vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?
 
 

L’amendement tiré à la chasse

L’amendement tiré à la chasse

Évacué  ! L’amendement de l’interdiction de la chasse motorisée en Guyane porté par le groupe Europe Écologie-Les Verts à l’Assemblée nationale a été siphonné lors de l’examen du projet de loi biodiversité, auquel participait la députée Berthelot. Les parlementaires écologistes qui portaient l’amendement l’ont finalement retiré. Le pas en arrière opéré le 25 juin 2014 en commission du développement durable et de l’aménagement du territoire par les députés écologistes (EELV), sous les conseils de Chantal Berthelot, est des plus étonnants. Le groupe avait manifesté son opposition à l’absence de l’application de la législation française en Guyane en matière de chasse…

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

6 commentaires

  • Celeri

    C’est très courageux de sa part de ne pas laisser des écolos parisiens décider pour nous sans même savoir nos tradition. Préserver notre biodiversité je suis pour mais j’ai tout de même envie de continuer à manger mon lézard, mon caïman et mon cochon bois! donc svp les écolos, arrêtez un peu avec vos histoires!
    C’est comme lorsqu’ils disent qu’il ne faut plus faire de route en France pour ne pas polluer oui mais la Guyane ce n’est ni Paris ou Lyon!!!

  • Et en parlant des « pressions cayennaises et des chasseurs de loisirs »…
    Observez donc cette photo qui circule en ce moment sur les réseaux sociaux! http://twitter.com/AliseeWW/status/489437416206659584/photo/1

  • Très bon réflexe de Mme Berthelot qui, dans un soucis de transparence, préfère adapter la loi à la Guyane. Il est vrai que nos ressources en gibier et poisson diminuent à une vitesse désastreuse! Néanmoins, savoir qui sont ceux qui détruisent et ceux qui prélèvent au titre de la coutume est essentiel. Je pense qu’il est légitime de pouvoir travailler en concertation avec les associations de Guyane, le parc amazonien et toutes les institutions concernées par ce sujet. Déposé un amendement sans prendre en compte les réalités de notre territoire, les us et coutumes, se révèle dangereux en inapproprié. La métropole est encore loin de prendre en compte notre caractère atypique dans certaines parties de notre région. Je salue l’initiative de Mme Berthelot de ne pas avoir céder tant au lobby écologiste qu’à un lobby des chasseurs. Pour développer durablement la Guyane, il faut pouvoir associer tous les paramètres du développement à celui de la protection de l’environnement. Commençons d’abord par avoir un pays propre …. l’état de nos villes et le manque de civisme de notre population montre à quel point nous sommes encore loin d’une telle réussite. La critique est facile…… il suffit d’ouvrir les yeux.

  • en tout cas se que je sais c’est que les traditions sont de ne pas chasser pour vendre, ne pas chasser la nuit , et surtout avec des voitures ou pirogues ! ne pas tirer sur des troupeaux avec des petits , respecter les saisons !
    je commence a en avoir marre des gens qui confondent écologies avec interdiction ! se ne sont pas des synonymes !!! la loi fait peur et tout le monde se braque parce que personne ne sais la respecter !! et pour le lien avec la photo ne jouer pas les étonner parce que sa se passe tous les jours en Guyane à toute heure et en toute impunité !!!!!!!
    beaucoup de chose de tourne pas rond et plus on attend plus on met du charbon sous la cocote !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • C’est tout de même terrible d’entendre de pareils propos. Tout d’abord en tant que membre fondateur d’une association de chasseur, créée depuis plus de 20 ans pour défendre les droits des chasseurs mais aussi pour les identifier et obtenir des règles adaptées de chasse en Guyane, je tiens à remercier Mme BERTHELOT pour son courage car elle est un des rares élus à prendre en compte les spécificités de notre région et à défendre les intérêts de la Guyane. Je crois que les verts n’ont rien à faire ici, s’ils continuent à casser du sucre sur le dos des guyanais et « en douce ». Soit par ignorance ou soit par bêtises, ils décident sans consulter la population d’interdire. que veulent ils ??? Que nous nous rebellions comme en Nouvelle Calédonie ou pire que nous rejetions la France comme en Indochine ou en Algérie. C’est à cause de gens comme eux qui ont insulté les habitants (toutes origines et toutes races confondues) vivant dans ces régions qu’ils ont fini par les mettre en colère.
    Oui il faut une réglementation cela à été dit à maintes reprises dans les commentaires mais avec nous, pas sans nous, sinon ce sera contre nous (N. MANDELA).
    Que faites vous des pêcheurs, des orpailleurs, des chasseurs illégaux ??? Pourquoi le citoyen de Guyane doit-il payer alors que son prélèvement est dérisoire, ne pas tenir compte de la bêtise (ci-dessus) de cas isolés. Nous sommes conscients que nous devons identifier tous ceux qui portent une arme et en particulier tous les chasseurs : « Permis, ports d’armes ou autorisation de prélèvement », il est nécessaire de pouvoir reconnaitre tous les chasseurs et de punir en cas d’infraction.
    Les chasseurs de Guyane seront les premiers à respecter les lois issues d’un consensus populaire et de les faire respecter comme en métropole. Nous sommes des sauvages aux yeux de certains et fiers de l’être mais nous ne sommes pas des « brutes », ni des « viandards ». C’est sous la pression de notre association lors des ORGFH, que la commercialisation du tapir, du hocco et bien d’autres animaux a été interdite et acceptée par la population, nous leur avons expliqué le pourquoi.
    Amérindiens, peuples du fleuve, créoles, hmongs, métros, chinois, et toute la population qui aime la Guyane, unissons nous pour défendre notre région et protéger nos cultures. Mme BERTHELOT, nous nous connaissons peu, nous sommes à votre disposition pour vous aider à comprendre nos pratiques de chasse en Guyane et bien d’autres choses encore comme la nécessité de faire l’élevage d’animaux non domestique pour la restauration par exemple. Une fois de plus merci, nous saurons nous en souvenir quand il le faudra. Bon courage.

  • Maiouri Nature Guyane

    Maiouri Nature Guyane, association de protection de l’Environnement en Guyane, a envoyé un courrier aux parlementaires à l’initiative de l’amendement ainsi qu’à madame Chantal Berthelot. Pour rappel, l’amendement CD 601 à la loi biodiversité portait sur l’«interdiction de chasse avec tout véhicule à moteur pour capturer, rabattre ou tirer le gibier».
    MNG demande qu’après un premier retrait compréhensible, du fait de sa mauvaise rédaction, qu’il soit à nouveau présenté dans l’intérêt général. Nous vous en présentons ici quelques extraits  :

    Tout d’abord, MNG rappelle qu’ il est fondamental de ne pas inclure les embarcations nautiques à moteur dans la future réglementation.

    En effet, à l’heure actuelle, il est difficile d’envisager d’interdire la chasse en pirogue sur le littoral mais surtout dans l’intérieur. La nuance est pourtant considérable : en effet, si la chasse en embarcation nautique est pratiquée tant par les populations autochtones que par le chasseur occasionnel ou professionnel du littoral, la chasse en véhicule terrestre n’est pas pratiquée par les populations autochtones.

    Dans le point #2/9 de nos propositions, (voir site MNG) nous parlons bien de citadins ou ruraux de la bande littorale, desservit par un réseau routier asphalté ou pistes de latérite, qui pratiquent une chasse totalement irresponsable tant en terme cynégétique qu’en terme de sécurité civile.
    Concrètement, il s’agit d’une chasse pratiquée par des individus, assis sur le toit de leur voiture ou debout à l’arrière de pick-up tout terrain, voir même sur le porte-bagage d’un scooter, déambulant de nuit comme de jour, sur les routes départementales, ou pistes forestières.

    Il n’y a ici aucun lien entre ce type de chasse accidentogène et une quelconque coutume, qu’elle que soit l’origine culturelle.

    Même si nous convenons qu’en ces termes, Madame la Députée de Guyane ne pouvait qu’être réticente à l’adoption de l’amendement, nous nous permettons ces quelques remarques :

    – Nous regrettons que régulièrement les particularités du mode de vie des peuples autochtones de l’intérieur soient « utilisées » politiquement afin de perpétuer des pratiques abusives ou obsolètes sur le littoral. On espérerait une aussi forte sollicitude envers ces populations en matière d’impact sanitaire de l’activité aurifère légale ou illégale.

    Quoi qu’il en soit, afin d’exclure les peuples autochtones de certaines réglementations inadaptées dans l’intérieur du département mais néanmoins fondamentales sur le littoral, il suffit d’ajouter en fin d’amendement, la phrase suivante, extraite de l’Arrêté dits des « quotas de chasse » :
    https://sites.google.com/site/maiourinature/actualites-2011/ARRETE583:DEAL2011.pdf?attredirects=0

    On peut y lire par exemple : Par exception, certaines de ces mesures pourraient ne pas s’appliquer :
    – aux communautés d’habitants qui tirent traditionnellement leurs moyens de subsistance de la forêt sur les terrains sur lesquels leur sont reconnus des droits d’usage collectifs pour la pratique de la chasse conformément aux dispositions de l’article R.170-56 du code du domaine de l’Etat :
    – aux communautés d’habitants visées à l’article L331-15-3 du code de l’Environnement sur le territoire du Parc amazonien.

    A noter que la distinction entre les zones urbaines (littoral) et l’intérieur du pays (activités traditionnelles) fonctionne correctement chez nos voisins du Suriname. Revoir à l’occasion le calendrier et zonage « Chasse » au Suriname.
    http://www.kustbeheer.sr/wp-content/uploads/2013/09/Jachtkalender.pdf
    (Au Suriname, la chasse a bord d’ 4X4 est bien entendu formellement interdite !)

    Enfin, la Guyane se développe démographiquement et socialement d’une manière importante depuis quelques années. Les chasseurs aux attentes les plus diverses, se comptent désormais par milliers, de même que les familles, de toutes origines et milieux sociaux, qui elles, pratiquent les sports nature, la cueillette (graines ou plantes médicinales) ou la simple balade en forêt, sur la bande littorale.

    Le type de chasse précité est courant par exemple, sur la RD6, dite route de Kaw, empruntée, rappelons-le, par 20 000 touristes par an pour se rendre à la Réserve des Marais de Kaw. Le retrait de cet amendement n’est donc pas anodin en terme de responsabilité sur les éventuels drames qui pourraient subvenir. De même, nous ne pensons pas qu’une concertation sur le sujet avec une association de Chasse, soit très constructive ! Le sujet s’attache à une question de sécurité bien avant d’être une question de pratique cynégétique.

    Pour consulter les propositions de loi Chasse et Pêche de MNG
    https://sites.google.com/site/maiourinature/actualites-2011

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Météo : la Guyane en alerte jaune pour fortes précipitations

De fortes précipitations sur le Nord-Ouest et le Nord-Est de la Guyane sont annoncées par Météo France pour 24 heures, du mardi 21 mai 18h au mercredi 22 mai 18h. « La Zone de convergence inter...

Des ouvriers exposés à l’amiante lors de travaux de rénovation au palais de justice et des agents susceptibles de l’avoir été selon la synthèse de l’expert

Si toutes les mesures d'empoussièrement réalisés par Socotec (39 prélèvements au sein du Palais de justice historique, 6 au sein de l'ex-Conseil des Prud'hommes, 8 au sein du bâtiment Lam Cham) ...

Pressions autour de l’aménagement des sauts entre Apatou et Pilima

Le projet d'aménagement des sauts entre Apatou et Pilima par la Deal, évoqué depuis 2012, repart mais il connaît des difficultés. Une quinzaine de rapides fait désormais l'objet d'une attention ...

Les ossements découverts au sein d’un terrain de Germain Balmokoun, ex-adjoint au maire de Saint-Laurent, sont bien ceux de son épouse disparue depuis fin 2016…

Le procureur de la République Samuel Finielz a indiqué vendredi en fin de journée par communiqué que le corps en décomposition découvert le 21 février dernier au sein d'un terrain jouxtant la r...

En attendant les concessions minières…

La Compagnie de la Montagne d'or qui porte un projet controversé de mine industrielle dans l'Ouest guyanais est en attente du renouvellement de deux de ses concessions minières, dont celle où se tr...

Pollution en matières en suspension crique Yaoni jusqu’à la Comté…

Au regard du silence assourdissant de la Deal imposé par la préfecture suite à nos sollicitations dans le cadre d'investigations sur un sujet environnemental d'intérêt général (voir cet article...

© 2019 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube