Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Publicité Guyaweb

Coderst EDF PEI : allô la préfecture ?

Coderst EDF PEI : allô la préfecture ?

C’est à n’y rien comprendre ! Depuis une semaine, et malgré de nombreuses relances, la préfecture refuse de nous communiquer le résultat du vote en Conseil départemental de l’environnement et des risques technologiques (Coderst) qui s’était tenu jeudi 1er octobre. Ce jour-là le Coderst devait donner son avis sur le projet de centrale surdimensionnée dans la forêt marécageuse du Larivot porté par Edf Pei (Lire Guyaweb du 30/09).

Une semaine plus tard, aucune communication sur le nombre de voix en faveur du dossier, ni le nombre de présents etc. Seule certitude, une seule voix “contre” a été formulée.

Selon le média en ligne Euractiv, qui a eu accès à des informations confidentielles, sous les nombreux reproches formulés à l’encontre du surdimensionnement et du coût de production de la centrale du Larivot, Edf Pei prévoirait désormais de “mettre sous cocon” deux réacteurs de la centrale. Il s’agirait de ne pas concurrencer, retarder, la mise en place de modes de production autres, comme le parc photovoltaïque et les centrales à combustion de bois, actuellement défendues bec et ongles auprès des décideurs politiques locaux et parisiens et de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) par les producteurs d’énergie concernés.

Contacté il y a plus d’une semaine par Guyaweb, Edf Pei refuse aussi de répondre à nos questions.

Lire aussi : L’incompréhensible projet du Larivot et 15 M€ : la transaction entre Edf Pei et la famille Seban

Découvrir la composition du Coderst

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

14 commentaires

  • 3B
    10 octobre 2020

    Pourquoi doit on faire un investissement Homériques, faramineux et hyper polluant alors que parallèlement EDF baisse les prix de rachat de la production photovoltaïque.
    Je pense qu’en Guyane aucune construction ne devrait pas être autonome.électricité par le toit et l’eau en sous sol.
    Grande surface de marchandising, leurs parkings, les grand bâtiments en pleine construction en se moment sont couvert en tôle alors que tous devraient être couvert de panneaux solaire.

  • benoit
    10 octobre 2020

    Quand c est pour les mines les decisions de la CDM et du CODERST sont publiees des la sortie des reunions. Voir au moment meme de la decision (merci les smartphones) .
    Bizzarement quand il s agit d entreprises publiques c est une autre histoire……

  • GZ
    10 octobre 2020

    Dire que la plupart des compères lecteurs ont les poils hérissés devant la simple évocation d’un chgt de statut…
    république bananière, va.

  • lematourien
    10 octobre 2020

    @GZ je ne vois pas ce que le changement de statut vient faire la dedans. ..car tu crois que EDF tiendra compte des revendications du gouvernement « guyanais  » ? Peut être oui mais en applIquant alors des tarifs guyanais…on peut pas avoir des tarifs bas car subventionne et choisir le mode d’exploitation. ..C est tout le phantasme de l article 74 en 2010, avoir le beurre et l’argent du beurre….

  • GZ
    11 octobre 2020

    que vient faire la dedans ?
    Tout. Absolument tout. C’est l’Alfa et l’Oméga. Le cadre du fonctionnement des affaires publiques, le choix des représentants – et des fonctionnaires.. les lois et leurs respect effectif, le contrôle des individus dits décideurs, l’intelligibilité et l’honnêteté des décisions, etc

    Cette affaire (encore, parmi tant) ne parle QUE de cela.
    Le besoin soudain de changer la composition d’une commission, là où siègent donc des gabarits comme Mme Chantilly (vous connaissez ?), le refus assumé de la communication du résultat des votes (tout le procès-verbal est public selon ce qui tient de loi !), donc le respect des lois… bref, en bloc tout ce qui s’étale jour après jour.

    Toute la réalité de l’article 73 et du renoncement conséquent à la subsidiarité demeure la condition d’aliénés, d’alimentaires et de lâches.

  • benoit
    11 octobre 2020

    Sur ce point je vous rejoint. Les representants de l etat dans la majeur partie des cas ne sont pas elu et sont nommes par un gouvernement Jacobin qui ne se fait que peu d idees des besoins et des realites des citoyens guyanais.
    Un 74 premettrait de remettre a l echelle « local » la politique generale de ce territoire.
    Sans renier sur des prerogatives regaliennes de la France comme la justice l armee etc…
    De plus sachant que des decisons prisent localement impacteraient immediatement ou dans un futur proche, le quotidien des habitants, la politisation de la societe guyanaise sera en marche……..

  • Remi973
    12 octobre 2020

    « L’État jacobin » est actuellement en totale empathie avec les élus locaux et va au devant de ses désirs les plus chers et absurdes, en s’abstenant largement d’appliquer des pans entiers de la loi française. Quant à nos élus locaux, ils sont au moins aussi déconnecté « des besoins et des réalités des citoyens guyanais » !
    Un 74 ne changerait pas grand chose de ce côté là excepté qu’ils n’auraient plus besoin de l’autorisation automatique de la préfecture pour faire les même conneries en pire !

  • Kayensis
    12 octobre 2020

    Ca commence à faire beaucoup d’entorses au règlement pour un même projet :
    • PPE écrite par et pour EDF,
    • Transaction foncière douteuse (articles Guyaweb),
    • Absence de Débat public pourtant requis par la CNDP pour ce genre de projet,
    • Avis défavorables du CSRPN, CNPN et de l’Autorité environnementale,
    • Chantage social de l’UTG éclairage auprès de nos élus,
    • Greenwashing en règle en agitant le leurre de la « biomasse liquide => biodiesel » en lieu et place du fioul (techniquement non prouvé, très cher et bilan carbone catastrophique car importé),
    • Avis défavorable de la Commission d’enquête publique pour le projet,
    • Avis défavorable de la Commission d’enquête publique pour extraire la commune de Matoury de la loi littorale (afin de rendre le projet inattaquable sous cet angle),
    • Et cette affaire de Coderst remanié, résultats non publiés…
    Premiers coups de pioche au Larivot en novembre, vraiment ?

  • benoit
    12 octobre 2020

    Remi
    Pour ma part le fait que l etat n applique pas des pans entiers de lois francaise
    C est tout bonnement et tout simplement qu il ne mets pas (qu l n a pas ?) les moyens alloues a la mise en oeuvre de ces loi.
    CQFD

  • GZ
    12 octobre 2020

    L’application des lois par les administrations n’est pas une question de moyens mais une question de volonté…
    Leur non-application est un signe de la déliquescence institutionnelle et la cause première de la quasi totalité des pb sociaux et économiques.

    PS Qque signifie les 600 kg de coke à côté…? (= Les bobos parisiens vont débourser plus…)
    Et ni 73 ni 74, bien entendu.

  • bilo
    13 octobre 2020

    @Kayensis:
    Votre inventaire est déjà lourd et pourtant très incomplet. Ce qui me fait douter que l’article « bidule » améliorera les choses par rapport à l’article « machin » c’est de constater que la totalité des membres du CODERST moins une voix (celle des zécolos empêcheur de fumer en rond) ont validité le projet. Parmi eux des responsables de santé publique (dont la directrice de l’ARS et un medecin de santé publique)!!! Une directrice d’agence en charge de …la qualité de l’air en guyane (ATMO). Des représentant de syndicats alors même que ce choix génère une perte net d’emplois. Le représentant des pêcheurs qui ne doit pas savoir que des rejets conséquent d’hydrocarbure sont prévu en mode normal sans compter les fuites potentiels et le risque d’accident majeur. La Ch des métiers et la CCI qui sont dans leur rôle de protection des intérêts des bétonneux et dealer de pétrôle. Et le top des top, le sommet jamais atteint en terme d’hypocrisie M. Julien LERCHUNDI de l’ADEME (pour rappel: organisme qui se définie lui même « agence de la transition écologique »).
    Si un changement de statut pouvait changer quoi que ce soit à cette situation ca se saurait.
    Je crois qu’il serait encore plus compliqué pour les Khmers colonisateurs amich de faire remonter au national des problématiques locales. Quel média voudra se mêler des affaires d’un territoires « autonome » qui fait lui même le choix de la dépendance au fossiles.
    Je crois pour ma part que cette situation est avant tout la responsabilité des décideurs locaux que l’état ne fait que valider. La classe politique et en général l’élite Guyanaise est tout simplement très médiocre, comme dans bien d’autres territoires ou nations.

  • GZ
    13 octobre 2020

    Il se comprend parfaitement que tout chgt à « cette situation » ne saurait venir que d’un chgt si profond des règles que cela signifierait automatiquement un chgt de statut.

    Seul un tel chgt permettrait – à condition d’être bien mené – de limiter la médiocrité locale, d’instaurer un contrôle effectif sur les acteurs publics, de donner une orientation au territoire.
    Alors vous n’aurez plus besoin de « faire remonter au national des problématiques locales ».

    Les services de l’exécutif se sont suffisamment impliqués dans cette histoire pour que vous ne puissiez charger « avant tout » le dos des locaux, aussi médiocres soient-ils.

  • Bello973
    14 octobre 2020

    Un changement de statut bien mené, oui mais par qui? Les mêmes acteurs politiques tant décriés? C’est mal barré donc… Autant faire une croix dessus pour au moins un bon demi-siècle, et encore en espérant un renouvellement générationnel des plus hypthétiques.
    Par conséquent et concrètement, contre ce genre de projets, seuls restent la contestation et le militantisme issus de la population, qui ont tout de même réussi à mettre un terme au projet Montagne d’or ici, ou NDDL là-bas, contre l’avis des décideurs locaux et nationaux, et voire-même contre l’avis potentiellement majoritaire du reste de la population. Les « responsables » sont donc clairement ces même agents contestataires absents…Et un non contestation en milieu politique paisible vaut de facto acceptation, quel que soit le statut…Il faut donc se rendre à l’évidence, pour le moment ce projet est trés largement accepté par la population, et surtout aucune de ses composantes militantes, même en situtation minoritaire, ne semble prête à lutter contre…Un autre cadre institutionnel n’y changerait donc pas grand chose.

  • GZ
    15 octobre 2020

    Si. Seul un autre cadre institutionnel pourrait y changer quoi que ce soit.
    Le pb est ce que vous dites : personne pour concevoir, personne pour mener, tous les politiques à la gamelle contre, un militantisme locale désabusé etc
    Ironie de l’histoire mais c’est à Paris où l’on trouve la plus d’affinité…
    Le chgt de statut a beau rester une construction intellectuelle, il n’en demeure pas moins que son alternative est l’ayitizasyon.

Articles associés :

Suriname : 204 morts Covid de mars 2020 à fin avril 2021, en mai 98 morts, un record mensuel déjà battu : 141 décès du 1er au 18 juin et un parlementaire antivax !

Au Suriname, le nombre de décès Covid poursuit son affolante ascension. Ce pays avait déploré 204 morts Covid de mars 2020 à fin avril 2021, en 14 mois donc. Le mois suivant, en mai, il y aura...

Assiduité des élus à la CTG : Ringuet, Phinéra-Horth et Briolin à la traîne

A l'occasion des élections territoriales dont le premier tour est prévu ce dimanche 20 juin, Guyaweb s'est penché sur l'assiduité des 51 conseillers de la Collectivité territoriale de Guyane ...

L’enquête judiciaire pour suspicion de «favoritisme» est bouclée dans l’affaire qui vise Gabriel Serville, signataire, fin 2014, d’une convention pour la mairie de Matoury avec l’avocat Olivier Taoumi pour 9500 € mensuels d’honoraires

L'enquête judiciaire sur les conditions d'attribution d'une rémunération mensuelle nette de 9500 euros par la mairie de Matoury, théoriquement durant 38 mois, à Olivier Taoumi, entre fin 2014 et ...

Covid-19 : les chiffres ne sont pas rassurants, les indicateurs restent élevés dans un contexte de confinement quasi-fantoche et d’agitation des esprits…

Les chiffres consolidés du Covid-19 ne sont pas à la baisse en Guyane contrairement à ce qu'espéraient les autorités en début de semaine dernière au moment de la décision de maintien des ...

Interview de Gabriel Serville : TVA, évolution statutaire, immigration …

Le député Gabriel Serville (Peyi Guyane), figure politique à l’itinéraire morcelé, s’est lancé dans la bataille des élections territoriales à la tête de la liste « Guyane Kontré pour ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2021 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube