vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?
 
 

Des Amérindiens de Guyane à l’ONU

Des Amérindiens de Guyane à l’ONU

Des représentants des peuples amérindiens de Guyane participent à la 19e session de l’Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones qui se tient du 22 avril au 03 mai à New York aux Etats-Unis.

Il s’agit de Claudette Kawakukyenoh Labonté, présidente de la fédération Parikweneh de Guyane ; de Christophe Yanuwana Pierre, porte-parole de la Jeunesse Autochtone de Guyane et vice-président du Grand Conseil Coutumier des Peuples Amérindiens et Bushinenges ; et de Alexandre Sommer, vice-président de l’Organisation des Nations Autochtones de Guyane (ONAG).

La question de la protection du savoir traditionnel et de la lutte contre la biopiraterie sera abordée lors de cette 19e session, en appui avec la Fondation France Libertés – Danielle Mitterrand : « la biopiraterie, appropriation illégitime des ressources génétiques et des savoirs traditionnels associés, constitue une atteinte aux droits des peuples autochtones. Elle pose de nombreuses questions autour des savoirs traditionnels : leur statut, protection, valorisation (…). Il existe plusieurs moyens d’action pour lutter contre la biopiraterie et valoriser les savoirs traditionnels sur la biodiversité dans le respect des droits des peuples autochtones ».

La réponse de la France à l’ONU sur Montagne d’Or

Selon l’ONAG « la France a répondu officiellement à la sommation du Comité pour l’élimination de la discrimination raciale » de l’Organisation des Nations Unies, qui demandait fin 2018 de « garantir le droit à la consultation et au consentement libre, préalable et éclairé des peuples autochtones concernés par le projet Montagne d’Or » ainsi que de « suspendre le projet Montagne d’Or jusqu’à ce que le consentement libre, préalable et éclairé des peuples autochtones impactés par ce projet soit obtenu » (Guyaweb du12/01/2019).

Selon l’Organisation des Nations Autochtones de Guyane à l’origine de cette requête devant le comité onusien, la réponse de la France souligne que « l’ensemble des Guyanais ont été consultés dans le cadre du débat public organisé en 2018 par la Commission nationale du débat public », que « la compagnie Montagne d’Or n’a pas officiellement déposé de demande de permis d’exploitation auprès des services de l’État » et que « le Gouvernement n’a encore pris aucune décision sur l’avenir du projet ».

Pour l’ONAG toutefois, « cette réponse élude les exigences de l’ONU et démontre la volonté de l’État de ramener le débat au niveau national, écartant ainsi le principe d’une consultation adéquate et, surtout, le respect du consentement des peuples autochtones qui ont exprimé un rejet définitif du projet ».

Aussi l’Organisation des Nations Autochtones de Guyane demande-t-elle « que la France fasse preuve de transparence et rende sa réponse accessible au public ».

 

 

 

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Météo : la Guyane en alerte jaune pour fortes précipitations

De fortes précipitations sur le Nord-Ouest et le Nord-Est de la Guyane sont annoncées par Météo France pour 24 heures, du mardi 21 mai 18h au mercredi 22 mai 18h. « La Zone de convergence inter...

Des ouvriers exposés à l’amiante lors de travaux de rénovation au palais de justice et des agents susceptibles de l’avoir été selon la synthèse de l’expert

Si toutes les mesures d'empoussièrement réalisés par Socotec (39 prélèvements au sein du Palais de justice historique, 6 au sein de l'ex-Conseil des Prud'hommes, 8 au sein du bâtiment Lam Cham) ...

Pressions autour de l’aménagement des sauts entre Apatou et Pilima

Le projet d'aménagement des sauts entre Apatou et Pilima par la Deal, évoqué depuis 2012, repart mais il connaît des difficultés. Une quinzaine de rapides fait désormais l'objet d'une attention ...

Les ossements découverts au sein d’un terrain de Germain Balmokoun, ex-adjoint au maire de Saint-Laurent, sont bien ceux de son épouse disparue depuis fin 2016…

Le procureur de la République Samuel Finielz a indiqué vendredi en fin de journée par communiqué que le corps en décomposition découvert le 21 février dernier au sein d'un terrain jouxtant la r...

En attendant les concessions minières…

La Compagnie de la Montagne d'or qui porte un projet controversé de mine industrielle dans l'Ouest guyanais est en attente du renouvellement de deux de ses concessions minières, dont celle où se tr...

Pollution en matières en suspension crique Yaoni jusqu’à la Comté…

Au regard du silence assourdissant de la Deal imposé par la préfecture suite à nos sollicitations dans le cadre d'investigations sur un sujet environnemental d'intérêt général (voir cet article...

© 2019 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube