vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

«  Je n’ai jamais perdu ma souveraineté sur mes terres  » (Alexis Tiouka)

«  Je n’ai jamais perdu ma souveraineté sur mes terres  » (Alexis Tiouka)

Alors que le collectif des autochtones a clairement exigé sa séparation du collectif Pou nou dékolé Lagwiyann lors des discussions du comité de suivi des Accords de Guyane du 21 avril et des accords signés entre les différentes branches dans la nuit du 2 au 3 avril, Alexis Tiouka, juriste en droit international, revient sur les revendications autochtones – notamment foncière – et la possibilité de garder l’union entre Guyanais contre un Etat qui divise pour mieux régner. Guyaweb  : Après la solidarité du début du mouvement social, la question foncière a divisé les peuples autochtones et le collectif Pou…

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

3 commentaires

  • Francois
    07 septembre 2017

    de très belles et intéressantes paroles – j’ai beaucoup appris ici, et grands mercis !

  • Jmc
    07 septembre 2017

    Une interview intéressante effectivement mais des propos auto-centrés d’un autre âge parce que si les références au monde d’avant sont légions, les visions d’avenir sont étriquées, absentes de générosité sous le prétexte d’être né quelque part.

  • Enneyac
    08 septembre 2017

    Le repli identitaire s’infiltre partout.

    Je n’ai pas compris en quoi les initiatives économiques proposées par ce monsieur ne peuvent pas se réalise en l’état du droit. D’où l’état interdit-il la construction d’une base nautique par exemple ?

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Montagne d’or s’invite à la COP23

La COP23 qui se tenait à Bonn en Allemagne s'est achevée dimanche 19 novembre sur le contraste entre la faiblesse de l'engagement des États dans la lutte contre le réchauffement climatique et la ...

10e édition du Salon international du livre de la Guyane

La 10e édition du Salon international du livre de la Guyane a lieu du mercredi 22 au samedi 25 novembre au Zéphyr. Quatre jours dans l'univers de la littérature organisés par l'association Promoli...

«Du couac et du riz» à l’internat de Maripasoula

La grogne enfle à Maripasoula, la plus grande commune de France située au bord du Maroni. Les parents d'élèves du collège Gran Man Difou dénoncent la situation alarmante à l'internat vétuste ...

«On s’est surpassées même si on s’attendait à de la difficulté»

Stéphanie, Patricia et Ismaële ont encore la tête dans le Raid des Alizés, aventure sportive 100 % féminine qui s'est déroulée du 16 au 19 novembre en Martinique. Elles se sont classées à u...

Deux personnes impliquées dans l’activité aurifère illégale décèdent après avoir été touchées par des tirs par arme à feu des forces de l’ordre sur le Grand Inini à Maripasoula

Deux "garimpeiros" sont morts dimanche après-midi après un échange de coups de feu avec un gendarme et des militaires, selon les autorités. Personne n'est blessé au sein des forces de l'ordre...

Or de Question primé mais divisé

Le prix Danielle-Mitterand de la fondation France-Libertés a été remis samedi 18 novembre à Paris au collectif Or de Question qui s’oppose au projet minier controversé de la Montagne d’Or en ...

© 2017 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet réalisé par Netactions