Lundi 24 Juin

Publicité Guyaweb

Le procès d’une interprète née au Maroc soupçonnée d’avoir escroqué des ressortissants étrangers se transforme en procès de la com imprudente du procureur

Le procès d’une interprète née au Maroc soupçonnée d’avoir escroqué des ressortissants étrangers se transforme en procès de la com imprudente du procureur

Mardi 30 mai dernier, le procès d’une femme de 46 ans née au Maroc, Madjoulin G., poursuivie pour des faits présumés « d’aide au séjour, escroquerie et tentative d’escroquerie, abus de confiance, usage de faux documents administratifs», s’est transformé en procès de la « communication médiatique  mal maîtrisée» du procureur de la République de Cayenne, Éric Vaillant. L’avocat de la prévenue a, en effet, soulevé à l’audience une exception de nullité pour atteinte à la présomption d’innocence de sa cliente suite à des propos du procureur rapportés par France-Guyane fin mai 2016. Le tribunal n’a pas abordé le dossier sur…

La suite de cet article est réservée aux abonné(es).

Rejoignez-nous et faites vivre l’information d’intérêt général et de qualité. Restez bien informés et accédez à nos informations, reportages, enquêtes et analyses, à lire nulle part ailleurs !

Lisez la suite pour 1€

Je m'abonne

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous


Lisez la suite pour 1€

Je m'abonne

6 commentaires

  • GZ

    Chapeau bas aux juges.

    Au passage, nous avons la confirmation que, de l’avis du parquet, l’usage de faux documents mérite pleinement les poursuites dès qu’il est commis par un particulier.

    Et si c’est par un fonctionnaire ? Allez, j’écoute.

  • le Jaguar

    Ca dépend du poste occupé par le fonctionnaire mais le code pénal réserve un cas particulier au faux commis dans une écriture publique ou authentique (1er élément aggravant), par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public agissant dans l’exercice de ses fonctions ou de sa mission (2e élément aggravant). Dans ce cas, les peines sont portées à quinze ans de réclusion criminelle et à 225 000 euros d’amende, entraînant la compétence de la cour d’assises pour juger de tels faits (art. 441-4, 3e al.).

    • GZ

      Merci pour l’info détaillée.
      Reste à connaître la réalité de l’application de ces lois. Comme souvent… Ce genre d’affaire semble tout de même inexistant, on dirait que ce délit n’existerait pas au sein des administrations. Réjouissons-nous et ne suspectons pas le résultat de l’enterrement habituel des frasques de l’administration, tel que certains magistrats le déplorent de temps en temps.

      Au juste, puisque vous vous y connaissez : à votre avis, la production d’un faux AR de la Poste par un établissement public (agissant donc dans l’exercice de sa mission..) devant un tribunal (administratif), dans le but de prouver la réalité de la communication des documents (antérieurement ordonnée par ce même tribunal), ça ressemble à quoi ?

      Est-ce que l’AR de la Poste entre-t-il dans la catégorie « écriture publique ou authentique » ? Je crois avoir entendu que l’AR de la Poste, le cachet de la Poste possèdent « force de loi »… C’est vrai ?
      Le fait qu’un faux soit produit devant un tribunal ne serait-il pas un troisième élément aggravant ? A tout hasard ?
      Merci encore pour votre expertise.

  • Jo

    Il y a un bon dieu pour les escrots

  • le Jaguar

    Pour faire simple, à supposer que la falsification soit avérée, il y a à minima un usage de faux mais je doute qu’un AR soit considéré comme une écriture publique ou authentique. La même personne peut être poursuivie pour faux en écriture qui est une infraction distincte de l’usage de faux si on démontre qu’elle a elle même commis un faux ou falsifié un vrai document; Après, les aggravations dépendent de la qualité de l’auteur. Seule une enquête pénale peut permettre de répondre sur chaque point.

    • GZ

      Merci, je retiens le minima d’un usage de faux. La Poste précise toutefois que la lettre recommandée est la seule lettre qui possède une valeur juridique et l’AR tient lieu de preuve aux yeux de la loi.
      La signature étant inconnue et illisible, la personne du faussaire n’est pas identifiée, l’acte est l’oeuvre d’une personne morale, un établissement public d’Etat.
      La Cassation criminelle connaît le cas spécifique des faux qui portent atteinte à la confiance publique et à l’ordre social et sont frappés d’office d’un caractère préjudiciable. Il s’agirait donc d’une atteinte précisée à l’ordre social, à la société elle-même, à moins que la confiance dans une valeur juridique reconnue (l’AR) échappe, officiellement, à la confiance publique…
      Qui sait ?
      Toutefois, l’article 1324 du Code civil dit : “dans le cas où la partie désavoue … sa signature… la vérification en est ordonnée en justice”.
      C’est ce qui a attiré mon attention, car si cet ordre vaut pour cette interprète, il ne semble pas nécessaire pour une entité publique d’après la même instance…

      Question piège spécial Guyane : être une entité publique est un facteur aggravant ou dispensant devant les délits ?

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Il y aura un 5ème juge d’instruction à la rentrée, une femme

Une délégation d'une petite dizaine de futurs magistrats métropolitains était dans les murs de la Cour d'appel ce vendredi. Parmi ceux-ci, une juge d'instruction supplémentaire. C'est une ...

Fête de la musique : l’association Nomade veut mettre le feu à la Poudrière

Six heures de concert, une quarantaine d'artistes, un lieu patrimonial... Pour l'édition 2024 de la Fête de la musique qui se déroule ce soir, l'association Nomade a vu les choses en grand et ...

David Rousselin avait gravi les échelons de l’armée, de mécano à adjudant, il encourt 3 ans de prison dont 18 mois ferme, il a été pris à Matoury avec 27 kg de cocaïne dans sa valise

Le 12 juin 2015, David Rousselin 42 ans s’apprête à s’envoler à bord d’un Airbus militaire au départ de l'aéroport de Matoury  à destination de Paris - Charles-de-Gaulle.  Mais 27 kilos...

Bruno Pépin a des ennuis : 30 000 euros d’amende requis par le parquet général contre l’intéressé pour détournement de fonds publics, atteinte à l’égalité des marchés, poursuite irrégulière de ses fonctions

Bruno Pépin a des ennuis. Il est né à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe, le 15 octobre 1961. Il est prévenu d'avoir à Saint-Georges, chargé d'une mission de service public, en sa qualité de ...

Dans les coulisses des législatives

Pour garantir le bon déroulement du scrutin législatif et l'égalité entre les candidats, les services de l'Etat se mobilisent en mettant notamment sous pli les professions de foi et les bulletins ...

Législatives : qui sont les dix candidat.es en Guyane ?

La clôture officielle des actes de candidatures pour les élections législatives, hier à 18h, permet d'y voir un peu plus clair en vue du scrutin anticipé des 29 juin et 6 juillet. Dix candidats, ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2024 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube