Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Affaire Ketsia Le Fol-Claude contre Jérôme Le Fol : derrière la porte…

Affaire Ketsia Le Fol-Claude contre Jérôme Le Fol : derrière la porte…

Après la condamnation à un simple «stage de prévention des violences conjugales et sexistes» du mari, Jérôme Le Fol, 47 ans, jugé coupable, le 1er juillet dernier par le tribunal correctionnel, de «violences par conjoint» et «dégradation» du téléphone de son épouse, la partie civile avait révélé l’affaire sur la scène médiatique estimant la peine prononcée «dérisoire» et «incompréhensible». Objectif affiché : obtenir un appel du parquet et, par la même occasion, une nouvelle décision de justice, cette fois, par la juridiction de second degré. In fine, le parquet aura fait appel le dernier jour imparti, a révélé Guyaweb (voir…

Cet article est composé de plusieurs parties, lire la suite:

1 2 3

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

2 commentaires

  • MAIPOURI

    Depuis quelques semaines cette affaire est connue du grand public, puisqu’elle a été diffusée sur les réseaux sociaux par la présumée victime elle-même, puis avec l’aide bienveillante et partiale de Guyane la 1ère, dont on signalera – encore une fois malheureusement – le degré zéro de l’éthique journalistique.
    Et tout cela me laisse un goût assez amer. Déjà, lancer une pétition pour que le parquet fasse appel de la décision du tribunal, alors qu’il suffit de faire appel soit même… Enfin, le récit de la présumée victime : alors que son mari est jugé pour agression ayant abouti à un oeil au beurre noir et le bris d’un smartphone, on évoque là sept années de violences conjugales, un être toxique etc… De quoi attiser la compassion du lecteur ? infléchir la décision des instances judiciaires ?
    La présumée victime, qui est psychologue, semble bien utiliser les ressorts de son métier.
    Mais, il y a deux réalités qu’il faudrait rappeler :
    – la justice n’est pas la vengeance, et une peine est fixée non pas en fonction de ce que la victime présumée souhaiterait, mais en raison du niveau de violence, du contexte global, des antécédents judiciaires existants (ou pas) chez les présumé coupable, etc…
    – la justice ne se fait pas sur les réseaux sociaux, ni dans les médias, et il n’est pas sûr que tout se vacarme univoque, sensé faire pression sur l’institution et embrigader l’opinion publique, soit apprécié lors du jugement d’appel.
    Enfin, un élément que nous ne devons pas oublier : il y a en fond de tout cela une procédure de divorce en cours, conflictuelle comme souvent, que la présumée victime veut probablement gagner ; charger le mari de tous les défauts, avec une peine plus lourde qu’en première instance, ne peut pas nuire à l’ex-épouse le jour du divorce.
    Mais bon, dans un divorce, il n’est pas rare que chacun des conjoints ait gardé un souvenir mitigé de ses dernières années de mariage, et une rancune vis-à-vis de son partenaire. Toutefois, ce sont des éléments qui, normalement, n’ont pas leur place dans une affaire de violence conjugale.
    Oui, tout cela me laisse un goût amer, car ce qu’il pourrait y avoir d’exemplaire, ou de pédagogique, dans une affaire de violence conjugale toujours inadmissible, a laissé place à la communication, au discours nauséabond ou fallacieux, aux raccourcis des réseaux sociaux…
    La violence faite au femme est un vrai sujet, important, et dramatique, dont chacun doit prendre conscience. Mais ici le buzz, vraiment surfait, dépouille le propos de sa sincérité, et fait naître des doutes sur la finalité de l’action. Le citoyen, même empathique, n’est pas forcément idiot.

  • FF

    Juste une chose Maïpouri : il me semble (et c’est indiqué dans le texte) que dans ce genre de dossier si seule la partie civile fait appel, cela ne peut porter que sur les dispositions civiles de la décision de première instance. Pour pouvoir se pencher de nouveau sur le volet pénal, il faut un appel du parquet.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Pourquoi le recours contre l’élection de Jean-Victor Castor a été rejeté par le Conseil constitutionnel

Saisi en juin par une électrice de Guyane, le Conseil constitutionnel a rejeté vendredi 5 août le recours déposé à l’encontre de l’élection de Jean-Victor Castor lors des législatives de ...

Changement historique à la tête de la Colombie

Gustavo Petro, premier président de gauche de l’histoire du pays, a été investi pour un mandat de quatre ans ce dimanche 7 août 2022. Il a pris ses fonctions dans la capitale Bogotá en ...

La réintégration des soignants, un débat pour la société guyanaise

Réunie hier soir par les deux députés de Guyane, une foule de citoyens et de professionnels de santé a débattu de la réintégration des soignants suspendus et plus largement de la santé en ...

Le Centre spatial guyanais en pleine mutation

Contraint de se moderniser pour faire face à la concurrence, le Centre spatial guyanais veut être plus attractif et plus vert dans les années à venir. Plus largement, les Européens ont pour ...

Le Conseil d’Etat annule la prolongation de concessions minières de la compagnie Boulanger

Le Conseil d'Etat, saisi par l'association France nature environnement, a annulé jeudi 28 juillet le décret du gouvernement accordant à la compagnie Boulanger le renouvellement de quatre ...

Au 1er août, l’arsenal juridique anti-Covid va s’assouplir

Adoptée définitivement par le Sénat mardi 26 juillet, la loi dite « de veille et de sécurité sanitaire en matière de lutte contre le Covid-19 » entre en vigueur ce lundi 1er août. Elle ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2022 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube