vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Sombre avenir judiciaire pour Lula

Sombre avenir judiciaire pour Lula

L’ancien président brésilien a commencé à purger une peine de douze ans d’emprisonnement pour corruption et blanchiment d’argent mais il est aussi visé par plusieurs autres procédures judiciaires.

Lula a été condamné en juillet 2017 à neuf ans d’emprisonnement pour corruption passive et blanchiment d’argent, une peine confirmée en appel en janvier 2018 et qu’il a commencé à purger samedi dernier au siège de la Police Fédérale de la ville de Curitiba au Sud du Brésil (Guyaweb du 08/04/2018).

L’ancien président du Brésil (2003-2010) a été reconnu coupable d’avoir accepté de la part de l’entreprise de construction OAS la mise à disposition d’un luxueux triplex en bord de mer près de São Paulo en échange de l’attribution de marchés de la multinationale publique Petrobras.

Clamant son innocence, pointant le manque de preuves et la célérité inhabituelle de la procédure ayant abouti à sa condamnation, Lula dénonce un « complot politique » qui viserait à l’empêcher de concourir à l’élection présidentielle d’octobre prochain pour laquelle il est le grand favori.

Les avocats de l’ancien président espèrent que la Cour Suprême Fédérale reviendra sur sa jurisprudence datant de 2016 qui autorise l’emprisonnement dès la confirmation d’une condamnation en appel et donc sans attendre que tous les autres recours aient été épuisés, mais cela reste très hypothétique.

De surcroît, Lula est visé par plusieurs autres enquêtes judiciaires lancées pour la plupart dans le cadre de la vaste enquête anti-corruption Lava Jato (« Lavage Express »), qui porte sur les malversations opérées autour de la multinationale Petrobras et qui est pilotée depuis Curitiba par le juge Sergio Moro.

Lula dénonce la partialité et les motivations politiques supposées de ce magistrat qu’il a publiquement qualifié de « menteur » et qui est à l’origine de sa première condamnation dans « l’affaire du triplex » et de son emprisonnement rapide décidé la semaine dernière (Guyaweb du 05/04/2018).

Sergio Moro instruit depuis Curitiba une autre affaire dans laquelle l’ancien président est soupçonné d’avoir reçu de la multinationale Odebrecht  au cœur du scandale Petrobras un terrain dans la ville de São Paulo afin d’y faire édifier le siège de sa fondation.

Quatre autres enquêtes judiciaires impliquent Lula, soupçonné d’avoir tenté d’acheter le silence d’un haut fonctionnaire de Petrobras, d’avoir facilité les activités d’Odebrecht en Angola au travers d’une banque publique brésilienne, d’avoir couvert des malversations au profit des entreprises de l’un de ses fils et d’avoir favorisé une entreprise aéronautique suédoise dans l’achat de chasseurs-bombardiers par l’armée brésilienne.

En outre, deux plaintes sont en cours d’instruction contre l’ancien président, l’une l’accusant d’avoir été le chef d’une « organisation criminelle » mise sur pied pour financer le Parti des Travailleurs via des contrats publics détournés, et l’autre de tentative d’ « obstruction à la justice ».

Les nuages judiciaires s’amoncèlent donc au-dessus de Lula et ils pourraient le maintenir durablement derrière les barreaux, en dépit de sa popularité restée intacte dans une partie de l’opinion publique brésilienne et de la volonté de ses partisans de « résister » jusqu’à ce qu’il recouvre la liberté.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Lutte contre le coronavirus : mais qui sont ces exemptés de la «quatorzaine» à la descente des avions en provenance d’Orly et des Antilles ?

Mais qui sont ces «personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire ou (...) à la continuité de la Nation» et qui échappent à la quatorzaine à leur descente d'avion, selon un ...

Restrictions à la liberté de circuler : un arrêté du préfet avait oublié le cas des victimes de violences susceptibles d’aller porter plainte, le procureur le fait rectifier

Les mesures draconiennes prises par les autorités administratives afin de restreindre la circulation de personnes avec pour objectif de limiter la propagation du Covid-19 avaient quelque peu oublié ...

La positivité au Covid-19 du compagnon médecin de la biologiste infectée, confirmée par la direction de l’hôpital… à Guyane la 1ère

Après l'information révélée par Guyaweb mercredi soir de la positivité d'une biologiste du laboratoire de l'hôpital de Cayenne que l'ARS n'avait pas souhaité confirmer avant de le faire deux ...

Brésil : premier décès dans l’Etat d’Amapa voisin de la Guyane, dû au coronavirus

En début d'après-midi samedi, un homme de 60 ans est décédé du coronavirus à l'hôpital de Macapá dans l'Etat d'Amapa frontalier de la Guyane. Il y avait été hospitalisé pour des ...

La directrice de l’ARS confirme l’information avérée de Guyaweb quant à la positivité au Covid-19 d’un personnel du laboratoire de biologie de l’hôpital mais… sur Radio Peyi

Guyaweb avait révélé cette information mercredi soir : un cas positif au Covid-19 d'un personnel de sexe féminin du laboratoire de biologie de l'hôpital de Cayenne. Mais l'ARS (agence ...

Premier décès dû au Covid-19 au Suriname

Rik Schuitemaker, septième personne testée positive au Covid-19 au Suriname, est décédé ce vendredi dans ce pays voisin de la Guyane, ont révélé les autorités sanitaires locales. Le nombre...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2020 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube