vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Publicité Guyaweb

Covid-19 : le témoignage d’une professionnelle de santé

Covid-19 : le témoignage d’une professionnelle de santé

Guyaweb a recueilli le témoignage d’une professionnelle de santé qui tire la sonnette d’alarme sur l’évolution du Covid-19 en Guyane.

Cette professionnelle de santé qui souhaite garder l’anonymat explique notamment que « l’implication des professionnels de santé et des différents acteurs locaux ne suffira pas à endiguer la propagation du virus SRAS-CoV2 si l’épidémie venait à s’étendre sur le territoire et l’implication de la population s’avère indispensable pour une mise en oeuvre coordonnée et réussie des mesures préconisées. »

Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, la Guyane française recense 18 cas d’infections, dont 16 importés sur le territoire [1 nouveau cas importé a été annoncé samedi 21 mars, ndlr].

Ce faible nombre de cas avérés, et notamment de cas de transmission secondaire (N = 2), ne permet cependant pas de prendre à la légère l’ensemble des mesures de prévention à mettre en oeuvre par tous et sur l’ensemble du territoire.

L’implication des professionnels de santé et des différents acteurs locaux ne suffira pas à endiguer la propagation du virus SRAS-CoV2 si l’épidémie venait à s’étendre sur le territoire et l’implication de la population s’avère indispensable pour une mise en oeuvre coordonnée et réussie des mesures préconisées.

Cependant, autant pertinentes qu’elles puissent l’être, certaines de ces mesures barrières s’avèrent difficiles à mettre en oeuvre dans le contexte local et l’ensemble des acteurs doit se tenir prêt à affronter une recrudescence du nombre de cas.

En effet, si le lavage des mains fréquent à l’eau et au savon va être difficile à réaliser par une partie de la population, le confinement dans des habitations précaires pourvues d’un toit en tôle et le plus souvent d’une ou deux pièces pour une famille comptant plusieurs enfants, le tout sous une température de 35°, paraît presque impossible à appliquer.

Ces confinements de précaution ne pourront être espérés qu’avec, au minimum, un renforcement des mesures d’aide alimentaire à destination de ces populations vivant en situation précaire. En effet, beaucoup de ces personnes peuvent assurer leur minimum vital et celui de leur famille en réalisant des « jobs », auxquels ils n’auront plus accès en cette période de 45 jours à minima.

A cette situation inquiétante s’ajoute une pénurie chronique de professionnels de santé ainsi qu’un nombre de lits en service de réanimation très restreint, rendant notre système sanitaire plus que vulnérable à des situations de crise. De nombreux médecins spécialistes exercent sur le territoire par un système de vacations. Insuffisants en « temps normal », nous déplorons à ce jour leur désistement pour les semaines à venir.

La réserve sanitaire étant déjà largement mobilisée dans l’Hexagone, notre espoir de renfort de professionnels de santé provenant d’autres départements français est à ce jour très maigre.

Malgré le tableau alarmiste de notre système sanitaire, il est encore temps d’espérer une mobilisation coordonnée et le déploiement de mesures efficientes de la part des décideurs politiques, institutions et associations pour épargner à la population guyanaise une crise sanitaire sans précédent.

Peut-être est-il également temps pour la France d’élargir sa vision stratégique et de s’ouvrir à une coopération internationale ?

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

20 commentaires

  • Des médecins cubains

  • elisa

    Ils sont dejà partis en italie

  • « nous déplorons à ce jour leur désistement pour les semaines à venir »
    Vous pouvez préciser ?

  • GZ

    Frog
    Les vols entre l’Hexagone et l’outre-mer interdits à partir de lundi minuit

  • Ah vacation depuis la métropole…j’avais compris depuis leurs cabinets de médecins de ville.
    Mauvaise lecture. Merci

  • « II. – Par dérogation au I, restent autorisés les déplacements justifiés par l’un des motifs suivants :

    « – motif impérieux d’ordre personnel ou familial ;
    « – motif de santé relevant de l’urgence ;
    « – motif professionnel ne pouvant être différé.

    Les médecins vacataires peuvent voyager.

  • GZ

    1. Non, pas de mauvaise lecture de votre part : l’article n’en parle pas. Je le tiens d’ailleurs.

    2. L’info du Figaro dit que les VOLS sont suspendus. Cad plus d’avion.
    Les exceptions seraient réservées aux îles, entre elles.

    On verra, en tout cas manque de médecins en Métropole aussi.

  • Ou, ( je ne sais pas si j’ose) les médecins vacataires, étrangers pour la plupart, sont rentrés chez eux et ne comptes pas revenir. Ce que l’on peut bien sûr comprendre .
    Oui, en effet, on est mal.

  • GZ

    Positivez cher ami, positivez. Et n’oubliez pas de mettre au micro votre pain/baguette avant déguster…

  • Comptent

  • GZ

    ?

  • Ma faute cher ami que ma faute. D’orthographe.

  • GZ

    Ah. l’essentiel , de le faire.

  • Mickael

    Coopérer avec l’international ? Le Surinam, on soigne Albina à Saint-Laurent. Quand au Brésil, l’Amapa est un état encore plus pauvre que le reste du Brésil.
    Cuba, c’est déjà pris comme dit précédemment par l’Italie.

    Bref, plus qu’a attendre que l’orage passe en évitant la foudre. Mais quand je vois le nombre voitures, y compris avec des vieux circuler.

  • sandralain

    Mickael, l´Etat de l´Amapá est également touché par cet ennemi invisible qui se répand exponentiellement, s´accaparant le corps d´autre porteur pour poursuivre son expansion.
    Actuellement en Amapá une victime identifiée positive à ce virus de destruction massive, pour plusieurs cas suspects.
    La Guyane ne pourra pas compter sur le système de santé de l´Amapá, vu que nombre de brésilien ou brésilienne se rend en Guyane pour se faire soigner, ou y accoucher, afin de sécuriser leur santé, et entreautre leur porte-monnaie.
    D´autre part la frontière est fermée. Le service de santé à Macapá n´est pas encore préparé à recevoir des personnes atteintes de ce type de pathologie. Celui qui présente un cas suspect, est pris en charge dans un poste de santé, où son état de santé et taux de contamination seront vérifiés, ensuite selon le résultat il est renvoyé dans son foyer où il y restera confiné, comme toute personne se trouvant sur le territoire brésilien depuis ce samedi.
    Si un accord de coopération internationale est conclu, le malade pourra être évacué sur un hôpital de Belém. Mais comme partout il y a un manque évident de matériel médical.
    A Macapá se procurer un masque (je ne parle pas d´une boite de masque), ou du gel hydro-alcoolique relève du parcours du combattant (prix du masque vendu à l´unité en pharmacie: 67 R$ – Un tube de gel hydro-alcoolique 37 R$ – C´est devenu un commerce juteux).
    Courage à vous en Guyane qui comme tous humains dans le monde êtes confinés, pour votre et notre propre protection et sécurité, dans le but d´éviter à ce virus, de trouver matière pour pouvoir se multiplier et se répandre, en se servant de notre corps.

  • Ah ah dentiste à Oyapock ? Pour des dents en Or alors?

  • GZ

    Or de Guyane, en plus ! Aller se faire poser là-bas n’est que de la récup’…

  • sandralain

    GMBB, vous avez parfaitement raison.
    Il est exact que nombre de guyanais, et autres française et français des îles voisines, se rendent à Oïapoque, Macapá, Belém, Recife et autres villes du Brésil, pour se faire refaire: dentition, pose implants dentaires, mais aussi mammaires, fessiers, pectoraux, se faire redresser le nez, équilibrer les pieds, tirer la peau du visage, sucer la graisse de la ceinture d´amour, pour polir la silhouette, et autres réfections de la façade…
    Mais, ces cliente et client ne sont pas titulaire d´une carte A.M.E, dont je ne vous apprendrai pas, ni je ne ferai de commentaire sur l´utilité de ce document.
    Ces cliente et client n´ont pas droit à la carte SUS délivrée par le ministère de la santé brésilien, qui est l´aide médicale brésilienne.
    Ces cliente et client payent rubis sur l´ongle leur prestation.
    Et si par mégarde une cliente ou un client ne règle pas sa consultation, elle ou il se verra fiché par les services de la fiscalisation brésilienne.
    GMBB, nous ne sommes pas dans la même dimension, lorsque vous dites ´´un vrai pilier de comptoir´´. Je ne suis ni médecin, ni épidémiologiste, ni sociologue, ni économiste.
    J´essaie juste d´être logique, et je régle aussi comme tout contribuable, mes impôts.
    Le président Macron a parlé lors de sa dernière visite au sujet des aides sociales, et notamment de la CAF, de l´utilité d´une carte bancaire qui ne pourrait fonctionner que sur le territoire français. Très bonne mesure.
    J´ignore si cette mesure a été mise en oeuvre.
    Elle serait un très bon moyen d´éviter à ces aides sociales, de traverser physiquement les frontières.

  • LEAURENT

    https://www.liberation.fr/checknews/2020/03/24/covid-19-qu-est-ce-qu-un-pic-epidemique-quand-la-france-va-t-elle-l-atteindre_1782467
    « Dès l’automne, l’épidémie devrait ainsi repartir à la hausse, avec un nouveau pic en perspective, et peut-être même un troisième à l’automne suivant, jusqu’à l’immunisation de 50% à 66% de la population (stade au-delà duquel l’épidémie ne peut que décroître). »

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Le sombre fonctionnement de l’Imed

A quelques jours de la fin du mandat de l'administration provisoire, le futur de l'Institut médico-éducatif départemental (Imed) est incertain. Travail sans convention, inspection en cours sur les...

Exclu : les cartes de l’épidémie du Covid-19 à Kourou

Guyaweb s'est procuré plusieurs cartes de l'évolution des cas de Covid-19 sur Kourou Exclusif. C'est d'abord un document des autorités daté de fin mai dernier qui fait le point sur ...

Jean Castex remplace Edouard Philippe à Matignon

La composition du nouveau gouvernement sera connue dans les prochains jours. La démission d’Edouard Philippe et de son gouvernement a d’abord été annoncée par la présidence de la ...

Devant la ministre des Outre-mer, Georges Elfort s’est planté sur les cas de Covid-19 à PK6, ce village historique de Kourou sur la route de l’or guyanais

Lors de l'installation, mardi 23 juin dernier en soirée, du Cogec, le comité de gestion de crise élargi anti-Covid, censé regrouper autorités administratives, élus, associations, ...

Les professeurs de médecine montent au créneau

Les professeurs d'université et praticiens hospitaliers de Guyane ont organisé une conférence de presse afin de revenir sur l'importance des essais cliniques et thérapeutiques dans leur ...

La Guyane en crise sanitaire

Le bilan de la pandémie de Covid-19 est de 16 morts et 4558 cas depuis la détection des premiers cas en Guyane le 4 mars et la propagation du coronavirus s'accélère sur l'ensemble du territoire, ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2020 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube