Guyaweb, journal d'information et d'investigation

Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Desi Bouterse condamné à 20 ans de prison par un tribunal militaire du Suriname dans l’affaire de l’exécution d’opposants en décembre 1982

Desi Bouterse condamné à 20 ans de prison par un tribunal militaire du Suriname dans l’affaire de l’exécution d’opposants en décembre 1982

Un tribunal militaire du Suriname a déclaré vendredi soir le président du pays Desi Bouterse, 74 ans, en voyage officiel en Chine au moment de la décision, coupable de meurtre dans l’affaire du massacre d’opposants fin 1982 à Paramaribo au fort Zeelandia. Le tribunal a également condamné, dans cette affaire, six autres anciens officiers de l’armée du Suriname, dont un ancien consul du Suriname en Guyane française, a noté l’agence Reuters. Explications. Un tribunal du Suriname a déclaré, vendredi soir, le président de ce pays, Desi Bouterse, coupable de meurtres dans l’affaire de l’exécution de 15 opposants le 8 décembre…

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

7 commentaires

  • Wahouuuu!! On ose à peine y croire…

  • FF

    Pas de mandat d’arrêt pour l’heure semble-t-il

  • La Sobriete Heureuse
    01 décembre 2019

    Bravo au tribunal militaire. Dommage de ne pas en savoir plus sur la condamnation des six autres officiers évoquée dans le chapeau ?!

  • bijou@60
    01 décembre 2019

    Et bien, malgré les faits et condamnation , il est toujours en liberté…

  • benoit
    02 décembre 2019

    Mouais 🤔🤔🤔
    A la base c etait quand meme un coup d etat
    Ce qui veut dire prendre le pouvoir par la force et contre les institutions etablies …..
    Alors le juger que pour une partie (aussi dramatique soit elle) des faits, cela ressemble plutot a une “manoeuvre” politique son encontre plus qu une volonte de faire justice sur ce lourd passif des annees 80.

  • FF
    02 décembre 2019

    On ne vous suit pas bien là Benoit… C’est une instruction judiciaire qui dure depuis longtemps. Il fallait bien aller au procès puis au verdict, non ? On parle d’exécutions (juristes, profs, journalistes) quand même…

  • benoit
    02 décembre 2019

    Ce sont des assassinats et il est juste que les auteurs et commenditaires soient juges. Mais bon l affaire du coup d etat ne se resume pas a ces meutres. Il y en a eu d autre,
    suivie d une guerre civile.
    C est un.proces partiel et en plus il y aura un appel.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Blocage : le Grand Port maritime intente une action en «référé mesures utiles» pour obtenir l’expulsion des manifestants

Une procédure en «référé mesures utiles» a été mise en œuvre dès ce lundi par le Grand Port maritime de Guyane (GPMG) pour demander à la juridiction administrative de prononcer l'expulsion ...

“La culture est une arme miraculeuse contre l’obscurantisme”

A l'occasion de la troisième édition du Festival international du film documentaire Amazonie-Caraïbes - le Fifac, qui s'est refermée samedi et s'est principalement déroulée sur internet, Guyaweb...

Paul Dolianki plongé dans le coma suite à une forme grave de Covid-19, son frère Gérard Fati confirme mais se dit «confiant»

Paul Dolianki, 55 ans, maire déchu d'Apatou, infecté par le Covid-19 a bien été placé en coma artificiel il y a environ une dizaine de jours au service réanimation du centre hospitalier de ...

Trois manifestants condamnés pour l’incendie ayant dégradé la façade de la préfecture, un syndicaliste de l’UTG condamné pour complicité, les quatre ont été conduits à la case prison

Quatre personnes, dont deux militants actifs du mouvement de protestation de mars/avril 2017 et au moins un syndicaliste UTG, ont été condamnées jeudi, dans la soirée à de la prison ferme avec ...

Marc Monthieux : «Il y a ce mot d’ordre majoritaire : on ne veut pas être vacciné, on a tout compris (…) Il ne faut pas baisser pavillon parce que certains parlent fort»

C'est un son de cloche inédit et singulier lancé cette semaine en Guyane : un appel à la vaccination contre le Covid-19, émanant d'un regroupement de personnalités locales, notamment du MDES ...

A Saint-Georges, le pénible réseau “4G” de SFR

Des clients SFR du bas Oyapock sont en colère. Depuis le dur confinement imposé à Saint-Georges de mars à septembre 2020, le service "4G" est globalement dégradé. Le premier de chaque mois, ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2021 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube