Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Publicité Guyaweb

Sale temps au Centre Spatial Guyanais

Sale temps au Centre Spatial Guyanais

Une « erreur d’inversion des câbles » au cours de la fabrication du lanceur en Italie est à l’origine de l’échec de la mission Vega opérée dans la nuit de lundi à mardi depuis Kourou, selon le pdg d’Arianespace, Stéphane Israël. Cet évènement vient alourdir l’ambiance déjà particulièrement contrariée de l’activité spatiale européenne et celle de Kourou depuis 2019.

L’atmosphère n’est pas des plus apaisées ces temps-ci au Centre Spatial Guyanais (CSG) et dans l’aéronautique européen. La mission de Vega, lancée depuis Kourou dans la nuit de lundi à mardi (lire ici) a subi un échec à cause d’« une inversion des câbles », survenue au stade de la « production » en Italie selon les premiers « indices », a expliqué mardi en téléconférence depuis le CSG Stéphane Israël.

Une « commission indépendante » qui est en train d’être nommée par Arianespace et l’Agence spatiale européenne (ESA) devra conduire, dès demain, des investigations profondes sur l’échec de cette dix-septième mission Vega, qui avait quitté sa trajectoire.

« Il s’agit d’une faiblesse du process, et pas d’un problème de conception », a appuyé à plusieurs reprises Stéphane Israël avant de conclure : « Nous allons nous remettre sur pied collectivement et revenir plus forts ». Car la notoriété du petit lanceur européen, mis en exploitation en 2012, commence à être sérieusement écornée, alors que c’est un produit montant de l’offre spatiale européenne.

Les deux échecs enregistrés sur les seize derniers mois (dont la destruction volontaire en juillet 2019 à cause d’une trajectoire dégradée) portent atteinte au bon déroulé du calendrier de l’ESA qui songeait à procéder finalement au tir inaugural du nouveau Vega C en « juin » 2021 depuis Kourou, selon l’AFP. « Vega sera de retour l’année prochaine, nous allons voir quand exactement » a évoqué Stéphane Israël. On peut également vraisemblablement penser que ces échecs viennent contrarier le déploiement naissant de Vega sur le marché des vols « charter », inaugurés en septembre dernier (lire ici).

Cette défaillance, « fait partie de notre dur métier » a tenu à rappeler au cours de la conférence, Lionel Suchet, directeur général délégué au Centre national des études spatiales (CNES). « Il faut se serrer les coudes. On a perdu le satellite mais on n’a pas perdu notre savoir-faire » a aussi ajouté le directeur, en référence aux « quinze années » de travail nécessaires pour développer le microsatellite de recherche fondamentale Taranis, qui avait pris part à bord du lanceur lundi soir. Développé en coopération avec le commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) et le centre national de la recherche scientifique (CNRS) pour le compte du CNES.

Plus généralement, la situation n’est pas facile en ce moment au CSG : le pari audacieux de tenir « un lancement par mois » n’a jamais été atteint. Cette année, les équipes ont procédé à sept tirs en onze mois. Seules deux missions Vega ont eu lieu contre les quatre envisagées. La faute revenant selon Arianespace, aux conditions météorologiques défavorables et à la crise du Covid-19.

En ce qui concerne les délais de livraison : initialement annoncé pour « fin 2019 », Vega C intègrera la flotte européenne au mieux mi-2020. Quant au tir inaugural d’Ariane 6, il accuse le coup d’un délai supplémentaire d’un an et on annonce sa mise sur le marché en « 2022 » . Mise sur le marché retardée à cause de la pandémie de coronavirus.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

4 commentaires

  • benoit
    17 novembre 2020

    Merde, ils n’ont pas de Consuel en Italie.
    Chez moi quand j inverse les cables ça disjoncte au general….😂😂😂

  • moibeni
    17 novembre 2020

    ca sent le sapin, pas bon pour l’économie guyanaise

  • GZ
    18 novembre 2020

    Ils ont pitet embauché parmi les ingénieurs arrivés à Lampedusa.

  • sandralain
    19 novembre 2020

    Ce qui parait être étonnant est le fait qu´il n´y aurait pas eu de contrôle des élements de la fusée aprés son arrivée en Guyane, et avant montage des éléments en Guyane.
    Cet incident d´inversion des cables aurait été découvert s´il y avait eu un contrôle, par un Consuel comme le fait remarquer Benoit.
    Moralité /
    Tu veux saboter un lancement de fusée promise à un bel avenir.
    Comment y arriver /
    Tu causes involontairement ou volontairement un incident lors de la fabrication du lanceur.
    Conséquences /
    Tu gaches le lancement de la fusée Vega et ton client commence à chercher une autre entreprise de lancement concurrent de ESA, qui en ce moment fleuri dans d´autres pays.

    ESA va se relever de cet incident et démontrer que le lanceur Vega est un utilitaire qui a sa place dans le transport de satellite de petite taille.
    Faudra pas pour cela renouveller trop souvent les incidents.

Articles associés :

Suriname : 204 morts Covid de mars 2020 à fin avril 2021, en mai 98 morts, un record mensuel déjà battu : 141 décès du 1er au 18 juin et un parlementaire antivax !

Au Suriname, le nombre de décès Covid poursuit son affolante ascension. Ce pays avait déploré 204 morts Covid de mars 2020 à fin avril 2021, en 14 mois donc. Le mois suivant, en mai, il y aura...

Assiduité des élus à la CTG : Ringuet, Phinéra-Horth et Briolin à la traîne

A l'occasion des élections territoriales dont le premier tour est prévu ce dimanche 20 juin, Guyaweb s'est penché sur l'assiduité des 51 conseillers de la Collectivité territoriale de Guyane ...

L’enquête judiciaire pour suspicion de «favoritisme» est bouclée dans l’affaire qui vise Gabriel Serville, signataire, fin 2014, d’une convention pour la mairie de Matoury avec l’avocat Olivier Taoumi pour 9500 € mensuels d’honoraires

L'enquête judiciaire sur les conditions d'attribution d'une rémunération mensuelle nette de 9500 euros par la mairie de Matoury, théoriquement durant 38 mois, à Olivier Taoumi, entre fin 2014 et ...

Covid-19 : les chiffres ne sont pas rassurants, les indicateurs restent élevés dans un contexte de confinement quasi-fantoche et d’agitation des esprits…

Les chiffres consolidés du Covid-19 ne sont pas à la baisse en Guyane contrairement à ce qu'espéraient les autorités en début de semaine dernière au moment de la décision de maintien des ...

Interview de Gabriel Serville : TVA, évolution statutaire, immigration …

Le député Gabriel Serville (Peyi Guyane), figure politique à l’itinéraire morcelé, s’est lancé dans la bataille des élections territoriales à la tête de la liste « Guyane Kontré pour ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2021 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube