Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Publicité Guyaweb

Edf Larivot : les arrangements continuent

Edf Larivot : les arrangements continuent

Le ministre des outre-mer Sébastien Lecornu est attendu en Guyane dans les prochaines semaines pour annoncer l’autorisation accordée à Edf Pei par le Gouvernement pour l’exploitation de sa centrale au fioul dans la forêt marécageuse du Larivot, nous a expliqué une source bien informée.

Hier, le président de la collectivité territoriale de Guyane, Rodolphe Alexandre dit s’être entretenu avec la ministre de la transition écologique et solidaire, Barbara Pompili au sujet du Larivot. « Cette dernière m’a annoncé la décision du gouvernement de maintenir le projet » a exprimé Alexandre.

Et pour faire passer pour banale, cette centrale thermique qui a reçu un avis défavorable de tous les experts consultés, et qui « revien[t] extrêmement cher et n'[‘est] pas [d]es plus vertueuses au plan environnemental » pour paraphraser une note générale signée notamment de l’inspection générale des finances, l’inspection générale de l’administration de 2015, Edf, le gouvernement, le préfet et la CTG ont à coeur de faussement verdir le dossier.

Barbara Pompili a déjà commencé hier, puisqu’elle aurait annoncé à Rodolphe Alexandre la conversion « à la biomasse liquide [huile, ndlr] » de la centrale « dès sa mise en activité« .

Rappelons que c’est pour une centrale au fioul, et ses impacts sur l’environnement que les instances et l’administration ont été sollicitées et se sont prononcées.

Il est donc mensonger d’affirmer que la centrale fonctionnera à l’huile dès son démarrage, d’autant qu’en mars 2019, Edf Pei avouait lui-même que « les tests » sur la biomasse liquide « ne sont pas encore concluants » ! (page 28, du dossier d’enquête publique).

« Si un fonctionnement de la centrale à la biomasse liquide est à terme décidé, ce mode de fonctionnement fera l’objet d’un nouveau dossier d’autorisation » ! écrivait Edf Pei. On en est donc encore loin.

Extrait – « Si un fonctionnement de la centrale à la biomasse liquide est à terme décidé, ce mode de fonctionnement fera l’objet d’un nouveau dossier d’autorisation » 

« Pour être compatible avec le principe d’autonomie énergétique, il faudrait que la centrale fonctionne au-delà de 2030 uniquement avec des biocarburants produits sur le territoire guyanais. Ce sujet n’est jamais abordé dans le dossier. Faute de telles simulations, il est à craindre que les importations à visées énergétiques de la Guyane s’accroissent en proportion de l’augmentation des consommations, rendant impossible l’atteinte de l’autonomie énergétique en 2030, et que les émissions de gaz à effet de serre s’éloignent durablement de l’objectif de neutralité carbone retenu par la France à l’horizon 2050 » mettait en garde en décembre 2019, l’Autorité environnementale.

« Il existe désormais plusieurs technologies [de biocarburants 2nde génération, ndlr] que l’on peut considérer comme matures sur le plan technologique« , en revanche, « leur complexité et leur coût les réservent à des usages particuliers et limités en volume » mettait aussi en garde l’association NégaWatt dans son scénario 2017.

Hélène Sirder, 1e vice-présidente et Rodolphe Alexandre ont à coeur depuis des années de voir émerger une filière de « plantations énergétiques » en Guyane. Le projet de centrale au Larivot en apporte un bon coup de pouce.

Selon Hélène Sirder, la CTG est justement en train de finaliser un dossier qu’elle va remettre au Gouvernement pour que celui-ci tente d’obtenir de l’Europe une dérogation unique permettant à la Guyane de déforester pour de la plantation énergétique. Une situation interdite en Europe, formalisée dans le dispositif européen REDD++ (réduction des émissions résultant du déboisement et de la dégradation des forêts).

A lire aussi sur le projet de centrale du Larivot : 
Coderst EDF PEI : allô la préfecture ?
Centrale Edf : Le Coderst doit se prononcer
Le bureau de la CACL « défavorable » à la centrale du Larivot
L’incompréhensible projet du Larivot
15 M€ : la transaction entre Edf Pei et la famille Seban

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

5 commentaires

  • LEAURENT
    16 octobre 2020

    La médiocrité à la française.

  • 16 octobre 2020

    Ce n’est pas de la médiocrité. Nous n’avons pas à faire à des médiocres mais à des presque nuisibles.

  • Maiouri Nature Guyane
    17 octobre 2020

    L’étonnante tentative d’amendement du 25 septembre dernier du Député Gabriel Serville tentant de modifier les limites des baux emphytéotiques (permettant la délivrance de parcelles forestières de 5000 ha au lieu des 150 ha actuellement) ne trouverait-elle pas plutôt sa raison d’être pour satisfaire la filière des « plantations énergétiques » si chère à Hélène Sirder ? Déforester l’unique forêt tropicale humide primaire de la riche Europe pour y planter de la Canne, pour faire fonctionner des turbines, voilà une nouvelle innovation aberrante pourtant en désaccord total avec le bons sens élémentaire !
    Et si EDF et la CTG organisaient des Débats Publics plutôt que d’agir en toute opacité ?
    Pour se remettre en tête les évènements récents à l’Assemblée Nationale :
    https://sites.google.com/site/maiourinature/biomascarade

  • GZ
    17 octobre 2020

    Pourquoi « presque », Catilini ?

Articles associés :

Suriname : 204 morts Covid de mars 2020 à fin avril 2021, en mai 98 morts, un record mensuel déjà battu : 141 décès du 1er au 18 juin et un parlementaire antivax !

Au Suriname, le nombre de décès Covid poursuit son affolante ascension. Ce pays avait déploré 204 morts Covid de mars 2020 à fin avril 2021, en 14 mois donc. Le mois suivant, en mai, il y aura...

Assiduité des élus à la CTG : Ringuet, Phinéra-Horth et Briolin à la traîne

A l'occasion des élections territoriales dont le premier tour est prévu ce dimanche 20 juin, Guyaweb s'est penché sur l'assiduité des 51 conseillers de la Collectivité territoriale de Guyane ...

L’enquête judiciaire pour suspicion de «favoritisme» est bouclée dans l’affaire qui vise Gabriel Serville, signataire, fin 2014, d’une convention pour la mairie de Matoury avec l’avocat Olivier Taoumi pour 9500 € mensuels d’honoraires

L'enquête judiciaire sur les conditions d'attribution d'une rémunération mensuelle nette de 9500 euros par la mairie de Matoury, théoriquement durant 38 mois, à Olivier Taoumi, entre fin 2014 et ...

Covid-19 : les chiffres ne sont pas rassurants, les indicateurs restent élevés dans un contexte de confinement quasi-fantoche et d’agitation des esprits…

Les chiffres consolidés du Covid-19 ne sont pas à la baisse en Guyane contrairement à ce qu'espéraient les autorités en début de semaine dernière au moment de la décision de maintien des ...

Interview de Gabriel Serville : TVA, évolution statutaire, immigration …

Le député Gabriel Serville (Peyi Guyane), figure politique à l’itinéraire morcelé, s’est lancé dans la bataille des élections territoriales à la tête de la liste « Guyane Kontré pour ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2021 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube