Guyaweb, journal d'information et d'investigation

Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?
 
 

Vivre à St Georges sous état d’urgence sanitaire : « les problématiques sociales auraient pu être plus largement prises en considération »

Vivre à St Georges sous état d’urgence sanitaire : « les problématiques sociales auraient pu être plus largement prises en considération »

Interview de Margot Schneider, universitaire en master géographie à Paris Diderot, auteure d’un travail de recherche récent : « Habiter la frontière France-Brésil au temps des fermetures et des gestions de crise », sous la direction du laboratoire hommes milieux Oyapock du CNRS, et de l’université de Paris. Guyaweb : Vous aviez mené une étude sociologique au premier trimestre 2020 à Vila Vitória, quartier spontané de Saint-Georges et d’Oiapoque. Lorsque vous êtes revenue à Saint-Georges en 2021 pour la poursuite de vos travaux, avez-vous été interpellée par de fortes modifications dans l’organisation sociétale induite par la pandémie et les politiques qui y…

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

10 commentaires

  • Morvandiau

    Pour m’être rendu à plusieurs reprises à Oiapoque durant les différents confinements (oui, je me laisse pas emmerder facilement), j’ai été très surpris du climat ambiant.
    Point de zombies masqués solitaires dans les rues, tous les petits commerces et restaurants restaient ouverts, ambiance festive et peuplée tous les soirs sur la place du stade. Certains commerces exigent le masques, d’autres (une majorité) non.
    Bref, on a bien compris outre Oyapock, malgré la tension sanitaire qui a pu être très forte à un moment donné là bas, que la vie continue et qu’il valait bien mieux apprendre à vivre avec le covid plutôt que t’interdire toute vie sociale et culturelle et sacrifier l’économie dont les conséquences seraient plus graves que le covid lui même.
    Le fleuve Oyapock montre une séparation entre deux mondes :
    D’un coté, le monde occidental nanti, obnubilé par la peur (pourtant très improbable) de mourir du covid, pétrifié et dont une partie importante de la population part en sucette psychologiquement en raison du climat anxiogène et des atteintes aux libertés fondamentales, spécialement mises en place pour les emmerder au final.
    Et d’un autre, un monde plus vivant que jamais, sans pétochards, qui fait face à l’adversité de manière admirable avec des moyens sanitaires qui n’ont rien à voir avec ceux de la Guyane, qui se bat pour son quotidien et sa joie de vivre.
    Tous les crispés du covid devraient aller se détendre là bas (FF, profitez donc de vos congés au lieu de disséquer les chiffres de l’ARS heure par heure).
    Bisous à KouK.

  • NONOB

    Morvandiau
    Votre commentaire est tellement vrai vous avez raison FF devrais allez se détendre du côté d’Oiapoque

  • Frog

    Normal, tous vaccinés de la première heure, aux frais de Marianne puis par leur propre gouvernants ( malgré le handicap Bolsonaro)

  • Bello973

    @Morvandiau, vous n’y êtes pas allé en octobre dernier visiblement…

    « A la gare routière, nous vérifions systématiquement les carnets de vaccination des passagers et l’utilisation des masques. Toute personne non vaccinée n’entre pas à Oiapoque. »

    https://la1ere.francetvinfo.fr/guyane/hausse-de-la-covid-19-a-oiapoque-les-ecoles-fermees-et-des-controles-renforces-1120972.html

  • EL MATADOR

    jusqu’au 18 décembre, Oiapoque expulsait les français jusqu’à le PAF

  • Rubinho

    Sujet passionnant, qui n’a pas fini d’alimenter recherches et commentaires. Le binôme franco-brésilien se constitue finalement en un ensemble unique qui fonctionne très bien pour le profit de tout le monde en temps normal. Quand survient le caillou dans les rouages les faiblesses de cette entité originale surgissent violemment et mettent à nu les différences béantes entre les deux systèmes. Le « jeitinho » brésilien — que certains commentateurs un peu naïfs assimilent à une espéce d’énergie vitale exotique – expose cruellement par contraste la passivité et le syndrome de l’assistance permanente du côté français. Il faudrait avoir davantage présent à l’esprit que le cas oyapocquois est un modèle réduit des images et représentations construites et entretenues par l’importante communauté brésilienne en Guyane et les Guyanais d’origine brésilienne. Et elles ne sont pas flatteuses. Et profitons de l’occasion pour signaler l’aberration phonologique que représente pour les oreilles brésiliennes l’invention franco-guyanaise d’un « oyapoquÉ » (accentué sur la dernière syllabe) alors que la seule prononciation correcte pour la ville ou le fleuve est « OiaPOque » accentué sur le « PO » avec un « que » final atténué.

  • Morvandiau

    @Rubinho
    La seule prononciation correcte pour la ville ou le fleuve est « Ouyapkoune ».
    C’est le nom autochtone (Palicour me semble-t-il) qui a ensuite été déformé en Oyapock par les colons. Cette appellation est toujours utilisée d’ailleurs.

  • Morvandiau

    @Frog, en Amapa, le taux de vaccination est juste un peu plus élevé que celui de la Guyane. On reste très loin d’une immunité vaccinale collective.
    Mais vous avez plutôt raison, il est tout à fait normal qu’en étant vacciné, on reprenne une vie normale. Mais alors, pourquoi en France et en Guyane ce n’est pas du tout le cas ? Les vaccinés restent terrorisés, gardent le masque en toute circonstance, la distanciation, le gel, etc…
    Pourquoi ce qui est possible ailleurs (Brésil ou Angleterre) n’est pas possible chez nous ? C’est pourtant le même microbe.

  • KouK

    Vous nous étalez une fois de plus l’étendue de vos connaissances et de la précision de vos propos.

    Il s’agit d’un virus.

    La bise, Morvandiau ;-)

  • rj42

    Vivant entre saint Georges, oiapoque et le haut du fleuve, je trouve la gestion de la crise délirante. La frontière est restée poreuse pendant toute la période mais l état s’est échiné dans sa réponse tout sécuritaire. Au point d empêcher les brésiliens de se faire vacciner à saint Georges alors que les doses ne manquaient pas. Par contre quand le confinement est tombé, aucun problème pour les cayennais non vaccinés pour venir à saint Georges et traverser illégalement la frontière pour le we à oiapoque. En gros saint Georges était la pestiférée de la guyane mais quand elle a été la mieux vaccinée, pas de problème on peut lui passer dessus comme une bonne pute. Et les habitants dans tout ça ?

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Présidentielle : la campagne en forme de revanche de Christiane Taubira

Formée de soutiens hétéroclites, vingt ans après sa première tentative à une élection présidentielle, la campagne de Christiane Taubira a débuté sous des auspices chaotiques.  C'est une ...

Jean-Michel Blanquer, ministre et ancien recteur de Guyane, a annoncé le nouveau protocole dans les écoles depuis Ibiza

Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique ...

« Une pelleteuse dans la réserve de Kaw », du jamais vu signé Stéphane Yarde

« Destruction d'un site archéologique », abattage d'arbres et destruction de savane inondée dans la réserve naturelle nationale de Kaw-Roura. Stéphane Yarde et sa compagne Vanessa Halhoul, ...

Le projet retoqué de Misiedjan, Yarde et Francillonne

L'ouverture d'un centre de formation et de perfectionnement de gardes du corps, policiers et vigiles au maniement des armes à feu est à l'étude à Concorde et soutenu par le maire de Matoury Serge ...

« Un homme pareil aux autres » : de Maran à Mgour Sarr, d’un Goncourt à l’autre

En rééditant Un homme pareil aux autres, un ouvrage méconnu de l'écrivain d'origine guyanaise René Maran, prix Goncourt en 1921 pour son livre Batouala, les éditions du Typhon permettent ...

Christiane Taubira, candidate à la présidentielle

Christiane Taubira l’ancienne ministre de la Justice, originaire de Cayenne, a officialisé sa candidature à l'élection présidentielle d'avril prochain lors d'un meeting à Lyon ce samedi 15 ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2022 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube