Mardi 23 Juillet

Publicité Guyaweb

Retraites : le gouvernement dégaine le 49.3

Retraites : le gouvernement dégaine le 49.3

Après le vote sans surprise ce matin du Sénat sur le texte final de réforme des retraites, le gouvernement a décidé de ne pas soumettre le projet de loi au vote des députés comme le circuit législatif le prévoit.

La Première ministre a dégainé l’article 49.3 de la Constitution qui permet l’adoption d’une loi sans vote des élus du Palais Bourbon pour faire passer sa réforme des retraites et a engagé la responsabilité de son gouvernement sur ce 49.3. Un rebondissement majeur après deux mois de bataille parlementaire et d’opposition dans la rue.

La majorité présidentielle s’évite ainsi un vote à haut risque à l’Assemblée nationale où la majorité n’était pas acquise. Du moins l’incertitude trop grande pour risquer un vote rejetant le texte final.

C’est lors d’un conseil des ministres convoqué dans l’urgence ce jeudi que le gouvernement a été autorisé à utiliser le 49.3, cet article de la Constitution qui permet de faire adopter une loi sans recourir au vote des députés.

A l’issue de ce conseil des ministres, le débat à l’Assemblée nationale a commencé. Mais les députés de la Nupes, qui ont entonné la Marseillaise, ont empêché la Première ministre de s’exprimer et d’annoncer le recours au 49.3.

La séance a été suspendue à plusieurs reprises. Finalement, la Première ministre a pu s’exprimer dans une ambiance très bruyante alors que les oppositions hurlaient des « démission, démission » dans une Assemblée en ébullition.

Une dizaine de minutes durant, Elisabeth Borne s’est évertuée à justifier ce passage en force par le « refus de débattre » des groupes d’opposition et « l’obstruction législative ». Cette « réforme est enrichie, améliorée mais toujours équilibrée » selon la Première ministre qui a estimé que le compromis construit par la Commission mixte paritaire n’est « pas le projet du gouvernement mais le texte du Parlement« . 

Au terme de son discours devant l’Assemblée, Elisabeth Borne a annoncé le recours au 49.3 et a engagé la responsabilité du gouvernement sur le projet de modification de la loi de finances de la Sécurité sociale, le vecteur législatif de cette réforme des retraites. « Il y aura à n’en pas douter des motions de censure d’ici quelques jours donc un vote parlementaire aura bien lieu et la démocratie aura le dernier mot » a conclu la Première ministre tandis que les députés évacuaient l’hémicycle en hurlant des « démocratie, démocratie ».

L’intersyndicale reste mobilisée

Avec ce recours au 49.3, le débat sur le texte est suspendu et ce dernier sera adopté « sauf si une motion de censure est déposée avant demain et votée » a précisé la présidente de l’Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet.

Dès cette annonce, le groupe de la Gauche démocratique et républicaine (GDR), celui des deux députés de la Guyane, s’est exprimé par la voie du député des Bouches-du-Rhône Pierre Dharreville. « Nous sommes profondément en colère. Ce passage en force n’est pas acceptable. Nous allons user de tous les moyens à notre disposition pour redonner la main à la population pour exprimer son rejet de cette réforme impopulaire. Nous n’acceptons pas ce qui vient de se passer. Le gouvernement n’est pas à la hauteur de ses responsabilités. Aujourd’hui, le Parlement a été humilié.«  

En Guyane, l’intersyndicale en lutte contre le projet de réforme a « un peu anticipé cet emploi du 49.3 » en se réunissant hier soir explique Sabine Lagrèze de Sud Solidaires. « Nous restons mobilisés et une action est prévue la semaine prochaine, probablement jeudi 23« . Cette date correspond à la nouvelle journée de mobilisation, la 9e, organisée à l’échelle nationale par l’intersyndicale.

« Malgré la décision du gouvernement de nous imposer cette réforme en utilisant encore le 49.3 alors que 70% de la population et 94% des actives et actifs étaient opposés, l’intersyndicale de Guyane appelle la population à poursuivre et à durcir la mobilisation jusqu’au retrait de cette loi« , écrivent les huit syndicats de Guyane dans un communiqué.

De son côté, la Fédération syndicale unitaire (FSU), pourtant membre de l’intersyndicale, organise une riposte de son côté dès ce jeudi à 18 heures avec une retraite aux flambeaux au départ de la place des Chaînes brisées à Cayenne. « Ce gouvernement ne voulait pas prendre le risque de perdre ce combat. La majorité des Français s’oppose à cette régression sociale. Imposer par la force cette réforme montre la faiblesse du gouvernement. C’est une raison de plus de se mobiliser et de crier haut et fort notre détermination » a commenté Suley Jaïr, membre de la FSU.

Motion de censure

« Je ne suis pas surprise » de cette utilisation du 49.3 car « depuis le début le gouvernement est dans la précipitation pour éviter tout débat » renchérit Sabine Lagrèze (Sud Solidaires) qui dénonce « un déni de démocratieJ’espère que les députés vont se mettre d’accord pour déposer une motion de censure du gouvernement.« 

Cette motion devrait être déposée « dès demain et soumise au vote probablement lundi » nous précise le député Davy Rimane, joint par téléphone. Pour l’élu de la 2e circonscription de Guyane, ce recours au 49.3 est « une défaite du gouvernement à tous les niveaux« . Vis-à-vis « de la population et de l’Assemblée nationale où il n’avait pas l’assurance d’une majorité donc même au sein de sa propre majorité, le gouvernement n’est pas crédible« .

« Ce projet de loi est alambiqué et le gouvernement pas serein sur un texte majeur » souligne Davy Rimane, qui appelle « à massifier la mobilisation » dans les jours et les semaines à venir. « Dès le départ le gouvernement a foulé au pied la démocratie en choisissant la modification du budget de la Sécurité sociale comme outil pour sa loi. L’utilisation du 49.3 en lieu est place du vote final n’est que la suite logique.« 

Cette motion pourrait être transpartisane. C’est en tout cas le souhait exprimé par le groupe de gauche LFI (Nupes) et le groupe des députés indépendants Liot dans lequel siègent de nombreux élus ultramarins.

Outre la motion de censure, Davy Rimane évoque le référendum d’initiative partagée comme autre arme législative pouvant bloquer la réforme des retraites. « A condition de recueillir 185 signatures de députés et que ce RIP, qui est déposé par la présidente de l’Assemblée au Conseil constitutionnel, le soit avant la promulgation de la loi.« 

Photo de Une : le 49.3 a été dégainé par le gouvernement à l’Assemblée nationale pour adopter la réforme des retraites sans vote des députés © Capture d’écran LCP

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous


Lisez la suite pour 1€

Je m'abonne

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

La France insoumise dépose un recours contre l’élection de Yaël Braun-Pivet à la présidence de l’Assemblée nationale

L'élection jeudi 18 juillet de Yaël Braun-Pivet à la présidence de l'Assemblée nationale est contestée. Le groupe parlementaire de La France insoumise (LFI) a déposé un recours samedi 20 ...

Diffamation : la Compagnie des guides et son président Thomas Saunier relaxés, Carol Ostorero fait appel

Poursuivis en diffamation par l'ex-présidente de la Fédération des opérateurs miniers de Guyane (FedomG) Carol Ostorero, la Compagnie des guides de Guyane et son président Thomas Saunier ont ...

Avec 11 groupes politiques, l’Assemblée nationale plus fragmentée que jamais

Dans la foulée de l'élection à la présidence de l'Assemblée nationale qui a eu lieu hier, la liste des groupes politiques composant l'hémicycle du palais Bourbon et leurs déclarations ...

Yaël Braun-Pivet réélue présidente de l’Assemblée nationale grâce à La Droite républicaine et à Horizons

Ce jeudi 18 juillet, en ouverture de la XVIIe législature de l'Assemblée nationale, les 577 député(e)s ont voté pour la présidence de la chambre basse du Parlement. La présidente sortante, ...

Le Conseil d’Etat donne un an à Auplata pour régulariser une demande de prolongation de concession minière

Par une décision du 12 juillet, le Conseil d'Etat, saisi par les associations de défense de l'environnement Guyane Nature Environnement et France Nature Environnement, accorde sous conditions la ...

Centrale du Larivot : les travaux de l’oléoduc ont commencé sans faire l’unanimité

Les travaux de la canalisation devant acheminer le biocarburant depuis Dégrad-des-Cannes jusqu'à la centrale électrique du Larivot ont commencé la semaine dernière et dureront deux saisons ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2024 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube