Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Publicité Guyaweb

« Résurrection du chlordécone aux Antilles françaises avec l’usage du glyphosate »

« Résurrection du chlordécone aux Antilles françaises avec l’usage du glyphosate »

L’utilisation du glyphosate en Martinique et en Guadeloupe favorise depuis « la fin des années 90 » les effets délétères du chlordécone, insecticide toxique jugé aussi responsable de nombreux cancers de la prostate. Une étude scientifique parue fin janvier illustre les effets en cascade que fait peser la chimie sur les hommes, les pratiques agricoles et les écosystèmes.

Pourquoi, près de trente ans après son interdiction, le chlordécone est-il encore retrouvé en grande quantité dans l’environnement en Martinique et en Guadeloupe ? A cause de sa résistance. Peut-être aussi à cause du glyphosate.

L’utilisation très controversée de l’herbicide glyphosate depuis la fin des années 90 a engendré en Martinique et en Guadeloupe un effet délétère particulier : celui de la « réapparition » du chlordécone, qui est stocké dans les sols des champs pollués des deux îles. 

Une étude interdisciplinaire intitulée « Résurrection du chlordécone aux Antilles françaises avec l’usage du glyphosate » (version en anglais) parue dans la revue scientifique Environmental Science and Technology, le 28 janvier 2021 met en évidence la dynamique de ces deux pesticides depuis trente ans. 

« En détruisant les racines des végétaux » le glyphosate a favorisé « l’érosion des sols et la libération du chlordécone qu’ils retiennent ». 

Résultat : « le chlordécone réapparait ainsi en grande quantité dans les sédiments fins des fleuves côtiers depuis plus de vingt ans induisant une contamination généralisée de l’environnement » note le centre national de la recherche scientifique (CNRS). 

Des chimistes, des agronomes et des géologues de l’université de Savoie, du CNRS, du CIRAD (centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) et du CEA* (commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives), en collaboration avec des institutions agricoles et des producteurs agricoles antillais se sont intéressés aux bassins agricoles de la rivière Pérou en Guadeloupe et de la rivière du Galion, en Martinique. Ces zones sont, en partie, couvertes de bananeraies ou de champs de cannes à sucre. 

Ils ont analysé des carottes de sédiments marins prélevées proches de l’embouchure des cours d’eau. Grâce à cette méthode basée sur le concept de rétro-observation, ils ont pu suivre le transfert, le devenir et les conséquences à long terme du chlordécone sur l’environnement. 

Pour eux, « les flux de chlordécone ont drastiquement augmenté avec l’usage du glyphosate, conduisant à aggraver la contamination massive dans l’écosystème ». 

Cette étude est parue alors que le gouvernement et les services associés en Guadeloupe et en Martinique s’apprêtent à lancé leur « 4ème plan interministériel (2021-2027) de lutte contre la pollution par la chlordécone aux Antilles » et alors que le glyphosate bénéficie encore d’une homologation européenne jusqu’à fin 2022. 

Plus largement, les auteurs souhaitaient éclairer sur les effets en cascade de « l’usage massif des pesticides en agriculture ces dernières décennies et la contamination des sols, et celle associée de l’atmosphère, de la lithosphère, de la biosphère [les « zones critiques », ndlr] qui en résulte », car soulignent-t-il, les risques écotoxicologiques des produits chimiques rémanents libérés par l’usage surajouté de pesticides sont « insuffisamment compris », malgré les bouleversements en cours sur la planète, incarnés par l’érosion des sols, le dérèglement climatique, les pratiques agricoles intensives.

* La datation des dépôts sédimentaires nécessitait les connaissances du CEA. 

Photo de une : Pêcheurs dans la commune de Capesterre-Belle-eau en Guadeloupe. © archives MB – GUYAWEB

Pour aller plus loin : 

Le chlordécone avait été largement répandu dans les champs de bananiers de 1972 à 1993 en Martinique et en Guadeloupe pour lutter contre le charançon. Tardivement, en 1993, l’insecticide organochloré fut interdit en raison de sa « toxicité », tenue pour responsable, entre autres, du très grand nombre de cancers de la prostate observés à la Guadeloupe et à la Martinique. 

Lire aussi : “Tropiques toxiques

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

2 commentaires

  • GZ
    23 février 2021

    Le seul intérêt est de mesurer la zone d’exclusion alimentaire…

  • catilini
    23 février 2021

    Pas du tout d’accord avec GZ. Tout l’intérêt de ce qui est écrit ci-dessus est de faire réfléchir aussi les jardiniers amateurs et tous les utilisateurs du glyphosate. On pourrait aussi longuement parler de l’utilisation des organochlorés en produits véto, interdite …. Matabish?

Articles associés :

Suriname : 204 morts Covid de mars 2020 à fin avril 2021, en mai 98 morts, un record mensuel déjà battu : 141 décès du 1er au 18 juin et un parlementaire antivax !

Au Suriname, le nombre de décès Covid poursuit son affolante ascension. Ce pays avait déploré 204 morts Covid de mars 2020 à fin avril 2021, en 14 mois donc. Le mois suivant, en mai, il y aura...

Assiduité des élus à la CTG : Ringuet, Phinéra-Horth et Briolin à la traîne

A l'occasion des élections territoriales dont le premier tour est prévu ce dimanche 20 juin, Guyaweb s'est penché sur l'assiduité des 51 conseillers de la Collectivité territoriale de Guyane ...

L’enquête judiciaire pour suspicion de «favoritisme» est bouclée dans l’affaire qui vise Gabriel Serville, signataire, fin 2014, d’une convention pour la mairie de Matoury avec l’avocat Olivier Taoumi pour 9500 € mensuels d’honoraires

L'enquête judiciaire sur les conditions d'attribution d'une rémunération mensuelle nette de 9500 euros par la mairie de Matoury, théoriquement durant 38 mois, à Olivier Taoumi, entre fin 2014 et ...

Covid-19 : les chiffres ne sont pas rassurants, les indicateurs restent élevés dans un contexte de confinement quasi-fantoche et d’agitation des esprits…

Les chiffres consolidés du Covid-19 ne sont pas à la baisse en Guyane contrairement à ce qu'espéraient les autorités en début de semaine dernière au moment de la décision de maintien des ...

Interview de Gabriel Serville : TVA, évolution statutaire, immigration …

Le député Gabriel Serville (Peyi Guyane), figure politique à l’itinéraire morcelé, s’est lancé dans la bataille des élections territoriales à la tête de la liste « Guyane Kontré pour ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2021 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube