vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Publicité Guyaweb

Pas de pétrole pour Total

Pas de pétrole pour Total

C’est la Bérézina pour le géant pétrolier Total, autorisé par le préfet à forer au large des côtes guyanaises et qui espérait y trouver des hydrocarbures. Les forages exploratoires avaient débuté à la mi-décembre et devaient se terminer en juin 2019.

“On n’a qu’un seul puits d’exploration pour 4 mois de travaux” pour mesurer «  nombre de caractéristiques, à la fois de la roche et des hydrocarbures potentiels, et à la suite on refermera le puits et on décidera si l’on continue” avait expliqué Olivier Wattez, directeur général de Total Guyane, à Guyaweb en juillet dernier. La découverte attendue était de l’ordre de “plusieurs milliers de barils de pétrole” et le coût de financement du projet d’exploration était estimé à « 80 millions de dollars ».

Coup d’arrêt pour Total

Depuis ce 27 février, la messe est dite pour Total qui a annoncé au micro de Guyane La 1ère l’absence de pétrole au large de la Guyane avec comme conséquence l’arrêt du permis Guyane Maritime. « Nous avons terminé nos opérations en début de semaine et les résultats sont négatifs. Nous n’avons pas trouvé d’hydrocarbures » a déploré Olivier Wattez sur les ondes de Guyane La 1ère.

Signataire d’un accord-cadre de 10 millions d’euros avec le groupe Total, la CTG « prend acte de l’absence d’hydrocarbures dans le dernier puits exploré par Total dans le cadre du permis Guyane Maritime » et « regrette surtout que la loi Hulot ne permette pas à Total de poursuivre son travail exploratoire, qui aurait nécessairement fini par payer eu égard au potentiel pétrolier manifeste de la zone ; un texte qui, in fine, aura donc surtout eu comme conséquence de priver la Guyane de ressources qui lui auraient certainement permis, à moyen terme, d’accélérer considérablement son développement économique. »

« Tourner la page des énergies du passé »

Du coté des opposants au projet de Total, c’est « un soulagement » et « il aurait fallu que ce soit le bon sens qui mette un frein à ce projet et pas uniquement l’absence de pétrole » a réagi Marine Calmet, juriste à Nature Rights. « C’est tant mieux pour l’économie guyanaise qui doit se tourner vers des projets soutenables pour la planète et qui ne mettent pas en danger le climat (…) Il est temps de tourner la page des énergies du passé » a-t-elle déclaré à Guyaweb.

Pour rappel, la demande en référé-suspension déposée par sept associations (1)  le 17 décembre dernier afin d’obtenir la suspension des forages pétroliers de Total en Guyane avait été rejetée le 1er février par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise. Par ailleurs un recours au fond, déposé le 12 décembre, porté par les Amis de la Terre France et Greenpeace France, demandant l’annulation du permis d’exploration, est en attente de jugement.

(1) Les Amis de la Terre, Greenpeace France, Guyane Nature Environnement, Nature Rights, Sea Shepherd France, Surfrider Europe et ZEA –

 

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

10 commentaires

  • la girafe

    Les géologues de TOTAL seraient ils si nuls ?

  • Matouryman

    J’attends de tous ces gens ne vivants même pas en Guyane et qui parle au nom des Guyanais de voir tous leurs  » projets soutenables pour la planète  » et combien d’emplois ils vont créer pour nos jeunes aux chômage

    • Saluda 973

      Pourquoi faut-il toujours attendre que les autres viennent faire le travail pour vous? C’ est un enjeu de Société

    • Remi973

      Merci de ne pas parler au nom de tous les guyanais.
      Je ne suis pas certains que l’on rêve tous de vendre notre pays, en échange de marée noire, de métaux lourds et de cyanure.

    • le Jaguar

      Bon nombres de guyanais vivant en guyane et n’ayant pas forcément la prétention de parler au nom de l’ensemble des guyanais sont également soucieux de l’environnement et contre ce type de projet. L’Un d’entre eux s’est d’ailleurs récemment fait sortir du carnaval manu militari et retrouvé en garde à vue …

  • coconut-973

    Ouf ! Il suffit maintenant d’abattre la Montagne d’Or et on pourra retourner sous cloche

  • JCB

    Maintenant qu’on n’a plus de pétrole, ya plus qu’à avoir des idées…

  • GZ

    JCB président !

  • Desijose

    Comme mon intelligence est au ras des pâquerettes, y’a un truc qui me chafouine: le pétrole connait lui aussi des frontières ??? C’est-à-dire qu’on puise côté Surinam et puis stop, rien dans les eaux territoriales guyanaises et hop, retour côté Brésil ah j’en tiens une couche…

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Montagne d’Or joue son avenir

Ce mercredi 16 octobre se joue face à la Commission des Mines une étape administrative cruciale pour l'avenir du projet de mine industrielle porté par la Compagnie Montagne d'Or détenue par le ...

« La science : d’où vient-elle, où va-t-elle ? »

Yves Quéré de l'Académie des Sciences donnera une conférence sur ce thème mercredi 16 octobre à l’Université de Guyane. « Immense et admirable aventure aussi vieille qu’Homo sapiens, ...

Ressortissant brésilien tué lors d’une opération Harpie : pourquoi le légionnaire suspecté du tir mortel a été libéré et placé entre les mains du 3ème REI sur l’île Saint-Joseph

Guyaweb a pu prendre connaissance de l'ordonnance de refus de placement en détention provisoire du sous-officier de la Légion étrangère âgé de 32 ans, Tirtha Timsina, mis en examen pour « avoir...

Ouverture du Festival International du Film documentaire Amazonie Caraïbes (FIFAC)

La première édition du Festival International du Film documentaire Amazonie Caraïbes (FIFAC) se tient du lundi 14 octobre au vendredi 18 octobre au sein de l'ancien bagne, le Camp de la ...

Treizième braquage présumé d’une mine légale cette année

Un nouveau braquage aurait été perpétré, le week-end dernier, sur une exploitation aurifère autorisée, nous a indiqué vendredi le procureur de la République, Samuel Finielz, confirmant cette ...

Montagne d’Or vise une prolongation de 25 ans pour ses concessions Elysée et Boeuf mort

Malgré l'annonce du gouvernement de “l'abandon en l'état” car "incompatible avec les exigences de protection de l’environnement", le projet controversé de mine d'or industrielle Montagne d'Or...

© 2019 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube