vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?
 
 

AEX Nelson : le préfet autorise l’ouverture des travaux

AEX Nelson : le préfet autorise l’ouverture des travaux

Attendue depuis plus de trois mois, la décision finale sur la demande d’AEX Nelson située sur la commune de Kourou vient d’être rendue par le préfet Patrice Faure. L’arrêté de vingt pages a été signé ce lundi 1er octobre et donne le droit au maître d’ouvrage, la Sas Trajan, de faire des travaux de recherche et d’exploitation d’or de type alluvionnaire sur la crique Nelson. C’est un dossier qui continue de faire couler beaucoup d’encre. La demande d’Autorisation d’exploitation minière (AEX) dite de la Crique Nelson formulée par la société Trajan, qui a reçu le 20 juin un avis favorable…

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

27 commentaires

  • Saluda 973

    Merci Monsieur le préfet d’intervenir pour la destruction de cette réserve de la biosphère que représente notre forêt guyanaise au détriment de l’argent. Mais puisque tout le monde s’en fout hein…

  • Gevila973

    La Guyane est vraiment exploitée jusqu’à ses tréfonds par les industriels miniers avec l’appui des instances de l’Etat et de certains politiciens guyanais véreux.
    Aucun respect des populations locales et autochtones, des entreprises touristiques qui protègent l’environnement, destruction de la forêt…

  • GZ

    Affligeant mais pas étonnant. Confirme l’inadaptation de la gouvernance.

  • benoit

    la Guyane surexploitée par la mine ???? bavardages !
    la superficie total d’exploitation depuis la création des AEX est l équivalent de l agglomération de Nîmes pour un territoire grand comme le Portugal (ou l’Autriche au choix).
    De plus ces AEX sont revégétalisées et réhabilitées.
    Et si territoire extraordinaire pourquoi laisser l urbanisation se développer ? Etrange que personne ne se manifeste quand des lotissements sortent de terre en rognant sur cette faune et flore extraordinaire, personnes ne se manifeste quand pour un « pas de tir » on rase plusieurs centaines d’hectares d’extraordinaire foret. Personne ne se manifeste quand les forces armées crament a ciel ouvert dans la foret des centaines de milliers de litres de carburant et d huile de moteur, personne ne se manifeste quand les agriculteurs brulent des hectares de forets pour les gorger de pesticides. personne ne ….. bon j arrête la.

  • GZ

    Réduire l’impact des mines à leurs seules superficies est une grave erreur de bureaucrates.
    La revégétalisation est trop souvent une façade de bonne conscience.
    La réponse à vos exemples est la mesure impacte-nécessité. Un pas de tir est localisé et/donc d’un impact négligeable avec une utilité incomparable, les logements du littoral sont nécessaires, l’armée s’en fout car faire autrement serait trop coûteux et contre les dégâts causés par les soi-disant agriculteurs si, il y a déjà eu des protestations. Plus que vous ne croyez.
    L’anthropisation du littoral correspond à une plaie qui serait être contenue (en théorie), les mines de l’intérieur sont des métastases.

  • Orpailleur

    Malheureusement GZ, l’impact de la petite et moyenne mine légale est temporaire, de 5 à 15 ans selon qu’il y ait eu réhabilitation ou pas, alors que vos stades de France ou autres autoroutes sont là pour très longtemps, et que la démonstration de l’utilité des sites que vous citez n’engage que vous
    Je ne comprends pas votre hargne contre les petites mines, en avez vous seulement visité, avez vous marché dans des sites réhabilités (ou pas) ? Ne pensez vous pas qu’il serait plus judicieux de s’occuper de la mine illégale qui elle, rejette 24/24 ordures, boues, mercure, huiles de vidange et autres, là, maintenant, pendant que nous correspondons, c’est jour et nuit, et si vous viviez en foret, comme nous, vous comprendriez notre rage.
    Les clandestins sont partout, mettez des bottes, prenez un sac à dos et des vivres et rentrez en foret, autour de chaque commune du littoral et jusqu’aux coins les plus reculés des réserves.
    Vous vous trompez de cible GZ, nous sommes des entreprises légales et contrôlées, au même titre que celle qui vous emploie, nos employés ont des familles à nourrir, comme vous, et ne sont pas des voyous. Alors pourquoi ce terrible parti pris ???
    Et Gevila qui évoque les terribles industriels miniers !!! La mine est comme tous les métiers, elle a ses canards boiteux, mais elle a aussi ses chefs d’entreprise respectueux et responsables.

  • benoit

    GZ le CNES c est la superficie de la martinique, dont plus de 30% a est ou sera impacté sans revegetalisation avec en plus la presence pour une duree inderterminee de produits dont la toxicites vous echappe. Mais apparement si ca rapporte des milliards vous etes pret a fermer les yeux.
    Concernant l urbanisation ce n est pas parce que necessaire qu elle doit etre polluante a l extreme :
    Eau usee directement rejetee dans le milieu naturel de + de 100.0000 habitant. Personne ne sait que la baignade est interdite sur l ile de Cayenne ??
    Decharges sauvages dans tout les coins jusqu a la piste risquetout. Des stockages de pneus usagees a ciel ouvert.
    Aucun collecteur d huile de vidange pour + de 50.000 voiture. Etc etc
    Alors oui je fais la demonstration que l impact de la mine legale n est meme pas quantifiable au regards de ces polution sur le littorale.
    Je vous invite a visiter un site rehabilite vous pouvez vous encore vous baigner dans toutes les criques avoisinnantes les animaux sauvage et la flore non pas disparu. Et tout les dechets huile batterie ont ete recycles.
    A mon avis vous devez faire l amalgame avec les mines illegales des clandestins.
    Mais vu le mattracage mediatique et des fois politique sans dicernement entre les mines legales et illegales c est (un peu) comprehensible.

  • Francois

    interessants commentaires ci-dessus, et la plupart contiennent à la fois du vrai et du faux, du factuel et de l’exagéré. Au risque de décevoir mes amis traditionnels, je serais plutôt en phase avec ce qu’écrit « orpailleur », en l’encourageant à poursuivre le ménage dans sa profession car il existe encore quelques irrespectueux des lois, que ce soit celles du code du travail ou du code de l’environnement.
    Il y a un point qui me chipote: je n’ai encore pas eu la chance de trouver (en visant les sites sur le terrain) d’anciennes exploitations qui ont été complètement re-habilitées et harmonieusement re-végétalisées – et vous ?

  • yayamadou

    A lire certains défenseurs de la mine, cette économie est responsable…… Et ne représente aucun danger pour l’environnement et donc la santé humaine……
    Cher Benoît, je vous prend aux mots, effectivement ceux qui ont le doute sur l’impact de la mine légale, alors je vous invite à vous rendre sur la crique Boulanger, vous savez cette petite crique qui se trouve 100 mètres après le croisement pour vous rendre à Cacao.
    Jadis, avant l’activité minière (légale), qui en plus se voulait modèle, c’était une crique aux eaux cristallines….. Allez jetez un coup d’oeil sur l’état de ce joyau disparu. Crique boueuse et berges ravagées. Vous vous rendrez compte de ce constat sans appel et du résultat catastrophique de vos activités mortiferes.
    La situation de l’activité minière illégale est du ressort de l’état, qui, malheureusement montre son incapacité, ou son absence de volonté, à traiter ce problème. Les décharges sauvages et autres exemples cités montrent quand à eux l’inefficacité des pouvoirs publiques et politiques.
    Quand au spatial, il y a certe des impacts sur l’environement mais elle représente la locomotive économique du territoire avec un partage des richesses qui profites à tout le territoire ( Bien qu’il pourrait être encore amélioré).
    Rien n’est parfait et sans impact, mais la mine fait partie des industries les plus polluantes aux monde, pour une partage des richesses qui ne concerne qu’une toute petite minorité en imposant des risques de santé publique à la majorité de la population. C’est la politique de « après moi le deluge ».
    Arrêtez de vouloir nous faire avaler des couleuvres, vos activités nuisent inexorablement à l’intérêt de la population.
    Comment pouvez vous regarder vos enfants en leur infligeant un tel eritage?????

  • benoit

    Cher Yayamadou.
    Vos propos resume bien le probleme :
    Le spaciale pollu mas il y a des retombes economiques donc RAS. Surpenant propos !
    Donc il suffirait de vous demontrer qu il y a d importante retombe economique grace au secteur de la mine et votre avis changerai ?!
    La crique boulanger est boueuse mais si vous auriez pris le temps d annaliser le site, 60% de cette boue provient des pistes ouvertes et non de l activite proprement dite d extraction.
    Et comme vous le dite bien « de la boue » (laterite) pas de produit toxique, chimique et autres fosses septiques rejetes par le spaciale, l agriculture ou les zone urbanisees donc des rejets biens differents.
    Je vous invite a vous prommener sur les berges du canal Laussat en plein Cayenne qui deverse dans la mer et la riviere les rejets sans filtration tous les egouts et le reste
    Allez a la crique Fouillee prendre la bonne odeurs d huiles usagees qui se deverse dans la rivieres Cayenne en continu.
    Comme l a bien dit opailleurs avant de tenir ce genre de propos allez voir les site miniers legaux rehabilites et vous verrez oû est la polution : pas au fin fond de la foret mais bien aux pieds de vos habitations.

  • asf973

    Et personne ne parle de l’eau potable ????
    Presque 100 000 personnes sont concernées!

  • yayamadou

    Les exemples cités sont de la responsabilité des pouvoirs publics et leur incompétence en la matière est très souvent dénoncé.
    Quand a l’impact environnemental du spatial, je vous rejoind sur le risque mais depuis 50 ans d’activité, la qualité de notre eau potable n’en ai pas affecté ce qui n’est pas le cas pour l’activité minière.
    Je réitère mon commentaire il y a des choix politiques à faire pour la société, ils peuvent être admis, et toute fois discutables, quand ils profitent à la majorité de la population.
    Concernant Boulanger, ces fameuses pistes que se soit la mine ou l’agriculture elles sont en plus d’une revitalisation catastrophique de la zone, responsables de l’importante turbidité de l’eau effectivement.
    Mais en fin connaisseur que vous êtes, vous n’êtes pas sans savoir que le lessivage des sols dans notre région entraîne inexorablement des pollutions au méthyle mercure, ce mercure naturelle important,que vous remettez en circulation par vos activités.
    Vous pouvez vous venter de ne pas faire d’intrants chimiques, cependant par le simple fait du lessivage des sols, vous participez à la libération de ce mercure naturel et d’autres métaux lourds dans les milieux aquatiques.
    Votre stratégie de dénoncer les autres problèmes environnementaux afin de donner du crédit à la votre démontre bien que vous chercher à défendre l’indéfendable.
    Il n’est jamais trop tard pour changer de métier, ceux proches de l’environnement proposent un important panel de choix….. Vos enfants en seront que plus fières et en meilleur santé…..
    Bien à vous.

  • benoit

    Le.probleme est bien la je ne denonce pas les autres je mets en lumiere que sous vos yeux, sous vos pieds il y des polutions qui impact directement votre sante au quotidien et les pouvoirs publics ne controle rien et ne vous dises rien.
    Alors que les compagnies minieres sont sous controle permanent des autorites et des agences de l environnement avant, pendant et apres activite. Mais vous ne le savez pas. Ou vous ne voulez pas le savoir.
    Citez moi une catastrophe miniere encouru en guyane ces 60 derniere annees….
    Oui je connais les methodes employees pour extraire l or mais apparement ce n est pas le cas de tout le monde
    Explication : dans le sous sol il n y a pas de methyl de mercure mais du mercure. Le.methyl c est du mercure qui a sejourne dans un milieu aquatique pendant plus de 10 ans voir 20 ans et qui s est transforme sous l action des bacteries.
    Donc on extrait la « terre » qu on lessive et qu on (ne vous en deplaise) ne rejette pas dans les rivieres mais dans des placers (barranque) qu on rebouche une fois l utilite fini. Le mercure reste donc sous terre.
    Pour l orpaillage illegal c est une autre affaire car tout, est rejete dans les cours d eau comme les rejets de vos habitations, tout va dans le canal Laussat ou directement dans la mer
    Le mercure est l exemple type de la confusion dans les esprits entre mine legale et orpaillage clandestin.

  • Orpailleur

    Eh oui Yayamadou, quand on veut sortir sa science, on ouvre des bouquins … Les plus grosses fabriques de méthylmercure en milieu tropical, c’est ce qui nourri votre ordi et autre, les barrages hydroélectriques, comme Petit Saut où les clandestins là, oui, bossent une fois de plus jour et nuit pour bien remettre tout ça en circulation !!!
    Maintenant, je vous donne de suite le numéro VERT d’EDF ???

  • KouK

    Enfin un débat intéressant sur l’orpaillage et sur les causes de la pollution du territoire.
    … j’entends beaucoup parler des pouvoirs publics, des entreprises, du spatial ou de la mine, mais jamais de la responsabilité populaire… Or, si je ne m’abuse, il est bien de notre devoir de protéger l’environnement dans lequel nous évoluons ? Quand je vois l’état des quartiers, les abords des routes, et les gens qui continuent à jeter leurs bouteilles en verre par la fenêtre de la voiture, je me dis qu’il y a sûrement plus important à faire que de jeter la pierre à tel ou tel responsable : responsabiliser la population.

    On est clairement très loin d’y parvenir…

  • yayamadou

    Oups, j’ai fâché les défenseurs de la mine.
    Merci pour ce cour de chimie sur le mercure et sa méthylation.
    Vous avez juste développé le processus chimique, qui au final revient au même résultat.
    En déboisant la forêt primaire, vous libérez ce mercure naturelle qui se fera naturellement méthylé et donc assimilable dans la chaîne alimentaire. En lessivant les sols et en stockant ces eaux boueuses dans les baranques, vous transformez ce mercure en méthyle mercure via des bactéries, comme vous avez pris soin de nous le rappeler, et d’autant plus rapidement quand c’est en milieu anaérobie comme c’est le cas dans ces retenues.
    Quand au barrage de Petit saut ce n’est pas un scoop, effectivement c’est un énorme réservoir de fabrication de méthyle mercure, et pour un sacré moment encore….
    Mais une fois de plus, c’est bien dommageable. Ce fut un choix politique qui ne faisait pas l’unanimité, loin de la, mais qui assure une production électrique de 120 méga watt, soit 60% des besoins en électricité des Guyanais….
    Pour rappel sur le dossier en question, l’exploitation Nelson représenterai 10 emplois pour un chiffre d’affaire total de l’ordre 2 millions d’euros sur une période de 4 ans…. C’est bien maigre face aux risques encourus pour les 100 000 guyanais qui prélèvent leur eau potable sur le bassin du Kourou, face aux des 10 000 visiteurs / an qui se rendent dans les campements touristiques du secteurs, et face a la proximité immédiate de la Zone de Droit d’Usage Collective attribuée aux amérindiens de Kourou…
    Pour ce qui est des exemples d’atteintes à l’environnement, il est bon de rappeler que courant premier semestre 2017 un exploitant légal se trouvant sur la crique Kampi (haut Kourou) c’est vu dressé un procès verbal par l’ONF pour « atteinte au milieu aquatique », en effet le fleuve était devenu couleur laiteuse pendant plus de 10 jours et ce, que par l’action d’un opérateur minier legal sur une exploitation du même type (1 km carré).
    Vous souhaitiez connaitre des catastrophes minières des légaux depuis les 60 dernières années……

    Voici quelques exemples de l’année 2007, juste une année….

    – 2007 : Société Minière Bonne entente (SMBE) commune de Regina :constat DRIRE / ONF mentionnant de « graves dysfonctionnements qui font courir des risques à environnement et a la santé publique ».
    source « la semaine guyanaise de novembre 2007.

    – Août 2007 La Compagnie Minière Boulanger sur la commune de Roura, épinglée lors d’une inspection du service ICPE( Installations Classées pour la Protection de l’Environnement) : « des dispositifs de protection insuffisants contre les pollutions des eaux et des milieux aquatiques »; « traces visibles de pollution des sols »,  » des ferrailles enfouies dans les bassins de décantation, l’enfouissement et le brûlage des déchets ménagers »etc…
    Source :La semaine guyanaise novembre 2007.

    – Début 2007 : les sociétés minières CME et SMSE de la famille Ostorero, épinglées à leur tour par les services de l’ICPE. Située sur la commune d’Apatou « la mine amoncelle depuis plus de 10 ans des volumes de résidus représentant 1 million de mètres cube…. ces résidus peuvent comporter d’autres métaux jugés toxiques ou écotoxiques ( le chrome par exemple) ».
    Source : idem.

    Un petit échantillon de l’année 2007, imaginez donc sur les 60 dernières années….
    On est loin d’une activité responsable et sans impact…….
    Mais continuons de regarder ailleurs, les autres pollueurs pour ce donner bonne conscience.
    Bien a vous.

  • benoit

    Votre rhetorique tourne en rond dommage car on vous donne tous les elements objectifs, mais en fait vous n en tenez pas compte soit par ignorance reel du sujet soit par obscuratisme. On aurait pu avoir un debat constructif qui vous aurait puvert l esprit. Mon but n etant de convaincre, je veux juste que si une personne est contre cette activite que ce soit avec des arguements reels et non avec des fantasmes ou des affabulations.
    Avec des mots plus simple je vous le re expliquer: Le methyl de mercure se forme apres plus de 10 a 20 ans et la duree de vie d une AEX (mine guyanaise) est de 4 ans. Donc meme en anaerobie il faudrait que les barranques restent ouvert minimum 8 ans. Votre demonstration ne tient pas la route (ou piste au choix)
    De plus le systeme marche en circuit fermé avec 3 bassins (barranque) au minimum et ensuite refermer tous les 1 a 2 mois en moyenne. La densite du mercure fait qu il reste au fonds des bassins qui sont ensuite combles par des remblais.
    Oui il existe du mercure naturellement present dans le sol mais celui qui est rejete dans les cours d eau n est pas du aux mines responsables guyanaises .
    Par contre si le methyl de mercure du a la deforestation c’est votre dada alors interessez vous a l urbanisation qui deforeste 1000x plus que la mine responsable guyanaise et aussi a l agriculture car la on doit etre sur un ratio de plus de 10000x.
    Toutes les eaux de.ruisselements de cacao (qui est en forme de cuvette) tombent dans la Comte. A j oubliais c est aussi dans la Comte qu il y a le captage d eau potable pour l ile de Cayenne. Allez a votre sante .
    Vous ne maitrise pas votre sujet, vos references ce sont des articles de presses qui ne font que confirmer ce que j ai precedement ecrits : les mines guyannaises sont tres tres tres tres tres surveillees.
    D ailleurs je n ai jamais lu d article dans votre presse sur le Canal Laussat, sur la Crique Fouille, sur les rejets aux vieux port des egouts du quartier la Crique, sur les pesticides qui se retrouve dans la Comte avec le methyl, sur les nombreux cours d eau du CNES poluées par les retombes des energols consumés au decollage des fusees Ariane. Etrange. Etrange…..
    Venez sur des sites rehabilites revegetaliser au lieu de lire des articles de presse.
    Et souvenez vous :
    methyl = 10 a 20 ans
    Bassin (barranque) = 2 mois

  • yayamadou

    Je vous confirme que ma connaissance sur la methylation du mercure reste très superficielle.
    Mais votre maîtrise apparente du sujet à exité ma curiosité.
    Malgré quelques recherches sur notre ami Google, je n’ai pas réussi à trouver l’échelle de temps du phénomène de methylation. De ce que j’ai pu en déduire, la problématique lie au mercure semble très complexe et il y a encore beaucoup à apprendre de la part des spécialistes sur le sujet.
    Pouvez vous nous donner vos sources sur ce que l’on doit retenir, à savoir methyl =10 à 20 ans. Sans vouloir mettre votre parole en doute il est convenable dans un échange qui se veut constructif, de pouvoir vérifier les informations importantes.
    En revanche, une étude de l’institut de Recherche pour le Développement (Ird) s’intitulant le « mercure en amazonie » auteur Jean Rémi Datée Guimaraes, professeur de l’institut de biophysique de l’ufrj de Rio de Janeiro, conclut son travail de la façon suivante:
    « il est maintenant bien établit que les sols d’ Amazonie sont naturellement riches en Hg (mercure).Ce dernier peut devenir accessible à la methylation à la suite de certaines activités anthropiques. Ainsi les déboisement et les incendies, qu’ils soient motivés par l’exploitation forestière, agropastorale ou minière sont susceptibles de le remobiliser et de faciliter son départ vers des sites aquatiques de methylation. »
    Effectivement comme vous l’avez dit précédemment il n’y a pas que l’activité minière qui en est responsable. Mais elle en fait bien partie, donc vous ne pouvez pas affirmer que cette activité n’est pas sans conséquence, tout comme les autres et la, je vous rejoind.
    Cependant il s’agit bien d’une exploitation minière sur Nelson et non pas une zone agricole ou urbaine qui serait tout aussi discutable dans ce secteur.
    Il y a dans votre dernière intervention une contradiction, à savoir la mine responsable dont vous faite l’éloge, le côté très très surveillé de ce secteur d’activité par les différents services habilités et le nombres de mines légales épinglées en flagrant délit de pollution, sur la seule année 2007.
    Même si ce n’est pas par vocation environnementale, il aurait été judicieux de la part de ces responsables de sites miniers d’essayer d’être « dans les clous » surtout en sachant qu’ils seraient contrôlés. Etrange comportement pour une activité qui se veut sans risque…..
    Étant apparemment tout les deux sensibles aux atteintes environnementales, je vous propose de nous federer ainsi que tous ceux qui le souhaitent, via une association ou collectif (plus à la mode en ce moment) pour faire en sorte de laiguer à nos enfants en environnement de qualité garant de leur bonne santé. J’ai déjà un nom en tête: collectif Dark Va d’or, pour se battre contre le côté obscure de la force….
    Bien à vous.

  • GZ

    Orpailleur

    Je ne cible aucunement les entreprises, je me prononce sur l’activité orpaillage en milieu guyanais. Sans hargne.
    Je rejette votre accusation « partie pris », ceci indiquant une position intransigeante sur idée préconçue. Rien de préconçu dans mes proposet je ne tolère pas la manipulation ad hominem. Du reste, je connais la fièvre d’or et votre métier m’est familier.

    Les explications vous ont déjà été données au long et large. Vous cherchez encore avec votre compère Benoît à défendre votre gagne-pain (encore que je ne suis pas sûr que vous soyez orpailleur). En somme c’est logique et fait partie du jeu de la destruction.
    A votre service.
    Comme je viens de le dire, l’impact d’une mine ne se résume pas à sa seule superficie … et ne se limite pas dans le temps la plupart des cas, comme vous le suggérez. Une ouverture de piste est une ouverture de piste, l’ennemi principal de ce milieu que vous prétendez tant respecter.
    Oui, j’ai vécu en forêt, certainement plus que vous. Oui, j’ai eu l’occasion de parcourir St Elie aussi et durant des semaines. J’ai eu l’occasion de fréquenter les clandos, voir Macapa (un clando demi-fou) montrer son derrière aux gendarmes. J’ai pu calculer – certainement avant les RG – la quantité d’or sortie de seul St Elie. Sans Kokioko. Dans les 2500 kg/an au bas mot, rien que pour le maintien de leur activité…
    J’ai eu aussi l’occasion d’observer l’imbrication inévitable de votre légal chéri avec l’illégal infecte. J’ai vu les clandos employés par les légaux chéris comme prospecteurs et main-d’oeuvre occasionnelle. Je ne les blâmes pas : en forêt, soit vous collaborez, soit vous périclitez. Les pelles brûlent si bien… Vous le savez très bien. Vos propos sur les chefs d’entreprises respectueux et responsables me font rire – excusez-moi -, les propos de François sur le « ménage dans la profession » témoignent d’une naïveté hors bornes.
    Quatre ans après mon immersion à St Elie, un colonel gendarme a déclaré – sur le départ (tjs sur le départ ! ) – que la distance entre l’orpaillage légal et l’illégale tient à l’épaisseur d’un papier de cigarette. Ca, je le savais avant même son arrivée en Guyane et je n’étais pas seul…

    C’était longtemps, vous dites. Mais on a eu depuis l’honnête procureur Schneider, voulant mettre en examen un orpailleur chéri et légal. La magouille politiko-administrative tournent en faveur de ce dernier, et hop’ le procureur honnête !

    Et vous venez avec vos responsables et respectueux. Vous êtes comme tout le monde : vous ferez selon les possibilités. Je ne vous condamne pas, voyez, je dis que vous êtes aussi les victimes de la défaillance régalienne sur la protection des frontières. Tant que l’illégal existe, vous ne pouvez pas être crédibles.
    Car il ne suffit pas d’être crédible, il faut aussi en avoir l’apparence.

    Les prétendus contrôles administratifs de vos entreprises me font encore rire. Votre activité est à peu près incontrôlable, par sa nature. Double peine : même sans les klandos, vous aurez du mal à convaincre.
    Sans parler de la réalité administrative locale. Mon ami, le premier orpailleur ayant procédé la réforestation – spontanément; sans obligation ! – fut un jeune béké dans les ’90. Cité comme exemple par l’ONF. En conséquence logique, son site fut détruit par surprise. Par les pouvoirs publics. Oui. Sans aucun motif avancé ! (Ca me rappelle les aménagements agricoles de l’EPFAG et la confiscation des biens sans motifs par cette maffia putride) Il est devenu SDF avant que ses parents ne le rapatrient, car ses papiers aussi ont été brûlés. Bref.
    L’activité minière, quelque soit sa taille et légalité, n’a aucune place dans une forêt primaire équatoriale. On est en 2018 et pas en 1856.
    Il ne vous gêne pas, en public, que le seul bénéfice de cette activité soit dans votre portefeuille, face à tant d’inconvénients ?

    Un autre facteur m’irrite : cet énième revirement politiko-adm face à l’orpaillage, qui ne démontre que l’absence d’idées dans les couloirs feutrés. Prêts à tout et n’importe quoi pour faire semblant de dvpt.

  • GZ

    Benoit

    Comme le dit Yayamadou, vous dénoncez m’importe quoi pour donner du crédit à votre minimisation des dégâts de l’orpaillage.
    Pour votre gouverne, l’activité spatiale coûte énormément et financièrement parlant Ariane est lancée à perte d’après la presse spécialisée. Vous êtes content ? Ca vous rassure ?
    Vous dénoncez l’urbanisme pour faire accepter l’orpaillage. OK. Je veux bien ramener l’humanité à 7 millions de personnes (le chiffre écologique), à condition que je reste et les personnes que je désigne aussi. A vous de convaincre les destinés à la disparition…
    Les décharges sauvages n’en appellent pas d’autres en pleine forêt..
    Pour ce pb et les autres manquements publics, adressez-vous aux bonnes adresses. Je ne suis ni préfecture, ni CTG, ni mairie.
    Vous vous contredisez : vous citez tant de défaillances, mais prétendez qu’au fond de la forêt tout ira pour le mieux… LOL

    Pour le mercure, vous faites à votre sauce. Le Hg du sous-sol une fois remué se transformera en méthyl-Hg en sa totalité, les remblais ne remplaceront jamais l’isolation géologique des roches compactes. Une partie du Hg s’évapore aussi et se redépose ailleurs.
    Vaut mieux ne pas jouer avec la nature.

  • benoit

    Gz
    Moi je ne denonce rien. Je suis pragmatique et je mets seulement en lumiere des problemes environnementaux bien plus important que ceux de la mine responsable et qui vous impacte directement mais que personne (en tout cas pas vous) ne semble voir.
    J’ ai seulement ecrit a titre d information que l urbanisation en guyane pollue 100x plus que les mines guyanaise car aucun controle n est fait par les autorites, et cela semble n emouvoir personne.
    Mais quand le.mot mine resonne alors la : branle bas de combat au son du clairon, sortons les baillonettes.
    Oui il y a un probleme en foret mzis c est l activite d extraction illegal faite par les clandestins.
    Je pourrais vous faire des demonstrations de l impact enorme que cela engendre. Mais malheureusement je garde pour moi ces commentaires car il y aura toujours des personnes malveillantes pour detourner mes propos en essayant de faire croire aux autres que c est pareil pour les mineurs legaux.
    Pour info : point d ebulition du mercure c est 356.73° je vois mal comment il pourrait s evaporer des sites miniers.
    Et si vous parlez de gaz nocif sachez que l ensemble des moteurs diesel de l ile de cayenne sont bien plus poluant que tous les engins qui tournent sur les sites miniers. Mais bon pour allez faire ses courses on va pas etre trop regardant……

  • Orpailleur

    GZ, suis-je orpailleur ou pas ?
    Et vous ? Qui êtes vous ?
    Défendre son taf me semble plutôt sain.
    Quand aux bénéfices qui restent dans les poches des entrepreneurs, rien de plus normal et légal, après imposition, vous voudriez qu’on en fasse quoi ?
    Une question pour vous, si je fais 2 000 K€ de chiffre d’affaire et que les bénéfices de l’entreprise soient de 10%, où passent les 1 800 K€ ? Dans ma poche ?

  • Orpailleur

    Salut Benoit,

    Faut qu’on arrête de discuter avec GZ, il est trop balaise le gars ! PLUSIEURS SEMAINES A SAINT ELIE avec un clando tellement dangereux qu’il montrait son c… aux bleus !!!
    La, je m’incline … en tout cas, souhaitons nous de bonnes levées !

  • GZ

    Vous mettez en lumière des problèmes environnementaux. Bien. Mais pourquoi voulez-vous en rajouter en égratignant la forêt ?
    Oui, l’homme pollue. Go contre la forêt alors ?!
    Je vous aide pour l’impact de l’orpaillage : un cours d’eau, rapide et cca 3 m de large,que les klandos n’ont traversé autrement qu’en botte ou sur tronc. Pas touché l’ô…
    Merci pour l’info sur le mercure, j’étais prof de physique à l’époque. Vous ne voyez pas l’évaporation du mercure pour cause de point d’ébullition très bas. Bon, écoutez… asseyez-vous, 0/20.

  • GZ

    Je peux vous dire Orpailleur que 8 gendarmes retranchés dans le carbet « école » du village au milieu de 1500 klandos, ça fait effet…

  • benoit

    Prof de physique mais pas ingenieur des mines.
    Si vous auriez lu avec interet mes precedants post vous auriez su que le mercure present dans les sols n est pas en contact de l air.
    J ai indique que la « terre » passée au crible (lavée) est evacuée dans des bassins (barranque) et que par densite les traces infinitisimales de mercure et autre metaux qui si trouve migrent au fond.
    Donc : pas de surface de contact avec l air = pas d evaporation CQFD.
    Sur ce, ce sera mon dernier post.
    Effectivement orpailleur que de bonnes levees soient notre quotidien.

  • yayamadou

    Cher Benoit, orpailleur, et autres défenseurs de la mine,
    Il ne serait pas gentlemen de votre part de stopper ainsi nos echanges épistolaires du net sans donner vos sources, comme je vous l’ai demandé precedement, sur l’information que l’on doit retenir, a savoir : 10 a 20 ans pour la methylation du mercure.
    Ce que l’on peut lire, en revanche, dans les articles spécialisés, c’est que le procesus de methylation du mercure (forme du mercure toxique, assimilable dans la chaine alimentaire) est fortement accélérée dans les milieux comportant les conditions suivantes : zone anaérobie, temperature des climats tropicaux, importance de la matiere organique….
    Il semblerai donc, que nous ayons tous les criteres reunis, pour que vous soyez les champions de la methylation du mercure. Mais effectivement je ne suis ni chimiste ni ingenieurs des mines….
    Cependant, relativisons car il faut remettre tout cela dans son contexte, c’est a dire a votre petite echelle, c’elle d’une Aex. Je ne me permetterai pas de vous mettre dans la cours des grands comme Edf avec son barrage.
    Bien que, l’union faisant la force (obscure), et vu le travaille du lobby minier, vous pouvez toute a fait vous imaginer, a jouer aux apprentis sorciers, avec les plus grands dans ce domaine.
    Il y a un dolo qui s’y prete : » A grin dou ri ,ka fé sak dou ri…… »

    Pour finir, en conclusion de vos dernieres interventions, vous vous souhaitiez reciproquement de « bonnes levées ».
    Cela m’a fait penser a un certain Attila, vous savez le roi des huns avec sa strategie de la terre brûlée. …
    L’intérêt general et le principe de precaution devrait etre de mise dans ce dossier, mais malheureusement on est loin du compte. Si je peux me permettre lors de vos prochaines levées, prenez toutes fois garde a la levée des boucliers.
    Bien a vous.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Trente prêtres du clergé catholique, soit plus de deux tiers d’entre eux, ne sont pas rémunérés par la CTG !

La rémunération des prêtres du clergé catholique par une collectivité territoriale : cette longue anomalie historique en Guyane paraît peu à peu toucher à sa fin, «dans la négociation», no...

La résolution du Congrès adoptée

C'est sans surprise que les conseillers territoriaux ont adopté à l'unanimité la résolution issue du Congrès des élus du 27 novembre dernier et figurant parmi les 25 points à l'ordre du jour de...

Gilets jaunes : une allocution pour calmer la grogne

Au lendemain du quatrième jour de manifestation des "Gilets jaunes", le président de la République  s'exprimera lors d'une allocution télévisée ce lundi 10 décembre à 16h (Guyane). Emmanuel ...

AEX Nelson : un recours déposé et un appel à la générosité publique

Dans l'affaire AEX Nelson dont l'ouverture des travaux a été autorisée par arrêté préfectoral le 1er octobre dernier, l'opposition s'organise. Un référé suspension et un recours en annulation...

Précisions juridiques sur la résolution du Congrès des élus

Retour sur les précisions juridiques relatives à la résolution votée lors du Congrès des élus de Guyane qui s’est déroulé le 27 novembre dernier et qui sera le dernier point à l'ordre du jo...

Scènes de far-west à Cayenne : un policier blessé à la cuisse par un tir d’arme à feu, l’auteur présumé, originaire de Maripasoula, blessé par six impacts de balles, présumées tirées par la police

Un individu a « fait feu et blessé un policier», vendredi soir à Cayenne, le tireur présumé «a été touché par 6 impacts de balles, il a été interpellé  et il est actuellement à l'h...

© 2018 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet réalisé par Netactions