vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Publicité Guyaweb

Sombre avenir judiciaire pour Lula

Sombre avenir judiciaire pour Lula

L’ancien président brésilien a commencé à purger une peine de douze ans d’emprisonnement pour corruption et blanchiment d’argent mais il est aussi visé par plusieurs autres procédures judiciaires.

Lula a été condamné en juillet 2017 à neuf ans d’emprisonnement pour corruption passive et blanchiment d’argent, une peine confirmée en appel en janvier 2018 et qu’il a commencé à purger samedi dernier au siège de la Police Fédérale de la ville de Curitiba au Sud du Brésil (Guyaweb du 08/04/2018).

L’ancien président du Brésil (2003-2010) a été reconnu coupable d’avoir accepté de la part de l’entreprise de construction OAS la mise à disposition d’un luxueux triplex en bord de mer près de São Paulo en échange de l’attribution de marchés de la multinationale publique Petrobras.

Clamant son innocence, pointant le manque de preuves et la célérité inhabituelle de la procédure ayant abouti à sa condamnation, Lula dénonce un « complot politique » qui viserait à l’empêcher de concourir à l’élection présidentielle d’octobre prochain pour laquelle il est le grand favori.

Les avocats de l’ancien président espèrent que la Cour Suprême Fédérale reviendra sur sa jurisprudence datant de 2016 qui autorise l’emprisonnement dès la confirmation d’une condamnation en appel et donc sans attendre que tous les autres recours aient été épuisés, mais cela reste très hypothétique.

De surcroît, Lula est visé par plusieurs autres enquêtes judiciaires lancées pour la plupart dans le cadre de la vaste enquête anti-corruption Lava Jato (« Lavage Express »), qui porte sur les malversations opérées autour de la multinationale Petrobras et qui est pilotée depuis Curitiba par le juge Sergio Moro.

Lula dénonce la partialité et les motivations politiques supposées de ce magistrat qu’il a publiquement qualifié de « menteur » et qui est à l’origine de sa première condamnation dans « l’affaire du triplex » et de son emprisonnement rapide décidé la semaine dernière (Guyaweb du 05/04/2018).

Sergio Moro instruit depuis Curitiba une autre affaire dans laquelle l’ancien président est soupçonné d’avoir reçu de la multinationale Odebrecht  au cœur du scandale Petrobras un terrain dans la ville de São Paulo afin d’y faire édifier le siège de sa fondation.

Quatre autres enquêtes judiciaires impliquent Lula, soupçonné d’avoir tenté d’acheter le silence d’un haut fonctionnaire de Petrobras, d’avoir facilité les activités d’Odebrecht en Angola au travers d’une banque publique brésilienne, d’avoir couvert des malversations au profit des entreprises de l’un de ses fils et d’avoir favorisé une entreprise aéronautique suédoise dans l’achat de chasseurs-bombardiers par l’armée brésilienne.

En outre, deux plaintes sont en cours d’instruction contre l’ancien président, l’une l’accusant d’avoir été le chef d’une « organisation criminelle » mise sur pied pour financer le Parti des Travailleurs via des contrats publics détournés, et l’autre de tentative d’ « obstruction à la justice ».

Les nuages judiciaires s’amoncèlent donc au-dessus de Lula et ils pourraient le maintenir durablement derrière les barreaux, en dépit de sa popularité restée intacte dans une partie de l’opinion publique brésilienne et de la volonté de ses partisans de « résister » jusqu’à ce qu’il recouvre la liberté.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

De Rugy se trompe sur le mercure et le cyanure

Lors de la séance de débat sur le projet de la Montagne d'or qui a eu lieu à l'Assemblée nationale jeudi 7 février, le ministre de la Transition écologique a soutenu des affirmations concernant ...

Me Gay remercié par le clan Bertrand

L'avocat cayennais, Me Jérôme Gay, nous a confirmé jeudi qu'il n'était plus le défenseur de de Léon Bertrand. Il précise que Me Patrick Lingibé (1) lui a adressé un courrier indiquant qu'i...

Interceptée avec plus de 15 kilos de cocaïne dans ses bagages, une Cayennaise laissée libre par le tribunal correctionnel dans l’attente de son procès reporté

Une jeune femme de 23/24 ans, de nationalité française, interpellée avec 15 kilos et 300 grammes de cocaïne dans ses valises samedi dernier à l'aéroport Félix Eboué de Matoury était appelée...

«En attendant Godot», l’inventaire du président du tribunal de grande instance de Cayenne, en matière d’application des peines, de squats, de malaise chez les greffiers, de budget de la justice…

Le discours du président du tribunal de grande instance (TGI) de Cayenne, fin janvier dernier, face à un parterre d'huiles étatiques et de robes du monde judiciaire recèle son lot de révélations...

Même tarif : 15 mois d’emprisonnement requis à Paramaribo à l’encontre du Guyanais détenteur de 280 grammes de cocaïne et de chacun des deux policiers soupçonnés de lui avoir extorqué de l’argent pour fermer les yeux

Correspondance spéciale de Ank Kuipers à l'audience au Suriname (avec FF) L'audience de ce mardi à Paramaribo s'est résumée quasiment aux réquisitions du parquet dans cette affaire présumée...

Le tribunal administratif annule l’exploitation, qui avait déjà cessé, d’un site alluvionnaire d’un km² sur la concession de la Montagne d’or

Lundi, le tribunal administratif de Cayenne a annulé une autorisation d'ouverture de travaux miniers accordée le 13 décembre 2017 par le préfet de Guyane sur une superficie d'un km² de la conce...

© 2019 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube