vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?
 
 

Publicité Guyaweb

Zone Terca : l’État prend le risque d’orchestrer une opération d’expulsions illégale !

Zone Terca :  l’État prend le risque d’orchestrer une opération d’expulsions illégale !
Exclusif !

A l’heure où je commence à écrire ces lignes, une réunion de la plus haute importance a débuté depuis 15 heures à la préfecture de Cayenne où sont rassemblés entre autres : autorités de l’État dont le préfet, huissier(s), Raymond Abchée et son avocat, Me Jean-Yves Marcault-Derouard. Objet de cette réunion : finaliser une opération d’expulsion dès demain mardi 3 mars, zone Terca où Raymond Abchée réclame à cor et à cri depuis plusieurs mois sa « parcelle » occupée illégalement. Or cette décision d’opération d’expulsion voire de démolition suscite déjà des remous. Un huissier a refusé d’être associé à cette opération…

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

20 commentaires

  • encore le droit français ans ses dérives et ses interprétations dehors un point c’est tout.
    ils n’ont droit à rien ces envahisseurs. dans ils n’ont droit à rien alors pourquoi en Guyane.

  • La trêve hivernale ne s’appliquait pas, jusqu’à peu, aux occupants sans droit ni titre. Ce qui est somme toute bien normal quand on se met à la place d’un propriétaire…

    http://www.habiter.org/wp-content/uploads/Fiche-pratique-Occupation-sans-droit-ni-titre.pdf

    La récente Loi Alur, de notre chère (ex) ministre du logement confirme toutefois une petite subtilité au bénéfice des squatters à l’Article L.412-6 du code des procédures civiles d’exécution :

    « Toutefois, le juge peut supprimer le bénéfice du sursis prévu au premier alinéa lorsque les personnes dont l’expulsion a été ordonnée sont entrées dans les locaux par voie de fait. »

    En clair, il faudrait voir le jugement…

  • Il n’y a jamais eu de voie de fait, c’était un grand terrain marécageux sans rien ce truc avant. Pourquoi Abchée s’accroche à ce petit lopin de terre occupé par des malheureux. Il n’en a pas assez déjà ?

  • Tobbie Rat

    Abchée pense « Moi y en a vouloir des sous ». Marécageux ou pas, dans qq années il y aura là des commerces, des parkings, donc des loyers à recevoir. Pas folle la guêpe…

  • Que ça me fait rigoler : envahisseurs ? Dites-moi quand quelqu’un a payé pour ces terrains en Guyane ?

    Toutes ces familles qui vivent en Guyane depuis on sait pas quand on gagné ces terrains de manières bizarres, et maintenant ils font tout pour essayer de les capitaliser au prix fort dans toute absurdité.

    Je suis pour les NOUVEAUX squatteurs car les vieux sont déjà suffisamment riches.

    • Monsieur,
      Toutes ces familles qui vivent en Guyane sont des guyanais, depuis vous ne savez pas quand…. Alors ils vivent dans leur pays et autrefois, dans ce pays, il y avait une éducation et une morale. Ce qu’apparemment vous ignorez. En tout état, de cause, ils ont payé leurs biens et ont raison d’y tenir. Seriez-vous jaloux par hasard ? En France, il y a des lois et elles doivent être respectées.

  • Bien d’accord avec Gilbert gilles

  • skol973

    J’ai acheté mon terrain dans la légalité en passant devant un notaire, qu’ils fassent comme moi ses envahisseurs.

  • Desijose

    ouh lala, chaud devant, tous chez Walwari, et après on verra si c’est mieux qu’avant sous le règne des « colons »

  • Mickael

    Tout comme dans l’affaire des prêtres du CG, le principe d’un état de droit, c’est de respecter la loi.
    C’est la différence avec les régimes bananiers !

    On peut ne pas être d’accord mais on la respecte.
    Dura lex, sed lex

  • Merci M. Farine pour ces informations qui demandent un travail journalistique d’un bon niveau. Rester objectif dans ce cas demande des qualités hors du commun.
    Honnêtement il faut arrêter de parler de malheureux, ils l’étaient dans leurs pays mais pas en Guyane. Ici, tout le monde mange à sa faim contrairement que chez nos voisins. Ils sont même parfois mieux traités que ceux qui travaillent ( toutes origines confondues) et œuvrent pour le bien être du Pays. Si ces gens veulent prendre gratuitement des terres, qu’ils les prennent gratuitement sur la propriété privée de l’État, (sur la route de l’Est, vers le Tour de l’ile ou dans les communes rurales). Trop facile de se servir sur le terrain d’un particulier en plein centre ville. Qui aimerait voir des gens s’accaparer de leur propriété en toute impunité ??? Arrêtons de jouer à l’humaniste avec les affaires des autres. Ils existent des associations pluriactives « la terre nous gangan », « l’APATAG », la terre pou nou tout » et bien d’autres encore. Des gens (français et étrangers) qui ont fait l’effort de prendre et d’occuper des terres qui appartenaient à l’État. Il n’est pas convenable que nous essayons de respecter nos lois et que d’autres font du n’importe quoi.
    Les ABCHE ne sont pas mes amis, ils sont riches tant mieux pour eux mais je ne peux accepter que mon Pays soit bafoué par des personnes qui sont irrespectueuses de ses lois, refusant ainsi l’intégration.
    Je n’ouvre pas mes bras pour accueillir quelqu’un qui me plantera son couteau dans le cœur.

  • Vraiment du n’importe quoi en Guyane, aucune lois n’est respectée ici. Mieux, on trouve des gens pour défendre les envahisseurs qui sont sans scrupules, jouant les marchands de sommeil avec des biens qui ne sont pas les leurs.
    l’Etat devrait normalement vérifier la situation des ces gens qui se sont installés tranquillement sur des terres et cela sans la permission du PROPRIETAIRE.
    Des personnes qui ne participent certainement à fleurir l’économie guyanaise mais, bénéficient largement des prestations.
    Oui, vérifiez la SITUATION de ces personnes qui là dans le pays ILLEGALEMENT, ne soyez pas COMPLICE parce que « a pa zot bien »…

  • PAT

    D’autres communes rurales donnent des terres à qui en fait la demande gratuitement ou à titre onéreux. LES SQUATTEURS peuvent y aller, trop facile de prendre le bien d’autrui et crier après misère, malédiction. AU Guyana, en Colombie, au Vénézuela, au Pérou, en Haiti, ces squatteurs ne se permettraient pas de faire ça.

  • CEPEROU

    Les huissiers n’ont commis aucun « déni de service public », comme l’a regretté l’un des intervenants plus haut : ils n’ont fait qu’appliquer la loi qui ne souffre d’aucune interprétation possible contrairement à ce que laisse entendre le communiqué de la préfecture. Au terme de la trêve de la saison des pluies, le 15 juillet prochain, l’expulsion pourra reprendre. C’est donc une petite objection de rien, il n’y avait pas de quoi fouetter un chat…
    Quant on songe aux pluies diluviennes qui sont tombées ce matin, cette petite objection de rien des huissiers aura sans doute sauvé Monsieur le Préfet du naufrage …

  • amertume

    En réponse à Pour une Guyane heureuse et concernant mon précédent commentaire.

    Nonobstant comme vous le suggerez  » Il faut accepter d’attendre si la loi l’impose »
    C’est à dire agir prudemment en laissant du TEMPS au TEMPS.

  • pourquoi les étrangers ne font pas comme nous, c’est dire on vas chez le voisin et on réserve un hôtel ou chez l’habitant au brésil, Surinam et dans le monde.
    Non ils prennent nos terres…………..

  • J’aimais à me promener dans ce quartier. Contrairement à la chaumière, où les occupants regardent les promeneurs de travers, comme des voleurs en repérage, là les enfants, leurs parents, vous sourient, vous disent bonjour. La gentillesse, la politesse, le respect de l’autre sont la base de la vie de ce quartier.
    Les gens n’habitaient pas dans le marais au premier plan, mais sur les pentes et la colline. De ce que j’ai cru apercevoir, l’entrepreneur déplace de la terre de la colline pour combler le marais et entendre les zones constructibles. Cela réduit aussi le réceptacle d’eau de pluie et l’anthropisation du lieu va entrainer des apports de pluie plus fort. Si vous voulez acheter, vérifiez la stabilité du terrain, mieux vaut ne pas être en bas, les risques d’inondation n’y sont peut-être pas nuls.
    Et dépêcherez-vous avant que ça chauffe d’aller (le jour bien sûr), vous y balader. Tout au fond, il y a même un village lacustre sur le pripri qui sépare Terca de Collery Est.

  • En réponse à André, je fais partie de ces gens qui habitent la chaumière, j’ai acheter mon terrain ne vous déplaise, je n’ai voler le terrain de personne. Etudes + diplômes = bon travail = possibilité de s’acheter ce que l’on désirer, vous n’aviez qu’à faire pareil. Concernant l’observation des promeneurs, c’est un réflexe normal et même conseillé par les force de l’ordre dans le cadre des « voisins vigilants », moi je ne viens pas me promener dans votre quartier à faire le macro, car j’ai autre chose à faire, si vous ne voulez pas que l’on vous observe alors allez vous promener si la route de l’est. Pas confonn coco ké zabricot. L’objectivité n’est pas votre fort les lois de la république sont faites tous les citoyens de ces pays les riches, les aisés comme les pauvres.

  • Ta réponse est quelque peu agressive « la chaumière ». Attention, elle donne du crédit au constat d’André. Bon sang mais c’est bien sûr :: études plus bon travail. Ah… si l’équation de la vie était si simple… il n’y aurait même plus de zones squattées à Terca. Tu avoueras que c’est plus facile de respecter la loi quand on est aisé que démuni. Et certains riches n’y arrivent même pas. Certains riches ont le cœur un peu sec aussi parfois. Tu en es l’illustration cruelle et un peu bébête. Désolé si je suis désagréable…

    • Vous porter bien votre nous « Touloulou-a » j’aurai ajouté pour vous toute l’année, je ne suis nullement choqué par votre réponse et je n’attendais pas mieux d’ailleurs. Votre tolérance et votre béatitude à singer le soit disant humanisme du maître blanc vous mènera très loin. Quel avenir préparez -vous pour vos enfants, préférer voler le bien d’autrui, trouver des excuses à la médiocrité, pourquoi d’autres arrivants s’en sorte, car ils sont nombreux à être chefs d’entreprise, jeunes diplomés. Oui les dipômes représente le résultat du travail, Je vous rassure vous n’avez pas été désagréable, cruel oui je le suis bébête je le suis un peu moins que vous car il y a longtemps que j’ai compris que la vie n’es pas un carnaval.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

L’avenir de France-Guyane reporté au 14 janvier

  Le tribunal mixte de commerce de Fort de France qui devait se pencher ce jour sur l'avenir des sept sociétés du groupe France Antilles (dont les trois sociétés éditrices : ...

Réforme des retraites : grève fortement suivie à Cayenne et Saint-Laurent

Le mouvement de grève nationale contre la future réforme des retraites dans les secteurs public et privé a mobilisé près de 2000 personnes dans les rues de Cayenne et Saint-Laurent du Maroni ce ...

Le maire de Roura et président de l’association des maires, David Riché, mis en examen pour «favoritisme»

Photo de Une : David Riché et son avocate, Me Marie-Alix Canu-Bernard, au palais de justice mercredi soir Le maire de Roura et président de l'association des maires de Guyane, David Riché, a été...

L’audience au tribunal de commerce de Fort de France qui doit se pencher sur l’avenir de France-Guyane reportée

L'audience prévue demain jeudi au tribunal mixte de commerce de Fort de France concernant l'avenir des sept sociétés du groupe France Antilles est reportée au vendredi «10 janvier 2020», a-t-on ...

David Riché placé en garde à vue ainsi que 3 autres personnes dans le cadre d’une enquête pour «favoritisme» et «recel de favoritisme»

Le maire de Roura et président de l'association des maires de Guyane, David Riché a été placé en garde à vue, mardi, dans le cadre d'une affaire judiciaire en cours, ont révélé nos confrères...

Pôle psychiatrie : le silence de l’hôpital de Cayenne interroge sur la «capacité de l’établissement à mettre en œuvre des modifications profondes sans délai»

Guyaweb a adressé il y a un mois une série de questions au directeur de l'hôpital de Cayenne Christophe Robert et à la cheffe du pôle psychiatrie de cet établissement, le Dr Caroline Janvier....

Toutes les petites annonces ( 1 ) :

Véhicules ( 1 )
> Toutes les annonces véhicules

© 2019 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube