Vendredi 12 Juillet

Projet de décharge à Macouria : la modification du SAR reportée sine die

Projet de décharge à Macouria : la modification du SAR reportée sine die

Nécessaire pour faire avancer le projet public de décharge d’ordures ménagères porté par la Communauté d’agglomération du centre littoral (CACL) à Macouria pour remplacer la décharge saturée des Maringouins, la modification du Schéma d’aménagement régional (SAR) prévue hier à l’ordre du jour de l’Assemblée plénière (AP) de la CTG n’a pas pu se faire.

La faute à un nombre d’élus trop peu nombreux pour atteindre le quorum nécessaire pour statuer sur les affaires inscrites à l’ordre du jour. Il faut en effet 28 élus présents sur les 55 de l’assemblée plénière pour atteindre ce quorum.

En conséquence, l’AP a été ajournée et reportée à la semaine prochaine. Quant à la révision du SAR, nécessaire pour implanter la future installation de stockage de déchets non-dangereux (ISDND) de la CACL à Macouria, elle a été retirée de l’ordre du jour et ne figurera pas dans les points à traiter lors de la prochaine assemblée des conseillers territoriaux.

Cette décision a été prise par le président de la CTG Gabriel Serville devant la levée de bouclier suscitée par la modification du SAR. Plusieurs opposants au projet (agriculteurs, l’entreprise d’eau minérale Dilo…) s’étaient en effet déplacés hier à l’Hôtel territorial pour exprimer leur mécontentement et dénoncer les risques de pollution auxquels ils seraient exposés sur la future décharge est implantée à Quesnel-Trois Rois.

Pour rappel, le projet de décharge et d’incinérateur à Macouria est porté par la Communauté d’agglomération du centre littoral qui a signé en avril dernier une délégation de service public avec les entreprises Idex, Gov’environnement et Séché pour la conception, la construction et l’exploitation d’une ISDND qui permettrait d’enfouir 120 000 tonnes de déchets par an et de produire de l’électricité pour 40 000 habitants grâce à une unité de valorisation des émanations de déchets.

Ce projet est en concurrence avec celui public-privé porté par Séché et la mairie de Kourou à Wayabo. Ce projet est en avance puisque le plan local d’urbanisme de Kourou a été modifié il y a plus d’un an afin d’artificialiser les 36 hectares de terres agricoles de Wayabo pour y installer le futur centre d’enfouissement et de valorisation des déchets ménagers et amiantés du littoral.

Il reviendra in fine au préfet de trancher entre ces deux projets concurrents. Cette décision devra intervenir rapidement, la décharge des Maringouins étant saturée. Son existence a été prolongée artificiellement en mars pour pouvoir enfouir 68 000 tonnes de déchets supplémentaires. De quoi tenir jusqu’à la fin de l’année 2025.

Photo : une concertation publique relative à la modification du Schéma d’aménagement régional en juillet 2022 avait déjà généré une levée de bouclier des riverains opposés au projet de décharge de la CACL © Archives Guyaweb

Retrouvez ici tous les articles de Guyaweb consacré à ce dossier

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous


Lisez la suite pour 1€

Je m'abonne

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

À lire également :

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2024 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube