vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Publicité Guyaweb

Or de Question saisit la justice contre Montagne d’Or

Or de Question saisit la justice contre Montagne d’Or

Le collectif Or de Question a déposé le 9 février un recours devant le Tribunal administratif de Cayenne contre le permis d’exploitation d’or octroyé en décembre à la société Montagne d’Or au lieu-dit Boeuf-mort sur la commune de Saint-Laurent, « cheval de Troie du projet de méga-mine industrielle de la société Montagne d’Or ».

S’insurgeant de l’attribution par la préfecture de ce permis d’exploitation « malgré 7.613 avis négatifs déposés par le Collectif contre le projet », Or de Question dénonce « un passage en force inacceptable » et il demande « l’annulation du permis délivré à la société Montagne d’or en raison des multiples irrégularités entachant son attribution ».

Le collectif Or de Question estime en effet « que le commissaire enquêteur n’était pas en position de donner son avis en toute indépendance du fait de ses fonctions à la Collectivité Territoriale de Guyane » et il pointe du doigt la DEAL (Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement), « très favorable au projet, par sa double casquette d’Autorité instructrice de la demande de permis et d’Autorité Environnementale chargée de juger la qualité de l’étude d’impact du projet ».

Or de Question stigmatise également « le cas de l’actuel Directeur des affaires réglementaires de la société Montagne d’Or, ex-fonctionnaire (…) de la DEAL Guyane qui depuis sa « mise en disponibilité » a été embauché par la compagnie minière », ce qui amène le collectif à dénoncer « une situation ubuesque dans laquelle différents services de l’Etat et la société minière collaborent étrangement avec le risque de favoriser l’intérêt privé au détriment de l’intérêt général ».

Or de Question, « collectif citoyen opposé à la méga-industrie minière en Guyane », est composé d’une trentaine d’associations et organisations locales et nationales.

Le projet de mine industrielle dit de La Montagne d’Or, porté par le consortium russo-canadien Nordgold / Columbus Gold représenté en Guyane par la Compagnie de la Montagne d’Or, suscite de vives controverses et à partir de mars prochain il fera l’objet d’un débat public organisé en Guyane par la Commission Nationale du Débat Public.

Retrouvez tous nos articles sur la Montagne d’Or

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

10 commentaires

  • GZ

    Une caricature de plus du dysfonctionnement généralisé.

    La représentativité locale illustrée par ce « commissaire » qui dépend d’un président CTG tout acquis à la cause de la mine laisse de marbre après la vendeuse du matériel d’orpaillage chargée des affaires minières au sein de la collectivité locale, suivie par l’avocate de Cambior qui côtoie le constructeur du Melkior-Garré en charge des lycées, puis de l’agriculture.

    La DEAL a double casquette ? Bah, cela n’a rien d’étonnant en France administrativée, quoi de plus normal en Guyane où les administrations ont toutes les casquettes, même celles ce qu’elles n’ont pas, comme par exemple voler…

    De la sorte, le « risque de favoriser l’intérêt privé au détriment de l’intérêt général » est à peu près ininterprétable par cette juridiction. « L’intérêt général » doit être ce que le fonctionnaire veut, tout spécialement en Guyane. Y compris quand il s’avoue incompétent : tant pis. . / Circulez.

    Un fonxi de la DEAL se met en dispo pour se faire embaucher en privé, de l’autre côté ? Bah, mais c’est la règle en Métropole ! A Bercy par exemple, où les serviteurs de l’Etat se vendent aux multinationales pour contourner les lois fiscales qu’ils ont eux-mêmes créées.. (Et hop, un p’tit coup de CSG pour récupérer le perdu…)
    La Guyane ne fait que suivre la modernité métropolitaine, en attendant le « changement de mentalité général ».

    (Il sera drôle de voir la position du tribunal administratif sur ce point de conflit d’intérêt, mépris déontologique, sachant que le président de ce même tribunal est un ancien fonctionnaire de la préfecture de la Guyane… contredisant la position de la CEDH et en aval de la nature propre de la juridiction administrative elle-même.)

    Ceterum censeo, soit la Guyane profite de l’ouverture offerte par EMacron et négocie un statut innovant et intelligent (y compris des règles inédites sur la représentativité locale) afin de prendre une certaine distance de ce désordre, soit c’est Ayiti.

    • amertume

      à GZ

      Je juge vos propos fort intéressants et de bon augure.

      Les Pilotes aux commandes cités de façon péjorative et nettement significative devraient tirer « la substantifique moelle » d’après les conseils prodigués dans le tout dernier paragraphe de votre commentaire qui s’avère une excellente boite à idées.
      La Clef de Voûte pour faire démarrer la Guyane y est mentionnée :  » Profiter de l’ouverture offerte par E MACRON  »
      Le problème est que, pour ce faire, ils devraient changer leur mentalité ,faire travailler leur matière grise dans le bon sens ; Dresser un Plan qui permettrait de Maintenir la Cohésion et de Définir les Priorités spécifiques guyanaises à caractère durable mais non
      suicidaire pour notre Environnement .et, ce n’est pas tout.
      IL leur faut grandement Miser sur l’Innovation face au retard considérable cumulé et manifestement présent dans tous les Secteurs de Développement.
      Notre Guyane est dotée de tant d’ atouts !
      Mais nullement autonomes, nous ne sommes certes pas prêts pour avoir recours à l’ Indépendance Nationale et ne souhaitons pas avoir le Devenir dantesque du Peuple Haitien.
      Aussi , nos dirigeants doivent être capables de nous libérer des effets d’un Déterminisme Paralysant afin de bien restituer Toute sa Puissance .
      E MACRON, de façon déguisée ,semble vouloir nous jeter un OS et c’est à Nous de le Rompre et de Sucer ensemble  » la Substantifique Moelle »
      C’est à nos Représentants Politiques Guyanais de s’émanciper ,de faire en sorte que les
      nourritures intellectuelles et terrestres restent indissociables et surtout cohérentes.
      Pour ma part le Projet d’exploitation aurifère ,à ciel ouvert , de la Montagne d’Or est incohérent voire incompatible avec la mise en oeuvre de la Protection de notre Patrimoine forestier ,de notre Environnement et de sa Biodiversité qui nécessite au Niveau National voire Mondial l’Innovation scientifique  » Industrielle » qui est Source Pérenne donc Intarissable pour nos Générations Futures .
      Pour la CTG , il est de Bon Augure et de Bon Sens d’abandonner le Projet de la Montagne d’ Or qui n’apportera aucune retombée salvatrice au Développement de la
      Guyane.
      Bonne Méditation !

      • GZ

        Mes respects et merci, ça me change après le phénomène Joko.

        C’est précisément pour cause de cette fréquente dissociation des nourritures intellectuelles et terrestres qu’un chgt de la représentativité (me) paraît indispensable dans la représentativité locale…
        Le silence des élus sur l’os jeté comme vous dites est épatant.

    • Johann

      Le tribunal administratif de Cayenne doit avoir un record de recours au Conseil d’état. Incompétence ou corruption (ou les deux) ?

      Voilà pourquoi je suis contre l’article 74, une autoroute vers la corruption et le copinage. C’est bien dommage d’ailleurs, car à cause de cela, la Guyane reste le cul entre deux chaises.

  • Jmc

    A GZ et Amertume
    2 questions suite à vos développements.
    Dans l’hypothèse après un changement de statut de la Guyane, un projet identique serait mis en place par des investisseurs locaux, pourriez vous ne pas vous opposer à sa realisation ?
    Toujours dans cette hypothèse, pourriez vous mettre en place un système fiscal permettant des retombées financières de l’exploitation de cette montagne d’or afin de financer des projets nécessaires à notre pays?

    • GZ

      Jmc

      L’affaire ne s’apprécie pas selon la nationalité de l’entreprise mais d’après son impact environnemental/humain à long terme.
      A supposer que vous vous affranchissez de l’impact parfaitement prévisible, vous l’apprécierez sous l’aspect financier. On en a radoté avec Jo sur blada, je rajoute seulement qu’il est loi que les « retombées » publiques sont incertaines et toujours inférieures aux prévisions…

      Après les chgt souhaitables la question de la mine n’existerait pas : une collectivité dotée de la culture indispensable et sans ces conflits d’intérêts ne conditionnerait certainement pas l’avenir du pays à une telle rente pour « financer » un « dvpt » dont elle ignore le contenu et les contours… Les élus de cette CTG (mais pas que) sont constamment à la recherche d’une rente : pétrole, taxe sur la biodiversité, or, sans jamais avoir démontré des compétences au-delà, restant avec la foutaise des « routes de l’intérieur ». Rien d’autre dans le sac ?
      D’ailleurs, le dvpt économique n’est pas une question de financement public, n’en déplaise à nos amateurs du dirigisme. Le dvpt humain l’est encore moins.
      Dans un pays bien gouverné, sans corruption, au fonctionnement transparent, où l’ordre règne et les lois sont respectées, cette mine pourrait théoriquement voir le jour, avec un mécanisme de prélèvement adéquat. En théorie c’est facile à élaborer, mais un tel pays ne projeterait guère une telle mine …:-)

      Ce projet est une fuite en avant et surtout une voie définitive vers l’occupation / destruction de l’intérieur. Il n’y aura pas de retour en arrière.
      Réfléchissez bien.

  • Johann

    Et quand la CTG (officieusement) se cache également dans la mise en place de cette publicité de la société Montagne d’or… C’est normal ?

  • Jo

    Ça fera un bon début de route vers maripasoula

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Copinage médiatique et cécité : la pré-implantation rocambolesque de l’antenne à Cayenne de Drug-Free World, fondation financée par la scientologie

Article et reportages de complaisance, cécité durable des personnalités conviées, le «pré-lancement» de l'implantation en Guyane de l'antenne de Drug-Free-World, une fondation financée par la ...

« Si j’y vais c’est pour être hors-la-loi » (Mickaël Mancée)

A l'approche des élections municipales de mars 2020 Guyaweb a voulu savoir comment se situent les leaders du mouvement social de 2017 qui a mis en avant les manquements des élus. Le moment est-il ...

Un cas de tuberculose à l’hôpital de Cayenne

Une soignante exerçant auprès d’enfants au Centre Hospitalier de Cayenne a fait l’objet d’un diagnostic de tuberculose indique l’Agence Régionale de Santé (ARS). « Dès que le ...

Les partis ont beaucoup à perdre lors des prochaines Municipales

Guyaweb a interrogé des partis politiques de Guyane à l'approche des élections municipales de 2020. L'optimisme et la mobilisation ne sont pas vraiment au rendez-vous à six mois de l'échéance ...

Léon Bertrand n’a plus de bracelet électronique, il est en liberté conditionnelle…

Comme l'annonçait Guyaweb en avril dernier (voir cet article), au moment de la sortie de prison de Léon Bertrand, l'intéressé devait, à partir de là, porter un bracelet électronique à la ...

Suspicion de pollution environnementale : un procès en correctionnelle pour la société Gold’Or cogérée par trois membres de la famille Ostorero

Vendredi 13 septembre, un procès en correctionnelle aux enjeux non négligeables est programmé à Saint-Laurent du Maroni : une société minière légale, la SARL Gold'Or est dans la mire de la ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2019 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube