Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

148 sites aurifères illégaux de trop au sein du Parc amazonien où «depuis 10 ans, les missions scientifiques sur la montagne Bellevue de l’Inini, sont systématiquement annulées…»

148 sites aurifères illégaux de trop au sein du Parc amazonien où «depuis 10 ans, les missions scientifiques sur la montagne Bellevue de l’Inini, sont systématiquement annulées…»
Exclu : les détails commune par commune. Et les zébus toujours là !

Le nombre de sites d’or clandestins au sein du Parc amazonien de Guyane (PAG) est toujours très élevé avec 148 sites identifiés au cours d’une campagne de survol de ce vaste espace protégé de 34 000 km², effectuée fin janvier dernier sur 5 jours, selon le compte rendu de cette mission dont Guyaweb a pris connaissance. Si l’on compare ce dernier résultat connu aux chiffres décomptés au cours de chaque survol des deux années précédentes à la même époque, le nombre de sites est passé de 132 à 143 entre fin janvier 2019 et fin janvier 2020 puis de 143…

Cet article est composé de plusieurs parties, lire la suite:

1 2 3 4 5

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

20 commentaires

  • benoit

    Si dans les zones de parc il y augmentation On peut imaginer ce qu il en est sur tout le reste du territoire.
    D ailleurs la question se pose tjrs : pourquoi depuis 2018 il n y a pas de donnee disponible sur les chantiers illegaux hors parc ?

  • FF

    Il va s’agir du prochain sujet, déjà travaillé…

  • Le Dinosaure

    Je suis tout d’abord choqué que pour Marie Fleury, les missions d’études passent «  avant «  le bien être des populations qui habitent dans le parc . Alors que si parc il y a …. c’est avant tout pour le bien être de ces populations isolées ( du moins dans l’idée de ceux qui ont relancé l’idée du PAG quand celle ci était moribonde ) . Il est vrai que lorsque j’étais administrateur assidu du parc j’avais relevé que le budget consacré à l’étude des pécaris était dix fois plus important que celui consacré à la formation des jeunes amérindiens qui souhaitaient se former en tourisme !!!!! En ce qui concerne les sites d’orpaillage clandestins au sein du parc il est temps de faire le constat que les moyens mis en œuvre ( pour l’observation et les actions ) ne sont pas efficaces ( alors qu’ils ont un coût exorbitant !!! ) . Je ne suis absolument pas sûr que sans observation et sans opération il y ait moins de site clandestins…… Ne faut il pas changer de méthode ? J’ai entendu un «  ancien «  dire que tant qu’il y aura de l’or …… il y aura des «  volontaires «  pour l’extraire «  légaux ou illégaux…. pour ma part je préférerais que ce soient des légaux et que cette extraction profite à la Guyane !!!!

  • Morvandiau

    @Benoit
    La situation hors parc est tout bonnement catastrophique.
    Je vois mal les services de l’État publier un recensement à peu près conforme à la réalité de l’ampleur de l’orpaillage clandestin sur l’ensemble du territoire de la Guyane.
    Ce serait un scandale national voir international, et je doute qu’il y ait suffisamment de postes vacants en Terre Adélie ou aux Kerguelen pour y muter les lampistes.

  • FF

    C’est pourtant un devoir de rendre compte (et quelles sont vos sources ? Ou est-ce une simple affirmation ?)

  • Morvandiau

    @Le Dinosaure
    Il y aura toujours de l’or en Guyane, même après 200 ans d’exploitation. C’est le cours de l’or qui détermine la rentabilité de son extraction.
    Si le cours continue de grimper, un jour il sera rentable d’extraire l’or contenu dans l’eau de mer (certains y réfléchissent depuis un moment).
    Quand à l’idée que l’or extrait légalement pourrait profiter à la Guyane, les 150 ans d’histoire de l’orpaillage Guyanais prouvent que c’est totalement illusoire.

  • benoit

    Prendre comme temoin l histoire pour dire que l or (extrait legalement) ne beneficie pas a la guyane est une ineptie.
    Meme si l or (sous forme de minerai) est exporte. L’entreprise qui le vend est guyanaise elle donc la contre valeur en euros, elle, est bien depense en guyane.
    C est comme Ariane : le satellite se barre dans l espace et le lanceur se desintegre rien ne reste en guyane (comme le minerai) mais les euros ils arrivent bien au CSG et au CNES.
    Sans parler des taxes sur le carburant, sur le minerai, sur les salaires, sur les benefices, sur les vehicules, sur les denrees alimentaires sur le materiel, sur les pieces detachees etc etc
    Bref sont les memes que pour tous les autres secteurs d activites en Guyane.

  • GZ

    Vous parlez de la théorie économique, Benoît. Sans tenir compte des spécificités du cas.
    L’orpaillage légal n’a jamais profité à la Guyane et ne profitera jamais, ce qui est l’argument purement économique contre cette activité, avant même l’argument environnemental.
    Ne confondez pas le profit des orpailleurs – très essentiellement expatriés et investis ailleurs – avec le profit du territoire.

    «  taxes sur le carburant » : ils ont le carburant détaxé…
    salaires : dérisoires. Cette activité use très peu de MO.
    Les bénéfices : c’est le meilleur… Nous avons déjà relevé sur ces pages que la production est purement déclarative, sans aucun contrôle… et aussi que la taxation de l’or (ce que l’entreprise veuille bien déclarer…) est dérisoire, voire indigne.
    « la contre valeur est bien depense en guyane » : affirmation trompeuse, sans aucun fondement.

    Bref, c’est un businnes pour celui qui le fait – et pour qui occupe le poste clé pour des autorisations administratives…. – mais pour la collectivité c’est une pure arnaque.
    Où voyez-vous le moindre bénéfice pour le territoire Guyane en 150 ans d’activité ?

  • Morvandiau

    @Benoit
    GZ a très bien résumé les choses.
    Je crains malheureusement que vous ne soyez pas en phase avec la réalité de l’orpaillage en Guyane et que vous versiez dans l’angélisme.
    Orpaillage légal ne signifie pas activité honnête, mais activité déclarée.
    AUCUN opérateur minier légal en Guyane, qu’il soit au niveau artisanal ou industriel, ne déclare la réelle quantité d’or extraite, AUCUN.
    De par sa nature, cette activité, sa pratique en site isolé, permet de prendre toutes les libertés avec pratiquement toutes les législations : les contrôles sont bien évidement anecdotiques, carrément figuratifs je dirais, et ne peuvent être continus, et l’or n’est pas traçable…

  • FF

    Vous affirmez Morvandieu mais par exemple le nombre de sites illégaux en Guyane, avez-vous une source sérieuse, êtes vous déjà allée sur site, avez-vous survolé ?

  • Morvandiau

    @FF
    J’arpente pas mal les bois depuis des années. Ma source c’est ce que je vois sur le terrain.

  • benoit

    Je pense que les sources de vos infos sont plus polluees que les criques des clando….

    1. Le carburant detaxe n est que pour les moteur stationnaire. 80% de la conso. est pour les engins et ce n est pas detaxee.

    2. Salaire derisoire car peu de main d oeuvre ???? Si on vous ecoute 80% des entreprises declarees en guyane ont moins de 3 salaries devraient donc fermer car inutile….
    .
    3. Pas de controle de benefice ah bon vous travaillez aux impots ??? Tiens donnez moi des chiffres de controles fiscaux sur les agriculteurs, sur les pecheurs, sur les camions sandwich, les coiffeurs, les banques , je serais curieux de connaitre leurs ratios par rapport au secteur minier

    4. Taxe sur l.or , cette taxe.est reversee directement aux communes donnez moi une commune qui affirme que c est insignifiant.

    5. »affirmation trompeuse, sans aucun fondement » . Sachant que le gasoil, l achat de materiel, le transport et les salaires c est +80% des charges des operateurs miniers alors oui je l.affirme les retombes sur le territoire sont bien reel.

    6. L or n est pas declare… ah bon ? Ca sent le complotisme, car si partialite dans les propos alors il faidrait aussi s interroger sur :
    a. qui controle la prod. de ramboutans
    b. qui controle le nombre sandwich produits place des palmiste.
    c. qui controle le nombre de jardins debrouissaille sur l ile de cayenne
    d. Qui controle le nombre de poissons vendu a la crique et au mir
    e. Qui controle le nombre de tete coiffee
    Etc etc…
    Tout ca pour dire que si il y a triche ca peut etre partout , alors on fait quoi on arrete tout ????
    Ou on arrete simplement de fantasmer sur le complotisme fiscale et environemental des operateurs miniers

  • Morvandiau

    Comparer le kilo d’or au kilo de ramboutan…
    Je ne vais pas perdre mon temps à vous convaincre, j’essaye juste d’apporter quelques bémols aux mensonges proféré par une profession qui s’en met plein les poches à un niveau qui n’est pas comparable au fermier Hmong ou au vendeur de sandwich des Palmistes.
    Le simple fait de massacrer la forêt pour extraire un métal dont la principale utilité est la spéculation financière devrait quand même faire lever les sourcils à toute personne dont la conscience est un tant soit peu éclairée. Si en plus cette profession offre toute latitude à l’évasion fiscale et environnementale, il faut vraiment y avoir des intérêts pour la défendre.
    Donc votre plan, c’est de laisser les légaux ravager à la place des illégaux pour que les lingots finissent exactement aux même endroits, dans les mêmes poches ? C’est juste pour un confort de conscience alors ?

  • benoit

    On s en fout ou finisse les lingots ils ont ete vendu et la contre valeur est depensee en france.
    On se fout bien des satelittes ou ils finissent du moment que le CSG facture non ?
    Et pour info l or a plus de deboucher dans la bijouterie et l industrie que comme support financier.
    Mais bon au vu de vos propos : si on est restaurateur ou ferrmier on peut bai…er le system social francaise mais pas si on est minier !!!! on vous cerne un peu mieux

  • GZ

    « L or n est pas declare… ah bon ? »
    Ah bon, ah bon, non, c’est pas bon. Je m’ennuie de constater que le mot magique « complotisme » est sorti chaque fois où il y a volonté de tromper (politique) où refus de réfléchir (chez les moutons).
    Sans qu’il y ait le moindre besoin de sa confirmation (pour les QI 100+), un fonctionnaire concerné a déjà admis sur ces pages qu’effectivement, il n’existe aucun contrôle crédible de la production de l’or…

    Ce que vous dites de l’usage du carburant est une blague.

    Non, Benoît, faut pas fermer les petites entreprises. Ce qu’il faut, c’est de comprendre que la MO s’apprécie en fonction du CA de l’entreprise…et vversa.

    l »e gasoil, l achat de materiel, le transport.. retombés pour le territoire »
    C’est en trompe-l’oeil, car il s’agit essentiellement des biens importés, sans aucun bénéfice autre que commercial, ce qui quitte aussitôt la Guyane pour la plupart…

    Vous insinuez que les orpailleurs « subissent » plus de contrôle fiscaux que les autres ? C’est possible et ce serait parfaitement logique, le fisc n’ayant d’autres armes que les anomalies dans leurs trains de vie… Ce qui indique/prouve à quiconque à QI 100+ que le bénéfice de l’or caché quitte le territoire national et ne reviendra jamais… – contrairement à votre assurance.

    Ah, en fait, vous réclamez le droit aux opérateurs miniers de » ba..ser le system social francaise », au nom de l’égalité devant la triche. Voyez, c’est déjà un argument à considérer :-)
    Merci pour le moment, on vous cerne un peu mieux.

  • GZ

    complément

    je viens de lire l’article faisant vomir sur « activité agricole qui se développe à l’Ouest ». Eu égard de ce que j’y ai trouvé, à savoir la dorénavant fière revendication du vol simple des terres nationales (censées d’être « administrées » – veillées – par les services étatiques censés d’oeuvrer pour le bien commun), je dois reconnaître que vous avez raison.
    Il est totalement ridicule de se référer aux normes supérieures ou aux simples normes légales dans ce pays. Je dois aussi me rappeler que les ravages de l’orpaillage, qu’ils soient financiers ou physiques, sont des faits amusants à côté du saccage du bassin du Maroni et de ses métastases.

    Idem pour l’état de « l’état de droit » : là où de telles choses soient encouragées, pendant que des « officiels » mafieux manigancent à tous niveaux contre l’état de droit et contre le développement économique, il est effectivement risible d’évoquer les coutumes civilisées des pays civilisés.

    Or, ce n’est pas un pays civilisé, car il n’est pas administré pour l’être. A partir de là, il serait profondément injuste de priver les orpailleurs de leur triche. Je donne droit à votre argument : ils doivent pouvoir tricher comme les autres ! A votre santé, volez autant que possible, c’est un pays à ça.

    Même l’argument environnemental tombe face à ce qui se passe à la façade ouest.

  • benoit

    Euh la j etais plutot dans le saccarsme pour relever le fait qu il n y a rien qui justifie que les miniers ne sont pas des contribuables comme les autres.
    Apres qu on n aime pas l activite par elle meme soit, on est (ou presque) encore en.democratie.

  • FF

    En revanche en parlant de démocratie participative ou d’emploi lokal pourquoi tous les ouvriers ou presque des sites miniers de Guyane autorisés sont-ils brésiliens (je ne parle pas du géologue ou du directeur adjoint)

  • benoit

    En grande partie les francais du littoral ne veulent pas passer plusieurs semaines en sites isoles et aussi que les operateurs miniers sont en voie de disparition donc de moins en moins d opportunite de travail pour les jeunes.
    Mais sur le lawa on trouve encore des francais du fleuve qui travail sur les sites.

  • le Jaguar

    C’est bien la raison pour laquelle les « centaines d’emplois locaux » du projet montagne d’or constituaient une vaste fumisterie. La plupart seraient sans doute des brésiliens régularisés.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Covid-19 : taux de positifs, taux d’incidence, entrées en hospitalisation, admissions en réa : hausse depuis au moins une dizaine de jours

Le point de situation interne des autorités sanitaires de ce 11 mai -que Guyaweb s'est procuré- consacre une hausse de plusieurs indicateurs épidémiques. Et ce, depuis une dizaine de jours, ...

Les élections territoriales officiellement ouvertes sur fond de crise sanitaire

Initialement prévues en mars 2021 et reportées aux 20 et 27 juin, les élections régionales, départementales et territoriales se dérouleront sur fond de crise sanitaire provoquée par le ...

Une soignante du bloc opératoire de l’hôpital de Cayenne atteinte d’une forme grave du Covid-19 sur un cluster d’une douzaine de personnels et toujours un faible taux de professionnels de santé vaccinés en Guyane

Guyaweb a révélé jeudi dernier la confirmation d'un cluster important de personnels du bloc opératoire de l'hôpital de Cayenne (voir cet article), préalablement dénoncé dans un tract du ...

Cérémonie du 10 mai : « il est quand même édifiant de constater que le président de la République n’a rien trouvé à dire sur plus de deux siècles de l’histoire de la France » (Christiane Taubira)

Le 10 mai 2001, la loi Taubira reconnaissait l'Esclavage et la Traite comme crimes contre l'Humanité. 2021 marque les 20 ans de la loi Taubira et une cérémonie nationale en présence du président ...

Immigration et insécurité : l’étonnant mélange à Saint-Laurent

Sophie Charles, maire de Saint-Laurent du Maroni, organisait une conférence de presse sur l'immigration samedi 8 mai. Un exercice plutôt inhabituel pour l'édile et qui intervient à la suite de ...

Six personnels d’une prison et neuf détenus positifs au Covid-19 au Suriname où le dernier taux de positifs connu est astronomique : 35,14%

Six agents ou cadres pénitentiaires de la prison centrale de Santo Boma au Suriname ont été testés positifs au Covid-19 au mercredi 5 mai. Cette prison se situe à environ 30 minutes en voiture...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2021 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube