar
    07 janvier 2021

    Très concrètement, quel serait le meilleur projet alternatif, à la fois le moins couteux et le moins impactant sur l’environnement ?

  • GZ
    07 janvier 2021

    Bref et à satiété, tout le monde ou presque aura compris que le seul intérêt objectif qui se dégage dans cette affaire est celui des Seban… : la seule raison détectable de ce choix est l’énorme transaction en leur faveur.
    Post-colonie dégringolé, va.

    « peu d’opportunités foncières » de Sandralain
    Hihi. Au peyi dont la superficie appartient à 98 % à l’Etat…
    https://uploads.disquscdn.com/images/b0f127bf7d80777780f0fa86e91272988a8c198026260bac1f303974178cc10a.gif
    Au sous-peyi du terrorisme économique, des confiscations gratuites, des arrangements cachés et des expropriations que la Chine soit-disant communiste ne connaît pas…

    Très concrètement, Matou, le seul coût de construction  « supérieur à 300 millions d’euros » sera prévu pour être dans les 500 millions + les aléas du remplissage du marécage + les dépassements « normaux » dans tout ce qui est public = 800 millions, au bas mot.

    Sachant qu’un système du solaire taillé pour un habitat vers les 45° (!!) coûte à présent dans les 5 à 6 000 euros et en estimant le nombre des foyers loko dans les 80 000 ou cca, je vous laisse le calcul…

    Au final, il restera dans la con science de veaux que les « Guyanais » (= ici les seuls foncés) sont des cons parasites et feignants à la charge de la Métropole trop généreuse qui les nourrit… niveau des boeufs moyens, hein.
    https://uploads.disquscdn.com/images/e401098a9f7d5a5594e2664c5eecedafa29f83f35c72431b4ad8c3872ec603c1.gif

  • Remi973
    07 janvier 2021

    Pour produire l’équivalent des 120 MW de la centrale du larivot, il faut environ 60 ha de panneaux photovoltaïques (+ le stockage à prévoir).
    Le lac de Petit-Saut est vaste de 36.000 ha…
    Le solaire flottant pourrait être une piste à étudier…

  • Kayensis
    08 janvier 2021

    Cette centrale enfreint décidément toutes les lois et la raison, seulement pour qu’EDF et l’Etat actionnaire garde la main sur l’énergie en Guyane?
    EDF ne fait pas l’effort de la transition énergétique et se fait politiquement imposer un maquillage aux agrocarburants importés afin de verdir une usine qui ne fonctionnera PAS 100% aux agrocarburants au démarrage. Cela ne s’est encore jamais fait à cette échelle. Et même si elle y arrivait un jour? Le pouvoir énergétique des huiles végétales est bien inférieur à celui du fioul, donc il en faudra plus pour produire autant. Ces carburants sont très chers. Il faut les importer par des bateaux qui resteront de toute façon trop polluants. Et vu les volumes, le pipeline peut être remplacé par quelques camions citernes… Beaucoup d’argent public bien gaspillé.
    Une bonne alternative comme il est dit ci-dessus, pour produire les 330 GWh/an prévus par la centrale Larivot (cf délibération CRE) ce serait quelque chose comme 100 ha de panneaux photovoltaïque et une énorme batterie lithium. Beaucoup moins cher!

Articles associés :

Suriname : 204 morts Covid de mars 2020 à fin avril 2021, en mai 98 morts, un record mensuel déjà battu : 141 décès du 1er au 18 juin et un parlementaire antivax !

Au Suriname, le nombre de décès Covid poursuit son affolante ascension. Ce pays avait déploré 204 morts Covid de mars 2020 à fin avril 2021, en 14 mois donc. Le mois suivant, en mai, il y aura...

Assiduité des élus à la CTG : Ringuet, Phinéra-Horth et Briolin à la traîne

A l'occasion des élections territoriales dont le premier tour est prévu ce dimanche 20 juin, Guyaweb s'est penché sur l'assiduité des 51 conseillers de la Collectivité territoriale de Guyane ...

L’enquête judiciaire pour suspicion de «favoritisme» est bouclée dans l’affaire qui vise Gabriel Serville, signataire, fin 2014, d’une convention pour la mairie de Matoury avec l’avocat Olivier Taoumi pour 9500 € mensuels d’honoraires

L'enquête judiciaire sur les conditions d'attribution d'une rémunération mensuelle nette de 9500 euros par la mairie de Matoury, théoriquement durant 38 mois, à Olivier Taoumi, entre fin 2014 et ...

Covid-19 : les chiffres ne sont pas rassurants, les indicateurs restent élevés dans un contexte de confinement quasi-fantoche et d’agitation des esprits…

Les chiffres consolidés du Covid-19 ne sont pas à la baisse en Guyane contrairement à ce qu'espéraient les autorités en début de semaine dernière au moment de la décision de maintien des ...

Interview de Gabriel Serville : TVA, évolution statutaire, immigration …

Le député Gabriel Serville (Peyi Guyane), figure politique à l’itinéraire morcelé, s’est lancé dans la bataille des élections territoriales à la tête de la liste « Guyane Kontré pour ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2021 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube