Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Publicité Guyaweb

Affaire des 27 kilos de cocaïne dans une valise : la femme militaire mise en examen et écrouée au centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly

Affaire des 27 kilos de cocaïne dans une valise : la femme militaire mise en examen et écrouée au centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly

La femme militaire de 37 ans placée en garde à vue en région parisienne cette semaine, a été mise en examen hier en fin de journée au Palais de justice de Cayenne par la juge d’instruction Olivia Demoustier pour  » complicité de transport, de détention, de produits dangereux non autorisés (le terme consacré pour les stupéfiants) pour « complicité d’exportation de produits dangereux non autorisés en contrebande », une infraction douanière, et pour « participation à une association de malfaiteurs » a-t-on appris vendredi soir auprès de la procureure adjointe Isabelle Arnal qui assurait la permanence au parquet. Elle a été placée en détention provisoire dans la soirée au centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly.

La femme militaire était arrivée sous escorte policière vendredi dans l’après-midi par avion en Guyane en provenance d’Orly.

Ce transfert entrait dans le cadre d’une instruction judiciaire en cours à Cayenne, suite à la découverte vendredi 12 juin par des douaniers de l’aéroport Félix Éboué à Matoury de 27 kilos de cocaïne dans la valise d’un sous-officier d’une quarantaine d’années, l’adjudant David Rousselin steward dans l’armée de l’air au sein de l’escadron de l’Esterel à Creil en région parisienne.

Le steward avait été interpellé alors qu’il s’apprêtait à embarquer au départ de la Guyane dans un avion civil appartenant à l’armée de l’air et effectuant un transport de troupes en direction de Roissy Charles De Gaulle.

Au cours d’une garde à vue de près de 96 heures, le sous-officier avait reconnu le transport de drogue avant d’être mis en examen notamment pour  » trafic de stupéfiants” ainsi que pour “associations de malfaiteurs”. Il a été placé en détention provisoire mardi au centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly.

“ Le steward a mis en cause cette femme militaire comme étant la personne qui l’a mis en contact avec les trafiquants” nous avait indiqué hier vendredi, le procureur de la République Ivan Auriel, en référence à la seconde personne mise en examen dans ce dossier.

Débats à huis clos devant le juge des libertés et de la détention

Dans cette affaire sensible, le débat devant le juge des libertés et de la détention (JLD) dont le principe est la publicité s’est tenu à huis clos, à la demande du parquet, tant pour le débat contradictoire concernant David Rousselin mardi que pour celui concernant la femme militaire de 37 ans, hier soir.

« Des éléments de l’enquête sont susceptibles d’être dévoilés lors de ce type de débat et nous ne tenons pas à ce qu’ils soient médiatisés » nous avait expliqué mercredi Marie-Noëlle Collobert, la magistrate de permanence du parquet pour justifier le « huis clos » demandé par le parquet lors du débat devant le JLD concernant le sous-officier impliqué dans cette affaire

« Le principe de ce type de débat est la publicité mais le code de procédure pénale prévoit des exceptions » a glissé hier soir la procureur adjointe Isabelle Arnal pour expliquer le « huis clos » également de rigueur concernant la femme militaire, passée devant le JLD vers 20h15 vendredi au Palais de Justice. Sollicitée au sujet des réponses apportées aux enquêteurs par cette femme ayant le statut de militaire, Mme Arnal a également indiqué que :  » le parquet ne souhaite pas faire de déclaration sur la position prise par l’intéressée ».

Suite à la désastreuse affaire d’Outreau, depuis la fin des années 2000, afin d’apporter un regard plus démocratique à l’instruction, lors du débat contradictoire devant le JLD, celui-ci est censé statuer en audience publique à partir du moment où la personne est majeure, ce qui est le cas dans ce dossier. Une circulaire du ministère de la justice était ainsi allée dans ce sens en 2007.

Toutefois, selon l’article 145 du code de procédure pénale,  » le ministère public, la personne mise en examen ou son avocat peuvent s’opposer à cette publicité si l’enquête porte sur des faits visés à l’article 706-73 ( et, parmi ces faits, est mentionné le trafic de stupéfiants) ou si (par exemple) cette publicité du débat devant le JLD  » est de nature à entraver les investigations spécifiques nécessitées par l’instruction ».

FF

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

1 commentaire

  • 20 juin 2015

    Etait il nécessaire de lui offrir un aller retour aux frais de la Princesse et l’hébergement (certes pas en carbet mais quand même) ?
    Quelle connerie puis je faire pour avoir de billets gratuits entre le 29-973-974 avec hébergement et nourriture incluse, sans compter les extras?
    Evidemment ,je plaisante, c’est juste pour faire avancer le smilblik

Articles associés :

Suriname : 204 morts Covid de mars 2020 à fin avril 2021, en mai 98 morts, un record mensuel déjà battu : 141 décès du 1er au 18 juin et un parlementaire antivax !

Au Suriname, le nombre de décès Covid poursuit son affolante ascension. Ce pays avait déploré 204 morts Covid de mars 2020 à fin avril 2021, en 14 mois donc. Le mois suivant, en mai, il y aura...

Assiduité des élus à la CTG : Ringuet, Phinéra-Horth et Briolin à la traîne

A l'occasion des élections territoriales dont le premier tour est prévu ce dimanche 20 juin, Guyaweb s'est penché sur l'assiduité des 51 conseillers de la Collectivité territoriale de Guyane ...

L’enquête judiciaire pour suspicion de «favoritisme» est bouclée dans l’affaire qui vise Gabriel Serville, signataire, fin 2014, d’une convention pour la mairie de Matoury avec l’avocat Olivier Taoumi pour 9500 € mensuels d’honoraires

L'enquête judiciaire sur les conditions d'attribution d'une rémunération mensuelle nette de 9500 euros par la mairie de Matoury, théoriquement durant 38 mois, à Olivier Taoumi, entre fin 2014 et ...

Covid-19 : les chiffres ne sont pas rassurants, les indicateurs restent élevés dans un contexte de confinement quasi-fantoche et d’agitation des esprits…

Les chiffres consolidés du Covid-19 ne sont pas à la baisse en Guyane contrairement à ce qu'espéraient les autorités en début de semaine dernière au moment de la décision de maintien des ...

Interview de Gabriel Serville : TVA, évolution statutaire, immigration …

Le député Gabriel Serville (Peyi Guyane), figure politique à l’itinéraire morcelé, s’est lancé dans la bataille des élections territoriales à la tête de la liste « Guyane Kontré pour ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2021 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube