vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?
 
 

Les risques de la forte marée de samedi

Les risques de la forte marée de samedi

L’état-major interministériel de zone de défense réunit ce mercredi les services d’aménagement et de protection pour « faire un point de situation en amont du phénomène attendu des grandes marées prévues entre le 19 et le 22 mars ». A Kourou, à Montjoly et à Cayenne, des réunions et parfois des aménagements rapides sont effectués, en vu de l’imposant coefficient, 119, attendu samedi. Entretien avec Antoine Gardel, directeur du Groupement de recherche du CNRS Littoral de Guyane sous influence de l’Amazone. A Rémire-Montjoly, Kourou, Cayenne, les risques d’érosion sont très importants. Le phénomène de samedi va-t-il amplifier cette érosion déjà marquée ?…

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

11 commentaires

  • Philou

    Pour l’instant, on a toujours pas vu la moindre pelleteuse à l’œuvre à Remire-Montjoly alors que les fortes pluies de début mars avaient complètement inondé le début de la route des plages, une fois de plus …
    La mairie accorde des permis de construire à tout va mais ne dimensionne pas au niveau nécessaire les fossés qui reçoivent toutes les eaux pluviales de ces nouvelles toitures !
    On a comme résultat un débordement général des eaux fluviales sur la route avec un gros risque d’accident et de possibles inondations …

    • philou… fallait peut etre faire un tour a kourou ou a cayenne si vous vouliez voir de vraies inondations et non pas votre petit probleme de confort personnel. La Guyane reste la Guyane et avec 100mm de pluie en quelques heures a 1 metre au-dessus du niveau de la mer, y’a pas de secret. Et faudrait aller faire un tour sur la plage car les bancs de vase cassent actuellement la houle au large de rémire. Le riverain que je suis n’est pas du tout inquiet par cette grande marée (je ne parle pas de cayenne ou kourou) sauf s’il y a une conjugaison avec de fortes pluies. Mais si vouss voulez être à l’abri, il aurait peut-être fallu poser votre maison a saul et pas sur la route des plages. Ce qui ne vaut pas dire qu’il n’y aura pas de problème à la prochaine phase d’érosion bien sur

      • Philou

        Il ne s’agit pas de mon confort personnel mais du risque d’accident de circulation lorsque les eaux pluviales recouvrent la chaussée ! Vous travaillez à la mairie de Remire ? C’est vous qui donnez les permis de construire ? Car autrement je ne vois pas l’objet de votre réponse à part celui d’enfoncer des portes ouvertes.
        Un accident de la circulation pour cause de non curage de fossés devrait entraîner logiquement une petite plainte …Mais comme vous savez tout je vais m’arrêter là.

        • parler de fosses qui deborde devant chez soi alors qu’il y avait un metre d’eau a kourou faut quand meme oser ! la premiere regle de securite routiere est de reduire sa vitesse, voire de s’arreter quand il pleut fortement. Rouler a 90 comme si de rien n’etait est meme une infraction du code de la route. Vous n’avez jamais vu des chaussees inondees en metropole ? si non, il est pt etre temps d’y retourner !

          • 18 mars 2015

            et il faut porter plainte contre la dde pour non salage sur une route de montagne quand il y a de la neige ? On adapte sa vitesse en fonction des circonstances. quand il pleut des cordes, on ne fait pas de tirage ou on s’arrête et tout va bien

          • Philou
            19 mars 2015

            Décidément, vous êtes indécrottable avec vos certitudes. Continuez, vous êtes certainement de ceux qui font avancer la Guyane ! Bien à vous Monsieur  » je sais tout « .

  • Desijose

    Le gros problème de la Guyane, c’est de systématiquement attendre le dernier moment pour entreprendre quelque chose et quelque soit malheureusement le sujet. Pourquoi des permis de construire continuent-ils d’être accordés sur les zones inondables de Guyane, notamment les zones côtières ? Où sont les réactions des autorités compétentes pour arrêter ce « carnage ». Pauvre Guyane ….

    • ben faut dire aussi que personne ne veut s’installer à l’intérieur, en premier lieu desquels les métros

      la guyane, c’est des pluies tropicales et la plupart des terrains sont par definition inondables. il faut plutôt adapter les constructions à ce phénomène. les amérindiens avaient pourtant compris cela

      • Desijose

        Ah bon encore les métros ???? Avec leurs primes et leur 40% bien sûr !! Mais les locaux mis à part les primes, n’ont-ils pas eux aussi les 40% ?? et ils ne construisent pas non plus dans les bois que je sache, parce que ça leur serait impossible de faire leurs petits jobs locatifs plus que très lucratifs. Alors arrêtons cette guéguerre et ayons le courage d’assumer nos comportements

    • Les autorités compétentes pour arrêter ce “carnage” sont les mêmes qui avaient autorisé ces constructions. « On » confie la lutte contre le feu aux pyromanes, comme toujours. C’est une spécificité guyanaise. Qu’attendez-vous donc ?

  • eh oui, la vase casse la houle au large pour Montjoly, donc peu de risque pour ses riverains pendant quelques temps. Et bonne nouvelle la vase arrive à l’anse de Chaton. et merci aux autorités de ne pas couper les palétuviers qui s’implantent en rompant le cycle du littoral guyanais. Mais pas de vase sur Kourou. Une décision bien risquée ce stabiplage sur Montravel. En effet un chercheur de l’IRD avait réussi à établir une balance du sable d’un bout de plage à l’autre. Si vous observez bien, la plage est rongée alternativement du côté de Stanis , puis plus tard lorsque le sable de Montravel a basculé sur Stanis, c’est au tour de Montravel d’être érodé. Juste un constat pas de spéculation. Cela signifie que le stabiplage va bloquer le sable du coté de montravel où il est en ce moment et que le côté Stanis ne recevra plus de sable (nous possédons un capital sable qui n’augmente pas, et ne devrait pas diminuer si les entrepreneurs ne viennent pas ponctionner ce sable pour leurs chantiers..), le côté Stanis devrait être totalement érodé lorsque la vase partira et que le sable ne sera pas revenu, bloqué par le stabiplage à montravel. A moins que d’ici là, on y pallie en rééquilibrant les masses de sable et en mettant un stabiplage tout le long de la plage de Montjoly…Quant à l’argument jaloux de dire que si on ne veut pas être inondé, on n’a qu’à pas acheter ou résider le long de la mer, je tiens à préciser qu’une personne qui investit ne cherche pas à investir sur un caillou destiné à partir à la baille, ou alors il est stupide, simplement, quand des terrains sont déclarés constructibles par une mairie, cela signifie qu’ils ne sont pas inondables, s’ils le sont ils ne doivent pas être déclarés constructibles que ce soit pour un guyanais, un métro, un chinois, un lybien, un marocain ou un mongol..cherchez l’erreur…

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Météo : la Guyane en alerte jaune pour fortes précipitations

De fortes précipitations sur le Nord-Ouest et le Nord-Est de la Guyane sont annoncées par Météo France pour 24 heures, du mardi 21 mai 18h au mercredi 22 mai 18h. « La Zone de convergence inter...

Des ouvriers exposés à l’amiante lors de travaux de rénovation au palais de justice et des agents susceptibles de l’avoir été selon la synthèse de l’expert

Si toutes les mesures d'empoussièrement réalisés par Socotec (39 prélèvements au sein du Palais de justice historique, 6 au sein de l'ex-Conseil des Prud'hommes, 8 au sein du bâtiment Lam Cham) ...

Pressions autour de l’aménagement des sauts entre Apatou et Pilima

Le projet d'aménagement des sauts entre Apatou et Pilima par la Deal, évoqué depuis 2012, repart mais il connaît des difficultés. Une quinzaine de rapides fait désormais l'objet d'une attention ...

Les ossements découverts au sein d’un terrain de Germain Balmokoun, ex-adjoint au maire de Saint-Laurent, sont bien ceux de son épouse disparue depuis fin 2016…

Le procureur de la République Samuel Finielz a indiqué vendredi en fin de journée par communiqué que le corps en décomposition découvert le 21 février dernier au sein d'un terrain jouxtant la r...

En attendant les concessions minières…

La Compagnie de la Montagne d'or qui porte un projet controversé de mine industrielle dans l'Ouest guyanais est en attente du renouvellement de deux de ses concessions minières, dont celle où se tr...

Pollution en matières en suspension crique Yaoni jusqu’à la Comté…

Au regard du silence assourdissant de la Deal imposé par la préfecture suite à nos sollicitations dans le cadre d'investigations sur un sujet environnemental d'intérêt général (voir cet article...

© 2019 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube