vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Publicité Guyaweb

Confessions du curé des Hmong

Confessions du curé des Hmong

Le prêtre René Charrier a passé sa vie auprès des Hmong au Laos, en Guyane et en France hexagonale. Dans un ouvrage, il raconte l’histoire de l’évangélisation de ce peuple d’Asie et l’installation de réfugiés hmong en Guyane française dans les années 1970. Nous publions quelques morceaux choisis de En chemin avec le peuple hmong qui vient de paraître aux éditions Karthala. Missionnaire pendant 25 années au Laos de 1950 à 1975, René Charrier participa à l’évangélisation de ce peuple animiste dans les montagnes du nord du Laos. Des Hmong ayant apporté leur soutien aux Français, puis aux Américains dans…

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

3 commentaires

  • Il faudrait quand-même préciser le contexte de la campagne contre l’arrivée des Hmongs en Guyane. Le Plan Vert prévoyait l’installation de 40 000 Hmongd et 30 000 Métropolitains, soit 70 000 nouveaux arrivants alors que la Guyane comptait 55 000 habitants.
    Une bonne partie demandait l’indépendance immédiate à l’époque… ce n’était donc pas de la xénophobie.

    • Le « plan Vert » prévoyait la création de 10 000 emplois et 15 milliards d’investissement.
      Ce projet économique se doublait d’un projet d’immigration en 10 ans composé de 30 000 personnes originaires d’Europe, de métropole et des autres DOM.

      Mais face au rejet des élus locaux et d’une partie de la population (qui n’était donc pas xénophobe), 1977 vit l’implantation de … 470 réfugiés Hmongs (moins de 2 000 au total).

      Pourtant, de 1977 à 1988 (90 000 habitants), les migrations économiques (Haïti, Brésil, Surinam, etc) ont participé à l’augmentation de 35 000 habitants, ces 3 Nationalités représentant environ le quart de la population guyanaise.

      Paraphrasant les propos d’un ancien président, il semblerait que les élus locaux ont rejeté une « immigration choisie » pour une « immigration subie ».

  • Non bien sur monsieur seattle surtout pas de la xénophobie on ne vera jamais cela en ce pays mais quand même bien de la xenohisterie collective bien ciblée et par qui ?
    Cordialement

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Meurtre au village saramaca de Kourou : la victime était du quartier de Soula

Un jeune homme de 19 ans de Kourou était toujours en garde à vue ce mercredi soir au sein des locaux de la gendarmerie de la ville spatiale suite au meurtre par arme à feu d'un jeune homme du même...

Le bureau de la CACL « défavorable » à la centrale du Larivot

Les membres du bureau de la Communauté d'Agglomération du Centre-Littoral (CACL) ont rendu fin juin un « avis défavorable » à l'incompréhensible projet de centrale thermique au Larivot porté ...

« Je vais dimanche en Guyane, où ça se passe mal » (Jean Castex)

Jean Castex, ancien "Monsieur déconfinement" en avril-mai et qui vient de succéder à Edouard Philippe comme Premier ministre, a annoncé ce mercredi matin lors de la matinale Bourdin Direct sur ...

La Guyane en crise sanitaire

Le bilan de la pandémie de Covid-19 est de 22 morts et 5558 cas confirmés depuis la détection des premiers cas en Guyane le 4 mars et la propagation du coronavirus concerne l'ensemble du ...

Un jeune homme de 19 ans tué par arme à feu village Saramaca à Kourou, un individu du même âge en garde à vue

Un jeune homme de 19 ans a perdu la vie ce mardi au quartier ou village Saramaca de Kourou, mortellement blessé par un tir d'arme à feu. Les faits auraient été perpétrés «vers 12h45 ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2020 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube