Dimanche 21 Avril

Décès d’un garimpeiro atteint de la rage, une première en seize ans

Décès d’un garimpeiro atteint de la rage, une première en seize ans

L’Agence régionale de santé et la préfecture de Guyane ont indiqué hier par communiqué la détection d’un cas létal de rage sur le territoire, le premier cas documenté en seize ans.

« Entre le 17 février et le 1er mars 2024, trois personnes en provenance du site d’orpaillage d’Eau Claire ont été admises en réanimation à l’hôpital de Cayenne et sont décédées en moyenne dans les 10 jours suivant leur admission. Les derniers résultats des analyses biologiques ont révélé la présence du virus de la rage sur les prélèvements d’un patient en début de semaine« , indiquent les autorités. Les analyses sont en cours pour déterminer les causes de la morts des deux autres patients.

« En réponse à cette situation, une analyse des risques a été lancée par l’ARS en lien avec le ministère de la Santé et le Centre de traitement antirabique (CTAR) pour les professionnels potentiellement exposés. » Une mission de santé publique est également prévue prochainement sur le site clandestin d’Eau Claire près de Maripasoula « pour évaluer la situation« .

Jusqu’à présent, l’unique cas de rage documenté en Guyane remontait à 2008. Le principal réservoir de ce virus mortel en Amérique du Sud est la chauve-souris vampire Desmodus rotundus, probablement à l’origine de la contamination de l’orpailleur clandestin.

Photo : la chauve-souris vampire est le principal réservoir de la rage en Amérique du Sud d’après l’Institut Pasteur de Guyane © Creative Commons

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous


Lisez la suite pour 1€

Je m'abonne

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

À lire également :

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2024 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube