Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Publicité Guyaweb

Les secrets d’un réseau de passeurs de migrants haïtiens via le Suriname

Les secrets d’un réseau de passeurs de migrants haïtiens via le Suriname
Exclu Guyaweb

Dans cette affaire, Fritzner Paraison, Joseph Ferdinand et Ernst Laurent n’ont pas fait appel nous a confirmé cette semaine le parquet général de la Cour d’appel de Cayenne.

Trois des six condamnés ont interjetés appel : en premier lieu Kesner Cilencieux ayant pour avocat l’ancien bâtonnier, Me Jean-Yves Marcault-Derouard, et Vilacon Belus défendu en première instance par Me Didier Aurel.

Troisième appelant : l’absent au procès de 1ère instance, Raymond Orfèvres, ayant jusque là également Me Marcault-Derouard comme avocat.

Les trois ont été jugés en appel lors de trois audiences distinctes.

L’audience d’appel de Kesner Cilencieux a lieu le 17 janvier 2019.

Extrait de la prison de Rémire, il est présent à l’audience tout comme son avocat, Me Marcault-Derouard.

«M. Cilencieux a comparu assisté de son conseil il ne conteste par la matérialité des faits mais estime la peine prononcée excessive (7 ans de prison ferme en première instance)», note la Cour dans son délibéré du 14 février suivant.

«Le ministère public (parquet général, ndlr) a requis la confirmation du jugement sur la culpabilité et la condamnation de M. Cilencieux à la peine de 5 ans d’emprisonnement» ajoute la Cour.

Sur son rappel de faits, dans sa décision, la Cour aura indiqué qu’au cours de l’enquête sur cette affaire :

«Les écoutes téléphoniques mettaient en évidence l’organisation de transport entre Saint Laurent et diverses communes de l’ouest Guyanais à partir du Surinam.»

«Les surveillances téléphoniques et physiques permettaient de vérifier [qu’en] février 2017 Cilencieux avait opéré deux transports à partir de Saint Laurent du Maroni ainsi que le 4 juillet 2017.».

«A cette dernière date, Cilencieux était interpellé alors qu’il tentait de forcer un barrage. A son bord, dissimulée sous une couverture se trouvait une jeune fille de 12 ans W.S. qui expliquait avoir transité au Surinam après avoir quitté Haïti, et avoir été prise en charge à Albina par Cilencieux qui à proximité du barrage d’Iracoubo lui avait demandé de se cacher.».

«La cousine de la jeune fille (…) précisait que Cilencieux était connu pour le transport de clandestins et lui avait demandé pour W. la somme de 200 euros.»

«Entendu en garde à vue Cilencieux admettait transporter occasionnellement des migrants pour la somme de 50 ou 100 euros.», relate encore la décision de la Cour.

«Il indiquait aussi connaître Fritzner Paraison mais contestait tout lien avec Joseph Ferdinand».

«L’interpellation de Fritzner Paraison, Vilacon Belus et Joseph Ferdinand était mise en place le lendemain.».

«Au domicile de Fritzner Paraison étaient découvertes 4 personnes en situation irrégulière. Il indiquait connaître Cilencieux qui venait souvent à Albina et qui le contactait fréquemment pour garder des clandestins venant d’Albina.», poursuit la Cour dans son rappel des faits.

«Il intervenait à ce titre environ 2 fois par mois et précisait que le prix du transport demandé par Cilencieux était de 200 € par clandestin.»

Au domicile de Vilacon Belus à Mana «étaient découvertes plusieurs personnes en situation irrégulière »mais Belus «ne reconnaissait faire payer un loyer de 100 Euros par mois que pour l’une d’entre elles, les autres étant des membres de la famille de Joseph Ferdinand qu’il désignait comme transportant des clandestins entre Saint Laurent du Maroni et Iracoubo», détaille le rappel des faits.

«Joseph Ferdinand, chauffeur de taxi clandestin, admettait organiser des transports de personnes en situation irrégulière parfois à la demande de Cilencieux, et reconnaissait aussi les héberger.».

«Cilencieux confirmait les déclarations de Paraison selon lesquelles il sollicitait ce dernier pour garder des migrants clandestins le temps qu’il assure leur transport de Saint Laurent du Maroni à Cayenne pour la somme de 200 € par personne.», relate encore l’arrêt de la Cour.

Il reconnaissait transporter des migrants pour les déposer à Roucoucoua afin qu’ils proposent leurs services dans des fermes

«Ferdinand contestait le fait que les personnes découvertes au domicile de Belus soient -selon celui-ci- des membres de sa famille mais il reconnaissait transporter des migrants pour les déposer à Roucoucoua afin qu’ils proposent leurs services dans des fermes.»

Les faits consistent davantage en une participation au coup par coup selon les opportunités et disponibilités des uns et des autres

Dans son arrêt du 14 février 2019 relatif à Kesner Ciilencieux que Guyaweb s’est donc procuré, la Cour d’appel abandonne la notion de bande organisée retenue par le tribunal de première instance :

«Tels que rapportés, les faits consistent davantage en une participation au coup par coup selon les opportunités et disponibilités des uns et des autres.», argue la Cour au sujet de cette équipe de passeurs.

«Selon les informations qu’il livre à l’audience» note encore la Cour, Kesner Cilencieux «a été longtemps salarié dans une entreprise de transport de 1999 à 2014. Après son licenciement il a entrepris de se lancer comme commerçant ambulant jusqu’en 2016 où , le commerce n’étant pas rentable, fort des économies qu’il avait pu faire en qualité de salarié, il avait pu acheter deux véhicules, celui conduit par M. Dacila le 6 septembre (2016) et un bus de 7 places qui lui permettai(en)t d’exercer son travail de taxi clandestin.»

«M. Cilencieux indique que le prix de ses deux véhicules avait été de 14 500 € en tout alors que l’information (judiciaire) avait permis de vérifier qu’il avait acheté un véhicule neuf pour la somme de 31 000 € (en liquide et payé cash selon l’enquête, ndlr)» poursuit l’arrêt.

«Il produit pourtant une décision rendue le 28 juin 2017 par le juge départiteur du tribunal d’instance de Cayenne, devenue définitive depuis, lui allouant notamment 50 597,06 € de rappels de salaires pour la période de février 2011 à janvier 2014», rapporte encore la décision de la Cour en référence manifeste à une action aux prud’hommes de Cilencieux.

«Au soutien de sa demande, M. Cilencieux expliquait avoir été employé à temps complet en vertu d’un contrat oral entre 2009 et 2014 comme chauffeur, pour lequel il n’avait reçu qu’une faible contrepartie financière alors qu’il devait en outre, utiliser son propre véhicule.» relate la Cour, rapportant les explications du prévenu.

Avant de souligner : «Cette décision s’accorde mal (…), avec l’affirmation fournie par M. Cilencieux selon laquelle il avait pu (antérieurement, ndlr) grâce à ses économies, financer comptant l’achat en l’espace de quelques mois (septembre et novembre 2016) de deux véhicules.»

«Elle accrédite davantage le fait que M. Cilencieux pratiquait de façon habituelle le transport de personnes et notamment celles de migrants clandestins prêts à payer en argent liquide des sommes largement supérieures aux tarifs habituellement pratiqués pour un trajet entre Saint-Laurent du Maroni et Cayenne certes risqué mais discret.», argue la Cour.

«Fort de sa situation d’ancien transporteur salarié, connaissant les routes du département (…) il a ainsi pu profiter de la situation de vulnérabilité et de la détresse des étrangers candidats à l’immigration sauvage dont souffre le département guyanais», fustige alors la Cour.

Les magistrats de la Cour auront pourtant décidé de réduire sa peine de prison selon cet arrêt du 14 février 2019 de 7 à 5 ans ferme.

«A raison de la nature et de l’ampleur des faits constatés sur une période très limitée une peine d’emprisonnement apparaît manifestement adéquate. Il y a lieu cependant de réduire le quantum décidé par les premiers juges en le fixant à 5 années.», note en effet l’arrêt.

Début 2019, Kesner Cilencieux reste néanmoins en prison n’étant pas encore éligible à un aménagement de peine.

Cet article est composé de plusieurs parties, lire la suite:

1 2 3 4 5

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

3 commentaires

  • Moa
    15 mai 2021

    Hébergements moyennant finances toujours en cours à Mana …….

  • Frog
    16 mai 2021

    Et à l’issue de leur peine, les passeurs seront ils expulsés ? Les « passés » eux, ont du se voir gratifiés d’une carte de séjour…

  • micafleur
    16 mai 2021

    ^Parmi les premiers Haïtiens arrivés en Guyane et qui ont réussi,il y a effectivement des personnes qui organisent l’arrivée des clandestins avec aussi l’aide de quelques locaux,sauf que chaque passage,chaque hébergement est payant.Une dame d’origine Haïtienne devenue Française,nous a confié il y a quelques années qu’un compatriote l’avait contactée afin qu’elle puisse recevoir en pleine nuit 4 clandestins ces derniers,devaient lui remettre 250 euros.Cette dame a refusé,ne voulant pas avoir de problèmes et perdre la nationalité Française.Les jeunes filles de 18 ans qui arrivent sont obligées (selon le réseau) de s’accoupler, avec un compatriote régulier,il a un emploi,des papiers,évidemment ces jeunes tombent enceintes afin d’obtenir plus rapidement une carte de séjour.Souvent les hommes ont parfois la quarantaine ou la cinquantaine, le regard de la jeune demoiselle en dit long (prise au piège). Rien n’est gratuit,il faut vivre dans les quartiers populaires,pour comprendre que l’exploitation des clandestins (quelque soit la communauté) commence d’abord par leurs propres compatriotes. Je vis à la Crique,je vais souvent à la cité Capulo ,je circule en bus résultat il y a beaucoup de choses à raconter parfois tristes.

Articles associés :

Suriname : 204 morts Covid de mars 2020 à fin avril 2021, en mai 98 morts, un record mensuel déjà battu : 141 décès du 1er au 18 juin et un parlementaire antivax !

Au Suriname, le nombre de décès Covid poursuit son affolante ascension. Ce pays avait déploré 204 morts Covid de mars 2020 à fin avril 2021, en 14 mois donc. Le mois suivant, en mai, il y aura...

Assiduité des élus à la CTG : Ringuet, Phinéra-Horth et Briolin à la traîne

A l'occasion des élections territoriales dont le premier tour est prévu ce dimanche 20 juin, Guyaweb s'est penché sur l'assiduité des 51 conseillers de la Collectivité territoriale de Guyane ...

L’enquête judiciaire pour suspicion de «favoritisme» est bouclée dans l’affaire qui vise Gabriel Serville, signataire, fin 2014, d’une convention pour la mairie de Matoury avec l’avocat Olivier Taoumi pour 9500 € mensuels d’honoraires

L'enquête judiciaire sur les conditions d'attribution d'une rémunération mensuelle nette de 9500 euros par la mairie de Matoury, théoriquement durant 38 mois, à Olivier Taoumi, entre fin 2014 et ...

Covid-19 : les chiffres ne sont pas rassurants, les indicateurs restent élevés dans un contexte de confinement quasi-fantoche et d’agitation des esprits…

Les chiffres consolidés du Covid-19 ne sont pas à la baisse en Guyane contrairement à ce qu'espéraient les autorités en début de semaine dernière au moment de la décision de maintien des ...

Interview de Gabriel Serville : TVA, évolution statutaire, immigration …

Le député Gabriel Serville (Peyi Guyane), figure politique à l’itinéraire morcelé, s’est lancé dans la bataille des élections territoriales à la tête de la liste « Guyane Kontré pour ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2021 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube