vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Publicité Guyaweb

A Roura, un mauvais bilan municipal

A Roura, un mauvais bilan municipal

Frappé d’inéligibilité par le Conseil constitutionnel, David Riché le maire de Roura et son équipe municipale laissent derrière eux un mauvais bilan. Gestion dispendieuse, taxes foncières d’administrés et d’agents payées par la commune, arrangements avec les entreprises de travaux publics… Les mandats s’achèvent aussi sur une information judiciaire à l’instruction pour « favoritisme » et « recel de favoritisme ». Il aura fallu attendre l’approche des élections municipales de 2020 pour que la mairie de Roura, dirigée depuis 2008 par David Riché (photo de Une), également président de l’Association des maires de Guyane et président du conseil d’administration de la Mission locale de…

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

8 commentaires

  • moibeni

    Président de l’association des maires de Guyane … tout est dit
    La CRC prêche dans le vide.

  • Cristal

    Affligeant !

  • La Sobriete Heureuse

    En juillet 2008, après s’être fait élire Maire de Roura en surfant avec opportunisme sur son opposition au projet minier Iamgold (ex-cambior) à Kaw, David Riché avait promis des emplois verts en guise de compensation, à l’instar de sa collègue Hélène Sirder.
    Le 3 juillet 2008, dans France-Guyane, l’article intitulé : « Les élus imaginent une alternative à Cambior », on peut lire :
    « Nous avons pris acte de l’avis négatif du gouvernement et nous comptons proposer un projet alternatif (…) La volonté est de créer une activité économique respectant le développement durable, et créer des emplois, confie David Riché, maire de Roura. Pour lui, l’axe prioritaire sera sans aucun doute l’écotourisme. On parle également de la mise en valeur des plantes par des huiles et des savons. »

    Qu’en est-il 11 ans plus tard de ces promesses ?
    Combien d’emplois verts liés au tourisme ou la biodiversité D. Riché a t’il créé durant ces mandatures ? Il faut chercher pour les trouver ! Bilan désastreux ! Au suivant …!

  • Jmc

    Pour moi une véritable surprise persuadé que j’étais que l’action de Riche arrive après les dérives financières de Polony avait pour objectif de réduire le gouffre de la commune.
    Au final, il n’en serait presque rien, mais surtout l’argent public utilise dans les dépenses de fonctionnement proviendrait pour une part de budget lie a de l’investissement.
    Tout cela pour un clientélisme de bonne facture, une respectabilité feinte, fausse, hypocrite.
    Pas étonnant vraiment de s’être montré incapable de fournir des comptes de campagnes pour les élections législatives de 2018, autre info persuadé que j’étais que Riche ne se représentait pas du fait comme il l’avait annoncé de son désir de revenir à la vie civile pour mener un projet familial dans l’agriculture.
    Si il fait du bio, je me méfierais c’est sur.

  • GZ

    Tout n’est qu’une succession de mauvaises blagues : les attentes des quidams comme les promesses de ceux et celles qu’ils élisent…
    Les deux paniers de blagues se nourrissant mutuellement.
    Accessoirement : vu le choc de jadis provoqué par l’arrivée de M. Riché dans la politikk lokal (cf AKaram et ses « blessures ouvertes » et à la lumière de ces accomplissements, est-ce que M. Riché est un « Guyanais » ou pas ?
    DDDDD

  • GZ

    Jmc
    le bio est une escroquerie légalisée.

  • EL MATADOR

    Si les faits relatés dans l’article sont avérés, c’est pas terrible tout ça, il y a de quoi plaindre les habitants de roura… il semblerait également que tous les projets économiques pris par des opposants au maire soient bloqués par ce dernier: vivement la relève, en espérant qu’elle ne suive pas cette mauvaise tradition de clientélisme à la sauce déficitaire…

  • Francois

    c’est juste honteux ! Ces énormes salaires octroyés à des individus travaillant plus ou moins pour la municipalité – cela me rappelle mes années passées en Afrique où la corruption et la paresse règnaient dans certaines administrations. Lamentable aussi que nos jeunes guyanais ne viennent pas protester avec force devant le triste exemple de pillage d’argent public par leurs ainés !

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Un légionnaire s’aventure en forêt à Camopi et se fait malmener par de présumés clandestins de l’or

L'histoire, qui a été révélée dans un court article par nos confrères de France-Guyane, en fin de semaine dernière, mérite un début d'éclaircissement et suscite des interrogations : un ...

Ranjé To Bisiklèt (La Kaz A Vélo) concourt au Prix de l’Economie Sociale et Solidaire “Coup de coeur”

L'association guyanaise d'auto-réparation de vélos et de location longue durée de vélos participe du 7 au 21 novembre au concours du Prix de l'Economie Sociale et Solidaire "Coup de cœur 2019" ...

« Modèles, modélisation, pourquoi modéliser ? Quelques exemples simples en écologie »

Cette conférence de Abdennebi Omrane aura lieu jeudi 21 novembre à 18h30 à l’Université de Guyane. « Nous parlerons de modélisation (définition, intérêt) et de la fabrication et ...

Exploitations d’or illégales au sein du Parc Amazonien de Guyane : secteur par secteur, l’ampleur du désastre !

Guyaweb s’est procuré un document dévoilant, secteur par secteur, la nature du nombre de sites aurifères illégaux comptabilisés au sein du Parc Amazonien de Guyane (PAG) fin septembre 2019, au ...

Awala-Yalimapo en « décalage complet avec [s]es capacités financières » d’après la Chambre régionale des comptes

La commune de l'Ouest guyanais qui vient de fêter ses 30 ans d'existence s'est fait une place sur la carte de la Guyane. Awala-Yalimapo est particulièrement dynamique sur le plan culturel et elle a ...

« Les langues autochtones de Guyane, entre disparition et vitalité » sur RFI

Un grand reportage de notre consoeur Hélène Ferrarini, collaboratrice de Guyaweb, à écouter sur Radio France Internationale. « 2019 : année internationale des langues autochtones, nous dit ...

Toutes les petites annonces ( 3 ) :

Véhicules ( 2 )
> Toutes les annonces véhicules

© 2019 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube