Mercredi 22 Mai

Le double langage de Pompili

Le double langage de Pompili

Le programme pourtant salué de la secrétaire d’Etat en charge de la biodiversité et du climat, Barbara Pompili, présente en Guyane pendant sept jours s’achève : sur de nombreuses visites de terrain, aucune annonce sur le permis chasse, et des reproches formulés suite à son soutien apporté à l’activité minière légale et encadrée. « Je ne suis pas ministre des mines » s’est défendu Barbara Pompili, jeudi, lors d’une conférence de presse donnée en clôture de son déplacement de sept jours en Guyane. La secrétaire d’État en charge de la biodiversité et du climat a pourtant bel et bien appuyé le…

La suite de cet article est réservée aux abonné(es).

Rejoignez-nous et faites vivre l’information d’intérêt général et de qualité. Restez bien informés et accédez à nos informations, reportages, enquêtes et analyses, à lire nulle part ailleurs !

Lisez la suite pour 1€

Je m'abonne

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous


Lisez la suite pour 1€

Je m'abonne

3 commentaires

  • Johann

    A sa décharge, elle a quand même insisté lourdement sur Guyane Première que l’emploi en Guyane devait passer en priorité par la biodiversité et le moins possible par le minier (ce dernier aurait un impact très faible sur les chiffre du chômage).

    Le journaliste a même fait une erreur en fin de JT en disant qu’elle confirmait son soutien au minier alors qu’elle ne faisait que dire l’inverse. La secrétaire d’état a bondit d’incompréhension sur son siège, ne pouvant plus lui faire remarquer son erreur avec le générique de fin.

    • La Sobriete Heureuse

      Il faut dire qu’elle a tellement changé de positionnement sur l’activité minière légale, durant son séjour, reprochant ensuite aux uns et aux autres de déformer ses propos, que le journaliste de Télé Guyane a fini par en perdre son latin. On peut le comprendre aussi !

  • Francois

    on devrait appeler « un chat un chat », et ne pas jouer sur les concepts plus ou moins flous créés par des intellectuels en réunionite permanente. Oser dire que l’orpaillage (artisanal et/ou industriel) serait un service écosystémique à reconnaître est une aberration contredite par les faits scientifiques, comme par exemple la récente (2015) publication de Nora L Alvarez-Berríos et T Mitchell Aide dont le titre est transparent: « Global demand for gold is another threat for tropical forests. »

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Emmanuel Macron se rend en Nouvelle-Calédonie pour y installer « une mission de dialogue et de reconstruction économique »

Accompagné de trois ministres, le chef de l'Etat se rend ce mardi soir en Nouvelle-Calédonie pour y installer "une mission de dialogue et de reconstruction économique", une semaine après le début...

Nouvelle-Calédonie : la situation reste tendue une semaine après le déclenchement des émeutes

Sept jours après le déclenchement d'émeutes en Nouvelle-Calédonie, le calme n'est toujours pas revenu dans l'archipel du Pacifique-Sud malgré la réponse sécuritaire du gouvernement. Plusieurs ...

Dilhan Will joue l’équipier de luxe et lance son coéquipier Yannis Agricole aux championnats de Guadeloupe

Un groupe de 9 hommes s'est présenté à l'arrivée des championnats de Guadeloupe avec Dilhan Will qui s'est mué cette fois en équipier Il a pris la tête du groupe échappé durant les dix ...

Gémima Joseph sort encore un bon chrono en Martinique sur le 100 m en 11 s 07, fatiguée elle n’a pas doublé avec le 200 m

Gémima Joseph, 22 ans et demi, a réalisé ce soir au meeting international de la Martinique, son deuxième chrono sur 100 mètres en 11 s 07 (les minimas olympiques qu'elle avait déjà réalisés ...

Saint-Laurent du Maroni : les enjeux de la future ville la plus peuplée de Guyane

En 2030, Saint-Laurent du Maroni, qui n'était encore qu'un bourg de quelques milliers d'habitants dans les années 1970, devrait devenir la ville la plus peuplée de Guyane avec près de 130 000 ...

Epidémie de paludisme sur le littoral, du jamais-vu depuis 15 ans

Avec 340 cas en 2023 et 264 sur les quatre premiers mois de 2024, la Guyane n'avait pas connu d'épidémie de paludisme aussi intense depuis plusieurs années. Avec comme particularité la présence ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2024 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube