Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Publicité Guyaweb

Le bureau de la CACL « défavorable » à la centrale du Larivot

Le bureau de la CACL « défavorable » à la centrale du Larivot

Les membres du bureau de la Communauté d’Agglomération du Centre-Littoral (CACL) ont rendu fin juin un « avis défavorable » à l’incompréhensible projet de centrale thermique au Larivot porté par la CTG, la préfecture et EDF.

Le projet de centrale au fioul envisagé à côté du port du Larivot à Matoury « n’est pas compatible » avec le Schéma de cohérence territoriale (Scot) de la CACL, il est « en contradiction avec les orientations en matière de préservation, de valorisation de l’environnement et d’aménagement » de l’intercommunalité et il n’est pas conforme au règlement du Plan de prévention des risques inondations (PPRI) de l’Ile de Cayenne, signe la présidente de la CACL et maire de Cayenne, Marie-Laure Phinéra-Horth (photo de Une), dans un rapport adressé au bureau de l’intercommunalité, que nous avons consulté.

Ce vif rejet a été adressé fin juin au préfet, Marc del Grande, et au commissaire enquêteur, Daniel Cucheval, en charge de l’enquête publique (lire nos articles ici et ), puisque la CACL était invitée à faire connaître sa position sur le dossier.

Dans le rapport interne, bâti après consultation des services de l’intercommunalité, de ses vice-présidents et du maire de Matoury, Serge Smock, Marie-Laure Phinéra-Horth estime que l’enquête publique manque de « transparence » et de « sincérité », reprenant les vives récriminations de la Compagnie nationale des commissaires-enquêteurs et de la Commission nationale du débat public, qui avaient déploré que la préfecture de Guyane opte pour une enquête publique dématérialisée malgré les lourds impacts environnementaux, sociétaux et économiques que fait peser ce projet structurel d’ampleur.

Cela étant, le rapport ne traduit en l’état aucune opposition à la construction d’une nouvelle centrale thermique, mais bien à la localité retenue, à savoir les terres inondées et inondables qui bordent le port du Larivot et la rivière de Cayenne, acquises par EDF auprès de la Société agricole et sucrière de la Guyane au terme d’une reprise de ses actions pour un total de 15 M€, après avis favorables de la Collectivité Territoriale de Guyane (CTG) et de l’ancien maire de Matoury, Gabriel Serville. Malgré tout, l’organisation politique intercommunale retient que la centrale surdimensionnée prévue au Larivot « ne respecte ni les accords internationaux ni la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte. Cette loi mentionne en effet un objectif de 100% d’énergie renouvelable à l’horizon 2030 ».

« Edf Pei ne démontre pas l’allégation selon laquelle il s’agit de la seule option foncière disponible à la vente recensée sur la presqu’île de Cayenne » » note le rapport, jetant aux orties cette posture de la CTG. Par ailleurs, « l’argument de l’urgence à l’horizon 2023 pour « garantir la réalisation du chantier dans les délais fixés par la PPE Guyane » n’est pas suffisant eu égard aux impacts du projet pour les populations et l’environnement ».

Pour l’intercommunalité, qui compte en son sein des contempteurs connus du projet, notamment Patrick Lecante, maire de Montsinéry-Tonnégrande, et Jean Ganty, maire sortant et candidat au second tour des Municipales à Rémire-Montjoly, « des options foncières sont possibles à Dégrad-des Cannes (Rémire-Montjoly) ou éventuellement sur le secteur Mogès (Matoury) ».

Le rapport estime que les pièces techniques nécessaires et mises à disposition par le groupe EDF pour jauger les impacts sur les hommes et les milieux (rejets dans l’air, dans l’océan, imperméabilisation du secteur, sécurisation de l’oléoduc, notamment) ne sont pas suffisantes.

Le document « s’interroge » aussi sur la capacité des carrières, conformément au « Schéma de carrière », à répondre aux besoins « colossaux » en remblais de cette centrale du Larivot (150 000 m3 de sable brut, 5 000 m3 de concassé, etc…), dans un contexte de commande publique élevée notamment avec les projets portés par la CACL que sont le Transport en commun en site propre et la future décharge du littoral.

Rejoignant les avis défavorables rendus il y a plusieurs mois par le Conseil scientifique régional du patrimoine naturel du Conseil national de la protection de la nature et l’Autorité environnementale, le rapport reproche aussi « le fort impact sur les continuités écologiques répertoriées dans le secteur ». « Les mesures de compensation environnementales figurant dans le dossier ne sont pas suffisamment explicitées et ne répondent pas aux objectifs issus de la loi Grenelle » lit-on également.

Enjeu électoral par excellence, l’oléoduc sous-terrain qui traversera des quartiers habités de Cayenne, Rémire-Montjoly et Matoury retient évidemment l’attention de la présidente et des vice-présidents de la CACL. « La construction d’un oléoduc d’environ 15 km reliant le port de Dégrad-des-Cannes au site du Larivot, risque de poser des difficultés ou des prescriptions importantes quant aux travaux de pose, de déplacement ou d’enlèvement de canalisations (…) sur l’ensemble du réseau d’eau potable de la CACL, tous les branchements sur le réseau le long du parcours de l’oléoduc sont en polyéthylène. Ce matériau est très poreux aux hydrocarbures. Il convient donc afin d’éviter tout risque de pollution du réseau d’eau potable que la canalisation d’hydrocarbure ne soit pas sur le même accotement routier que la canalisation d’eau potable ».

Relire nos articles consacrés au projet de centrale thermique du Larivot :

L’incompréhensible projet du Larivot

15 M€ : la transaction entre Edf Pei et la famille Seban

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

4 commentaires

  • benoit
    08 juillet 2020

    Construire une centrale elec. sur des marecages. 🤣🤣🤣
    Il n y a qu en Guyane pour que des uluberlues puissent se sentir a l’aise (soutient de la prefecture donc du gouvernement) et se permettre de proposer un tel projet.🤦🏻‍♂️🤦🏻‍♂️🤦🏻‍♂️
    Le remblai necessaire a cette mise hors eaux peut sufffir a doubler la voie Cayenne-Kourou. 🚙🚌
    L Europe va cracher des milliards pour l hydrogene mais les zozos preferent s endetter pour cramer du mazout…..

  • GZ
    08 juillet 2020

    Souhaitons à Mme PHorth que son affaire poulemouillée endormie ne connaisse une soudaine accélération défavorable…

  • Francois
    09 juillet 2020

    j’en suis baba ( et très heureux, pour dire vrai ). C’est étrange pour moi de dire bravo à Madame Marie-Laure Phinéra-Horth, mais jamais je n’aurais pensé cela avant … Dont acte !

  • Macanahan
    13 juillet 2020

    Bon ce positionnement est agréable à lire mais sent clairement la politique de bas étage. En outre, il est bien de s’opposer à un projet, il est mieux de proposer soi-même une vraie alternative de développement visant la neutralité carbone à l’horizon 2050 pour la CACL et là ce n’est pas gagné, pour le moment MLPH reste sans voix!

Articles associés :

Suriname : 204 morts Covid de mars 2020 à fin avril 2021, en mai 98 morts, un record mensuel déjà battu : 141 décès du 1er au 18 juin et un parlementaire antivax !

Au Suriname, le nombre de décès Covid poursuit son affolante ascension. Ce pays avait déploré 204 morts Covid de mars 2020 à fin avril 2021, en 14 mois donc. Le mois suivant, en mai, il y aura...

Assiduité des élus à la CTG : Ringuet, Phinéra-Horth et Briolin à la traîne

A l'occasion des élections territoriales dont le premier tour est prévu ce dimanche 20 juin, Guyaweb s'est penché sur l'assiduité des 51 conseillers de la Collectivité territoriale de Guyane ...

L’enquête judiciaire pour suspicion de «favoritisme» est bouclée dans l’affaire qui vise Gabriel Serville, signataire, fin 2014, d’une convention pour la mairie de Matoury avec l’avocat Olivier Taoumi pour 9500 € mensuels d’honoraires

L'enquête judiciaire sur les conditions d'attribution d'une rémunération mensuelle nette de 9500 euros par la mairie de Matoury, théoriquement durant 38 mois, à Olivier Taoumi, entre fin 2014 et ...

Covid-19 : les chiffres ne sont pas rassurants, les indicateurs restent élevés dans un contexte de confinement quasi-fantoche et d’agitation des esprits…

Les chiffres consolidés du Covid-19 ne sont pas à la baisse en Guyane contrairement à ce qu'espéraient les autorités en début de semaine dernière au moment de la décision de maintien des ...

Interview de Gabriel Serville : TVA, évolution statutaire, immigration …

Le député Gabriel Serville (Peyi Guyane), figure politique à l’itinéraire morcelé, s’est lancé dans la bataille des élections territoriales à la tête de la liste « Guyane Kontré pour ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2021 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube