vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?
 
 

Publicité Guyaweb

Lula aux portes de la prison

Lula aux portes de la prison

L’ancien président brésilien pourrait être incarcéré dans quelques jours suite au rejet de sa demande d’habeas corpus par la Cour Suprême Fédérale la nuit dernière.

Luiz Inacio « Lula » da Silva, fondateur et leader du Parti des Travailleurs (gauche), président de la République fédérative du Brésil de 2003 à 2010, est accusé d’avoir accepté de la part d’une entreprise de construction la mise à disposition d’un luxueux appartement en bord de mer en échange de l’attribution de marchés de la multinationale publique Petrobras.

Reconnu coupable de « corruption passive » et de « blanchiment d’argent » dans cette « affaire du triplex », il a d’abord été condamné en 2017 à neuf ans de prison puis cette peine a été confirmée en appel et portée à 12 ans d’emprisonnement le 24 janvier dernier (Guyaweb du 24/01/2018).

Les avocats de Lula ont alors annoncé leur intention de faire invalider cette décision par les instances judiciaires supérieures et ils ont déposé auprès de la Cour Suprême Fédérale une demande d’habeas corpus devant permettre à l’ancien président de ne pas être incarcéré pour accomplir sa peine tant que tous les recours dont il dispose n’auront pas été épuisés.

Après onze heures de débats retransmis en direct à la télévision, c’est cette demande qui a été rejetée dans la nuit du mercredi 4 au jeudi 5 avril par la plus haute instance judiciaire du Brésil à une courte majorité de six voix contre cinq, les juges opposés à l’habeas corpus soulignant la nécessité d’appliquer la jurisprudence en vigueur afin de montrer que dans sa lutte contre la corruption la justice est bien décidée à refuser l’impunité et à rendre effectives les peines d’emprisonnement dès leur confirmation en appel.

Cela a en effet déjà été le cas pour des dizaines de hauts responsables de tous les partis politiques et de nombreux et puissants chefs d’entreprises, incarcérés suite à leur condamnation résultant de l’enquête dite du Lava Jato (« lavage express ») lancée en 2014 pour démanteler les tentaculaires réseaux de corruption en place autour de l’entreprise Petrobras et pour démontrer que « personne n’est au-dessus de la loi ».

L’application de cette jurisprudence à Lula a toutefois d’énormes implications politiques en raison de son statut d’ancien président de la République mais aussi du fait de sa position de favori pour l’élection présidentielle d’octobre prochain, à laquelle il souhaite se présenter en dépit de sa condamnation qui le rend inéligible et pour laquelle il a commencé à faire activement campagne ces dernières semaines avec le soutien du Parti des Travailleurs.

Lula et ses partisans continuent de dénoncer les multiples procédures judiciaires à son encontre comme relevant d’une persécution politique visant à l’empêcher de revenir au pouvoir et après la décision rendue cette nuit par la Cour Suprême Fédérale le Parti des Travailleurs a regretté « un jour tragique pour la démocratie », alors que des milliers de personnes étaient réunies à Brasilia pour soutenir l’ancien président ou pour se réjouir de ses déboires judiciaires.

Adulé par les uns, détesté par les autres, Lula est en effet une figure politique très controversée et son incarcération désormais probable va singulièrement compliquer la possibilité qu’il parvienne à se présenter à l’élection présidentielle, pour laquelle le favori des sondages serait alors le candidat d’extrême-droite Jair Bolsonaro, officier à la retraite et nostalgique de la dictature militaire qui a régné sur le Brésil de 1964 à 1985 (Guyaweb du 02/02/2018).

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Auplata : chronique d’une mue annoncée

La société Auplata, premier producteur d'or français coté en Bourse, est devenue en juillet dernier AMG pour Auplata Mining Group. Derrière ce changement de nom, c'est une véritable mutation de ...

Copinage médiatique et cécité : la pré-implantation rocambolesque de l’antenne à Cayenne de Drug-Free World, fondation financée par la scientologie

Article et reportages de complaisance, cécité durable des personnalités conviées, le «pré-lancement» de l'implantation en Guyane de l'antenne de Drug-Free-World, une fondation financée par la ...

« Si j’y vais c’est pour être hors-la-loi » (Mickaël Mancée)

A l'approche des élections municipales de mars 2020 Guyaweb a voulu savoir comment se situent les leaders du mouvement social de 2017 qui a mis en avant les manquements des élus. Le moment est-il ...

Un cas de tuberculose à l’hôpital de Cayenne

Une soignante exerçant auprès d’enfants au Centre Hospitalier de Cayenne a fait l’objet d’un diagnostic de tuberculose indique l’Agence Régionale de Santé (ARS). « Dès que le ...

Les partis ont beaucoup à perdre lors des prochaines Municipales

Guyaweb a interrogé des partis politiques de Guyane à l'approche des élections municipales de 2020. L'optimisme et la mobilisation ne sont pas vraiment au rendez-vous à six mois de l'échéance ...

Léon Bertrand n’a plus de bracelet électronique, il est en liberté conditionnelle…

Comme l'annonçait Guyaweb en avril dernier (voir cet article), au moment de la sortie de prison de Léon Bertrand, l'intéressé devait, à partir de là, porter un bracelet électronique à la ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2019 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube