vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Impacts de plombs dans le dos de la victime : le militaire français, suspecté d’avoir tué un ressortissant brésilien au cours d’une opération Harpie, mis en examen pour «violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner»

Impacts de plombs dans le dos de la victime : le militaire français, suspecté d’avoir tué un ressortissant brésilien au cours d’une opération Harpie, mis en examen pour «violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner»
Révélations et questions

Le militaire français des Forces armées de Guyane (FAG), âgé de 32 ans, suspecté d’avoir tué un ressortissant brésilien de 28 ans dimanche 22 septembre sur le territoire de la commune de Camopi a été mis en examen mercredi en début de soirée par la juge d’instruction désormais chargée de l’enquête, pour «violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner» avec deux circonstances aggravantes, selon le parquet : sa qualité de dépositaire de l’autorité publique et l’usage de son arme. La juge d’instruction a suivi le parquet sur ses réquisitions en matière de chefs de mise en…

Cet article est composé de plusieurs parties, lire la suite:

1 2

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

4 commentaires

  • Jmc
    26 septembre 2019

    Et bien on en sait davantage, même si les explications des circonstances sont troubles. Cela ressemble un peu à un type de bavure d’une opération militaire en quelque sorte ou un lampiste paye les pots cassés.
    Cela mérite t’il une telle procédure judiciaire alors que les responsables de ce militaire ne semblent pas impliqués sur l’organisation de l’intervention Harpie du jour ?

  • angel
    26 septembre 2019

    Pour résumer le corps du défunt est au Brésil ,transporté par des garimpeiros ok ok.
    On juge un militaire sans qu’une autopsie (autorité française) soit réalisée. Tout va bien alors, la coopération transfrontalière fonctionne…

  • le Jaguar
    26 septembre 2019

    J’ignorais que l’armée utilisait ce type de projectile !

  • MPRESS
    30 septembre 2019

    il s’est senti en danger il s’est légitimement defendu par contre le corps ils ne s’en occupe pas ? Ils font comment d habitude? Lors des operations harpie quand ils y a des victimes , ils font quoi des dépouilles sous les bois?

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Covid-19 : autant de cas à Oiapoque que sur l’ensemble de la Guyane !

La mise en état des cas confirmés par le gouvernement de l'Amapa ce mercredi révèle ce chiffre assez effarant : 517 cas positifs sont désormais confirmés sur la ville d'Oiapoque. C'est autant de...

Meurtre d’une femme enceinte de 29 ans à Bagdad : le compagnon, frappé de plusieurs coups d’arme blanche, toujours hospitalisé

Les circonstances de l'homicide présumé commis à l'arme blanche ce week-end secteur de Bagdad à Cogneau-Lamirande restent toujours floues, presque 4 jours après les faits. Le compagnon de la ...

Covid-19 : un troisième patient en réanimation, 26 personnes hospitalisées, 517 cas cumulés et des fêtards invétérés…

Nombre de cas positifs et de personnes hospitalisées multiplié par deux en 10 jours, doublement du nombre cumulé de personnes en réa en une semaine, la propagation du coronavirus et ses ...

Saint-Georges, cluster de Guyane

Saint-Georges de l'Oyapock à la frontière du Brésil, seule commune encore confinée en Guyane, est «le» foyer épidémique actuel du territoire. La Guyane est au stade 2 de la diffusion du ...

Les rassemblements interdits dans les lieux de culte des communes touchées par le Covid-19, sauf cérémonie funéraire limitée à 20 personnes, selon le dernier arrêté du préfet

Comme l'annonçait Guyaweb (voir article précédent), le nouvel arrêté du préfet pris ce jour dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19 (voir ce lien) prévoit des restrictions ...

Les cérémonies religieuses sont-elles dangereuses pour la santé ? Moins que les marchés et les files d’attente à La Poste, selon l’évêque

Les cérémonies religieuses ont repris en Guyane, alors que, selon nos informations, le préfet envisageait hier de les restreindre au regard de l'épidémie de Covid-19 en Guyane, en zone orange ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2020 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube