Lundi 22 Avril

Publicité Guyaweb

Manifestation contre CEOG : trois personnes convoquées au tribunal judiciaire

Manifestation contre CEOG : trois personnes convoquées au tribunal judiciaire

A la suite de la manifestation extrêmement tendue, vendredi 10 mars, contre l’emplacement de la Centrale électrique de l’Ouest guyanais (CEOG), cinq personnes ont été interpellées et ont été placées en garde à vue. Trois d’entre elles ont été convoquées ce dimanche après-midi par le procureur, au tribunal judiciaire de Cayenne d’où elles sont sorties un peu avant 22 heures. Au cours de la manifestation de vendredi 10 mars contre l’emplacement de CEOG (voir Guyaweb du 11/03/2023), cinq personnes ont été interpellées et placées en garde à vue. Un habitant du village de 17 ans et une femme ont été…

La suite de cet article est réservée aux abonné(es).

Rejoignez-nous et faites vivre l’information d’intérêt général et de qualité. Restez bien informés et accédez à nos informations, reportages, enquêtes et analyses, à lire nulle part ailleurs !

Lisez la suite pour 1€

Je m'abonne

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous


Lisez la suite pour 1€

Je m'abonne

3 commentaires

  • bayaan

    C’est le monde à l’envers.
    Ce sont les auteurs de ce projet climaticide qui devraient être devant un tribunal.

    Il ne fait aucun doute qu’une fois la forêt détruite et les subventions détournées, ce projet, s’il aboutit, ne tiendra pas même quelques années.

  • MAIPOURI

    Bayaan, il semble que vous n’ayez pas bien compris le code pénal. En droit français, ce sont les délinquants qui sont traduits devant les tribunaux, pas l’inverse. Et le fait d’être écolo ou Amérindien n’y change rien… même si les activistes écolos et amérindiens ont tendance à l’oublier et à se croire au dessus des lois.

  • bayaan

    Mais délinquants, parlons-en. Monter des projets bidons et climaticides pour s’attirer des subventions , ce n’est malheureusement pas encore illégal. Pourtant, un peu de bon sens le montre : c’est de la délinquance.

    Par ailleurs, monter une usine Seveso à moins de deux kilomètres d’une agglomération, fut-elle habitée d’activistes écolo ou amérindiens, sans avertir clairement des risques, c’est illégal.
    C’est ce que vous n’avez pas compris, « Maipouri »

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Comment la justice s’empare des questions environnementales

Créé en 2021, le pôle environnement du tribunal judiciaire de Cayenne, doté de magistrats spécialisés, monte en puissance depuis un an et demi afin de mieux poursuivre les atteintes ...

Exploit de Dilhan Will en Guadeloupe, il lâche tout le monde dans les Mamelles et triomphe à Vieux Habitants

On vous l'annonçait depuis 3 semaines, Dilhan Will (US Lamentinois) n'allait pas tardé à en décrocher une. C'est fait et de belle manière. Il triomphe en solitaire cet après-midi à Vieux ...

La femme brésilienne de 31 ans qui a tué son compagnon reste en prison

C'est un dossier de meurtre qui ira, très certainement, devant les assises. C'est une affaire rare qui débute. Suze Lobato Reis, une femme de 31 ans, a tué son concubin à Cayenne en Guyane....

Vote du Congrès : malgré des erreurs dans le comptage, Gabriel Serville confirme un résultat favorable à la résolution autochtone et dénonce de fausses procurations de l’opposition

Contesté par le groupe d'opposition "Unis et engagés pour notre territoire", le résultat du vote de la résolution autochtone pour l'évolution statutaire, adoptée samedi dernier par le Congrès ...

Mercure : sur le Haut-Maroni, des taux de contamination dix fois plus élevés que les seuils légaux fixés par les autorités sanitaires

Les résultats de prélèvements de cheveux effectués en février auprès d'habitants de plusieurs villages du Haut-Maroni révèlent des taux de mercure dix fois plus élevés que les ...

« Il n’est pas certain que l’instruction en reste là », affirme Me Jérome Bouquet-Elkaim avocat de la famille du défunt sergent-chef

L'avocat de la famille d'un autre militaire décédé en juillet 2019, à Saint-Jean d'Abounami, lors d'une opération de destructions de galeries de sites illégaux garde espoir. Il dit avoir ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2024 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube