vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Publicité Guyaweb

Le Brésil avec Azul, un retour compromis

Le Brésil avec Azul, un retour compromis

Après une première apparition sur le tarmac de Cayenne Félix Eboué à l’été 2015, la compagnie aérienne brésilienne Azul, qui desservait les capitales régionales Belém et Fortaleza au départ de Cayenne, est désormais loin du ciel guyanais. La fermeture des frontières entre la Guyane et le Brésil, décidée le 19 mars 2020 en raison de la pandémie de coronavirus et du risque sanitaire, a eu notamment comme effet l’arrêt des liaisons aériennes internationales et donc le départ d’Azul. Pour la déléguée régionale de la compagnie Laura De Reynal, “il y a une possibilité de retour mais elle est prématurée”. L’été…

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

8 commentaires

  • damien

    Est ce que la surinam airways repointera le nez de ses avions en guyane ?

  • sandralain

    Crise grave consécutive à cette pandémie internationale, mais aussi à un manque de prévision de la part des décideurs, qui font face comme nombre d´autres élus à une situation exceptionnelle qui a surpris beaucoup de dirigeants de pays dit, mais aussi développés.

    L´Amapá comme d´autres Etats du Brésil et pays industrialisés, a délaissé la santé publique, au profit d´autres dossiers, plus stratégiques.
    Obligeant les élus de Oiapoque, d´appeler ces derniers jours, à l´aide internationale auprès de l´Etat français, en adressant une lettre réclamant du secours sanitaire au préfet de la Guyane.

    Pourquoi avoir abandonné au Brésil en 1900, cette région nommée la petite Martinique, si 120 ans plus tard, la France doit porter secours aux descendants des résidents de cette même région, qui a été pendant plusieurs décennies un territoire français.

    Question de vie et mort dira t´on, mais aussi de Fraternité et échange de coopération dans divers domaines, également et surement dans le domaine du santé publique.

  • stefdecayenne

    Cette région n’a pas été abandonnée au Brésil en 1900 : prise aux Portugais, elle n’a été officiellement française que de 1797 à 1810, où elle revint au Brésil portugais qui occupa alors la Guyane. De 1841 à 1900 elle n’était qu’un territoire neutralisé réclamé – mais non possédé – par les Français et détaché du Brésil, à qui un arbitrage suisse le réattribua définitivement sur des considérations historiques et démographiques.
    Rappelons que le Brésil a grandement ravitaillé la Guyane pendant la Seconde Guerre mondiale, quand la Métropole était occupée par les Nazis et l’océan Atlantique coupé par les sous-marins allemands.

  • Frog

    Ouai bon, à raison de 5/6 tonnes d’or à l’année, ils se sont bien remboursés!

  • benoit

    Pour continuer cette parenthese sur la region frontaliere, beaucoup ont la memoire courte ou alors non pas connu l avant : il n y avait pas de route entre regina et st george. Juste une barge qui ravitallait la ville, et des petits avions 9 a 14 sieges pour les passagers.
    HEUREUSEMENT qu on pouvait compter sur nos voisins bresiliens d’Oyapoque. Cela valait pour tous les habitants de la rive du fleuve de ouanary a trois sauts.

  • Frog

    Ouai c’était le bon temps, fejoida et caipi gratos!

  • GZ

    Bien dit, Benoît. Bcp ne le savent pas et tous prennent la configuration actuelle pour normale et souhaitable.

    Pour autant, le HEUREUSEMENT sonne benêt : 1. nos voisins brésiliens d’Oyapoque n’ont pas « ravitaillé » St Georges, mais les habitants de celle-ci ont fait leurs courses là-bas.
    2. nos voisins brésiliens d’Oyapoque n’ont pas vendu leurs marchandises à « Nous », mais à leurs semblables, à eux-mêmes, la plupart des hab. du bled nommé St Georges était brésilien… A deux tiers klandos…au bas mot.
    3. Conséquemment, le bled nommé St Georges était bcp plus un territoire envahi que territoire français.
    4. Avec ses conséquences dont le peuple s’offusque à présent…

  • EL MATADOR

    La venue de Azul en Guyane à eu des avantages dans un premier temps:
    baisse du prix des billets
    Avions le jour et surtout à l’heure
    Un vol direct fortaleza
    3 vols de plus par semaine

    Puis sont venus les inconvénients:
    Départ de Surinam airways, donc fin de la concurrence
    Plus que un vol par semaine donc une offre inadaptée
    Tarifs qui sont montés en flèche donc une offre plus du tout intéressante

    Conclusion, malgré un bon début et une ouverture intéressante vers le Brésil, l’offre de Azul à fini par partir en sucette, leur départ, si il devient définitif, n’est pas forcément une mauvaise chose, car il permettra peut-être à un de ses concurrents de proposer une offre plus large vers le Brésil.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Affaire «Gilbert», un sexagénaire de Balata atteint du Covid et évacué en Guadeloupe : le directeur de l’hôpital de Cayenne rédige une lettre d’excuses pour la famille laissée sans nouvelles

Une famille de Balata à Matoury se dit toujours sans nouvelles véritables d'un proche, atteint du Covid-19, hospitalisé depuis 4 semaines et évacué, dans l'intervalle, en Guadeloupe. Lundi 6 ...

Le gouvernement Castex en Guyane, en pleine crise sanitaire, économique et sociale

Cette visite ministérielle express de 8h, dimanche 12 juillet - pour laquelle Guyaweb a été soigneusement mis à l'écart (1) - est sans nul doute un des tournants de la longue crise sanitaire du ...

Covid-19 : le nombre de tests a baissé de 24% ces 7 derniers jours, passant de 5787 tests à 4401, des citoyens de Guyane rechigneraient à se faire dépister, optant pour le remède créole !

Du samedi 28 juin au vendredi 4 juillet, un nombre record de tests PCR avait été réalisé en Guyane : 5787. Sur les sept derniers jours, soit du samedi 5 au vendredi 10 juillet, le nombre de ...

Le directeur de crise : «Devant vous il y a une équipe de la République»

Nommé directeur de crise et dépêché en urgence par le gouvernement, le préfet Patrice Latron,  arrivé mercredi en toute discrétion. reprend la main sur la gestion sanitaire du Covid-19. Il a ...

La Guyane en crise sanitaire : 26 décès à déplorer

Le bilan de la pandémie de Covid-19 est de 26 morts et 5949 cas confirmés depuis la détection des premiers cas en Guyane le 4 mars et la propagation du coronavirus concerne l'ensemble du ...

Affaire du jeune homme de Soula tué à Kourou : d’abord une altercation, l’auteur présumé du crime touché lui aussi par balle

L'affaire qui a abouti au meurtre présumé d'un jeune homme de 19 ans de Soula (Macouria), mardi, village Saramaca à Kourou, est moins simple que l'on aurait pu croire, en se fiant aux premières ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2020 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube