vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Démission du ministre de la Justice brésilien

Démission du ministre de la Justice brésilien

Sérgio Moro a fait cette annonce ce vendredi matin en dénonçant les « ingérences » du président Jair Bolsonaro.

Poids lourd et l’un des ministres les plus populaires du gouvernement dirigé par le président d’extrême-droite Jair Bolsonaro en fonction depuis janvier 2019, Sérgio Moro est un ancien juge devenu célèbre en dirigeant la tentaculaire enquête anti-corruption Lava Jato (« Lavage Express ») ayant conduit notamment à l’incarcération de l’ancien président de gauche Lula, favori de l’élection présidentielle d’octobre 2018 – Sérgio Moro a été mis en cause pour sa présumée partialité dans la condamnation de Lula, écarté de ce fait de la course présidentielle.

Nommé à la tête d’un « super-ministère » de la Justice et de la Sécurité publique avec la garantie donnée par Jair Bolsonaro d’avoir « carte blanche » pour mener la lutte contre la corruption et le crime organisé, Sérgio Moro a néanmoins été rapidement confronté à la volonté du président d’imposer ses vues et les tensions entre les deux hommes se sont accrues dès l’an passé : « à partir du second semestre il y a eu une insistance du président pour changer la direction de la Police Fédérale » a déclaré le ministre démissionnaire ce vendredi 24 avril.

De fait, sa démission a été provoquée par la volonté du président de remplacer par l’un de ses propres affidés le directeur de la Police Fédérale, très proche de Sérgio Moro depuis l’époque de Lava Jato, ce que ce dernier a dénoncé comme une « ingérence » l’empêchant de « préserver l’autonomie de la Police fédérale » qui est « une valeur fondamentale qu’il convient de préserver dans un Etat de droit ».

Sérgio Moro a précisé qu’il n’était pas contre un changement à la tête de la Police Fédérale, placée sous son autorité, mais qu’il fallait pour cela que le président lui donne un motif valable, comme une « erreur grave ».

Or selon le ministre démissionnaire le président lui a dit « plus d’une fois, expressément, qu’il voulait avoir une personne avec laquelle il aurait un contact personnel, qu’il pourrait appeler pour obtenir des rapports d’enquête (…). Ce n’est vraiment pas le rôle de la Police fédérale de donner ce type d’informations ».

En effet, Jair Bolsonaro est très préoccupé par les enquêtes ouvertes contre plusieurs membres de son entourage et notamment l’un de ses trois fils engagés en politique et formant sa garde rapprochée, le sénateur fédéral Flávio Bolsonaro, soupçonné de malversations financières lorsqu’il était député de Rio de Janeiro, le sanctuaire politique du clan familial.

Une semaine après le limogeage du ministre de la Santé du fait de ses profondes divergences avec le président sur la lutte contre la pandémie de Covid-19 qui frappe le Brésil de plein fouet mais qui a été constamment minorée par Jair Bolsonaro, la démission de Sérgio Moro est un coup dur et assombrit l’horizon du chef de l’Etat brésilien, de plus en plus isolé politiquement même s’il conserve le soutien d’environ un tiers de la population.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

2 commentaires

  • Mickael

    Le Brésil, ces Etats Unis des pauvres.

  • Frog

    Le genocide des pauvres voulu par Bolsonaro risque de (va) nous impacter sérieusement .
    A ce jour + de 50 000 cas ( à multiplier par 15)
    Il faut la légion sur le fleuve.
    Il faut expulser les Gariemperos ( la logistique ne cessera pas) qqs années en arrière, le risque sanitaire du à la recrudescence du palu était jugé « invocable » pour le faire.
    Et bien profitons du Covid, c’est vital.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

La justice administrative a tranché : le couvre-feu maintenu sur Cayenne, Rémire-Montjoly, Matoury, Macouria, Kourou, Saint-Laurent du Maroni, Grand-Santi et Maripasoula !

La Chambre des référés du tribunal administratif maintient le couvre-feu pour des "raisons sanitaires et locales" sur Cayenne, Rémire-Montjoly, Matoury, Macouria, Kourou, Saint-Laurent du Maroni, ...

Covid-19 : une vingtaine de militaires au moins infectés à Camopi sur 40 positifs, 146 cas à Saint-Georges soit 3,5% de sa population, l’Est guyanais vire au rouge

La pandémie continue son inquiétante progression en Guyane avec 31 cas de plus confirmés ce mardi et, depuis lundi soir, de surcroît, deux personnes placées en réanimation à l'hôpital de ...

Saint-Georges, cluster de Guyane

Saint-Georges de l'Oyapock à la frontière du Brésil, seule commune encore confinée en Guyane, est «le» foyer épidémique actuel du territoire. La Guyane est au stade 2 de la diffusion du ...

Covid-19 : deux patients en réanimation au CHC

De sources hospitalières concordantes, “deux patients” sont hospitalisés depuis “lundi soir” en service réanimation, secteur Covid, au centre hospitalier de Cayenne. Selon une source ...

Procès reporté au 18 juin pour Christian Antoinette, agent de sécurité et voleur présumé des masques au centre spatial guyanais

Le procès de Christian Antoinette, 43 ans, agent de sécurité au centre spatial guyanais de Kourou poursuivi pour le vol des masques chirurgicaux courant et fin mars au CSG a de nouveau été ...

La Ligue des droits de l’homme demande la suspension du couvre-feu en Guyane : une audience à fort enjeu

Le tribunal administratif de Cayenne, comme l'a révélé Guyaweb ces derniers jours, est saisi d'une requête en référé liberté à fort enjeu. En effet, la Ligue des droits de l'homme (LDH), ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2020 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube