Guyaweb, journal d'information et d'investigation

Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Le syndrome du Malathion

Le syndrome du Malathion

C’est au nom du « bilan risque-bénéfice » et parce qu’elles craignent un emballement épidémique désastreux dans notre département sous-doté en équipement et personnel médicaux que les autorités en charge de la lutte anti-vectorielle réaffirment le choix de l’usage controversé du malathion qui « n’est pas la panacée » et pour lequel aucune étude in vivo n’atteste de l’efficacité sur le moustique vecteur du chikungunya. Le conseil régional organisait jeudi une « réunion d’échanges et de débat » autour de la dérogation accordée le 5 août 2014 par trois ministres – écologie, santé, outre-mer – pour l’usage prochain du malathion…

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

9 commentaires

  • Johann

    Si ce produit est utilisé chez moi et surtout sans avoir été informé des heures de passage pour protéger mon enfant, mes aliments, mon linge et ma voiture (accessoirement), alors je de poserai plainte. Cela ira jusqu’au conseil d’état, puis à l’Europe. Je conseille d’ailleurs à tous de le faire. J’en ai marre de devoir subir des décisions d’incapables. Personne, je dis bien personne ne peux prévoir les risques sanitaires primaires et secondaires d’une telle molécules sur la santé.

    Et nous ne leurrons pas, si l’état a peur d’une épidémie, ce n’est pas pour notre santé qu’elle tentera de la stopper, mais pour la santé de l’économie. Encore et toujours le fric !

    • Auriez-vous l’amabilité de me prévenir lorsque vous passerez à proximité de chez moi ? Je souhaiterais protéger mon enfant et mes proches des retombées d’imbécilité.
      Vous êtes vous réellement renseigné sur la toxicité du Malathion ? Visiblement non. Ce produit n’a même jamais été classé dans la catégorie « Toxique » issue de la directive 67/548/EEC.
      Le risque lié à l’utilisation de ce produit concerne avant tout les amphibiens via sa dégradation en Malaoxon. Etes-vous une grenouille ?
      Si vous fumez, vous êtes exposés à bien pire. Même chose si vous avez un ancien véhicule diesel ou si vous ne faites pas nettoyer vos clims régulièrement. Idem si vous utilisez des insecticides de supermarché en intérieur.
      Comme beaucoup de personne en Guyane, vous êtes victime d’un gros hoax écolo. On sent que les élections pour la collectivité unique approchent…

  • Johann

    Désolé pour l’orthographe, difficile avec le correcteur automatique d’un smart phone.

  • Bonjour

    A La Réunion après un combat intense contre le moustique tigre vecteur du chik , le résultat est que 1/3 de la population à été touchée !
    Formidable ! Encore deux ou trois épidémie , et toute la population aura été touchée , ce qui démontre la grande efficacité des insecticides ( dont le Malathion ?? ) pour luter contre cette maladie .
    J’imagine que de toutes façon le chik étant maintenant endémique à La Réunion , tôt ou tard toute la population l’aura  » attrapé  » .
    Il est utile de rappeler que pour une bonne part des personnes contaminées , la maladie se traduit par  » presque rien  » jusqu’à pour une petite part des malades les douleurs épouvantables décrites largement pour  » faire peur  » .
    Pour le chik , est-il utile pour un résultat aussi faible de la prévention par les insecticides de rajouter à la maladie l’empoisonnement des gens et de l’environnement par le Malathion .

    Salutations

  • Merci à ce collectif citoyen qui tente de recevoir des réponses.
    Merci la Région de vous poser des questions et de tenter de mettre en débat ce sujet tabou.
    Nous avons besoin d’élus et de dirigeants qui prennent des décisions éclairées.

    Pour cela, Monsieur le Préfet, Monsieur le Président du Conseil Général et Monsieur le Directeur de l’ARS : rassurez-nous en publiant les résultats des études, suivis et recommandations qui doivent obligatoirement accompagner les campagnes d’épandage que nous subissons depuis tellement d’années…dont déjà le Malathion en 2009 !

    Elles sont ou ces études Messieurs les responsables ?

    Allez, un peu de sérieux et partager ce magnifique retour d’expériences que vous devez avoir et qui vous conduit aujourd’hui à affirmer que utiliser le Malathion, c’est la bonne solution, sans impact ni pour l’Homme ni pour son environnement.

    Vous ne pourrez être crédible et audible qu’à cette condition là.

    Si par le plus grand des (malheureux) hasards, il s’avérait que les instances sanitaires n’ont pas mis en place (et ce depuis des années) les études et suivis pour mesurer l’efficacité et les effets sur les moustiques, l’Homme et l’environnement, nous ne pourrons que faire le constat que :
    1) vous vous moquez avec un cynisme étonnant des guyanais
    2) la légèreté avec laquelle vous traitez ces questions de santé public vous condamnerons
    3) vous utilisez la Guyane comme région cobaye
    4) vous affirmer beaucoup de choses sans aucune preuve tangible et mesurable
    5) ils est grand temps de changer de métier..

    Aussi (et plus sérieusement), nous attendons avec impatience de pouvoir consulter ces études Messieurs les responsables.

  • Merci pour cet article très intéressant, qui nous conduit à nous demander, comment, au vu de tous les arguments concrets avancés contre l’utilisation du malathion, les autorités vous continuer à nous servir du « malathion sans risque ».
    Mesdames et Messieurs les autorités « compétentes », vos décisions ont un réel impact sur nos vies, sur nos enfants, sur notre environnement, sur notre santé, aussi prenez-les avec mesure et responsabilité, et laissez vous guider par le bon sens. Aucun argument n’est à ce jour recevable pour utiliser le malathion, et vous êtes déjà redevable de nombreux rapports sur les effets des traitements passés (Où sont-ils ?), traitements qui ne servent plus à rien puisque le moustique en question est résistant. Qui a dit que vous vous foutez un peu de nous ?
    Le mouvement citoyen « Non au malathion » a créé une page facebook qui rassemble (essaie en tout cas) les articles qui paraissent sur ce dossier. N’hésitez pas à y faire un tour et à liker ! C’est ici :
    https://www.facebook.com/pages/Non-au-Malathion-en-Guyane/598769866906854?fref=ts
    Et pour ceux qui ne l’ont pas encore fait et qui le souhaite, exprimez votre désaccord sur la pétition en ligne : https://secure.avaaz.org/fr/petition/Collectivites_de_Guyane_Ministere_de_la_Sante_Ministere_de_lEcologie_Interdiction_dun_insecticide_toxique_le_Malathion_e/?nmFkiib

    Les décisions, lorsqu’elles impactent si directement les citoyens, doivent émaner des citoyens eux-mêmes et non « d’autorités » qui ont fait preuve (on commence bien à s’en rendre compte sur ce dossier) d’ingérence depuis tant d’années !

  • Tout à fait d accord avec vous, jb menac, qu on nous les publie ces rapports d études !

    Et que va t on faire, si on est effectivement bien informés des dates de pulvérisation, planquer tout à l’intérieur de chez nous, bien calfeutrés, y compris les voitures (au moins 2 par foyer) lorsqu on n a pas de garage fermé ?

    Tiens, on ne l entend pas sur ça, la Ministre de chez nous. Elle pourrait peut être nous indiquer les recours à engager et qui sera responsable ?

  • Extrait du Rapport de l’Institut Pasteur de Guyane du 28 mai 2014 sur le malathion.
    « les populations d’Ae. aegypti de Guyane étant déjà résistantes à cet insecticide, les pulvérisations spatiales de malathion risquent de n’avoir qu’un impact limité sur le terrain…
    Enfin, il est important de rappeler qu’une lutte efficace contre Ae. aegypti doit, dans le contexte de la Guyane, avant tout cibler les stades larvaires, en privilégiant la destruction physique des gîtes et, lorsque cela n’est pas possible, l’utilisation de larvicides tel que le Bti, pour lequel il n’existe pas de résistance en Guyane. »

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Comment la Cour a justifié la condamnation des 4 manifestants à 18 mois ferme avec maintien en détention

Stéphane Palmot, Alexander Marchener, Richard Cimonard respectivement président, 1er vice-président et second vice-président du collectif des 500 Frères contre la délinquance ont vu leur peine...

Vivement Lundi !

Après vingt mois d'attente, le couvre-feu devrait être levé lundi 29 novembre en Guyane. Seules les discothèques resteront fermées. Le masque en public sera toujours obligatoire ainsi que le ...

Guyane : l’économie résiste au Covid-19

Vingt mois après le début de la pandémie, l’économie guyanaise fait preuve de résilience. Maintenues en vie par les aides massives, les entreprises entrevoient désormais une reprise de ...

Peines alourdies pour les quatre militants du Mayouri Santé Guyane

Dix-huit mois de prison ferme pour les quatre manifestants reconnus coupables d'avoir incendié la façade de l'hôtel préfectoral, interdiction d'exercer dans la fonction publique et trois ans ...

Juan Branco : l’un des avocats des 4 manifestants guyanais appelé en renfort en appel, mis en examen pour viol à Paris

L'information a été révélée par le journal Le Point ce mercredi matin confirmée par l'AFP en début d'après-midi : appelé en renfort en instance d'appel dans le dossier des 4 manifestants ...

Le secteur de l’île de Cayenne et celui des Savanes passent sous le taux d’incidence de 100, le littoral Ouest se stabilise à 39

Guyaweb a pris connaissance du PSI (Point de situation interne) des épidémiologistes de l'ARS. La situation continue à baisser : le taux d'incidence moyen en Guyane est tombé, la semaine ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2021 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube