vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Publicité Guyaweb

Confinement : des jeunes créent des désordres la nuit à Kourou, Macouria, Saint-Laurent et Matoury

Confinement : des jeunes créent des désordres la nuit à Kourou, Macouria, Saint-Laurent et Matoury

Serait-ce l’ennui de jour, l’oisiveté sans suivi scolaire, la non appréhension des mesures de confinement prescrites, l’absence de vigilance (voire la caution) parentale ?, des groupes de jeunes créent du désordre le soir et la nuit «sur Saint-Laurent du Maroni et Kourou», confirme le procureur de la République, Samuel Finielz, sollicité sur le sujet. Selon nos informations recoupées, des désordres ont aussi été commis ces dernières nuits à Macouria et Matoury : nuisances sonores et jets de projectiles. Des gendarmes en intervention ont été caillassés à Kourou et Macouria au moins (1). Un riverain qui rappelait des jeunes mineurs et moins…

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

20 commentaires

  • Mickael

    « On a des problèmes de respect des mesures de confinement la nuit notamment de la part des jeunes mineurs qui n’ont pas accès à la continuité scolaire ». La bonne vieille excuse de la pauvreté. Il a des riches qui pillent et des pauvres qui ne font pas de vagues.

    «De nouveaux propriétaires ont acheté et commencé à construire des petits logements au sein d’un immeuble et à y loger des personnes précaires notamment des familles nombreuses. Cela a commencé, il y a quelques années». En gros, des marchands de sommeil qui exploitent la misère humaine.

    « il indique que des contacts ont été pris avec le rectorat pour essayer de trouver des solutions ». On a donc abandonné l’idée de voir leurs parents.

  • FF

    Le procureur indique (voir article) que les parents de ces jeunes sont appelés

  • Mickael

    On fait pareil à l’EN sans succès.
    C’est le principe des shadoks : Quand cela ne marche pas, cela marchera un jour.

  • FF

    Il serait temps que ça marche…

  • EL MATADOR

    La solution la plus simple pour permettre aux forces de l’ordre d’avoir un droit d’agir plus efficace en ce sens, ce serait un couvre feu réservé aux jeunes mineurs entre 19h et 7h du matin, attestation ou pas ils n’ont rien à faire dans les rues à ces horaires, avec reconduite au domicile et verbalisation des parents ou tuteurs responsables (dont les règlements pourront être saisis en atd sur les prestations de la CAF).
    Ça devrait en calmer plus d’un…

  • le Jaguar

    La bonne nouvelle est que les mules ne peuvent plus prendre l’avion depuis les restrictions imposées par le préfet concernant les voyages en avion.

  • Ou 1 an de service militaire, civique, bref au service de la collectivité .

  • Bello973

    Si visiblement, à en lire l’article, les forces de l’ordre ne sont déjà pas capables, faute de moyens sans doute, de répondre à l’appel téléphonique d’un habitant se sentant menacé…On imagine mal comment elles pourraient faire respecter un couvre feu sur la durée…
    Pour le reste, il est vrai que c’est une restriction de la liberté de circuler que les tribunaux ont plutôt eu tendance à réfréner, en annulant nombre d’arrêtés décrétés par des maires (de toutes couleurs politiques) partout en métropole. C’est légal, mais il faut en gros que la mesure soit justifiée et proportionnelle au désordre… L’argument de l’alternative éducationnelle (mesures sociales, accompagnement) est évidemment fondée dans l’absolu, mais assez peu palpable en terme de réponse et d’efficacité immédiate pour le pékin qui se prend une caillasse dans la vitre de sa baraque. Cette erreur politique, la « gauche sociale » l’a déjà payé chèrement et depuis belle lurette dans les urnes. Il y a donc aujourd’hui très peu de chances, que des élus (fussent-ils éventuellement ravagés par leur « éducation locale ») se montrent stupides au point de délaisser le terrain sécuritaire, en métropole comme en Guyane…

  • GZ

    Il y a très peu de chances, pour dire aucune, que des élus (en Métropole comme en Guyane) ravagés sur tous les champs, voient plus loin que le terrain sécuritaire…
    La seule différence est que les élus d’ici marchent sur les oeufs, tandis qu’en Métropole ils sont totalement décomplexés.

  • Bello973

    Frog, beaucoup de jeunes désoeuvrés seraient sans doute partants pour un service civique. Environ 500 €/mois pour accomplir une tache d’intérêt général, pas mal de petits branlouteux pourraient se laisser convaincre… Problème, avec quel pognon on finance beaucoup plus largement ce dispositif (qui demeure très limité en France) et l’encadrement qu’il sous-entend? De plus, légalement les jeunes de moins de 16ans ne sont pas éligibles. Il faudrait donc au préalable revoir la législation sur le travail des mineurs pour cibler les caïds de 13-14ans en décrochage scolaire… Quid de l’obligation de scolarisation en parallèle? Mais le problème de fond reste le pognon… Comme pour toutes les problématiques de prise en charge collective.
    Combien d’emplois civiques au sein des communes concernées? Combien au bénéfice du jeune public en situation de décrochage social? L’on doit être très loin du compte…

  • Bello973

    S’agissant du couvre feu, Marie-Laure me semble tout aussi décomplexée (couvre feu de 2017 + discours de menace sur les allocs des parents) …
    Mais pas certain que les services de l’état soient toujours très fans de récupérer la patate chaude de la logique sécuritaire. Créer un interdit c’est s’astreindre (en principe) à le faire respecter et sanctionner. Et là on connait les carences structurelles en termes de moyens… Au fait, on sait si Marie-Elodie est montée au front sur le pavé parisien, ou si finalement elle a eu le temps de venir prendre ses fonctions chez les « là-bas »?

  • GZ

    Oui, celle-ci s’est montrée étonnement autoritaire à ce sujet et à ce moment… ce qui ne change pas la généralisation de la dékomplexifikasyon là-bas et la prudence encore palpable d’ici, électorat oblige. La posture virile reste délicate sous les tropiques, le retour du bâton pouvant être imprévisible…
    Pitet qu’elle avait à se rattraper par rapport au mois de mars, dit-on…

    « Créer un interdit c’est s’astreindre (en principe) à le faire respecter et sanctionner » Très-très « en principe » et pas autant pour cause de carences structurelles, à mon avis.

  • Je comprends Bello, à ceci près que de mon temps, on nous demandait pas notre avis, tant sur l’affectation, la durée que la solde ! Personne ne devait nous « convaincre » d’y aller ( ou les gendarmes si vous étiez pas au RDV!)

  • Bello973

    Frog. De ton temps, aussi contraignant puisse-t’il paraitre, le service militaire constituait malgré tout une forme de prise en charge collective (financée par l’Etat) produisant quelques bénéfices en terme de sociabilisation-intégration… On parle aujourd’hui de gamins de 10 à 15ans… et le phénomène n’est pas propre à la Guyane, car c’est pareille en métropole, à Paris, Lyon, Marseille et ailleurs… qui sont quelque part laissés à l’abandon, et pas que par leur parents.

  • Bello973

    GZ, si tu veux parler d’incompétence politique et administrative… Soit. N’empêche qu’en dépit du paradigme sécuritaire actuel, des centres fermés pour les jeunes délinquants, tout comme les flics et les juges pour les y conduire, c’est finalement très simple à penser, mais ça coûte toujours bonbon… La logique sécuritaire, si elle est vendeuse politiquement, est de faite incompatible avec la préoccupation de réduction des dépenses publiques du moment… Partant, si le principe c’est de ne pas trop dépenser de ronds, qui plus est « là-bas », alors ben qu’ils se démerdent avec quelques CLSPD paravents…on fait une ou deux grandes messes avec quelques signatures pour la télé et pour amuser la galerie, mais de là à mettre juste les ronds pour faire en sorte qu’un pandore réponde à un administré qui se fait caillasser, faudrait pas trop pousser,… En terme de gestion des dépenses publiques, en quoi trouves tu cela si stupide? C’est plutôt sensé je trouve… A un moment, quand on te démontre, après avoir mimer l’incompétence depuis quelques décennies, que le pognon du minimum basique, au raz des pâquerettes de tous les pré-requis administrativo ou politico-cognitifs, ben tu peux juste t’assoir dessus… Alors, faut peut-être juste admettre qu’en face tu as bien affaire à une certaine forme d’intelligence parfaitement cohérente et persévérante…Aucune incompétence dans tout cela, bien au contraire, je trouve…

  • GZ

    Bello
    Ton ironie est compréhensible devant l’intelligence du non-fonctionnement structurel. Je rajouterais seulement que cette intelligence de la malveillance est un oxymore, la malveillance étant à l’opposé des éléments de l’intelligence. Mais tu le sais.
    J’ai dit seulement que la posture oppressive des élus loko est plus délicate que ceux de là-bas.
    Derrière je ne songeais pas tant à l’incompétence politique et administrative au quotidien, mais à l’imperfection du modèle politique dont les « résultats » se ferment au-dessus… et devant lesquels le politico-administratif reste impuissant, d’autant plus qu’il fait partie de ces « résultats ».
    Il est donc parfaitement logique qu’il ne lui reste rien d’autre que la réponse oppressive. Naturellement, une telle posture n’est autre qu’une forme de suicide, mais c’est ainsi : principe est que la solution des pb ne puisse venir de ceux qui les ont créés…
    D’où la constante idiotie généralisée des « réponses sécuritaires » sans être capable de comprendre la mécanique pb de fond et encore moins leurs remèdes envisageables. Le coût impossible du sécuritaire rêvé fait partie du prix à payer pour un modèle politique archaïque. Ya aussi et surtout le coût économique, la désindustrialisation, la descente de l’agriculture, les pb de compétitivité dans tous les domaines, la débandade honteuse des « décideurs » devant cette épidémie, la dislocation de l’identité nationale etc. Le tout au niveau national, bien sûr, sans le moindre signe d’un éveil.
    Alors, le pb un « administré » qui se fait caillasser dans une Guyane en avance sur toute la France…

  • Bello973

    Plus cynique qu’ironique, je pense que la situation « arrange » finalement, pour le moment, plus de monde qu’elle n’en dessert, d’ou la stabilité de ce qui semble être un dysfonctionnement, mais qui s’apparente plus à un modus vivendi d’intérêts partagés en situation de dominations à des échelles variées. Et je n’y vois donc pas de malveillance ou d’idiotie spécifiques, ni même généralisés, trop anecdotique et inopérant sur le plan systémique… Sauf à rêver la nation ou même le monde comme un continuum se fondant dans une même identité-pensée commune. De quoi laisser dubitatif… Ce « dysfonctionnement » sera donc remis en cause, quand les intérêts les plus délaissés s’organiseront, les autres se contentant d’attendre… Ce n’est pas de la malveillance, c’est de l’auto-préservation… assez basique.

  • GZ

    Le présent arrange ceux qui profitent des prébendes et d’autres dysfonctionnements… C’est de toute évidence une minorité, sauf si tu considères que l’affaiblissement économique et l’assistanat massif qui en découle profitent à ses « bénéficiaires ».
    « modus vivendi d’intérêts partagés en situation de dominations » : oui, mais la faculté de domination concerne nécessairement une minorité.. sauf dans les délires communistes.
    Libre à toi de ne voir ni incompétence ni malveillance après avoir réalisé que « d’avoir mimer l’incompétence depuis quelques décennies, que le pognon du minimum basique, au raz des pâquerettes de tous les pré-requis administrativo ou politico-cognitifs, ben tu peux juste t’assoire dessus… » avec d’autres exemples innombrables.
    Mais alors faut pas se plaindre que personne ne vient quand tu es caillassé…

  • Bello973

    Tu cumules localement, assistanat, fonction publique et subsides publics et tu t’approche d’une très très grosse minorité (voire plus) de gens qui en « profitent » et s’en sortent à des degrés divers (dont ma pomme, je suis dans le btp dans le privé, et je vis principalement des financements publics…comme l’immense majorité de ce secteur)… Sans doute qu’une bonne partie rame mais visiblement pas au point de se rebeller durement (assistanat, et pas forcément au sens péjoratif). Et parmi, un très grand nombre qui n’ont de toute façon pas voie au chapitre démocratique (immigration). Si tu réduis la « profitasyon » à une minorité à prébendes… il me semble que tu négliges une bonne partie de l’équation. Le système tient parce que quand les ronds points se bloquent, les plages pullulent de gens normaux et bienveillants, qui attendent en prenant l’air frais…
    Sinon, on se plaint toujours quand on est menacé, mais tu as raison, il serait idiot et inconvenant de s’en étonner… Cette menace étant d’ailleurs le seul ressort susceptible d’inciter, sur le long terme, à prendre d’autres intérêts délaissés en considération.

  • GZ

    Bien entendu, la Guyane entière n’est qu’une gouffre de subventions où rien ne bouge sans l’assistanat à Danaïdes, statut oblige :-) Honneur à toi de l’admettre. J’en suis pleinement conscient et ne réduis pas l’équation, simplement je ne considère pas comme « gagnants » les abonnés à la CAF. Cad la très grande majorité. Et la Guyane non plus dans son ensemble, contrairement aux primitives qui calculent « combien coûte la Guyane ».
    Et ce, même si cet assistanat attire la misère des environs (ce qui « permet » à certains la confusion des métis d’ici comme d’ailleurs dans une entité de feignants uniformes)
    Les profiteurs du système sont ceux qui peuvent détourner les subventions et d’autres avantages en nature de façon organisée. Elus, fonctionnaires et civiles maffieux qui s’acoquinent avec. C’est bien une minorité, même si ce cirque fait partie de l’accepté que tout un chacun cherche à rejoindre…
    Le système tient parce que l’assistanat n’a pas l’habitude de se rebeller et parce que les transferts arrivent encore. Encore… Tiens, cette petite épidémie pourrait bien enfoncer certaines incohérences…avec plus de douleur que mes rappels amusés au cadre politique. Parce que si Mahomet ne vas pas à …

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Le couvre-feu commence à minuit

Alors qu’il était de 23h à 5h du matin sur tout le territoire de la Guyane depuis le 5 septembre, le couvre feu est désormais de minuit à 5h du matin à l’exception des communes d’Iracoubo, ...

En Guyane, six candidats aux élections sénatoriales

Alors que le débat public sur la légitimité des sénateurs, non élus par la population mais par leurs amis, parents ou collaborateurs, piétine, les élections sénatoriales se dérouleront ...

Retour sur le procès de la société Gold’Or, suspectée de pollution environnementale

Hier au tribunal de Saint-Laurent du Maroni s'est tenu le procès de la société minière Gold'Or, gérée par la famille Ostorero, suspectée de pollution environnementale. Un procès inédit qui ...

Sénatoriales : Ces 527 grands électeurs qui éliront les deux sénateurs de Guyane

Ce dimanche 27 septembre sera une journée électorale qui se jouera dans l'ombre, à la préfecture. En Guyane, sous fond de Covid-19, 527 grands électeurs sont appelés aux urnes pour élire, au ...

Procès en correctionnelle de la société minière Gold’Or pour suspicion de pollution environnementale

Prévu ce jeudi 24 septembre à 10h, le procès en correctionnelle - reporté à maintes reprises - de la société minière Gold’Or dirigée par la famille Ostorero, poursuivie par le parquet de ...

Près de 3000 personnes expulsées de Guyane en 2019 : l’accès aux droits bafoué, dénonce la CIMADE

Le rapport annuel réalisé par la CIMADE avec le Forum réfugiés-Cosi, France terre d’asile, l’Assfam (Association service social familial migrants) et Solidarité Mayotte fait un état des ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2020 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube