vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?
 
 

Kourou : recherche éclairage (démocratique) désespérément

Kourou : recherche éclairage (démocratique) désespérément

Des conseils municipaux sans quorum avec un ordre du jour très mince, un cabinet omniprésent, une gestion opaque… la mandature de François Ringuet à Kourou se termine en faisant grincer les dents de ses adversaires. La population rencontrée n’évoque pas cette vie démocratique mais se concentre sur les derniers aménagements : l’école Saba en construction et la Cocoteraie. Kourou est vraiment la ville des amoureux de l’espace. Quoi de mieux que de se balader dans la ville spatiale avec comme seules lumières celles des étoiles. Aucune pollution lumineuse, aucun éclairage public pour déranger vos observations astrologiques. Malheureusement pour l’équipe municipale sortante,…

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

10 commentaires

  • lezig

    Étonnant article, tellement grossièrement à charge qu’il ressemblerait à un service commandé. Et qui occulte bien complaisamment les multiples casseroles du sieur interviewé, qui fait un bien piètre chevalier blanc en perspective… Ceci dit, les déficits continueront à se creuser, quels que soient les élus en place, tant que le clientélisme le plus complaisant, lui aussi, restera la base de la vie politique guyanaise, et pas seulement kouroucienne (amusantes de mauvaise foi partiale, ces comparaisons chiffrées seulement avec l’Hexagone, et jamais avec les autres communes comparables de Guyane, voire des Antilles…). Quant aux constats désabusés bien compréhensibles des témoignages de l’article, il sont eux-mêmes extensibles à la plupart des communes de Guyane, là encore jamais comparées. Le costume taillé au seul François Ringuet paraît bien grand, et là encore, au profit de qui ?

  • FF

    Je vous rejoins. Je suis en désaccord avec la publication en l’état de cet article qui, à mon avis, n’est pas un article journalistique digne de ce nom. Je partage, dans les grandes lignes, votre analyse lezig.

  • lezig

    Je n’en attendais pas moins de votre part. C’est décevant de voir Guyaweb céder à ce genre de tentations…

  • GZ

    Le fait que le clientélisme soit la base de la vie politique (non seulement guyanaise) ne dispense de rien en la matière.
    Surtout lorsque l’on se fait élire sur les promesses de faire mieux que son prédécesseur, notamment en matière de gestion. En attendant que les faits et chiffres cités par l’article soient invalidés.
    Tout ceci indépendamment du ressenti de quiconque sur l’article, mais juste contre le relativisme moral.
    Je bois mon café à la santé de Madame Isabelle Niveau.

  • EL MATADOR

    On présente un ancien délinquant repenti, également ex patron de boite de nuit repenti…
    Mais lorsque on l’a vu « frimer » en quad il y a deux ans lors des mouvements sociaux, on se demande vraiment si il ne vaut pas mieux un maire un peu corrompu, plutôt qu’un maire ouvertement corrompu et surtout frimeur…

  • dchimbo

    Bonjour, je suis l’auteur de l’article Gérôme Guitteau.
    Je tiens à vous répondre, Lezig, non pas sur un ton professoral, ni pour me justifier mais pour expliquer le pourquoi du comment.
    Les termes « à charge » et « à décharge » appartiennent à un lexique judiciaire qui ne correspond pas à celui du journalisme. L’important est de savoir si ce qui est écrit est vrai ou non et que le contradictoire soit mentionné.
    Avant d’écrire un article, on choisit un angle ou deux max et on s’y tient. C’est important pour la cohérence de l’histoire racontée. On risque de se mélanger les pinceaux et de perdre le lecteur. L’angle choisit avec la directrice de publication était de se pencher sur l’usage de la démocratie représentative à Kourou et la gestion de la ville. Si on reste sur la seule gestion le papier aurait été trop froid et si c’était que sur la démocratie représentative on aurait raté un enjeu majeur du bilan du mandat du maire.
    Effectivement, si notre angle avait été le dynamisme de la vie culturelle sur Kourou, on aurait vu Warren mais aussi le directeur de la parade carnavalesque et celui du théâtre de l’Entonnoir pour mettre en avant la réalité de l’augmentation de l’offre de spectacles à Kourou … et là, on aurait écrit que j’étais complaisant.
    Tout dépend de l’angle.
    Au sujet du contradictoire, j’ai évidemment essayé de joindre M. Ringuet à de nombreuses reprises. J’ai joint le service communication, je me suis déplacé en mairie pour une demande officielle et j’ai essayé de le joindre par téléphone.
    On a décidé de publier l’article sans la participation de M. Ringuet car les faits avancés sont avérés. La porte de notre site est grande ouverte à la majorité municipale. J’ai réalisé plusieurs entrevues de M. Ringuet, qui s’est toujours montré courtois et ouvert au dialogue.
    Concernant la complaisance à l’égard de M. Mariema, il est difficile de l’entendre.
    Un 3 questions à est une itv courte. L’information c’est sa candidature officielle. Je rappelle ses démêlés judiciaires, que faire d’autre ? Encore une fois, un journaliste n’est pas un juge. Que dire alors quand des journalistes croisent le maire de Cayenne et ne la questionnent pas sur sa mise en examen ? Il y a aussi des occasions plus propices pour poser ce genre de questions. Là je l’ai rappelé.

    Si vous voulez en savoir plus sur José Mariema, ce-ci a été publié par Guyaweb : « En 2008, deux fonctionnaires de la préfecture Omar Hersi et un certain Dersion avaient été mis en examen ainsi que d’autres personnes en particulier travaillant à l’état civil à la mairie de Kourou. Il s’agissait de la célèbre affaire des faux papas chinois. Plusieurs personnes dont des citoyens d’origine chinoise ainsi que les deux agents de la préfecture Omar Hersi et M. Dersion avaient été condamés en 1ère instance et en appel. Omar Hersi s’était pourvu en cassation.

    Pour la petite histoire, figurait parmi les condamnés dans cette affaire, José Mariéma leader d’un collectif de Kourou contre l’insécurité (Toukans) lors du récent mouvement social.

    José Mariéma avait été condamné dans ce dossier selon l’arrêt de la Cour d’appel de Cayenne, rendu en juin 2015 pour corruption active d’un agent de la mairie de Kourou mais également d’un agent du service des étrangers de la préfecture de Cayenne, pour organisation d’un mariage blanc et pour complicité d’obtention illicite de documents administratifs (actes d’état civil).

    L’intéressé était, en 2007, selon la justice, le centre d’un réseau qui organisait de fausses reconnaissances de paternité d’enfants de mères seules afin de délivrer plus vite des titres de séjour à des ressortissants chinois. Le titre de séjour se monnayait environ 35 000 euros (il y avait quelques intermédiaires à payer).

    La Cour d’appel l’avait condamné à 18 mois de prison dont 12 avec sursis et 25 000 euros d’amende (il avait été condamné à 30 mois dont 20 avec sursis en 1ère instance et 50 000 euros d’amende). En dépit de ses ennuis judiciaires il avait parallèlement, il y a plusieurs années, été élu au Conseil économique et social (CESER) afin d’y représenter la profession minière. »
    https://www.guyaweb.com/actualites/affaires-mettent-cause-a-intervalles-reguliers-agents-de-prefecture-derniere-date-avait-accouche-dun-non-lieu/

  • Francois

    j’ai un peu honte quand je lis ce genre d’article – est-il possible d’avoir autant de minables dans la vie politique de Kourou ? Une tutelle / curatelle ne pourrait-elle pas s’envisager ? Et je rejoins lezig et ElMatador en ce qui concerne la personnalité lamentable de l’opposant déclaré ! A piètre larron, piètre larron-et-demi …. (disait ma grand-mère)

  • FF

    El Matador, il faut être précis : selon les termes de la condamnation qui auraient dû être rappelés dès l’article, il s’agissait de corruption active (corrupteur) et non passive (corrompu).

  • le Jaguar

    De plus, aucune des critiques concernant l’actuel maire dans cet article ne permet d’affirmer que le maire actuel soit corrompu, même « un peu ». Il s’agit d’une accusation grave.

  • GZ

    La mention de la corruption est de réflexe fixatoire chez certains dès qu’il s’agit de Guyanais, pendant que la présence du patron de la Caisse de dépôts est l’occasion journalistique de demander les nouvelles vertueuses par rapport aux
    https://www.marianne.net/economie/bienvenue-la-caisse-des-jackpots-et-consignations
    https://www.lefigaro.fr/conjoncture/2017/02/18/20002-20170218ARTFIG00046-primes-de-retraite-la-cour-des-comptes-epingle-des-derives-a-la-caisse-des-depots.php

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Un légionnaire s’aventure en forêt à Camopi et se fait malmener par de présumés clandestins de l’or

L'histoire, qui a été révélée dans un court article par nos confrères de France-Guyane, en fin de semaine dernière, mérite un début d'éclaircissement et suscite des interrogations : un ...

Ranjé To Bisiklèt (La Kaz A Vélo) concourt au Prix de l’Economie Sociale et Solidaire “Coup de coeur”

L'association guyanaise d'auto-réparation de vélos et de location longue durée de vélos participe du 7 au 21 novembre au concours du Prix de l'Economie Sociale et Solidaire "Coup de cœur 2019" ...

« Modèles, modélisation, pourquoi modéliser ? Quelques exemples simples en écologie »

Cette conférence de Abdennebi Omrane aura lieu jeudi 21 novembre à 18h30 à l’Université de Guyane. « Nous parlerons de modélisation (définition, intérêt) et de la fabrication et ...

Exploitations d’or illégales au sein du Parc Amazonien de Guyane : secteur par secteur, l’ampleur du désastre !

Guyaweb s’est procuré un document dévoilant, secteur par secteur, la nature du nombre de sites aurifères illégaux comptabilisés au sein du Parc Amazonien de Guyane (PAG) fin septembre 2019, au ...

Awala-Yalimapo en « décalage complet avec [s]es capacités financières » d’après la Chambre régionale des comptes

La commune de l'Ouest guyanais qui vient de fêter ses 30 ans d'existence s'est fait une place sur la carte de la Guyane. Awala-Yalimapo est particulièrement dynamique sur le plan culturel et elle a ...

« Les langues autochtones de Guyane, entre disparition et vitalité » sur RFI

Un grand reportage de notre consoeur Hélène Ferrarini, collaboratrice de Guyaweb, à écouter sur Radio France Internationale. « 2019 : année internationale des langues autochtones, nous dit ...

Toutes les petites annonces ( 3 ) :

Véhicules ( 2 )
> Toutes les annonces véhicules

© 2019 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube