vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?
 
 

« Personne ne peut empêcher Montagne d’or ou une autre compagnie de déposer de nouveaux projets » (Antoine Karam)

« Personne ne peut empêcher Montagne d’or ou une autre compagnie de déposer de nouveaux projets » (Antoine Karam)

Antoine Karam, sénateur de la Guyane apparenté au groupe La République en marche, incarne une position qu’il qualifie de « mesurée » quant au projet minier controversé de la Montagne d’or, dont le gouvernement a annoncé il y a quelques jours l’abandon. Sceptique et demandant des garanties pour la Guyane depuis les premiers temps du projet (voir Guyaweb du 01/11/2017), il ne s’y est pas pour autant clairement opposé, comme il avait pu le faire dans les années 2000 en refusant l’exploitation d’or primaire prévue sur la Montagne de Kaw. Dans cette interview, le sénateur Karam précise sa position quant à la…

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

4 commentaires

  • Celeri

    « Il est insupportable de voir la Guyane devenir l’étendard de l’écologie et de la biodiversité dès qu’il s’agit de s’opposer à un projet et la voir aussitôt oubliée dès qu’il s’agit d’évoquer son développement économique.  »

    Amen Monsieur Karam! Car je n’entends pas Marine Calmet, ou la Claire bidule parler de fiscalité écologique qui pourrait servir à la Guyane. Quant à Jadot, Lambert ils sont où? puisque on dit non à tout, il est temps de mettre certaines taxes!!! En attendant nous sommes purement dans de l’écolo connerie!!!

  • raf973

    Sans l’or en Guyane, Saul, St-Elie et Maripasoula n’existeraient pas.
    A une époque le secteur de la montagne d’or était un village avec une église, une école, + de 1000 habitants… L’histoire en a décidé autrement et ce n’est as devenu une commune, mais ca aurait put.
    Malheureusement aussi longtemps que l’or sera la il y aura la volonté d’aller le chercher ( légalement ou pas ), alors autant le faire le plus proprement possible même si cette activité quoi que l’on fasse est destructrice pour la nature.
    Mais à l’échelle d’un homme la nature gagnera toujours et dans 50 ans tout aura repoussé et il y aura un plan d’eau avec un nouvel éco-systeme ( c’est déja le cas pour plein de site en foret) , la nature a horreur du vide.
    La proximité des marais de Kaw et le manque de certitudes en matière d’environnement justifiaient l’arrêt du projet Camps Caiman, mais la montagne d’or c’est complètement différents.
    Grand Santi n’est pas loin à vol d’oiseau pour ceux qui rêvent d’une route…. Il faut en parler aussi de ça.
    En attendant c’est du pain béni pour les clandestins et un sujet de vociférations pour les écolos et autres.

  • Remi973

    « L’histoire de l’or, c’est l’histoire de la Guyane » « cette activité, elle existe depuis des centaines d’années  » ????
    http://www.documentation.ird.fr/hor/fdi:010026523
    Paolino découvrait la première pépite sur la crique Aïcoupaïe en 1854 (il y a 165 ans). Donc, si l’histoire de Guyane commence en 1854, la Guyane n’a jamais connu l’époque précolombienne, la colonisation, la monarchie d’ancien régime, l’esclavage, etc…
    C’est quoi déjà sa profession ?

  • Remi973

    « Les deux projets sont radicalement différents. En 2008, le projet était d’une part situé sur la Montagne de Kaw, au cœur de l’une des plus belles réserves naturelles de la Guyane dotée d’une richesse biologique exceptionnelle »
    ==> C’est vrai que la Réserve Biologique de Lucifer-Dékou-Dékou, c’est de la crotte à côté de la montagne de Kaw…

    « et d’autre part, la compagnie n’offrait aucune garantie environnementale, fiscale ou sociale. »
    ==> Avec le projet « Montagne d’or », le BRGM nous garantit qu’il y aura un accident : « le retour d’expérience que l’on a est que la probabilité de survenance d’un accident, quel qu’il soit, sur ce type d’industrie, est de 1 [soit 100 %]. Donc, c’est à dire qu’un jour ou l’autre, il y a toujours quelque chose qui se produit. »

    « C’est d’ailleurs Nicolas Sarkozy qui a lui-même pris la décision d’abandonner, notamment parce qu’il eut été difficile de le défendre face aux conclusions du Grenelle de l’environnement qui venaient tout juste de se dérouler. »
    ==> C’est vrai que Sarkozy avait fait ce choix pour des raisons politiques et non pas par conviction écologique, tandis que Macron prend cette décision pendant une campagne électorale d’où les écologistes ressortent plutôt en force comme l’annonçaient les sondages.

    ça n’a vraiment rien à voir…

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Appel aux dons pour Radioka, média autochtone et amazonien

Du nouveau dans le paysage médiatique guyanais : Radioka, média autochtone et amazonien. Une collecte de dons pour soutenir ce projet a été lancée sur Lepotsolidaire.fr par son fondateur Ludovic ...

Suspicion d’Ebola au Suriname : le risque est « négligeable » selon l’OMS et l’ARS

Dans son édition du mardi 20 août, le quotidien France-Guyane a relaté une suspicion d’Ebola au Suriname chez un visiteur d'origine chinoise en provenance de la République Démocratique du Congo...

Maduro admet des contacts avec les Etats-Unis

Le président vénézuélien reconnaît que des membres de son gouvernement ont rencontré récemment des émissaires de Washington. « Je confirme que depuis des mois il y a des contacts entre de ...

Untɨ, les origines primé au festival Présence Autochtone à Montréal

Untɨ, les origines, le film documentaire écrit et réalisé par le leader charismatique de la Jeunesse autochtone de Guyane, Christophe Yanuwana Pierre, était sélectionné pour la 29e édition du ...

Nouvelle mission de Greenpeace en Guyane

L'ONG Greenpeace va effectuer une nouvelle mission scientifique au large de la Guyane. Il s'agit d'une des étapes de la mission internationale “Protection des océans” débutée en Arctique en ...

Allemagne et Norvège sanctionnent la politique environnementale de Bolsonaro

Les deux pays suspendent leur contribution au Fonds Amazonie chargé de lutter contre la déforestation. Doutant ouvertement de la volonté du président brésilien Jair Bolsonaro de contenir la ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2019 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube