Lundi 22 Avril

L’affaire Romney : « Un procès politique » pour maître Germany

Serge Romney, ingénieur de son état, sans casier judiciaire est accusé d’avoir forcé un barrage, refuser d’obtempérer et d’avoir légèrement blessé des forces de l’ordre à la fin d’une manifestation qui bloquait le pont du Larivot, le 13 septembre.

Avant de faire droit au silence, il avait déclamé un discours éminemment politique, devant le tribunal correctionnel.

Cet aspect politique de l’affaire qui constitue la cause de la présence de cet ingénieur d’EDF sur ce pont n’échappe pas à maître Germany.

« Ce dont je suis certain, c’est de la capacité du Parquet et des autorités de poursuite à harceler pour les épuiser, les militants. Pour détruire les mouvements de protestations pour éviter que le gouvernement instaure un dialogue social. Le système n’installe pas le dialogue mais instaure la violence institutionnelle.

Il y a deux manières de voir les gens qui manifestent. Ce sont des personnes qui entravent la circulation ou il s’agit d’un mouvement populaire qui a des revendications. Dans le premier cas, nous sommes dans du totalitarisme, dans le deuxième c’est la démocratie.

Le peuple en marche entrave le couvre-feu social et non la paix sociale. Car dans ce système, il n’y a pas de paix sociale » tance maître Germany.

Maître Georges-Emmanuel Germany prend la parole devant le palais de justice après le procès de Serge Romney. Derrière lui, en robe rouge, maître Rose-Lyne Robeiri et Davy Rimane, collègue du prévenu.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous


Lisez la suite pour 1€

Je m'abonne

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

À lire également :

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2024 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube