vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Publicité Guyaweb

Desi Bouterse condamné à 20 ans de prison par un tribunal militaire du Suriname dans l’affaire de l’exécution d’opposants en décembre 1982

Desi Bouterse condamné à 20 ans de prison par un tribunal militaire du Suriname dans l’affaire de l’exécution d’opposants en décembre 1982

Un tribunal militaire du Suriname a déclaré vendredi soir le président du pays Desi Bouterse, 74 ans, en voyage officiel en Chine au moment de la décision, coupable de meurtre dans l’affaire du massacre d’opposants fin 1982 à Paramaribo au fort Zeelandia. Le tribunal a également condamné, dans cette affaire, six autres anciens officiers de l’armée du Suriname, dont un ancien consul du Suriname en Guyane française, a noté l’agence Reuters. Explications. Un tribunal du Suriname a déclaré, vendredi soir, le président de ce pays, Desi Bouterse, coupable de meurtres dans l’affaire de l’exécution de 15 opposants le 8 décembre…

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

7 commentaires

  • Wahouuuu!! On ose à peine y croire…

  • FF

    Pas de mandat d’arrêt pour l’heure semble-t-il

  • La Sobriete Heureuse
    01 décembre 2019

    Bravo au tribunal militaire. Dommage de ne pas en savoir plus sur la condamnation des six autres officiers évoquée dans le chapeau ?!

  • bijou@60
    01 décembre 2019

    Et bien, malgré les faits et condamnation , il est toujours en liberté…

  • benoit
    02 décembre 2019

    Mouais 🤔🤔🤔
    A la base c etait quand meme un coup d etat
    Ce qui veut dire prendre le pouvoir par la force et contre les institutions etablies …..
    Alors le juger que pour une partie (aussi dramatique soit elle) des faits, cela ressemble plutot a une « manoeuvre » politique son encontre plus qu une volonte de faire justice sur ce lourd passif des annees 80.

  • FF
    02 décembre 2019

    On ne vous suit pas bien là Benoit… C’est une instruction judiciaire qui dure depuis longtemps. Il fallait bien aller au procès puis au verdict, non ? On parle d’exécutions (juristes, profs, journalistes) quand même…

  • benoit
    02 décembre 2019

    Ce sont des assassinats et il est juste que les auteurs et commenditaires soient juges. Mais bon l affaire du coup d etat ne se resume pas a ces meutres. Il y en a eu d autre,
    suivie d une guerre civile.
    C est un.proces partiel et en plus il y aura un appel.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Référendum « covid-free » en Nouvelle-Calédonie

Meetings, marches, discours, drapeaux bleu-blanc-rouge et drapeaux kanak : la campagne officielle pour le référendum sur l'indépendance – qui doit se tenir le 4 octobre 2020 – a commencé en ...

Atlas critique : d’autres cartes de la Guyane sont possibles

Vient de paraître aux éditions du CNRS un "Atlas critique de la Guyane" qui déconstruit les représentations cartographiques dominantes pour faire émerger d'autres manières de cartographier la ...

La Culture déconfinée à l’occasion des Journées européennes du patrimoine

Malgré le classement de la Guyane en zone de circulation active et les restrictions de regroupement, la Culture sera (enfin) déconfinée à l’occasion de la 37e édition des Journées Européennes...

Covid-19 : ces prochains jours sont déterminants pour la Guadeloupe

La Guadeloupe fait partie des départements très touchés par ce regain de Covid-19. Dans sa conférence de presse de jeudi 17 septembre, Olivier Véran, le ministre de la Santé, a annoncé des ...

La fin de l’état d’urgence sanitaire mais pas des restrictions

Alors qu'un décret mettant fin à l’état d’urgence sanitaire en Guyane et à Mayotte entrera en vigueur au lendemain de sa publication au Journal officiel, dans le même temps ces deux ...

Fin de l’état d’urgence en Guyane

Réuni au Palais de l'Elysée, à Paris, ce mercredi 16 septembre, le Conseil des ministres a acté la fin de l'état d'urgence à Mayotte et en Guyane. Le président de la République, Emmanuel ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2020 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube