vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Publicité Guyaweb

Le « droit au remords » : de quoi s’agit-il ?

Le « droit au remords » : de quoi s’agit-il ?

Eléments d’explication sur cette disposition incluse dans le protocole de sortie de crise signé ce mercredi 16 janvier au Centre Hospitalier de Kourou (Guyaweb du 16/01/2019).

 » Il s’agit d’un droit donné exclusivement aux agents non médicaux regrettant d’avoir accepté au 1er janvier 2018 un contrat de droit public et préférant rétroactivement un licenciement avec indemnités » selon le communiqué de presse diffusé mercredi par la direction du Centre Hospitalier de Kourou (CHK).

Il est précisé que « le choix de revenir sur le transfert de contrat du CMCK au CHK entrainera la perte de la possibilité d’intégration directe dans les statuts de la Fonction publique hospitalière. La mise en œuvre de ce « droit de remords » sera formalisée dans un protocole transactionnel signé par l’agent concerné et la Direction du CHK. Les agents intéressés par cette disposition devront en avoir fait la demande expresse d’ici le 18 mai 2019″.

Ce « droit au remords » , qui ne faisait pas partie des revendications des agents grévistes du CHK défendus par l’Union des Travailleurs Guyanais (UTG), a été proposé par la direction du Centre Hospitalier de Kourou au cours des négociations.

Selon les précisions apportées à Guyaweb par le secrétaire général de l’UTG-CHK, Denis Zéro, ce droit au remords concerne la totalité des salariés, soit quelque « 196 » agents non médicaux. Néanmoins selon lui, seuls « 4 à 6 agents » qui sont proches de « la retraite » ou qui ont « un autre projet » prétendront à ce droit au remords prévu par le protocole de sortie de crise mettant fin à la grève.

Pour rappel, le reclassement des salariés dans la fonction publique hospitalière est toujours à l’ordre du jour.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

1 commentaire

  • Jmc

    Un droit au remords en bref à avoir accepté de continuer de travailler mais dans le public ! Fonctionnaire, pas de risque de perte d’emploi, sur d’être payé c’est pas mal pourtant.
    Dire qu’ils y en a qui en rêvent. Et bien non, pas à Kourou ! Si on peut gratter de confortables indemnités sans rien faire sous prétexte de projets autant ne pas se gêner!
    Et puis pourquoi pas ensuite faire jouer le droit au remords et se faire réintégrer dans le service public ça serait le jackpot!
    J’aimerai vraiment savoir aussi si les jours de grève ont été payés ou pas. Curieux qu’il n’y ait rien là dessus. C’est peut être le droit au silence ?

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Sommet de l’ONU sur le climat

Une soixantaine de chefs d’Etat et de gouvernement se réunit ce lundi à New York pour présenter des mesures concrètes de lutte contre le changement climatique. Convoqué par le secrétaire ...

« Il est important que le centre-ville ne meure pas » (Magali Robo-Cassilde)

L'ancien bâtonnier du barreau de Guyane pendant le mouvement social de 2017, maître Magali Robo-Cassilde est au cœur d'une rumeur persistante qui l'annonce comme candidate aux élections ...

Marie-Laure Phinéra-Horth rassemble ses forces avant la campagne

On en sait davantage sur les futures élections municipales de Cayenne. Après l'inauguration des locaux de Nouvelle Force de Guyane dimanche 15 septembre, les alliances se sont un peu dévoilées. La...

La Guyane célèbre son patrimoine

A l'occasion des Journées du Patrimoine de nombreux évènements sont programmés en Guyane du 20 au 22 septembre.  Au Centre Spatial Guyanais trois activités sont proposées le 21 septembre...

Kourou : au port spatial de Pariacabo, une caisse de cocaïne sur un navire cargo convoyant habituellement les fusées Ariane, Soyouz et Vega, une affaire qui sent la poudre…

Un peu moins de 8 kilos de cocaïne ont été découverts au port spatial de Pariacabo à Kourou dans une caisse préalablement dissimulée et fixée à l'arrière de la coque d'un navire cargo ...

La décharge de Maripasoula : ce scandale sanitaire qui perdure

Un centre-bourg sous la fumée des déchets, un collège fermé jusqu'à lundi, du personnel de l'Education nationale et des riverains en colère, des pompiers dépêchés en urgence pour éteindre un...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2019 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube