Lundi 22 Avril

Publicité Guyaweb

Ouanary coupée du monde depuis plus d’un mois

Ouanary coupée du monde depuis plus d’un mois

Victimes du vol de la pirogue municipale en octobre et d’une partie du ponton de débarquement début novembre, les habitants de la commune de Ouanary, déjà fortement enclavés, se retrouvent aujourd’hui totalement isolés. 

La petite commune (100 habitants) de l’Est de la Guyane, uniquement accessible par le fleuve depuis la fermeture de la piste d’atterrissage et de l’héliport il y a quelques années, est encore plus isolée depuis un mois et demi. En cause : le vol le 6 octobre de la pirogue de la mairie qui permettait aux administrés de se rendre à moindres frais à Saint-Georges de l’Oyapock.

Selon Yvonne Bordes, conseillère municipale, le préjudice financier pour la commune serait de « 60 000 euros » car la pirogue et son moteur de 100 CV ont été volés en même temps, en pleine nuit.

« C’est notre voiture qui a été volée » souligne cette habitante historique de Ouanary. « C’est très embêtant car il n’y a pas d’épicerie à Ouanary donc nous avons besoin de nous rendre régulièrement à Saint-Georges. Aujourd’hui nous devons louer des pirogues pour 450 euros » afin de relier en 1h30 la sous-préfecture de l’Est. Un prix élevé pour cette retraitée âgée de 66 ans.

Selon Joslin Rozé, le frère du maire Narcisse Rozé, absent de la commune pour raisons de santé, une plainte a été déposée auprès de la gendarmerie qui aurait promis de se rendre plus régulièrement à Ouanary à une fréquence d’une fois tous les 15 jours pour assurer une présence accrue des forces de l’ordre dans l’estuaire de l’Oyapock.

D’autant que Ouanary n’est pas la seule bourgade touchée par l’insécurité. A Trois-Palétuviers, village Palikur situé à mi-distance de Saint-Georges et Ouanary, des vols de pirogues nous ont également été rapportés. « Quatre pirogues en quelques mois » précise Estever Martin, le chef du village élu en 2022.

La rampe d’accès au ponton de débarquement de Ouanary a été découpée puis emportée par des voleurs dans la nuit du 2 novembre © Guyaweb

Une partie du ponton de Ouanary également volée

Sur place, les villageois ont décidé de stocker les pirogues dans un seul et même endroit surveillé jour et nuit par des habitants qui se relayent. Et les moteurs sont enlevés systématiquement et entreposés à proximité des habitations, jamais trop loin du champ de vision.

Acheté entre « 3000 et 4000 euros la pirogue« , là aussi le préjudice est important pour les habitants de Trois-Palétuviers.

Particulièrement isolés, les habitants de Ouanary ne se sentent pas en sécurité. « Quand on part pêcher maintenant, on part armé » souffle Joslin Rozé. Car début novembre, un autre vol a eu lieu sur la commune. Celui de la rampe d’accès, en acier, au ponton de débarquement. Seul l’accostage à marée haute est désormais possible. « A marée basse, avec la vase, nous sommes complètement isolés, nous n’avons plus rien » regrette Yvonne Bordes.

Selon plusieurs habitants, les responsables sont tout désignés : des garimpeiros des camps d’orpaillage environnants. Une information que la gendarmerie n’a pas pu nous confirmer à ce stade.

Photo de Une : la pirogue municipale de la mairie de Ouanary a été volée le 6 octobre, renforçant l’isolement de ses habitants © DR

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous


Lisez la suite pour 1€

Je m'abonne

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Comment la justice s’empare des questions environnementales

Créé en 2021, le pôle environnement du tribunal judiciaire de Cayenne, doté de magistrats spécialisés, monte en puissance depuis un an et demi afin de mieux poursuivre les atteintes ...

Exploit de Dilhan Will en Guadeloupe, il lâche tout le monde dans les Mamelles et triomphe à Vieux Habitants

On vous l'annonçait depuis 3 semaines, Dilhan Will (US Lamentinois) n'allait pas tardé à en décrocher une. C'est fait et de belle manière. Il triomphe en solitaire cet après-midi à Vieux ...

La femme brésilienne de 31 ans qui a tué son compagnon reste en prison

C'est un dossier de meurtre qui ira, très certainement, devant les assises. C'est une affaire rare qui débute. Suze Lobato Reis, une femme de 31 ans, a tué son concubin à Cayenne en Guyane....

Vote du Congrès : malgré des erreurs dans le comptage, Gabriel Serville confirme un résultat favorable à la résolution autochtone et dénonce de fausses procurations de l’opposition

Contesté par le groupe d'opposition "Unis et engagés pour notre territoire", le résultat du vote de la résolution autochtone pour l'évolution statutaire, adoptée samedi dernier par le Congrès ...

Mercure : sur le Haut-Maroni, des taux de contamination dix fois plus élevés que les seuils légaux fixés par les autorités sanitaires

Les résultats de prélèvements de cheveux effectués en février auprès d'habitants de plusieurs villages du Haut-Maroni révèlent des taux de mercure dix fois plus élevés que les ...

« Il n’est pas certain que l’instruction en reste là », affirme Me Jérome Bouquet-Elkaim avocat de la famille du défunt sergent-chef

L'avocat de la famille d'un autre militaire décédé en juillet 2019, à Saint-Jean d'Abounami, lors d'une opération de destructions de galeries de sites illégaux garde espoir. Il dit avoir ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2024 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube