Lundi 22 Avril

Publicité Guyaweb

« Je m’inquiète pour la liberté de la presse » réagit Barbara Olivier-Zandronis écartée du journal de 13h de RCI Guadeloupe

« Je m’inquiète pour la liberté de la presse » réagit Barbara Olivier-Zandronis écartée du journal de 13h de RCI Guadeloupe

Une interview musclée qui fait grand bruit depuis le vendredi 8 décembre. Celle de Jordan Bardella, eurodéputé et président du Rassemblement National (RN) qui était en Guadeloupe, face à la pugnace journaliste Barbara Olivier-Zandronis de RCI Guadeloupe, lui lançant notamment qu’il ne portait « pas de propositions » au Parlement européen et que les députés européens du RN « n’ont ni voté en faveur de la reconnaissance de l’écocide ni pour le renouvellement des flottes de pêcheurs ultramarins. » Par ailleurs, la journaliste est revenue sur une phrase à « connotation raciste » prononcée en Italie par Jordan Bardella  : « L’Europe comme hôtel cinq étoiles de l’Afrique ».

Agacé, le patron du RN a fini par demander à la journaliste: « Vous avez votre carte dans quel parti politique, Madame ? », ajoutant : « Vous m’agressez depuis à peu près neuf minutes en faisant les questions et les réponses ».

Suite à cette interview, la journaliste a été écartée de la présentation du journal de 13h de la radio par sa direction.

 » La décision de retirer Barbara Olivier-Zandronis de la présentation du journal de 13 heures est une décision d’entreprise » et « il est important de souligner que Barbara Olivier-Zandronis n’a pas été mise à pied, ni exclue de l’antenne. Elle demeure partie intégrante de la rédaction » s’est justifié la direction générale du Groupe RCI dans un communiqué.

Des parlementaires, députés et sénateurs de Guadeloupe ont également affiché publiquement leur soutien à la journaliste et ont exprimé leur indignation.

Lancée le lendemain, samedi 9 décembre, une pétition en ligne pour la rétablir à l’antenne a recueilli plus de 20000 signatures sur un objectif de 25000.

 » En tant que fervents défenseurs de la liberté d’expression et du respect pour l’histoire coloniale récente de la Guadeloupe, nous sommes profondément troublés par la suspension de Barbara Olivier-Zandronis (…). Selon Reporters sans frontières, la France se classait 34ème au monde pour la liberté de presse en 2021. Il est triste que dans un pays qui se targue d’être le berceau des droits de l’homme, nous devions nous battre pour que chaque voix soit entendue, surtout celles qui osent poser des questions difficiles «  écrit l’auteur de la pétition Didier Jerdinier.

Hier mardi 12 décembre, pour la première fois, la journaliste Barbara Olivier-Zandronis s’est exprimée publiquement en répondant aux questions d’Arrêt sur Images.

« Je ne comprends pas cette décision (…). Pour moi, je n’ai fait que mon travail, à savoir interviewer un homme politique en campagne électorale dans les Antilles, tête de liste de son parti aux prochaines élections européennes (…). J’angle mon interview sur le bilan du Rassemblement national et notamment de Jordan Bardella au Parlement européen pour les Outre-mer puisqu’il fait campagne ici pour les élections européennes » a réagi la journaliste Barbara Olivier-Zandronis.

« Je n’ai pas l’habitude d’être complaisante dans mes interviews. Je sais que mon entretien avec Jordan Bardella est musclé mais je fais simplement mon travail : poser des questions factuelles à des personnalités politiques. Jamais je n’ai vécu ce que je vis désormais depuis quatre jours » déplore la journaliste.

« Je m’inquiète pour l’avenir, pour la liberté de la presse et des journalistes : quel est le signal lancé avec cette sanction ? » alerte Barbara Olivier-Zandronis.

Lire l’interview dans son intégralité via Arrêt sur Images suite à l’interview musclée de Barbara Olivier-Zandronis ( à partir de 8 minutes 35)

Photo de Une : capture d’écran de la pétition  » Rétablir Barbara OLIVIER-ZANDRONIS à l’antenne de RCI Guadeloupe »

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous


Lisez la suite pour 1€

Je m'abonne

11 commentaires

  • DOMINO
    13 décembre 2023

    Barbara OLIVIER-ZANDRONIS ne méritait évidemment pas cette éviction de la présentation du Journal mais je pense que suite à cet interview musclé, elle s’est fait connaître du grand public et dans l’hexagone. Elle va sûrement faire une grande carrière de journaliste.

  • Morvandiau
    13 décembre 2023

    Peut être fallait il déjà s’inquiéter de la liberté d’expression quand des groupuscules soutenus par des élus empêchaient les visites des candidats FN/RN sur l’ile ?
    La dernière fois en 2022 ils ont empêché l’interview de MLP en lui jetant même des bouteilles et arrachant son micro.
    Qui sur l’île a dénoncé l’agression, l’atteinte à la liberté de la presse et de l’expression ? personne.
    La rédaction de Guadeloupe la 1ère a même relativisé en parlant d’une simple « intimidation »…
    https://www.francetvinfo.fr/elections/presidentielle/presidentielle-2022-ce-que-l-on-sait-de-l-irruption-musclee-de-manifestants-lors-d-une-interview-de-marine-le-pen-en-guadeloupe_5047882.html

  • Remi973
    14 décembre 2023

    Oui, à l’époque, l’extrême-droite inquiétait et on luttait contre elle et la propagation de ses idées en montrant une aversion pour ses représentants, notamment en empêchant le Borgne d’atterrir. On trouvait ça normal et on en tirait même une certaine fierté : non, ces idées ne sont pas les nôtres, le racisme ne passera pas par nous ! On appelait ça le « barrage républicain ».
    Mais la définition du « barrage républicain » semble avoir beaucoup changé récemment, notamment en parlant aux « extrêmeS ». On désigne des idées autrefois portées par les socialistes (programme de Miterrand en 1981) comme « extrême », alors que l’extrême-gauche c’est pas ça et ça existe ailleurs (LCR, LO, etc.). Maintenant, le « barrage républicain » signifie qu’il faut lutter contre les idées de re-disrtibution des richesses, de justice fiscale et de défense des services publics, de protection des populations les plus fragiles (vieux, jeunes, pauvres, malades, femmes, handicapés, discriminés, etc.). La mairie de Paris annule une conférence sur l’antisémitisme par Judith Butler parce qu’elle côtoie des extrémistes : des militants décoloniaux qui osent parler de personnes racisées.

    On était vraiment bêtes : on pensait que des partis fascistes créés par d’anciens nazis comme le Front (Rassemblement) National n’étaient pas des partis comme les autres, parce que leur idées visaient à s’éloigner de la démocratie. Mais maintenant que l’on s’en est bien éloigné avec une justice famélique, un parlement décoratif, des mouvements sociaux matés dans le sang, on voit bien que le fascisme est une idée tout à fait acceptable avec laquelle on doit converser poliment.

    On pensait à l’époque qu’il était intolérable de déclamer des discours racistes, xénophobes. Mais depuis que CNEWS, CANAL, C8, Europe1, le JDD, Valeurs Actuelle, vomissent leur haine 24/24 sans obstacle, et que de plus en plus de média grand public comme TF1, BFMTV, France TV, etc. se familiarisent avec leurs discours voire l’adoptent.
    Idem dans les autres partis politiques où Gérald Darmanin trouve que Marine LePen est « trop molle » dans sa xénophobie, et qu’Édouard Philippe considèrent l’existence d’un « racisme anti-Blancs ». Des élu·es de droite « classique » reprennent de plus en plus de termes de l’extrême droite comme « grand remplacement », « Français de papier », « ensauvagement »…
    Ça ne pose plus vraiment de problème de prêcher la haine de son voisin : les appels au meurtre deviennent normales et acceptable, comme on a pu la constater récemment en métropole où des bandes sont allées brûler la maison d’un maire « traitre à son pays » qui envisageait d’accueillir des « réfugiés », et d’autres qui ont réuni des groupes de tout l’hexagone pour violenter des étrangers (ou dumoins en avaient l’apparence : couleur de peau, parler, religion, ghettos de pauvres).

    Bref, depuis que la xénophobie est banale et normalisée, il est condamnable pour les journalistes de rappeler des fait réels aux porteurs de ces idées.

  • Bello973
    14 décembre 2023

    C’est clair que certaines « digues républicaines » ont explosé. Il y 20-30ans en métropole aussi on se réjouissait largement que le leader du Front National ne puisse venir déblatérer ses idées sur l’inégalité des races, dans un bout de France ayant connu l’esclavage et la colonisation… Depuis la fifille plus policée a fait 70% au second tour des dernières présidentielles en Guadeloupe, et on lui fait la bise sur le tarmac. L’excuse du vote contestataire ayant donc ses limites. Normal que son jeune lieutenant se sente en terres conquises, pour venir y régurgiter ses idées xénophobes, sur « l’Europe qui ne peut devenir l’auberge cinq étoile de l’Afrique »… Mais ça fait quand même bien plaisir que quelques uns leur résistent encore. Et d’accord avec l’idée que cette journaliste devrait bénéficier de l’aubaine, pour aller exercer dans un média beaucoup plus proche de ses valeurs… Qui sait, une antenne de mediapart en Guadeloupe, ce serait également un vrai acte de résistance pour la liberté de la presse.

  • Frog
    14 décembre 2023

    “ Digues républicaines” ont explosé…une allusion à la montée de l’islamo fachisme comme début d’explication ? Vous allez contrarier Edwy Plenel.

  • Frog
    14 décembre 2023

    Fascisme…

  • Bello973
    14 décembre 2023

    Pas du tout, je reste bien plus sur le feeling de Rémi973… Et pas la moindre appétence pour cette islamophobie crasse vendue par le RN, Zemmour et sa bande, et hélas une grosse partie de la clique à Ciotti… Et de quel fantasme islamo-fasciste au sein de la république parles-tu? Tu as des noms? Ou là aussi tu as peur de mettre ta vie en danger…

  • Bello973
    14 décembre 2023

    En parlant de presse libre et d’effondrement de certaines digues, de moralité notamment. Grand merci aux dirigeants du canard enchaîné, pour leur vile compromission dans cette affaire interne d’emploi fictif, digne des plus belles fillonnades. Donner ainsi de leurs personnes, pour à ce point convaincre le lecteur du fait que la grande magouille s’insinue véritablement partout. Belle abnégation journalistique.

  • Bello973
    16 décembre 2023

    En 2022, 89 députés RN entrent à l’assemblée nationale et 41% des français votent pour ce parti d’extrême-droite adoubant pourtant (comme l’a rappelé Rémi973) ce remake moderne de la théorie complotiste du « grand remplacement »… si chère à l’extrême-droite radicale (néo-nazie) d’après guerre.

    « Après 1945, l’extrême droite radicale va développer la thématique de la destruction de l’Europe par une « colonisation » d’immigrés africains, en la disant œuvre du complot juif, explique l’historien Nicolas Lebourg. »

    https://fr.timesofisrael.com/le-grand-remplacement-these-complotiste-aux-origines-neo-nazies/

    Jordan Bardella le premier d’ailleurs, en 2021. Presque huit décennies plus tard, l’invasion africaine étant toujours de rigueur dans la bouche de l’élu RN. Ça ça n’a pas changé…

    https://www.lemonde.fr/politique/article/2021/08/30/jordan-bardella-reprend-a-son-compte-la-theorie-complotiste-du-grand-remplacement_6092713_823448.html

    Ce qui a changé, c’est que lorsque la même andouille sort des clous en affirmant à la presse que pour lui Jean-Marie Le pen n’était pas antisémite… Face au tolé, il doit aussitôt amorcer un piteux rétropédalage médiatique.

    https://www.bfmtv.com/politique/front-national/jordan-bardella-reconnait-que-jean-marie-le-pen-s-est-evidemment-enferme-dans-un-d-antisemitisme_AN-202311100295.html

    Son antisémitisme ainsi mis sous l’éteignoir, l’idéologie d’extrême-droite ne fait donc plus aussi peur en France, c’est un fait. Preuve que cela peut effectivement payer de renoncer à l’antisémitisme sulfureux de papa Le pen, afin de mieux diffuser un discours islamophobe et xénophobe, en pénétrant l’arc républicain. C’est le principe même de la dédiabolisation. Mais quelle surprise? Le fait que cette théorie complotiste du « grand remplacement » épargnant désormais les uns, mais toujours pas les autres…cela puisse produire des intérêts concordants malheureux?

    Des amis de Serge Klarsfeld semble en effet profondément choqués et attristés:

    « Car en acceptant de recevoir des mains de Louis Aliot la médaille de la ville de Perpignan, qui plus est en intervenant ainsi dans les débats internes du Rassemblement national, tu contribues à légitimer ce parti, tu apportes la caution de ton prestige à la normalisation dont tu contestais avec justesse la crédibilité dans tes interventions passées et encore récentes. Comment peux-tu imaginer influer en quoi que ce soit sur les choix de cette formation et de ses militants ? C’est triste et c’est grave.
    Et ça l’est d’autant plus qu’en agissant de la sorte, tu sembles avaliser l’idée selon laquelle seule l’attitude à l’égard de la Shoah est pertinente pour évaluer la place idéologique et politique qui est celle d’un mouvement ou d’un parti. Il serait donc facile de s’affranchir de tout un héritage idéologique en se contentant de payer son respect aux victimes juives de la Shoah. Nous savons que ce n’est pas là ton propos, mais c’est l’implication directe d’un geste qui nous choque profondément et nous attriste. »

    Denis Peschanski, Historien, directeur de recherches au CNRS (CESSP, France) et Renée Poznanski, Historienne, professeure émérite (université Ben-Gourion du Négev, Israël)

    https://www.liberation.fr/idees-et-debats/tribunes/lettre-ouverte-a-serge-klarsfeld-decore-par-louis-aliot-lextreme-droite-reste-lextreme-droite-20221017_NCLAD3OSKZD5FLHCTTGCUPLG74/

  • Bardamu
    26 décembre 2023

    La mise à l’écart de cette journaliste est une atteinte intolérable à la liberté et au droit d’informer sans lesquels il n’y a pas de véritable démocratie. La montée du RN se poursuit grâce à la désinformation et à une vision fantasmée de l’autre et de ce qu’est une soit disant « identité nationale ».
    Plus que jamais le rôle d’une presse indépendante est vital.
    Comment peut -on signer cette pétition ?

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Où en est le projet de Centre hospitalier régional universitaire ?

Jeudi dernier, le directeur général de l'Agence régionale de santé (ARS) et celui du Centre hospitalier de Cayenne (CHC), qui assure également l'intérim du Centre hospitalier de Kourou (CHK) et ...

Comment la justice s’empare des questions environnementales

Créé en 2021, le pôle environnement du tribunal judiciaire de Cayenne, doté de magistrats spécialisés, monte en puissance depuis un an et demi afin de mieux poursuivre les atteintes ...

Exploit de Dilhan Will en Guadeloupe, il lâche tout le monde dans les Mamelles et triomphe à Vieux Habitants

On vous l'annonçait depuis 3 semaines, Dilhan Will (US Lamentinois) n'allait pas tardé à en décrocher une. C'est fait et de belle manière. Il triomphe en solitaire cet après-midi à Vieux ...

La femme brésilienne de 31 ans qui a tué son compagnon reste en prison

C'est un dossier de meurtre qui ira, très certainement, devant les assises. C'est une affaire rare qui débute. Suze Lobato Reis, une femme de 31 ans, a tué son concubin à Cayenne en Guyane....

Vote du Congrès : malgré des erreurs dans le comptage, Gabriel Serville confirme un résultat favorable à la résolution autochtone et dénonce de fausses procurations de l’opposition

Contesté par le groupe d'opposition "Unis et engagés pour notre territoire", le résultat du vote de la résolution autochtone pour l'évolution statutaire, adoptée samedi dernier par le Congrès ...

Mercure : sur le Haut-Maroni, des taux de contamination dix fois plus élevés que les seuils légaux fixés par les autorités sanitaires

Les résultats de prélèvements de cheveux effectués en février auprès d'habitants de plusieurs villages du Haut-Maroni révèlent des taux de mercure dix fois plus élevés que les ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2024 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube