vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

La Surinam Airways pourrait disparaître du ciel guyanais au 1er décembre

La Surinam Airways pourrait disparaître du ciel guyanais au 1er décembre

Fortes secousses en approche. En raison de la suppression des vols de nuits à l’aéroport de Cayenne-Félix-Eboué annoncée pour le 1er décembre, aucun avion, sauf urgence, ne pourra plus atterrir ou décoller du tarmac après 22h. La compagnie surinamaise Surinam Airways proposant des vols de nuits, est directement impactée. Son représentant parle d’une « catastrophe » et même d’une possible disparition de la Suriname Airways en Guyane. La crise s’étend, les politiques s’emparent du dossier. Explications. Crise à l’aéroport de Cayenne-Félix-Eboué La grève des contrôleurs aériens qui a duré deux mois a abouti à un protocole d’accord dans lequel les aiguilleurs du ciel…

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

14 commentaires

  • Stiwi973

    Je suis sidéré par la gestion de ce genre de situation.
    Comment ne pas en profiter pour rappeler que la Guyane ne décollera pas tant qu’on « gère » sans penser un temps soit peu à toutes les conséquences économiques…
    Pitoyable, consternant,….

  • nael973

    Deux mois..DEUX MOIS que l’alerte a été lancée!!!! ça en dit long sur l’utilité de nos chers élus…

  • Jo

    J’inscris de suite mes enfants en formation de contrôleur aérien

  • Joko

    Nos zélus se réveillent. Normal, comment feront ils pour aller voir leurs matchs de foot ou leurs tournois de tennis ? il faudrait nous expliquer comment ça a été possible de fonctionner avec la moitié des effectifs, sauf à avoir moitié moins de trafic…

    • Stiwi973

      Ne soyez pas mauvaise langue, en ce moment Karam est très occupé par un dossier particulièrement urgent et grave : les Yana Doko !
      Pathétique….

  • Mickael

    Bah cela fonctionne avec des dérogations, notamment pour avoir un seul contrôleur de nuit…
    De plus, ça fait quelques années que cela dure, 4 ou 5 ans de mémoire.
    Pour les formations, c’est prépa deux ans (au lycée Vidal ) puis 20 à 25 places par an sur concours.

  • Joko

    Après le nouvel aéroport dont la construction masquait l’ancienne tour de contrôle, la nouvelle tour de Pise qui penchait et empêchait le bon fonctionnement de l’ascenseur, on atteint les sommets des aventures des Pieds Nickelés. C’est bien gentil de moquer la fusée, mais au moins, elle, elle décolle. Y a-t-il quelqu’un de compétent hormis notre « génial » sénateur pour gérer correctement cet aéroport qui nous a couté très cher? la CCIG ? Le propriétaire délégant, c’est l’état. Il faudrait arrêter de déléguer, ou former les délégations, on finirait presque par regretter notre bon vieil aéroport ouvert aux 4 vents…

  • Jmc

    Cette décision est surtout synonyme d’enclavement, de régression, de fermeture au monde.
    La guyane sera un pays ferme, la Corée du Nord de l’Amérique du sud !!
    Au lieu de faire la Guyane décoller, a l’heure de la libre circulation, nous par des décisions irréfléchies sommes pénalisés avec mépris.
    Une solution doit être trouvée comme un symbole et si tel n’était pas le cas, l’addition des dysfonctionnements (santé, sécurité, chômage, immigration sauvage, éducation …. ) sonnerait le glas d’une perdition, d’une désolation collective.

    • Joko

      La Guyane, un pays fermé ? ça n’est pas pour demain. Nos frontières sont des passoires, n’importe qui peut s’installer n’importe où, son sous sol est pillé depuis des décennies au vu et au su de tous… Non, le dysfonctionnement de l’aéroport ne fera que gêner ceux qui ont les moyens de se payer l’avion. Les autres s’en passent.

      • Stiwi973

        « le dysfonctionnement de l’aéroport ne fera que gêner ceux qui ont les moyens de se payer l’avion. Les autres s’en passent. »
        C’est un peu simpliste comme raisonnement.
        n’oubliez pas que ceux qui ont ces moyens sont aussi des touristes, des hommes d’affaires… qui font tourner l’économie locale. Par ailleurs l’activité aéroportuaire fait travailler du monde (emplois induis), qui seront également victimes d’une baisse de la fréquentation de l’aéroport.
        Et la liste n’est pas exhaustive…

  • skol973

    Lors du passage de Papa Noêl chez nous, pourquoi nos élus qui étaient bien au courant de cette situation, ont préféré aller manger à la résidence du Préfet avec papa noêl.

    • Joko

      Pourquoi l’appeler Papa Noël ? E.Macron a bien précisé justement qu’il n’était pas le père Noël, contrairement à ses prédécesseurs, qu’il ne venait pas distribuer de l’argent mais qu’il attendait des projets solides pour débloquer les fonds. Chez le préfet, qui y était ? papa Alexandre, papa Karam,???

  • SMET

    « en Guyane leur salaire avoisinerait les “5000 / 9000” euros selon l’ancienneté. »

    Et en plus ils ont trouvé un truc pour pouvoir dormir peinards chez eux entre 22H et 8H…

  • Tupolev
    06 décembre 2017

    Non , dans cette affaire ni nos élus, ni la CCI ne sont pas à blâmer ! Le contrôle de la Navigation Aérienne est un monopole de État, et la faute seule imputable à l’ Aviation Civile, qui n’a pas su ( pour ne pas dire pas voulu) gérer et qui pour se sortir d’ affaire utilise notre aéroport comme variable d’ ajustement… Après avoir mis la pression à la CCI pendant des mois pour dimensionner et qualifier l aéroport en Catégorie A H/24, l’ Aviation Civile règle à la hache son équation RH en imposant maintenant à l’ aéroport une interdiction de trafic commercial de nuit ! …. Au grand jeu de l hypocrisie, quelle sera la prochaine étape ? Imposer à la CCI de réduire d’un tiers les effectifs des pompiers d Aéroport devenus du coup trop nombreux car ils payés sur des budgets régaliens que dimensionne l Aviation Civile !?! En Guyane, on pédale en arrière.!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Un espace de coworking s’implante en plein cœur de Cayenne

Au sein d'une maison créole située à Cayenne, The Island le premier espace de coworking dédié à l'innovation sociétale ouvrira ses portes le 8 janvier. Après la fermeture de l'Iguana Café, ...

Cycle de conférences pour le centenaire des Rhums Prévot

L'histoire des Rhums Prévot dans la société guyanaise de 1917 à nos jours fait l'objet de trois conférences, les 15, 16 et 21 décembre, à l'occasion de leur centenaire (1917-2017). «Au momen...

Lénaïck Adam et sa collaboratrice parlementaire : de l’idylle à l’enquête judiciaire…

Une enquête dirigée par le parquet de Paris s'intéresse à Lénaïck Adam, eu égard à son fonctionnement, dans le cadre du travail, vis à vis de sa collaboratrice parlementaire alors qu'il ...

Art Happening anti-plastique en milieu marin

Cet événement initié par le collectif Bam ! (Bouteille à la mer) est un "happening" urbain de sensibilisation du grand public à la problématique du plastique en milieu océanique. Il se déroul...

Lenaïck Adam évite le rejet de son compte de campagne

Bien que la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) ait mis en lumière une irrégularité susceptible d’entraîner le rejet du compte de campagne de L...

Qui étaient les créoles blancs de Guyane ?

En s'appuyant sur des archives familiales, Antoine Caillard a écrit l'histoire de ses ancêtres, créoles blancs qui vécurent en Guyane au cours du XIXe siècle. Une partie de ces archives est trans...

© 2017 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet réalisé par Netactions