vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Publicité Guyaweb

L’hôpital met une chape de plomb brutale sur les morts Covid de Guyane alors qu’entre le 8 et le 21 juin, sept décès successifs n’étaient pas passés par un service réa !

L’hôpital met une chape de plomb brutale sur les morts Covid de Guyane alors qu’entre le 8 et le 21 juin, sept décès successifs n’étaient pas passés par un service réa !
Enquête Guyaweb

C’est une nouvelle décision orchestrée par les autorités de santé publique de Guyane qui ne devrait pas manquer de faire réagir le citoyen lecteur : subitement, depuis plusieurs jours, le service communication des hôpitaux de Cayenne et Kourou (qui ont la même direction) a mis fin brutalement à ses communiqués d’information -jusque là systématiques- relatifs aux morts du Covid 19 en Guyane. La direction des hôpitaux de Cayenne et Kourou ainsi que l’ARS s’abritent au sujet de ce soudain virage (un de plus dans cette crise Covid) sur l’avis d’un comité régional d’éthique Covid, sorti du chapeau, il y a…

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

22 commentaires

  • Snoopy

    Situation pénible et fâcheuse mais qu’il faut à mon avis dépassionner

  • MEL

    Ils ne parlent même pas des Malades declaré Covid19 qui sont mort chez eux.
    Il y aurait aussi et je dis bien apparemment un nourisson mort du covid.
    Il faudrait faire une enquête plus poussée.

  • EL MATADOR

    Il y a un énorme problème au niveau de la direction de l’ars, et ce depuis le début de la crise.
    Il n’y avait que 11 places en réanimation utilisables. Malgré les craintes d’une pandémie prévisible, c’est la politique de l’autruche qui a été suivie, alors qu’il fallait remuer ciel et terre pour faire venir de toute urgence du personnel soignant, il aura fallu attendre la visite d’un ministre pour que l’on commence à lancer une campagne de recrutement. Les Antilles ont été plus réactives en faisant venir des médecins de Cuba. En Guyane, on a traîné du pied trop longtemps, et l’hôpital s’est retrouvé dépassé à cause du manque d’anticipation de l’ars, et des choix ont probablement été faits, par manque de places disponibles en réanimation.
    Les morts auraient ils pu être évités ?
    Personne ne le sait…
    Ceci dit, les familles des personnes décédées feraient bien de déposer plainte contre X pour homicide involontaire, une enquête de parquet arriverait peut être à faire la lumière sur ces éventuelles négligences.

  • benoit

    Il semble bien bien loin le temps ou tous les medias en France pointaient du doigt la methode de l administration Bolsonaro qui efface des compteurs officiels les morts Covid 😅😅😅
    L ARS et la Pref Guyane sont elles en roue libre🧐…..
    Le gouvernement de Paris approuve t il ces methodes staliennes de controle de l information ??……🤔
    Force aux journalistes Guyaweb pour continuer (tenter…) de nous informer

  • Djo

    Il me semble qu’à l’hôpital, il y a des tas de gens qui meurent ailleurs qu’en réanimation, toute l’année, et ce alors que la tension sur les capacités est moindre. D’ailleurs, c’est bizarre, il y a plein de gens qui rentrent en vie dans les hôpitaux et qui en sortent les deux pieds devant. Ça mériterait une enquête. Quant au comité d’éthique, sa première mention dans l’espace public remonte au 22 avril.

  • FF

    Djo, on a des ami(e)s courroucé(e)s du sérail ? Des sachants qui disaient à l’époque que, ma foi, le virus ne circulait pas eu peu en Guyane ? Défend-on le secret des affaires médicales ? Le refus de rendre compte des sommités pas habituées à le faire ?

  • Atchoumdusoleil

    A mon sens, un des gros problèmes liés à la gestion de cette crise, ici ou en métropole, c’est le grand brouhaha inintelligible engendré par toutes les personnes non-expertes, qui se sont découvert des aptitudes soudaines à l’épidémiologie, la logistique, la médecine, la gestion de crise, etc.
    A chacun son domaine d’expertise et ses responsabilités, une confiance raisonnable en nos experts limiterait grandement tout se brouhaha. Tout en ne négligeant pas pour autant une analyse critique des situations.

    Ma lecture régulière de vos articles… longs… très longs ! m’amène à cette question : N’avez-vous envisagé la possibilité que vous ne puissiez tout simplement pas être en mesure de réunir toutes les informations, connaissances et compétences, nécessaires à la compréhension de certaines situations ? Or, ce n’est pas parce qu’on ne comprend pas une situation qu’elle est forcément foireuse ou suspicieuse.
    Allons-nous vraiment nous mettre à demander des justifications aux médecins pour chacune de leurs décisions médicales ?! Pour qui nous prendrions-nous ?! Chacun ne doit-il pas aussi savoir rester à sa place ?…

    Pour ma part, et pourtant j’ai un esprit très critique, je ressens à travers vos articles un manque excessif de confiance (pour ne pas dire une paranoïa). Leur lecture me donne vraiment le sentiment d’enquêtes à charge, cherchant la petite bête de manière infondée et trouvant des petites bêtes de manière non-objective, non-éclairée, non-pertinente…

    Je peux tout à fait imaginer que tout ce brouhaha engendre une perte de temps et d’efficacité* pour les personnes en action directe dans cette crise… Pas étonnant, qu’ils cherchent à le limiter en cloisonnant leur communication… sachant que celle-ci, aussi intègre pourrait-elle être serait toujours remise en cause à moins de s’aligner sur une vox populi non-experte.
    * des médecins témoignent du bordel que l’étoile filante hydroxychloroquine a causé dans leur service, au détriment de leurs patients… dont certains allaient jusqu’à faire intervenir leur avocat pour imposer cette prescription !!

    Bref, j’aimerais pouvoir lire des articles critiques, mais objectif et impartial…
    Et trouve dommage qu’il n’y ait visiblement qu’un journaliste auteur à Guyaweb. Une information si orientée demeure-t-elle une information ?…

  • FF

    Article à charge quand on pose les questions aux interlocuteurs et qu’on leur laisse trois ou quatre jours voire plus pour répondre ? Qui prend ce temps localement dans la presse ? Qui, à l’inverse, cesse toute communication brusquement sur un sujet qui conditionne la vie publique ? Un article qui ne dérange pas, c’est de la publicité.

  • Drine

    Serait-il possible d’avoir le nombre de décès hors milieu hospitalier ? (comme a été communiqué en métropole pendant la crise) …. demande faite sur la page FB de la Préfecture de Guyane ce jour….à suivre….

  • FF

    Ne demandez surtout pas trop d’infos : « chacun doit rester à sa place »

  • Snoopy

    La réa n’est pas avec la covid malheureusement une assurance vie.
    En France des choix ont rythmé les prises en charge des malades au plus fort de la crise
    Les morts en maison de retraites en sont la preuve
    Faire bloc actuellement dans la sérénité et mettre à plus tard le bilan pour dégager les responsabilités

  • FF

    Le journaliste doit continuer son travail qui n’est surtout pas de « rester à sa place » mais de continuer à interroger et à essayer d’y voir clair.

  • catilini

    Le journaliste n’est pas un spécialiste, c’est un curieux, il cherche à comprendre. Il n’a pas une place à la quelle il reste parce qu’heureusement il n’est pas un spécialiste. C’est un peu pour cela qu’il est curieux. Il interroge, il essaie de comprendre, toutes les investigations, questions lui sont possibles. Il n’est pas un spécialiste, toutes les approches, quelles qu’originales soient-elles lui sont possibles. A la condition que nous soyons attachés à ce qu’aucune place ne lui soit assignée. C’est aussi parce que ce n’est pas un spécialiste et qu’il ne s’adresse pas à nous avec un vocabulaire de spécialiste qu’il nous donne des possibilités de comprendre, d’approuver ou désapprouver ce qu’il dit ou écrit. Donner la possibilité de ne pas être d’accord en ayant donné à comprendre c’est aussi permettre à chacun de chercher, aller voir ou lire ailleurs. Je dis merci au journaliste « qui n’est pas à sa place ».

  • Atchoumdusoleil

    (le lien Répondre ne semble pas fonctionner, je commente donc à la suite, dsl)

    Un article à charge ne me dérange nullement ; notez que j’ai bien moi aussi mentionné l’importance de l’analyse critique (et donc du travail d’enquête du journaliste).
    Une enquête à charge, c’est à dire ayant pour objectif de trouver (plus ou moins objectivement, c’est selon) un lièvre ; c’est cela qui me dérange.

    Quant à « rester à sa place », si le journaliste doit savoir fouiller quelques domaines d’expertise que ce soit, s’efforcer de comprendre et de donner à comprendre, je ne crois pas qu’il puisse avoir l’ambition de se placer en évaluateur médical (par exemple…)… A moins, que les années d’études, d’expérience et de formation continue ne soient finalement qu’un leurre ??

  • FF

    Ce n’est pas un article à charge, vous vous entêtez sans étayer, Atchoum. Les personnes sollicitées qui refusent de rendre compte et ont eu toutes plusieurs jours pour répondre (et c’est facile à prouver), là est le curseur. Tout de même, le journaliste qui « doit rester à sa place », cela rappelle des pays pas très démocratiques. Ce n’est pas davantage le journaliste qui a décrété du jour au lendemain que l’hôpital ne communiquerait plus sur les morts Covid. Vous entretenez une confusion entre message et messager. C’est courant quand un article dérange. Le Droit de Savoir d’Edwy Plenel explique un peu tout cela. Un journaliste n’est pas préposé à relayer benoitement les assertions d’un pouvoir, d’une autorité voire d’un lobby ou de tout ce qui ressemble de près ou de loin à un moyen de pression. Il ne doit pas subir, notamment la machinerie. Il a un devoir d’irrévérence.

  • GZ

    Atchoum
    A mon sens, le pb de la gestion de cette crise, ici ou en métropole, c’est le grand brouhaha inintelligible engendré par toutes les personnes prétendument expertes et décideurs-responsables bienfaiteurs qui se sont découvert des inaptitudes soudaines à l’épidémiologie, la logistique, la médecine, la gestion de crise, etc, au point de ridiculiser toute invitation à la « confiance raisonnable » comme vous le faites.
    Et vous nous invitez à nous rendre devant la complexité d’une situation simple comme bonjour… eh, l’habituel discours infantilisant les habitants de la Guyane qui ne doivent surtout pas analyser et tirer des conclusions.. Le bon discours mielleux sur le « manque excessif de confiance » (comme si la confiance pouvait manquer à différents degrés…) invitant la plèbe à se rendormir… C’est toujours la même rengaine.
     » vox populi non-experte » Et la vox non-populi naturellement experte, n’est-ce pas :-) ? Parce que c’est vous qui désignez les experts, n’est-ce pas ?
    l’hydroxychloroquine comme étoile filante ? Vous confirmez que vous ne savez rien et vous ne voulez rien savoir – ou bien vous êtes le relais local de la propagande anti-HC.
    Vos « médecins qui témoignent » .. LOL

  • Djo

    Je me demandais juste si un hôpital avait le droit qu’un patient meurt hors réa ou si c’était une faute pénale. En revanche, je m’interroge ce qui pousse certains chefs de l’hôpital à se répandre dans les médias sur le fait qu’ils n’auraient pas besoin de renfort en dépit des évidences et alors qu’ils appellent leurs copains-confrères pour venir en renfort.

  • Frog

    Roro se fâche et refuse tout essais thérapeutiques en Guyane car on ne “l’a pas consulté”
    Il déclare être en contact avec le Prof Raoult….! et castor bien sûr.
    Le “on nous a pas consulté” ca devient fatiguant.
    Roro n’a rien à dire si un traitement est susceptible de sauver un malade en réa.
    Car la plasmabidulle est un traitement administré juste avant l’extrême onction .
    Opposer hydro bidule et plasmobidul est juste, ridicule.

  • FF

    Là c’est une série quand même Djo, 8 ou 9 décès Covid (sur 11) morts hors réa entre le 8 et le 26 juin.

    Et à notre question du jour à l’ARS : « S’agissant des trois morts (de plus) atteints du Covid à l’hôpital de Cayenne ce week-end, deux hommes âgés de 61 et 77 ans, une femme âgée de 62 ans, quels sont les jours de chacun des trois décès et dans quels services de l’hôpital ces trois personnes sont-elles décédées ? »
    Réponse de l’ARS : « Bonjour. Au sujet des 3 décès COVID19 survenus ce week-end :
    – 1 homme de 61 ans
    -1 homme de 77 ans
    – 1 femme de 62 ans
    AU CHC »

  • Mickael

    « Expliquez nous ce que vous avez besoin, on vous expliquera comment vous en passer »

  • GZ

    Ou bien : http://h16free.com/wp-content/uploads/2015/07/hollande-ceux-qui-attendent-plus-rien.jpg

    Frog
    « Roro n’a rien à dire… »

    Le comportement puéril des « décideurs » politiques et administratifs en surnombre et leurs gesticulations comiques sont intrinsèques à un régime politique lui-même naïvement mal foutu. Trop « d’acteurs publics » sans compétences (presque tous) mais avec des ego à faire basculer les Pôles (absolument tous)
    Roro est une caricature locale en son genre, mais il a été élu. Et le sera encore, bientôt sénateur, et sera suivi par d’autres similaires, à défaut de garde-fous. Ils se suivent par cooptation, voyez à l’Ouest…
    Par conséquence les débilités ne peuvent que de s’accumuler. Jamais rien ne sera normalement géré dans ce pays, jamais rien n’avancera à part les portefeuilles de ces crabes. Habituez-vous.

  • FF

    Sinon Djo, c’est l’avis du comité régional d’éthique (prônant la non-communication par l’hôpital sur les morts Covid) qui est « sorti du chapeau il y a quelques jours » indique-t-on dans cet article mis en ligne dimanche soir.
    Un avis (consultatif donc) non rendu public. Un médecin (hospitalier) que j’ai consulté se demande si c’est son rôle de se prononcer sur la communication.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Une aide-soignante de 57 ans de l’Ehpad Ebène atteinte du Covid-19 a perdu la vie dimanche matin à l’hôpital de Cayenne, les ministres n’en ont pas parlé

  Une aide-soignante de l’Ehpad Ebène, à Cayenne, est décédée dimanche matin à l'hôpital, des suites du Covid-19, a indiqué ce matin, l'ARS Guyane dans sa lettre professionnelle ...

Les médecins libéraux, oubliés de la visite de Jean Castex, dénoncent du « mépris »

Contestée par le Syndicat des Médecins de Guyane - CSMF, la visite express du chef du gouvernement Jean Castex en Guyane, dimanche 12 juillet durant le couvre-feu, ne restera pas dans les mémoires,...

Nouvelles modalités de voyage entre les Outre-mer et l’Hexagone

Le bilan de la pandémie de Covid-19 est de 6170 cas confirmés et 29 morts depuis la détection des premiers cas en Guyane le 4 mars et la propagation du coronavirus concerne l'ensemble du ...

Affaire «Gilbert», un sexagénaire de Balata atteint du Covid et évacué en Guadeloupe : le directeur de l’hôpital de Cayenne rédige une lettre d’excuses pour la famille laissée sans nouvelles

Une famille de Balata à Matoury se dit toujours sans nouvelles véritables d'un proche, atteint du Covid-19, hospitalisé depuis 4 semaines et évacué, dans l'intervalle, en Guadeloupe. Lundi 6 ...

Le gouvernement Castex en Guyane, en pleine crise sanitaire, économique et sociale

Cette visite ministérielle express de 8h, dimanche 12 juillet - pour laquelle Guyaweb a été soigneusement mis à l'écart (1) - est sans nul doute un des tournants de la longue crise sanitaire du ...

Covid-19 : le nombre de tests a baissé de 24% ces 7 derniers jours, passant de 5787 tests à 4401, des citoyens de Guyane rechigneraient à se faire dépister, optant pour le remède créole !

Du samedi 28 juin au vendredi 4 juillet, un nombre record de tests PCR avait été réalisé en Guyane : 5787. Sur les sept derniers jours, soit du samedi 5 au vendredi 10 juillet, le nombre de ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2020 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube