vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Publicité Guyaweb

Baignades : sur 20 sites, 9 sont interdits

Baignades : sur 20 sites, 9 sont interdits

La saison estivale débute et de nombreux vacanciers se rendront sûrement vers des sites de baignade – plage et criques – dont certains sont mis à l’amende selon l’Agence Régionale de Santé. En effet sur 20 sites contrôlés, 9 sont interdits pour la qualité de l’eau.

“Durant la saison 2018, 20 sites de baignade déclarés référencées au niveau Européen, répartis sur 8 communes ont fait l’objet d’un suivi sanitaire, soit : 12 sites de baignade en mer et 8 sites de baignade en eau douce. Ce contrôle s’est traduit par 502 prélèvements en mer et en rivière pris en compte pour le classement” indique l’Agence régionale de santé (ARS) qui assure le contrôle sanitaire régulier de l’ensemble des zones de baignades déclarées en Guyane.

« Ce contrôle mensuel est obligatoire et consiste en la réalisation de tests et d’inspections de terrain, ainsi qu’aux prélèvements d’eau. L’ensemble des analyses microbiologiques imposées par la réglementation européenne sont ensuite réalisées par l’Institut Pasteur de Guyane » indique l’ARS.

“L’interprétation des mesures effectuées sur le terrain et des résultats d’analyses est réalisée par le Service Santé Environnement qui émet une conclusion sanitaire transmise mensuellement aux responsables des collectivités et à tout responsable de baignade privée. Ils ont l’obligation de les afficher en mairie et sur les lieux des baignades” souligne l’ARS.

Ainsi pour la saison 2019, 9 sites sont interdits à la baignade par arrêté municipal. Il s’agit des plages de Cayenne à Montabo «  Grant, Zéphir, Hilaire, Colibri » et par arrêtés préfectoraux les criques de «  Fourgassier  » à Roura, «  Patate  » à Montsinery-Tonnegrande, «  Toussaint  » à Sinnamary, «  Lac Saccharin  » à Rémire-Montjoly et la «  crique Organabo  » à Iracoubo. Quant au lac Bois Diable à Kourou, il n’a “pas pu être classé par manque de prélèvement du à une eutrophisation du lac” précise l’ARS.

En revanche 10 sites sur 20 répertoriés ne sont donc pas interdits à  la baignade. Il s’agit des “Hattes” à Awala-Yalimapo, “Crique Morpio” à Iracoubo, “Crique Canceler” à Sinnamary, les plages “Pollux, Castor et les Roches” à Kourou bien que la qualité des eaux soient insuffisantes comme celles des plages de “Bourda” à Cayenne et “Gosselin” à Montjoly. Seules les plages du “Rorota” et “Caristan (photo de Une)” ont respectivement une eau de qualité “suffisante” et de “bonne qualité”.

Retrouvez tous les sites interdits à la baignades ici

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

2 commentaires

  • Jmc

    En synthèse à Cayenne en mer c’est pas bon, mais à remire ca le serait ?
    Après on fait une belle plaquette de recommandations et vogue la galère.
    Quel gaspillage d’argent public ! Quelle ineptie !
    Interdire est tellement plus simple, que d’expliquer les causes et les remèdes .
    Un mal français, un parapluie pour se prémunir des conséquences. Lamentable !!!

  • Remi973

    Explication possible : les rejets d’eau usées directement dans la mer via le réseau d’évacuation des eaux de pluies. Ce qui expliquerait pourquoi Cayenne est plus polluée que Rémire.
    Il paraît qu’il est déconseillé de se baigner dans les égout…

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

« Medellín lance sa Quatrième révolution industrielle », sur RFI

Radio France Internationale raconte la manière dont « la Colombie aspire à être le cœur de la Quatrième révolution industrielle en Amérique latine depuis la ville de Medellín » autrefois ...

Le ministre Gérald Darmanin en Guyane du 23 au 25 juillet

C’est au pas de charge que le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin effectuera sa tournée estivale en Guyane, du 23 au 25 juillet. En tout près d’une vingtaine de ...

Un ancien sous-préfet de Saint-Laurent du Maroni placé en garde à vue au cours d’une instruction judiciaire enquêtant sur des salons de massage

François Chauvin, ancien chef de cabinet de Brigitte Girardin lorsque celle-ci était ministre UMP de l'Outre-mer, avant d'être nommé, dans la foulée, sous-préfet de Saint-Laurent du Maroni fin ...

Condamnée par la justice à payer 4200 euros à un père isolé au regard de la suspension illégale de l’accueil de son fils, adolescent handicapé, au sein de l’IME les Clapotis, l’Adapei Guyane annonce sa décision de faire appel

Dans un communiqué de presse qui nous a été adressé vendredi 19 juillet, l'Adapei Guyane a indiqué avoir décidé de faire appel de la décision du tribunal administratif du 20 juin dernier ayant...

Mobilisation contre le projet Takari Mining

Un projet lourd de menaces selon le collectif Or de Question déjà engagé contre la Montagne d’Or. « Jusqu’au 24 juillet, une consultation publique vous permet d’exprimer votre opposition ...

Militaires morts : les autopsies ont été effectuées selon le parquet

Selon le parquet, les autopsies des trois militaires décédés mercredi ont été effectuées, les résultats n'ont pas encore filtré. «Les analyses sont en cours», nous a notamment indiqué ...

© 2019 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube