vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Publicité Guyaweb

« Nous ne nous reconnaissons pas dans les revendications syndicales et politiques » : Me Magali Robo explicite pourquoi les avocats ont quitté le collectif Pou Lagwiyann dékolé

« Nous ne nous reconnaissons pas dans les revendications syndicales et politiques »  : Me Magali Robo explicite pourquoi les avocats ont quitté le collectif Pou Lagwiyann dékolé

Dimanche dernier, Guyaweb était destinataire d’un communiqué (1) du barreau de la Guyane, annonçant son retrait du collectif Pou Lagwiyann dékolé en ces termes : « compte tenu des orientations actuelles prises par le Collectif, différentes de celles initialement portées, le Barreau a décidé de s’y retirer.» Intrigués, nous avions alors contacté sans tarder Me Magali Robo, actuel bâtonnier de la Guyane, qui a alors accepté d’éclairer nos lecteurs au sujet de ces « orientations » du collectif qui auraient déplu aux membres du barreau au point de provoquer leur départ. Entretien. « Lorsque nous sommes arrivés dans le mouvement…

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

7 commentaires

  • Desijose

    Bref, cette catégorie professionnelle si prompte à se regarder le nombril et à chercher le point virgule pas assez bien placé pour être une raison d’obtenir la libération de voyous, aurait mieux fait de se tenir à sa place.
     » pour embêter l’état » en voilà une bonne excuse de la part d’une profession grassement payées par le dit état. quelle haute idée de votre fonction vous nous apportez à cette occasion…
    LAMENTABLE de la part de cette caste de quasi intouchable

  • 12 avril, vote sur la levée des barrages?
    Ce qui veut dire que entre le 23 mars et le 12 avril ils étaient d’accord!!!
    Donc, les avocats ont durant presque 3 semaines été complices des délits d’entrave à la circulation?
    Bravo!
    Bel exemple pour les justiciables…

  • Nemo

    « (…) témoignant de fait d’une certaine improvisation au sein du mouvement de protestation. »
    N’ayons pas peur des mots : voici un témoignage qui met à jour la vaste manipulation opérée et pensée, sûrement depuis un bon moment, par les instigateurs de ce « collectif », plus individualistes et corporatistes que véritablement collectifs d’ailleurs, plus préoccupés à faire du syndicalisme et de la politique qu’à réfléchir aux problèmes sociétaux et à leurs résolutions, plus enclins aux recours aux méthodes autocratiques et partisans d’un totalitarisme que respectueux de la démocratie et des aspirations légitimes de la population, trop occupés à faire se dégrader l’économie guyanaise au lieu de la faire décoller. Peut-être qu’un jour ils auront l’honnêteté et la dignité -si tant est qu’il leur en reste- de dire à la population manipulée pourquoi les barrages n’ont pas été levés le 12 avril.

  • Si TOUTE la

  • Si TOUTE la population s’est levée au début du conflit, c’est contre l’insécurité. Petit à petit d’autres revendications se sont greffées sur le mouvement. Certaines qui permettaient de lutter contre l’insécurité, comme l’éducation, la justice, la formation, puis d’autres sont apparues qui n’avaient rien à voire, comme l’énergie et le changement de statut. La manipulation est là. C’est pourquoi beaucoup de personnes se sont désolidarisées, que l’on ne reprendra plus à ce petit jeu malsain. On ne sait toujours pas si réellement pendant ce mouvement, les braquages ont cessé, voire nettement diminué. Si oui, c’est la preuve qu’avec plus de fermeté et de points de contrôle, l’insécurité baisse. Si non, le problème sera mal réglé par nous même. Mais cette fois, nous pourrons dire avec certitude célafotaléta…

  • Jmc

    J’aime bien Magali Robo. C’est une femme intègre et compétente.
    Cependant dans cet interview elle fait vraiment preuve de trop de demi- mesure en ne déclarant pas clairement la manipulation du mouvement, la prise en main de l’UTG, du MDES à des fins partisanes bien loin de l’élan du début.
    En fait ces gens là qui ont une conception du peuple et de la démocratie toute stalinienne terrorisent leurs partenaires sincères, s’accaparent le collectif pour la Guyane Dékolé, et conduiront par leur sectarisme, leur idéologie à la démotivation de tout un chacun pour en fait parvenir à un échec applicatif des revendications actées.

  • Serenite

    Je trouve que l’on oublie allégrement l’UGTR dans cette manipulation de base. Sans eux, pas de barrages. Cela a été patent avec l’irruption sur le devant de la scène de ce « président des barrages » devenu porte-parole de l’UGTR et qui n’avait RIEN à dire lors de la seule et unique conférence de presse organisée par ce syndicat. Au début du mouvement ils ont bloqué le port dans le seul et unique but de leur business, pour un différent commercial avec le CNES et rien d’autre.
    C’est cela le vrai scandale.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Sommet de l’ONU sur le climat

Une soixantaine de chefs d’Etat et de gouvernement se réunit ce lundi à New York pour présenter des mesures concrètes de lutte contre le changement climatique. Convoqué par le secrétaire ...

« Il est important que le centre-ville ne meure pas » (Magali Robo-Cassilde)

L'ancien bâtonnier du barreau de Guyane pendant le mouvement social de 2017, maître Magali Robo-Cassilde est au cœur d'une rumeur persistante qui l'annonce comme candidate aux élections ...

Marie-Laure Phinéra-Horth rassemble ses forces avant la campagne

On en sait davantage sur les futures élections municipales de Cayenne. Après l'inauguration des locaux de Nouvelle Force de Guyane dimanche 15 septembre, les alliances se sont un peu dévoilées. La...

La Guyane célèbre son patrimoine

A l'occasion des Journées du Patrimoine de nombreux évènements sont programmés en Guyane du 20 au 22 septembre.  Au Centre Spatial Guyanais trois activités sont proposées le 21 septembre...

Kourou : au port spatial de Pariacabo, une caisse de cocaïne sur un navire cargo convoyant habituellement les fusées Ariane, Soyouz et Vega, une affaire qui sent la poudre…

Un peu moins de 8 kilos de cocaïne ont été découverts au port spatial de Pariacabo à Kourou dans une caisse préalablement dissimulée et fixée à l'arrière de la coque d'un navire cargo ...

La décharge de Maripasoula : ce scandale sanitaire qui perdure

Un centre-bourg sous la fumée des déchets, un collège fermé jusqu'à lundi, du personnel de l'Education nationale et des riverains en colère, des pompiers dépêchés en urgence pour éteindre un...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2019 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube